Revenir en haut Aller en bas


[Animation] Le Bal
 :: Westeros :: Crownlands :: King's Landing

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Khanrell Targaryen

avatar
Princesse des Sept Royaumes / Dragonnière
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 20:27
Pour votre information...
Il n'y a pas besoin de s'inscrire ou de demander à qui que ce soit avant de poster à l'animation, simplement répondre! Vous pouvez tout de même aviser les gens avec qui vous interagissez, ce serait gentil Wink


La version officielle de cette sublime soirée, grand bal où tous les Lords étaient invités, grands comme petits, était fort simple… Le Roi fêtait sa première année depuis son couronnement et voulait partager le succès de son année fructueuse avec ses sujets. Bon, évidemment, personne ne s’y trompait : il voyait bien que certains Lords lui échappaient, des royaumes étaient tellement obnubilés par leurs querelles internes qu’ils ne répondaient plus aux demandes de leur Roi et tendaient vers l’indépendance, ce qui était inacceptable pour la couronne, qui voulait profiter de cette occasion pour remettre une main de fer sur ses territoires. Par la force s’il le fallait, bien qu’il y ait toujours des solutions diplomatiques pour s’en sauver.

Par exemple, quelle meilleure façon de conserver le dévouement d’un royaume difficile que de leur offrir une princesse en mariage ? Il y avait la belle et jeune Khanrell qui n’était toujours pas mariée, et elle avait la fâcheuse impression d’être une bête de foire, un lot dans une enchère, lorsqu’elle mit les pieds dans la salle du trône, temporairement transformée en salle de bal. Elle se sentait évaluée grossièrement, détaillée comme de la marchandise, et son accoutrement n’aidait en rien cette impression, sa robe au décolleté plongeant et à la jupe moulante, pour détailler toutes les formes féminines qui s’étaient développées à une vitesse hallucinante. Bref, comme un bijou qu’on expose sur un coussin de velours, la jeune princesse Targaryen était exposée dans ses meilleurs atouts, à son plus grand damne.

L’adolescente s’empressa de se fondre dans le sillage de sa sœur aînée, espérant disparaître quelque peu, mais c’était trop demander : elle aussi s’était vue affublée d’une tenue extrêmement séduisante, à moins qu’elle l’eût choisi? À les regarder ainsi toutes les deux, c’était à se demander si elles étaient des princesses ou des prostituées? Pour le Roi, cela semblait bien être la même chose. Daeyna venait tout juste de revenir à King’s Landing, désormais veuve, et pourtant leur frère avait probablement l’intention de la forcer dans une autre alliance, pour consolider son pouvoir sur ses sujets. Khanrell avait eu du mal à accueillir cette aînée dont elle n’avait jamais été particulièrement proche, et pourtant qui n’avait jamais été méchante avec elle non plus. Elle ignorait complètement ce qu'elle ressentait pour elle, ses souvenirs d'avant son départ étant trop vagues bien qu'elle eut 10 ans à l'époque, elle avait la tête bien trop pleine de la violence de son père et de l'Académie. L'adolescente se sentait maladroite en la présence de la jeune femme, car elle trouvait sa sœur forte et impressionnante malgré la dureté de leur famille, alors qu’elle-même pliait si facilement… elle se sentait minuscule à ses côtés, et pourtant un réflexe inattendu lui fit prendre le bras de Daeyna , comme si ainsi pouvait lui partager son courage par contact.

-J’ai jamais vu autant de monde au Red Keep, même au temps où père était Roi… marmonna-t-elle à sa sœur, pour meubler le silence et se donner contenance. La couronne est vraiment capable de se permettre autant de dépenses? Je croyais que les temps étaient plus difficiles que ça, j’ai entendu dire que des royaumes n’avaient pas envoyé leurs redevances à notre frère…

Enfin, les trucs de politiques ne devaient pas concerner les femmes, non? Qui était-elle pour juger de l’exubérant banquet de son frère? Il devait savoir ce qu’il faisait? Un instant, elle pensa que c’était peut-être parce que son mariage était déjà scellé et qu’on ne lui en avait rien dit… On la gardait toujours dans l’ignorance! Or, une alliance avec une famille plus riche rendrait la Couronne confortable pour plusieurs années…



Daeyna Targaryen

avatar
Princesse des Sept Royaumes
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Mai - 14:36
Daeyna était de retour depuis seulement quelques jours à King’s Landing et se devait déjà de parader en publique affublée d’une de ces robes affriolantes que son frère se plaisait à leur faire porter, sa jeune sœur et elle ! Son frère se souvenait-il qu’elle était nouvellement veuve ? Était-ce réellement une tenue adéquate en période de deuil ? En réalité… la jeune princesse n’était pas certaine que la robe qu’elle portait aurait été adéquate peu importe les circonstances… Elle était beaucoup trop décolletée, beaucoup trop révélatrice…. Celle de Khanrell était encore pire ! Sa sœur avait maturée très vite et avait déjà beaucoup plus de courbes que Daeyna en aurait jamais… mais son aînée ne l’enviait pas en voyant le regard des hommes qui se posaient sur elle ; comme si ils étaient des chiens et qu’elle était une jolie pièce de viande, tout juste prête à être dévorée !

Ils n’étaient pas non plus indifférents aux attraits de Daeyna. La princesse était toujours bien habillée avec de jolies robes qui complémentaient sa silhouette féminine mais elle n’avait pas l’habitude d’une telle vulgarité… Le Roi tentait-il de faire du château royal une maison close ? Tentait-il de vendre les faveurs de ses sœurs en échange de la loyauté de ses sujets ?

Peut-être aurait-elle dû retarder son retour de quelques jours, voir quelques semaines !? La fête était, officieusement, pour fêter la première année de règne de son frère ; il aurait été délicat de refuser l’invitation…

Elle devait, au tout départ, se présenter à ce bal au bras de son mari et non pas veuve… La mort de Lord Celtigar s’était fait sans qu’elle n’ait eu le temps de s’en préparer. Son cœur s’était simplement arrêté… et quoique elle ne l’aimait pas comme une femme devrait aimer l’homme qu’elle avait épousé, du moins c’est ce qu’on lisait dans les contes romanesques, elle n’aimait pas Adrian mais l’appréciait et l’admirait énormément.

Elle n’était pas malheureuse d’être de retour chez elle, surtout depuis que son père était enfin décédé. Comme elle détestait cet homme qui était, à ses yeux, beaucoup plus un géniteur qu’un vrai père… Elle ne l’avait pas pleuré et avait refusé de se présenter à King’s Landing pour lui rendre un dernier hommage comme il était d’usage, prétextant une maladie quelconque qui la clouait au lit.

Maintenant qu’elle était dans la Capitale, elle réalisait qu’elle finirait probablement par détester son frère de la même façon que leur paternel… Il était plus violent, plus erratique, plus imprévisible qu’il était 5 ans plus tôt.

Elle avait réalisé cela la première journée de son retour. Il l’avait accueilli de façon froide et informelle. Elle ne s’attendait pas à beaucoup mieux considérant qu’elle n’avait jamais été proche de son frère ni de sa sœur, qu’elle ne connaissait pas beaucoup. Dans la journée, il avait rassemblé les princesses et leur avait présenté les robes qu’il avait fait coudre pour elles, comme si elles devaient se sentir privilégiées… Daeyna ne savait pas en regardant ce bout de tissus si elle devait rire ou pleurer… Était-il réellement sérieux ? Elle avait ouvert la bouche pour protester, un sourire moqueur au visage, et le regard de son frère s’était voilé. Khanrell était devenue blanche comme neige ; elle craignait clairement le roi et ses colères. La princesse décida de se taire, comme elle l’aurait fait avec son père. Elle prit simplement la robe entre ses doigts fins et l'enfila, sous le regard satisfait de son aîné. Elle savait maintenant comment elle devrait agir à l’avenir… Elle y était entraînée depuis sa plus tendre enfance ! Les choses avaient clairement changées et pas nécessairement pour le mieux… mais son frère était l’héritier du trône. Elle n’avait le choix de lui démontrer sa loyauté malgré le fait qu'elle doute qu'il ait ce qu'il faut pour régner… n’est-ce pas ?

Daeyna repensa à tout ce qu’elle avait entendu au fil des années passées à Claw Islands sur la fausse loyauté de nombreux bannerets du Roi… et aussi à ce rêve qu’elle faisait de façon répétitives depuis quelques temps. Et si tout ça était un signe ?!...

La jeune femme sortie de ses rêveries en sentant la main de sa soeur se poser sur son bras. Elle cherchait visiblement un peu de courage. Elles étaient si différentes... Daeyna avait des sentiments contradictoires envers cette petite chose délicate qu'était sa cadette... Elle avait cette envie de protéger sa soeur et parfois elle avait envie de la secouer, de lui faire réaliser qu'elle se devait d'être plus forte qu'elle le démontrait.

Présentement, ce que Khanrell avait besoin, c'était de son soutient. Elle prit donc la main de la jeune princesse dans la sienne et la serra bien fort.

-J’ai jamais vu autant de monde au Red Keep, même au temps où père était Roi…  La couronne est vraiment capable de se permettre autant de dépenses? Je croyais que les temps étaient plus difficiles que ça, j’ai entendu dire que des royaumes n’avaient pas envoyé leurs redevances à notre frère…

- Je ne connais pas l'état des finances du royaume... et je doute que notre frère me laisse y mettre le nez, murmura-t-elle en retour, mais je doute que ces dépenses soient judicieuses et que la couronne puisse se permettre tout ce flafla. Le roi a besoin de démontrer qu'il est puissant... et il semble avoir décidé que c'était la façon appropriée d'en faire la preuve... Ça et nous faire parader comme si nous étions des prostituées...

L'aînée des princesses regarda autour d'elle, et distribua son plus beau sourire aux lords et ladies qui déambulaient tout autour des deux jeunes femmes avant de se retourner discrètement vers sa soeur.

- Nous savons très bien que le roi compte te marier bientôt... Crois-moi, ce n'est pas la pire chose qui pourrait t'arriver. Nous pourrions tenter de battre le roi à son propre jeu et de trouver nous-même l'heureux élu, non ? Cela serait toujours mieux que de te retrouver coincée avec un homme que tu détesteras pour le reste de tes jours...


Khanrell Targaryen

avatar
Princesse des Sept Royaumes / Dragonnière
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Mai - 12:38
Mais qu’est-ce qui lui avait pris au juste? Khanrell avait à peine quelques souvenirs de son aînée, partie alors qu’elle était trop jeune et trop préoccupée par ses propres problèmes pour se soucier de ce qui arrivait à sa sœur, et n’ayant de toute façon jamais été assez proche d’elle pour s’en intéresser. Et pourtant, dès son arrivée, après cinq ans d’absence, l’adolescente avait l’impression que Daeyna pourrait signifier quelque chose pour elle, sans être capable de savoir quoi. Comme si elle était le début de quelque chose de nouveau, que sa vie allait changer grâce à elle, alors que peut-être, au fond, sa sœur pouvait très bien la détester, qu’est-ce qu’elle en savait? Si Khanrell n’avait jamais tenté de s’en approcher émotivement dans son enfance, c’est que Daeyna n’avait pas fait d’effort non plus. Peut-être qu’elle la dégoûtait? Peut-être qu’elle lui faisait honte? Tout comme elle dégoûtait et faisait honte à son père, et maintenant à son frère. Rien que bonne à faire une alliance, même pas digne d’être formée comme dragonnière correctement, juste… bonne à baiser, ouais.

Mais lorsque Khanrell posa sa main sur le bras de sa sœur, celle-ci ne la repoussa pas, ne la gronda pas et ne la frappa pas. Au contraire, elle prit sa main dans la sienne, dans un support étonnant auquel l’adolescente n’était pas habituée. Comme si elles formaient… une équipe contre toute la laideur de ce bal grotesque. Daeyna lui confia également douter de la pertinence de cette fête ridicule, et cela ne fit qu’inquiéter d’avantage la jeune princesse sur l’état des… négociations pour obtenir sa main… Une telle richesse signifiait peut-être qu’une bonne alliance avait été formée sans qu’elle soit au courant, et ça la faisait paniquer. Sa main devint moite dans celle de son aînée, et ses doigts se crispèrent sans qu’elle le remarque. Visiblement, sa sœur n’était pas non plus enchantée par la tenue dont on l’avait affublé, et bien qu’elle pensait exactement pareil par rapport à sa robe, le mot vulgaire, dans la bouche de sa sœur, la fit s’empourprer et regarder nerveusement autour d’elle pour s’assurer que personne n’avait entendu.

-Je ne l’aurais pas énoncé ainsi… mais je me disais la même chose… marmonna Khanrell d’une voix nouée d’appréhension, parce qu’une telle parade ne pouvait vouloir dire qu’une chose : le Roi ne voulait pas juste marier la plus jeune, mais aussi la veuve… Si tôt? Sa quarantaine n’était même pas terminée!

Un groupe de lords et ladys passèrent à leur côté en les saluant, obligeant la princesse à se taire et l’empêchant de souligner à son aînée qu’elle risquait, elle aussi, de faire malencontreusement l’objet d’une «enchère». Oh, leur frère n’allait pas la laisser s’en tirer à si bon compte, pas sans héritier! Ils avaient gagné la Seigneurie de Claw Islands, à redistribuer comme bon il semblerait au Roi, puisqu’elle appartenait maintenant à Daeyna comme héritage… Il allait certainement répéter l’opération… Elles étaient comme les fantassins au front de guerre, juste de la chaire à canon (au sens figuré) pour affermir sa main sur Westeros.

-Comment cela pourrait-il ne pas être la pire chose qui pourrait m’arriver? chuchota-t-elle désespérée. Tous les hommes sont des monstres, je ne veux plus que personne ne me touche, j’en ai assez eu. Je ne serais même pas capable de considérer qu’un époux puisse être agréable, même si j’avais le droit de le choisir, ce qui n’arrivera jamais, évidemment. Je sais que je le détesterai le restant de mes jours, quoi qu’il arrive. Tu crois vraiment que, si j’arrivais devant notre frère en lui disant «C’est Lord X que je veux», parce que je le considère, il dirait oui? Il va plutôt s’assurer de me rendre le plus malheureuse possible… Comme il l’a toujours fait. Nous rendre le plus malheureuses possibles… J’ai bien peur qu’il n’en ait pas fini avec toi Daeyna, vu…

La jeune princesse s’interrompit en voyant un grand et riche noble s’arrêter devant elle et lui dérober sa main libre pour l’embrasser avec un clin d’œil et moult compliments sur sa beauté. Khanrell s’empourpra et enfonça accidentellement ses ongles dans la main de sa sœur, tendue comme un ressort jusqu’à ce que le Lord la lâche et s’éloigne.

-J’y arriverai jamais… couina-t-elle faiblement, je ne veux plus jamais être touchée par un homme.



Naïla I. Martell

avatar
Princesse de Sunspear / Suzeraine de Dorne
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Mai - 14:13
*Insoumise.*

*Invaincue. *

*Intacte. *

Trois mots que se répétait inlassablement Naïla, dans le fond de sa tête, tout au long de la route vers le Red Keep, et encore une fois en franchissant les portes du château. Pourquoi était-elle venue, au juste? Si son royaume avait bien payé son du dans la dernière année, il n’était pas inconnu de personne que la principauté de Dorne n’était pas la plus fidèle à son Roi, ni la première à répondre à ses demandes, surtout pour des idioties comme ce Bal, comme si l’économie des sept couronnes pouvait se le permettre. Et pourtant, la Princesse était là. Elle voulait que tout le monde l’admire, constate sa grandeur, sa puissance, son honneur, et s’en souvienne lorsqu’elle renierait l’autorité des Targaryen sur ses terres. Les péchés Martell n’avaient plus l’intention de poursuivre l’entente qui avait transformé Dorne en principauté afin d’acheter la paix. Ils étaient insoumis, invaincus, intacts, et cette stupide alliance les salissait, les reléguait au rang de Princes. Non, elle serait Reine, même Impératrice tiens. La faiblesse actuelle des Stormlands était une opportunité à saisir, Naïla voulait rendre la monnaie de sa pièce à la couronne en lui démontrant non seulement qu’elle veut s’occuper seule d’elle-même, mais qu’elle est aussi capable de l’écraser.

Dorne vivrait bientôt une nouvelle ère, et celle-ci commençait par l’entrée majestueuse de la Princesse Naïla Invidia Martell dans la salle de réception de King’s Landing. Les yeux se tournaient vers elle, mais elle regardait droit devant. Sauf lorsqu’elle croisa les deux princesses blondes, qu’elle dévisagea quelques secondes, étonnée de leur accoutrement. Oh, l’Envieuse dornish ne donnait pas sa place en matière de sensualité, sa robe était conçue spécialement pour l’avantager, mais c’était chose commune à Sunspear, on ne se camouflait pas pudiquement là-bas. Et puis, il faisait si chaud sous le soleil du désert de Westeros, que c’en était justifiable. Toutefois, au contraire des princesses, Naïla s’affirmait bien dans sa tenue, la tête haute et l’air sur, pas du tout intimidée par les regards remplis de désir qui la détaillait. Elle poussa même l’audace jusqu’à déboutonner la légère cape de soie qui masquait ses épaules frêles, dénudées par sa robe. C’est qu’il faisait un tantinet plus frais dans les Crownlands qu’à Dorne, et si d’aucun aurait qualifié le climat «d’agréable», la princesse dornienne avait frissonné et s’était légèrement couverte avant d’entrer à l’intérieur.

De son pas souverain et sûr, la princesse vola une coupe de champagne sur un plateau qui passait sous son nez, porté par un serviteur. Des yeux, elle dévorait désormais cette foule de gens qu’elle avait superbement ignorée en entrant, daignant enfin y chercher quelqu’un d’intéressant. Pas question qu’elle perde son temps à adresser la parole à tous ceux qui l’avait salué, elle avait mieux à faire… Elle avait des alliances à souder, et il n’était pas questions là de mariage (les mariages forcés avaient ruinés l’indépendance de Dorne, on ne l’y reprendrait pas) mais plutôt de savoir qui, comme elle, souhaitait se détacher des Targaryen. Car à plusieurs, on est toujours plus fort. Ignorant donc les yeux plein de concuspicience des lords de bas étages qui venaient s’adresser à elle, Naïla passa à côté d’eux sans répondre à leurs invitations, cherchant plutôt une personne qui valait la peine de s’attarder…

Oh, Naïla Invidia Martell n’était pas là pour célébrer le Roi, mais pour planifier sa déchéance.

Note aux joueurs:
 


Daeyna Targaryen

avatar
Princesse des Sept Royaumes
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Mai - 14:50
Daeyna continuait de se déplacer dans la salle de bal, le visage dirigé vers les invités du roi, un sourire charmant figé sur son joli visage. Pourtant, toute son attention était porté sur Khanrell qui marchait à ses côtés, sa main moite dans la sienne. Elle n'avait pas raté un seul mot murmuré par la jeune princesse. Les propos de Khanrell auraient dû faire apparaître la consternation et l'horreur sur le visage de Daeyna ; mais elle était trop habituée à garder son sang froid et à cacher ses réelles émotions.

Elle savait que leur père levait souvent la main sur Khanrell... mais la jeune femme était certaine qu'il ne l'avait jamais violée, comme c'était le cas pour elle. Heureusement pour l'aînée des princesses, cela n'avait pas duré des années... Elle avait quitté King's Landing quelques mois après le premier ''incident''. Elle avait mis des années avant de s'en remettre, bien entendu, mais ce n'était pas réellement un problème, car Lord Celtigar avait vite compris qu'il n'obtiendrait rien de la jeune femme et avait pris une maîtresse, avec la bénédiction de sa femme. Daeyna avait donc eu le temps de se remettre sur pied physiquement et émotionnellement...

Khanrell semblait complètement effrayée par les hommes, certaine qu'ils étaient tous pareils. Elle avait certainement vécue un traumatisme ; mais le fait de se faire battre par leur père devait avoir causé un traumatisme en soit... Daeyna craignait par contre que sa jeune soeur ait vécu bien pire... ce que laissait deviner ses mots... la façon dont ses ongles étaient entrés dans sa peau quand la bouche du jeune homme s'était déposé sur sa délicate main... Son père n'aurait quand même pas osé s'en prendre à Khanrell aussi ? Mais posé la question, c'était aussi y répondre ; bien sûr qu'il aurait osé !

Daeyna se promis de questionner Khanrell plus tard à ce sujet. Elle devait apprendre à connaître cette jeune soeur de qui elle ne savait rien si elle voulait faire d'elle une alliée... Elle auraient besoin l'une de l'autre, c'était certain.

- Tu y arriveras... Tous les hommes ne sont pas des monstres. Tous les hommes ne ressemblent pas à notre père et à notre frère... Adrian... C'était un homme bon. Lorsque j'ai compris qu'il était un des candidats que père avait sélectionné, j'ai fait en sorte qu'il le choisisse. Peut-être que la chance était alors de mon côté... Si tu crois que le roi te mariera avec un homme qui te rend malheureuse, joue la comédie... Choisi celui qui te dégoûte le moins, et supplie notre frère de ne pas te marier à lui. Manipule-le à ton avantage... C'est ce que je compte faire. Je n'ai pas du tout l'intention de laisser cet homme contrôler ma vie !


La princesse aînée ne connaissait pas encore assez bien Khanrell pour partager avec elle ce qu'elle voyait dans ses rêves... Elle ne pouvait pas dire à sa soeur qu'elle était de plus en plus certaine qu'une rébellion se préparait contre les Targaryen... et qu'elles devraient faire en sorte d'être du côté gagnant lorsque ça arriverait...

- Être princesse, être femme, ne veut pas dire que nous ne pouvons pas être maître de notre destin, Khanrell... Les hommes croient que c'est eux qui dirigent le monde... Ils n'ont encore rien compris, crois-moi...



Rogar Bolton

avatar
Lord de Dreadfort
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Juin - 8:20
Quelques jours seulement après avoir enterré feu son père Lord Rickard Bolton dans la crypte de Dreadfort et prit ses fonctions de nouveau Seigneur, Rogar reçu un corbeau de King’s Landing. Le message qu’il était en réalité une invitation pour un bal afin de fêter la première année de règne du Roi, tous les Seigneurs des 7 Couronnes étaient conviés. L’Ecorché comprit immédiatement que cette initiative n’était ni plus ni moins qu’une manœuvre politique. En effet, il n’y a absolument aucun intérêt à fêter une première année de règne en temps normal mais encore plus lorsque celle-ci fut si calamiteuse. De plus, il s’agissait d’un bal, un tournoi aurait été plus approprié s’il souhaité sincèrement « fêter » son règne comme l’ont fait les précédents Rois. Un bal est bien plus propice à faire des rencontres, des rapprochements ou glaner des informations.

Etant donné la situation à Westeros, le Roi voulait clairement réaliser un constat, évaluer les relations avec les Royaumes et déterminer lesquels représentaient une menace, ou au contraire, une opportunité d’alliance afin de regagner en influence. Rogar était bien au fait des relations de la Couronne avec les 7 Couronnes sur lesquelles elle n’avait plus grande maîtrise et il savait que le Roi avait deux jeunes sœurs à marier, les deux Princesses seraient sans doute la clé de ce bal. Bien qu’il ne porte vraiment pas les Dragons dans son cœur, Lord Bolton décida de se rendre à cet événement, non seulement car cela lui permettrait de lui aussi jauger les forces en présence, de s’informer afin de percer les intentions de chacun, mais aussi, il espérait pouvoir croiser les Martell. En effet, cela faisait maintenant deux années qu’il avait quitté les contrées brûlantes de Dorne pour retourner chez lui.

Plus d’un mois fut nécessaire au cortège Bolton pour arriver à la Capitale en passant la Route Royale. Toujours très prévenant, Rogar laissa une très importante garnison à Fort-Terreur de plus de 1500 hommes ainsi que des réserves de nourritures pour tenir un long siège. […]


Rogar se tenait en retrait de toute l’agitation autour du Roi et des deux Princesses, se contentant d’observer au loin. Comme il l’avait constaté lors de leur rencontre matinale, la Princesse Khanrell était angoissée au possible, son regard pouvait parler à sa place, il hurlerait son désarroi. Quoi de plus normal pour une jeune fille d’à peine seize, exhibée de force comme un vulgaire morceau de viande dans une tenue totalement inappropriée, sauf pour une prostituée. Tous les Seigneurs et autres hommes influents des 7 Couronnes se succédaient, posant sur elle leurs regards qui en disait long sur leurs intentions. Il déplorait également le comportement grotesque du Roi, qui semblait se réjouir de la situation, il se trouvait évident que l’accoutrement des deux Princesses était son initiative, cela en disait déjà beaucoup sur ce personnage.

Lord Bolton observa longuement toutes les Maisons qui s’étaient déplacées, et son constat fut sans appel, il n’y en avait que très peu, beaucoup de monde certes, mais très peu de Grandes Maisons. Il se positionnait comme seul représentant Nordien, accusant au passage de très nombreux regards condescendants, preuve que les Nordiens sont réellement considérés comme des sauvages. Mais cela ne le déstabilisait guère, au contraire, il trouvait cela cocasse. De plus, bien que sa tenue était très élégante, composée d’un long manteau de cuir rouge foncé de hautes qualité, l’emblème de sa Maison qui y était façonné en argent au niveau de son pectoral gauche, ne faisait que durcir d’avantage le mépris des invités. La faible présence des grandes Maisons traduisait bien le contexte qui régnait dans Westeros, la Couronne n’avait plus l’influence du temps d’Aegon le Conquérant.

De nombreux Royaumes connaissaient des difficultés internes comme le sien, les Westerlands ou encore le Reach. Les Targaryens aussi avaient leurs difficultés, entre leurs deux branches bâtardes. Les Barathéons d’Accalmie réclamait sans cesse de l’aide pour leur incompétence à gérer les Stormlands et les Blackfyres gagnaient toujours plus en puissance, les menaçant directement. De ce fait, les Dragons ne pouvaient apporter leur appui afin de maintenir la paix dans les autres Royaumes, creusant un peu plus le détachement progressif de l’autorité Royale. Tout ceci était une très bonne chose pour le Nord, du moins dans l’idée que se faisait Rogar de l’avenir de celui-ci. Restait encore à convaincre les Stark de s’orienter dans cette voie là, enfin les Stark … S’ils demeurent encore vivants à son retour dans le Nord, car au vue de la volonté des Karstark à vouloir prendre les armes, il se pourrait qu’une Guerre éclate en son absence.

Alors qu’il s’apprêtait à quitter la salle car la démonstration ne lui plaisait guère et que l’heure n’était pour l’instant pas aux discussions politiques, la Princesse de Dorne, Naïla Martell fit son entrée. La plupart des regards se tournèrent vers elle. En effet, outre sa splendeur et l’exotisme envoutant qu’elle dégageait, c’était elle aussi une Princesse. Elle ne prêta aucune attention à cela, déambulant avec légèreté et assurance, rayonnant par sa nonchalance. Elle ne s’attarda que brièvement sur la famille Royale, qui comme lui, ne la considérait pas, peut-être même plus que lui d’ailleurs. La Princesse revendiquait à juste titre, que Dorne ne c’était jamais soumis aux Dragons, comme en atteste leur devise, ne devant leur rattachement au 7 Couronnes qu’à un mariage.

Lord Bolton ne connaissait que trop bien la Princesse, durant son séjour de presque une décennie à Dorne ou il séjournait à Starfall, le fief de la Maison Dayne, une des plus importantes maisons vassales des Martell, pour y apprendre le maniement des armes auprès de l’Epée du Matin. A de nombreuses reprises, Rogar put se rendre avec les Daynes à Sunspear afin de rendre visite aux Martell. Il se familiarisa rapidement avec les membres de cette glorieuse Maison et plus particulièrement avec la Princesse Naïla. Elle développa une affection fraternelle à son égard, l’ayant connu alors qu’il n’était qu’un enfant.

C’était une femme élégante, raffinée et sa peau bronzée était gorgée de la chaleur Dornienne. Elle disposait d’un caractère extrêmement fort et surprenait par sa détermination. Des sentiments nostalgiques ressurgirent brusquement dans l’esprit du jeune Seigneur, relatant les moments agréables qu’il passa là-bas, qui étaient légion et qui ne représentaient pas moins de la moitié de sa vie. Il l’observa un moment, un léger rictus en coin avant de se faufiler derrière elle et engager la conversation d’un ton sérieux, comme à son habitude.

- Je me doutais bien que je vous reverrai en venant ici Princesse Naïla, vous êtes toujours aussi magnifique, votre arrivée fut remarquée. Que pensez-vous de ce spectacle répugnant auquel nous assistons, même un marché aux esclaves a plus de dignité.

Sheena Targaryen

avatar
Princesse des Sept Royaumes / Sorcière errante
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Juin - 14:44
Un bal. Je ne savais pas si je voulais vraiment y aller… Mais en tant que Targaryen, je me le devais. Je n’avais jamais été le genre de personnes qui adoraient ce genre d’événements. J’avais du mal lorsqu’il y avait trop de gens ; je préférais une place calme où il n’y avait presque personne. Lorsque je m’entraînais, je me retournais vraiment seule et surtout, lorsque je lisais à la bibliothèque. Je n’aimais pas cela lorsqu’il se passait quelque chose avec beaucoup de personnes dans un coup. Mai… je devais bien le faire et je me disais qu’une fois n’allait pas être un problème. De toute façon, ce n’était pas comme si on me laissait le choix d’y aller ou non.

Je délaissai mon gros manteau que j’affectionnais et je m’habillai d’une robe tout à fait… normale. Elle était d’une couleur tout à fait habituelle et assez longue. Elle m’arrivait aux chevilles mais je ne me sentais pas prise dans cette robe. Elle avait un col tout à fait normal, et pas de manches cependant. Juste des petites bretelles pour la tenir. Je savais que j’étais assez belle, mais au moins j’étais tout à fait à l’aise. Pour mes cheveux, je ne changeai rien. Toujours coiffée de la même façon, juste avec un ruban plus joli, pour être tout de même présentable. Je ne souhaitais pas être remarquée parce que j’étais différente des autres. Enfin, j’étais prête et ce fut dans un soupir que je décidai d’y aller. Trouver quelqu’un que je connaissais, et vite Je pouvais le faire... Juste…

Je voulais trouver Khanrell. Je me doutais bien que ça allait être compliqué… qu’il… Ça me mettait en rage cette situation, mais qu’est-ce que je pouvais faire ? Je cherchais Khanrell du regard et je la trouvais finalement, avant de m’y diriger. Je savais que le roi voulait la marier, même si… Je la trouvais vraiment belle ; personne ne pouvait penser autrement. Sauf que là, oui ses courbes étaient parfaitement mises en valeur, très belle et affreusement sexy. Non, je n’aimais pas du tout la voir comme cela. Elle était clairement plus féminine que moi, qui n’avait pas eu un gros développement de ce côté mais… J’arrivais donc vers mes deux cousines et je pris place près d’elles. De plus, j’étais bien heureuse de voir ma cousine, elle venait de revenir en plus, elle avait perdu son mari.

« Je suis désolée de vous interrompre… je cherchais Daeyna et je vous ai vu discuter ensemble » J’avais entendu la conversation un peu et je baissai les yeux. Finalement, je pris doucement la main de Khanrell une fois assise près d’elle. « Et pardonnez-moi, j’ai.. un peu entendu la conversation, les derniers mots du moins… et je ne peux être que de l’avis de Daeyna. » Ma cousine avait raison, mais c’était parfois impossible. C’est tout à fait rageant comme situation, mais je soupirai et directement ça me calmait. Je ne passais généralement aucun commentaire pour Khanrell, sachant comme la situation devait être embarrassante pour elle. Je n’imagine même pas pour Daeyna, à quel point revenir dans ce règne... a dû être difficile. Trop de choses qui se passent en même temps ; perdre son mari en plus.

Je serrai doucement la main de Khanrell, cherchant à être rassurante. Comme je le pouvais dans cette situation. Je ne disais rien, je crois que ma cousine nouvellement revenue en avait assez dit. Je regardais Daeyna. « Je suis vraiment désolée pour toi, je n’ai pas eu la chance de te voir depuis ton retour... je suis heureuse de te voir, et mes condoléances…  » Ce n’était pas les moments les plus heureux que nous avions pu vivre.


En cours ♥️

Khanrell Targaryen

avatar
Princesse des Sept Royaumes / Dragonnière
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Juin - 20:21
Comment en être certaine, alors que les deux seuls hommes que Khanrell avait dans sa vie étaient violents, impulsifs et méchants, et que l’un des deux l’avait violé? Lorsqu’elle croisait les regards de ses potentiels fiancés, elle décelait quelque chose d’épouvantablement grotesque à chaque fois… la même chose qu’elle voyait dans les yeux du Roi lorsqu’il la prenait contre son gré : la pure démence du désir. Et cela faisait si mal, si tous les hommes imposaient cela à leur femme, alors tous les hommes étaient nécessairement des monstres. Daeyna, pourtant, prétendant que son défunt époux n’en était pas un, peut-être était-ce le seul du monde connu?

Son aînée lui avoua alors avoir fait exprès pour convaincre son père de la marier à Lord Celtigar, en utilisant de la psychologie inversée, et que cela avait fonctionné… Mais cela pouvait bien être dû au hasard. Avec tous les malheurs de sa vie, Khanrell ne croyait pas vraiment réussir à éviter de tomber sur le pire des époux, c’était se bercer d’illusions et elle n’osait plus s’y risquer : elle en sortait chaque fois déçue et plus blessée encore! Daeyna croyait pourtant que la psychologie inversée pouvait aussi fonctionner sur son frère : elle n’avait qu’à choisir le prétendant qu’elle craignait le moins et essayer de faire croire à son frère que c’est celui qui lui fait le plus peur, afin qu’il la rende «malheureuse» en lui imposant celui-là.

-Et s’ils me dégoûtent tous? soupira-t-elle tristement. Et si je suis incapable de m’imaginer qu’un homme, quel qu’il soit, puisse être moins terrible que notre frère? Je suis la pire des menteuses, Daeyna, tout le monde le sait et me le dit sans cesse, lorsque j’essaie de mentir, mes yeux me trahissent constamment.

Elle était un véritable livre ouvert, et le Roi la connaissait assez bien pour comprendre ce qu’il voyait dans le regard de l’adolescente, alors elle voyait très mal comment elle réussirait à lui mentir. Il lui faudrait utiliser un stratagème, comme demander à quelqu’un d’autre de mentir à sa place, lancer de fausses rumeurs qu’il entendrait certainement… mais même là, Khanrell était certaine qu’il finirait par la confronter afin de vérifier s’il s’agissait bien de la vérité, il ne lui avait jamais fait confiance et ça ne commencerait pas demain la veille!

Sans se regarder ni se consulter, les deux sœurs s’assirent simultanément sur deux des fauteuils qui longeaient la salle de bal, destinés au repos des danseurs. Elles n’avaient même pas rompu le contact entre elles, comme si cela ne changeait rien à leur conversation. De toute façon, Khanrell n’aurait probablement pas été capable de décrisper ses doigts de la main de Daeyna. Elle qui avait horreur d’être touchée, même de façon générale par les femmes, la main de sa sœur ne la dérangeait pas.

-J’aimerais bien le croire, Daeyna, et maîtriser ma destiné, mais il ne me laissera jamais faire. Je suis bien trop faible pour lui résister, même avec Shenya, son dragon est plus fort que le mien de toute façon, et je perds mes moyens face à lui…

Khanrell cessa de parler en percevant la présence de quelqu’un d’autre, craignant qu’on ait surpris leur conversation, et se retourna, toute tendue, pour croiser le regard violet… de sa cousine… La princesse soupira bruyamment, rassurée alors que les doigts de Sheena se mêlaient aux siens. Pendant un instant, elle avait été inquiète que son frère ait entendu quelque chose, mais maintenant, elle se sentait plus détendue. Ses deux mains soutenues par Daeyna et Sheena, il lui semblait que le monde était moins obscur, tout d’un coup, moins difficile à supporter, et ses doigts se décrispèrent graduellement. Si sa sœur lui avait presque été une inconnue au cours des dernières années, sa cousine, elle, était devenue plus proche.

-Ne sois pas désolée Sheena, je suis contente de te voir. Je t’avoue que je craignais un peu que ce soit mon frère et il n’aurait pas fallu qu’il nous entende. Khanrell détourna les yeux de sa cousine adorée pour revenir à sa sœur. Nous n’avons pas été très prudentes… souffla-t-elle songeant qu’il vaudrait mieux remettre leur conversation à plus tard. Si leur cousine les avait entendues, alors n’importe qui pouvait avoir eut connaissance de leur plan, et alors élaborer un mensonge pour berner son frère ne servirait à rien. Le château a des oreilles, après tout, nous ferions mieux de ne pas l’oublier.

Le pouce de Khanrell se mit à caresser la main de Sheena lorsque celle-ci la serra, dans un mouvement compulsif donc elle n’avait même pas conscience. Ainsi entourée, les soucis de l’adolescente lui semblaient tous disparus, comme si avec elles, elle était invincible. D’ailleurs, elle se sentait toujours mieux en présence de sa cousine, avec qui elle partageait tant (sa passion pour la lecture, son calme, le plaisir du silence). Lorsque la jeune sorcière offrit à la nouvelle veuve ses condoléances, la jeune princesse se rappela durement qu’elle n’avait pas fait de même, et à la lumière des confidences de sa sœur, réalisait qu’elle aurait peut-être dû…

-L’aimais-tu, Daeyna? Tu m’as dis tout à l’heure qu’il était un homme bon. C’est possible, vraiment, de tomber amoureuse après un mariage forcé?



Naïla I. Martell

avatar
Princesse de Sunspear / Suzeraine de Dorne
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Juin - 13:57
La princesse de Dorne en était encore à son exploration de invités et à ignorer les voix qui l’interpellait, lorsqu’elle en reconnu une, s’élevant au-dessus des autres, à qui elle ne refusait jamais rien. Le sourire soudainement fendu jusqu’aux oreilles, Naïla se retourna pour rencontrer le regard de Rogar, cet adorable (parfois détestable aussi, il fallait l’avouer, mais elle ne donnait pas sa place elle non plus) petit «frère blanc» qu’elle avait officieusement adopté dans son cœur pendant les années qu’il avait passé au sud. Habituée aux familles abondantes de toute façon, les princes et princesses de Sunspear n’avaient eu aucune difficulté à intégrer le gamin qu’il était jadis, lorsqu’il venait en compagnie de la maison Dayne, chez qui il apprenait l’art de manier l’épée.

-Et toi tu es bien la dernière personne que je m’attendais à voir ici, mais cela me ravis, comme toujours, Rogar!

Grand et beau parleur, ce Bolton, toujours aussi flatteur! Disons qu’il savait comment s’y prendre avec les femmes, c’était à se demander comment il avait fait pour ne pas être encore marié, surtout à son âge! Enfin, elle ne pouvait pas vraiment juger qui que ce soit, du haut de sa trentaine déjà entamée, elle n’avait jamais eu la bague au doigt non plus, et ce n’était pas faute de demandes.

-Je ne sais pas qu’en penser, j’ai l’impression qu’on a volé les plans des robes de la haute-couture dornienne, je connais des couturiers qui ne seraient pas ravis de voir qu’on leur a volé leur travail, à moins que ce soit pour eux un nouveau marcher à exploiter? Enfin, il me semble que la douceur de la température ici n’est pas adaptée aux tenues dornishs. Je dirais que ça me déçois, mais pas par égard aux princesses ni au Roi, plutôt parce que je préfère être la seule qu’on remarque… lâcha-t-elle un sourire concupiscent aux lèvres. Ces pauvres princesses n’ont pas l’air confortable, les robes ne les mettent pas en valeur, elles les ridiculisent, faut savoir les porter la tête haute pour ne pas passer pour une prostituée, je sais de quoi je parle!

Elle coula une regard entendu sur ses jambes, découvertes à partir du genoux puisque sa jupe était ouverte au bas, tout comme ses bras qui étaient, eux, entièrement dénudés, sa robe ne tenant que par le buste. Mais personne n’aurait oser prétendre que Naïla était vulgaire. Elle était une Dornish, tout simplement, cela faisait partie de la culture et des mœurs de son royaume. Les petites Targaryen, c’était tout autre chose! Elles avaient l’air si piteuses dans ces accoutrements!

-Je plains l’idiot qui va accepter une alliance avec le Roi et prendre ces princesses pour épouses. La plus vieille est déjà veuve et elle n’a pas l’air de se laisser contrôler, elle va rendre fou son prochain époux. C’est peut-être ce qui est arrivé au premier, qui sait? Et la petite… Ça se passe de commentaires, tu ne crois pas? Son futur mari finira par la briser assez rapidement, elle me semble déjà en petits morceaux, elle ne survivra pas à un époux j’en ai bien peur.

Malgré la teneur de ses propos, le ton et l’expression faciale de la princesse Martell contredisait l’impression d’intérêt qu’elle leur portait. En fait, elle ne s’intéressait pas du tout au sort des Targaryen, et ne les prenait nullement en pitié. Elle était plutôt indifférente, parlant d’elles comme si elle parlait du temps qu’il faisait dehors. En fait, que la famille des dragons soit faible lui plaisait, que les filles soient brisées par des mariages lui allait très bien : ça ne pouvait qu’aider les Lords à comprendre que la famille royale n’avait aucun contrôle et pouvait facilement être renversée.

-J’ai plus de dignité royale dans un seul de mes orteils que tous les membres de cette famille réunis… marmonna-t-elle à demi voix. Oh! Mais je parle je parle et j’oublie mon très cher frère blanc. Mais que fais-tu donc ici, Rogar? Je ne m’attendais même pas à voir de familles du North, et le nouveau Seigneur de Dreadfort encore moins… Eh oui, les nouvelles voyagent vite. Tu dois être… profondément… La princesse hésita, cherchant le mot exact. Bouleversé? Marqué? Chamboulé? Non… Changé depuis la mort de ton père? Mouais, c’était ce qui lui semblait le plus juste, car elle doutait que le vieux Bolton manquait à son fils. Comment se passe la tenue de ton domaine, tu t’en sors bien?


Daeyna Targaryen

avatar
Princesse des Sept Royaumes
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Juin - 17:35
C'était particulier ce lien qu'elle avait avec Khanrell... Cette petite soeur était en fait une étrangère, elles se connaissaient si peu et pourtant... Il y avait un lien entre elles, un attachement et une complicité naissante qui donnait beaucoup d'espoir à Daeyna.

Un espoir, de fou peut-être, qu'elles s'en sortiraient... Ensemble.

Plus elle écoutait ce que sa soeur lui disait, plus elle comprenait à quel point Khanrell était brisée. Elle avait passée 15 ans à King's Landing, au milieu de la violence physique et psychologique que lui faisait vivre leur père et très certainement leur frère... La plus jeune des princesses n'avait pas eu la chance de l'aînée de pouvoir s'éloigner et de guérir... Elle était restée derrière... Daeyna s'en voulait terriblement de ne pas avoir essayé de l'emmener avec elle même si elle se doutait bien que le vieux roi aurait refusé...

Ses réflexions furent interrompues par l'arrivée de leur cousine, Sheena. Même si cette dernière était plus âgée que sa soeur, elle avait toujours été plus proche de Khanrell que de Daeyna, ce qui ne dérangeait pas vraiment cette dernière en voyant le lien qui les unissaient... Au moins sa cadette avait quelqu'un de confiance auprès d'elle.

- Merci Sheena... moi aussi je suis contente de te voir, répondit Daeyna, avec sur son visage un des sourires les plus sincères qu'elle avait fait aujourd'hui.

Puis, sa soeur lui demanda si elle avait été amoureuse d'Adrian...

- Je crois que c'est possible Khanrell, lorsque les circonstances sont adéquates... et que la chance est là. Non, je n'était pas amoureuse de lui. En l'épousant, j'espérais être capable de tomber amoureuse mais malheureusement ça n'a jamais été le cas... et je n'étais pas moi-même les premières années de notre mariage... Il a vite compris que notre mariage en serait plus un de convenance alors je lui ai proposé de prendre une maîtresse, sachant très bien que jamais je ne serai capable de me faire mon devoir d'épouse et il a heureusement accepté. Il était discret de son côté et du miens, je lui démontrais un peu d'affection en public, afin que personne ne se doute que notre mariage n'était en réalité qu'une grande pièce de théâtre. Au final, même si nous n'étions pas amoureux, ne nous respections et nous avons été heureux, d'une certaine façon j'imagine... Nous n'étions pas malheureux, du moins.

Elle sourit doucement aux deux femmes à ses côtés.

- Nous continuerons cette discussion sur les hommes et sur ta force de caractère plus tard, Khanrell. Comme tu dis, les murs du château ont des oreilles... et j'ai des choses à vous dire qui ne sont destinées qu'à vos oreilles... Rencontrons-nous plus tard, toutes les trois. En attendant... Daeyna tourna la tête vers Lord Rogar Bolton et la Princesse Naïla Martell de Dorne en les pointant du menton, nous avons malheureusement un devoir à respecter, en tant que princesses... même si je me doute que ni l'un, ni l'autre ne se soucie de nous et de notre manque de courtoisie à leur égard.


Rogar Bolton

avatar
Lord de Dreadfort
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Juin - 5:37
La franchise de la Princesse lui avait manqué, elle n’a jamais eu sa langue dans sa poche et constatait que cela ne s’était pas estompé en deux années. Naïla avait raison c’était ridicule de leur faire porter ce genre de tenue. Il était vrai que les robes que portaient les deux Targaryens se caractérisaient plus comme des tenus Dorniennes et qu’il fallait savoir les porter. Rogar ne pouvait s’empêcher de fixer la jeune Princesse Khanrell, elle était terrorisée. Voir tous ces hommes lui tourner autour comme des rapaces ne pouvait que la rendre dans cet état, c’était humiliant. Le Roi n’avait décidément plus d’autres atouts dans son jeu que de faire passer ses deux sœurs pour des putains qui étaient allouées au plus offrant, en échange de bons et loyaux services. Indirectement, ce merdeux psychopathe pouvait entraîner sa propre chute.

L’idiot ou l’ingénieux ? Il est vrai que les rumeurs sur la Princesse Daeyna sont nombreuses et que la Princesse Khanrell est extrêmement fragile, mais le Roi expose clairement son jeu, il ne lui reste plus que cela pour garder un minimum d’influence. Marier ses sœurs peut autant lui servir, que lui desservir. Il perdrait un précieux atout. De plus, je ne suis pas certain que ces deux femmes ont le sens de la famille quand on sait ce que leur frère doit leur faire subir, il n’y a qu’à voir leur tenue. Prendre une des deux princesses comme épouse peut s’avérer être une audacieuse stratégie … Et puis rassurez-vous vous avez été très largement remarquée, preuve qu’en effet, seules les beautés Dorniennes peuvent assurément porter ce genre de tenue sans complexe. finit-il sur un ton rieur.

En effet, outre leur beauté indéniable et leur nom, l’heureux élu pourrait avoir une opportunité considérable de faire chuter ce Roi contesté et d’installer sa propre dynastie sur le Trône de Fer, encore faut-il qu’il soit assez hardi pour cela. Lord Bolton remarqua que Naïla avait fait le même constat que lui, aucune autre Maison du Nord n’étaient présente. Le jeune homme entendit les paroles prononcées à demi-mot par la Princesse du Sud, ce qui le fit sourire légèrement. Cette femme avait une telle fierté de sa Maison, à juste titre que ses dires étaient largement fondés. Après tout, seule la Maison Martell garda ses titres Royaux.

Et bien figurez-vous Princesse que je ne comptais pas me déplacer jusqu’ici, surtout avec le climat qui règne dans le Nord, le décès récent de mon père et le fait que comme vous, je ne porte pas les Targaryens dans mon cœur. Mais je me suis dit que cela vaudrait la peine de venir m’informer sur les intentions de tout ce beau monde, les complots vont aller bon train et j’aime savoir ce qui se trouve derrière moi. Et puis je savais que je vous reverrai, donc il ne m’en fallait pas plus pour galoper plus d’une lune jusqu’à la Capitale.

Rogar refusa d’un signe de la main le verre de vin que venez de lui tendre une des servantes. Bien que ce breuvage devait être certainement exceptionnel et qu’à l’accoutumé il n’aurait pas rechigné à le prendre, il voulait garder l’esprit vif. Le Seigneur reprit son air dur et sérieux du Nord.

La mort de mon père fut brutale. Certes, je n’ai pas été réellement affecté par sa disparition, tant nous étions différents, mais j’admirais sa hargne et son dévouement envers l’honneur de notre Maison. Quoi qu’il en soit, je suis le nouveau Lord de Dreadfort ainsi que de la Maison Bolton, je compte bien lui redonner son influence et son importance, je ne reculerai devant rien. Bien que ma prise de pouvoir soit récente, je n’ai pas éprouvé de difficultés, mon domaine se porte très bien, il ne s’est d’ailleurs jamais aussi bien porté depuis de nombreux siècles. Je dois bien admettre que la politique militaire de mon père est un succès, les forces Bolton sont conséquentes, sans doute similaires aux forces Stark, de quoi donner des idées n’est-ce pas ? … Mais parlons peu, parlons bien, qu’elles sont vos premières impressions sur le monde qui nous entoure ?

Sheena Targaryen

avatar
Princesse des Sept Royaumes / Sorcière errante
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 1:37
J’étais heureuse d’apprendre que je ne dérangeais pas et surtout et Khanrell était heureuse de me voir. Je savais très bien que ce genre de discussion n’était pas à prendre à la légère et que ce n’était que moi qui l’avait entendu et pas mon cousin. Je le savais très bien qu’il ne fallait pas dire ce genre de choses ici. Elles avaient eu de la chance que ce soit moi qui l’entende, car j’étais tout à fait du même avis qu’elles. Je ne pouvais pas en faire autrement, du tout. Je les soutenais toutes les deux, avec une légère… spécificité à Khanrell ? Elle vivait de la violence, et j’étais avec elle… Daeyna, je la connaissais et je l’appréciais, sans pour autant qu’elle soit très proche de moi. Nous avions seulement une bonne entente, toutes les deux.

Je caressai la main de Khanrell avec un petit sourire. Daeyna me remercia. Tout de même, qu’elle l’aime ou qu’elle ne l’aime pas, c’est tout de même une perte et je crois que dans tous les cas, c’est plus ou moins douloureux. J’écoutais l’histoire de ma cousine et je perdis mon sourire. C’est triste tout de même, mais en l’écoutant je ne pouvais pas m’empêcher de dire qu’il était un bon homme. Il ne pouvait pas être mauvais s’il comprenait cela. Je suis triste d’apprendre tout cela, mais au moins, ils avaient réussi à atteindre un terrain d’entente. Triste mais heureuse pour elle qui était tombée sur un homme comme cela. Plusieurs auraient pu faire autrement, et je le sais. Enfin…

« Tu es tombée sur une bonne personne tout de même et cela me rend heureuse. Plusieurs n’auraient pas pu le comprendre et… je crois que c’est bien. Vous avez bien vécu au moins… et je crois que c’est l’important à aller chercher de ce genre de situation. »

Elle demanda à terminer la conversation. C’était mieux vu la situation et il fallait parler seulement à trois. C’est quand même horrible… j’hochai la tête, sans rien dire de plus. Elle avait raison de toute façon. Nous étions les princesses Targaryen. Et nous avions un rôle à jouer. Je fus la première à me lever. Personnellement, mon opinion sur le mariage restait neutre. Je ne savais pas. Je n’étais pas veuve, ni aussi fragile que Khanrell. Disons que je passais aussi beaucoup plus inaperçue. J’aurais limite préféré que les regards soient sur moi, et pas sur Khanrell et vraiment pas par jalousie mais juste pour qu’elle se sente mieux. Bref. « Je suppose que vous pouvez y aller en premier, vous êtes tout de même les sœurs du roi et, s’ils attendent des salutations – bien que je doute que ce soit le cas – c’est certainement de vous. » Elles allaient toujours avoir une priorité aux yeux des autres. Ce n’est pas dit que la plupart me connaisse...

Un serviteur passait par là… et j’en profitai pour prendre une coupe de vin. Non pas que j’aimais boire, mais c’était tout de même un bal et je devais donner l’impression que ça allait. Dans ma tenue, j’ai tout à fait normale donc je n’avais pas cette gêne. De plus, j'étais une sorcière dans ma tête, même avant d'être une princesse. Du point de vue de tous, je savais que ce n'était pas le cas, mais c'était ce que c'était. Disons qu'avec l'entrainement magique, la confiance vient.


En cours ♥️

Naïla I. Martell

avatar
Princesse de Sunspear / Suzeraine de Dorne
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 21:34
Une stratégie, disait-il? Naïla essaya d’analyser les traits du visage de Rogar, cherchant la vérité dans ses yeux, son plan dans son sourire, un indice dans le ton de sa voix. Il fallait avouer qu’il cachait bien son jeu, mais le fait qu’il avait pensé à l’avantage que pouvait procurer un mariage avec l’une des princesses mettait déjà la puce à l’oreille de la Martell. Elle fit toute fois mine de ne rien avoir remarqué, se promettant d’être plus attentive la prochaine fois qu’il parlerait des deux Targaryen ou de le relancer plus tard sur la question. La Dornish se contenta donc de glousser sous le second compliment du Lord de Dreadfort, lui poussant doucement l’épaule du bout des doigts d’un geste fraternel.

Rogar lui expliqua ensuite qu’il n’avait nulle envie de quitter le North et sa situation politique un peu tendue, en plus de ses nouvelles fonctions et de son manque de sympathie envers la royauté, mais qu’il avait changé d’idée en se disant qu’il serait pertinent d’être au parfum des complots qui montaient à la capitale, question de savoir ce qui attendait Westeros dans la crise actuelle. C’était exactement ce qui avait aussi motivé Naïla à s’y rendre, afin de participer activement à ses intentions belliqueuses envers la famille royale. Les Dragons n’avaient que trop abuser de leur pouvoir, et le nouveau Roi ne l’impressionnait pas, il était temps que Dorne retrouve son indépendance et sa liberté. De toute façon, ils étaient déjà les moins attachés à la couronne, ce n’était qu’une question officieuse à régler. Le seul problème était que cette question risquait de relancer la guerre que ses ancêtres avait étouffée dans une alliance politique des années au paravent.

-Beau parleur ! se moqua-t-elle en le repoussant à niveau de façon taquine. Si tu n’étais pas aussi jeune et presque mon frère, je crois bien que je te marierais Rogar. La femme que tu choisiras aura de la chance, alors choisis la bien, il faut qu’elle sache en profiter.

Ainsi au moins elle avait la certitude que, si elle devait se rebéller contre le trône, son bon ami de Dreadfort lui prêterait main forte… ou au minimum n’aiderait pas le Roi, ce qui était déjà une bonne chose. Dorne avait résisté tout seul pendant la conquête, ils n’avaient pas tant besoin d’alliés, seulement s’assurer de ne pas avoir d’ennemis… Naïla allait quand même devoir s’assurer d’en avoir le cœur net dans un tête à tête plus tard : hors de question de parler de tout cela en pleine foule du bal organisé par le Roi dont elle voulait s’émanciper… et peut-être même détrôner.

Apparemment, le décès de l’ancien Lord de Dreadfort n’avait pas été délicat, et la Princesse Martell se retenait à grande peine de le questionner à ce sujet : pas parce qu’elle avait peur de le froisser, elle savait que même s’il admirait son père, Rogar ne l’aimait pas… seulement, elle se doutait que s’il ne lui avait pas dit les circonstances de sa mort d’emblée (en fait, déjà qu’elles ne soient pas connues de tous et détaillée par les messagers qui leur avait fait parvenir la nouvelle) c’était que la méthode de son décès ne devait pas être su de tous, et que ce serait donc, ça aussi, une conversation à reporter à plus tard.

-Tu sais que tu pourras toujours compter sur Dorne pour t’aider à redorer le blason Bolton, n’est-ce pas? On fait cela dans la famille, roucoula-t-elle en glissant son bras qui ne tenait pas son verre au bras de Rogar, sous-entendant clairement qu’elle espérait la même promesse de lui, puisqu’il parlait de l’importance de ses forces militaires… Déjà des idées de grandeur, tu es surement aussi envieux que moi! Tu sais que c’est une qualité que j’admire pas vrai? On fera une bonne équipe tous les deux.

Sa dernière phrase avait été presque chuchotée, et elle mena la marche de leur petit duo à l’écart des nombreux convives, toujours accrochée au bras du Lord de Dreadfort. Ils s’aventuraient sur des terrains glissants avec leur conversation, alors s’ils voulaient poursuivre, mieux valait s’éloigner un peu. Voire beaucoup. Naïla et Rogar sortirent ensemble de la salle de bal, se dirigeant dans les jardins internes. Il y avait toujours des gens, mais moins qu’à l’intérieur, et le bruit réconfortant d’une fontaine d’eau en marche suffirait à étouffer leurs propos chuchotés.

-Tu appelles cela un monde? Le nouveau Roi est plutôt grotesque, pas seulement avec ses sœurs, mais avec ses Lords. Il perd le contrôle et il commence à le comprendre, mais ne sait que faire pour nous récupérer. Ce n’est pas un souper gratuit après des semaines de voyage qui va lui assurer le support des suzerains des sept couronnes… Non, je crois que notre monde est prêt à passer à autre chose, et je compte bien être du bon côté lorsque cela arrivera. Je veux redorer mon blason, moi aussi, Dorne ne devrait pas être une principauté, mais une Royauté… Tout comme le North…

La femme se détacha nonchalamment de son ami et leva le fond de son verre en signe de toast.

-À ceux qui resteront? souffla-t-elle si bas qu’elle n’était même pas certaine que son vis-à-vis puisse l’entendre.


Rogar Bolton

avatar
Lord de Dreadfort
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Juin - 9:51
Rogar fut amusé lorsque la Princesse évoqua le mariage. En effet, bien qu’il demeurait jeune, bon nombre de fils de Seigneur étaient déjà mariés depuis longtemps à cet âge là. Il ne savait pas vraiment si sa future épouse aura de la chance de l’avoir comme moitié, vu la sinistre réputation de sa famille. Mais quoi qu’il en était, ce sujet ne représentait pas sa priorité, malgré l’importance de la chose. Le jeune Seigneur se doutait que Naïla le questionnerait plus tard sur la disparition de son père, ce n’était pas le moment, ni l’endroit de l’évoquer. Il se laissa tranquillement guider par la jeune femme jusqu’aux jardins du Red Keep. Bras dessus, bras dessous, leur petit duo ne passa pas inaperçu, pour la plus grande satisfaction de l’Ecorché qui ne comptait certainement pas dissimuler sa proximité avec Dorne.

L’endroit était bien plus calme et intime, l’idéal pour pouvoir parlementer posément de sujets bien plus sérieux. Loin de cette agitation, il écoutait attentivement les dires de la Princesse de Sunspear. Il savait que le Royaume du Sud était son plus grand allié, mais entendre Naïla renouveler cette alliance le confortait dans sa position. Il ne pouvait que comprendre son animosité envers les Targaryens. Les Dorniens restaient le peuple insoumis de Westeros, ils n’avaient jamais plié, contrairement aux autres. Cela forçait le respect. Ils en avaient donc gardé et même développé une fierté inébranlable. Naïla disposait de tous les traits de ses ancêtres, c’était pour cela que Rogar pensait qu’elle réussirait. Les forces militaires de Dorne pouvait sans conteste s’emparer de King’s Landing.

La Princesse n’avait pas besoin des siennes mais c’était sans compter sur l’honneur de Rogar. L’Ecorché contribuera à toutes actions militaires Dornienne contre le Roi, il était de son devoir d’apporter son soutien à Naïla. Sa décision sera irrévocable, aussi lourde de conséquence soit-elle, peu importe ce que les Starks diront, Rogar n’avait de compte à rendre à personne. Il savait que lorsque la rébellion éclatera, cela marquerait un nouvel élan pour le Nord, loin de l’hégémonie de la Couronne et faire partie de cet élan s’avérait comme indispensable pour sa Maison, ainsi que ses convictions. De plus, outre le fait que la Princesse pouvait compter sur lui, Rogar pouvait également compter sur elle.

Des idées de grandeurs pour sa Maison ? Lord Bolton en avait à revendre. Ne serait-ce que pour lui redonner sa place légitime dans le Nord ou laver les affronts qui ont été fait. Les prochaines lunes seront décisives, les opportunités qui se présenteront détermineront l’avenir de son Nom et les saisir était sa priorité. Et quoi de mieux que de disposait d’un allié aussi important que Dorne ? D’ailleurs, cette alliance était sans doute l’une des plus atypiques et des plus dangereuses, non seulement pour la Couronne, mais également pour tous les autres Royaumes.

Ce Roi est tout ce qu'il y a de plus grotesque en effet ... Oh je suis convaincu qu'il sait dans quelle position il se trouve. Rassurez-vous, il ne nous récupérera pas, malgré tout ses efforts, le règne Targaryen va prendre fin ... Et vous pourrez également toujours compter sur moi Princesse, peu importe ce qu’il en coute. Oui je sais que c’est une qualité que vous admirez, je l’admire également, surtout lorsqu’elle est si merveilleusement bien représentée. Je crois effectivement que notre alliance, en plus d’être l’une des plus sincères des 7 Couronnes, sera prolifique à tous deux et sans nul doute très menaçante. De plus, les Lannister entretiennent de très bonnes relations avec les Starks. Si le Nord parvenait à s’unifier de nouveau, une alliance Dorne, Westerlands et North serait … inarrêtable ?  Je suis de votre avis, vous le savez, Dorne doit être un Royaume, comme MON Nord, le Nord que je veux. En plus de notre amitié fraternelle, nous partageons le même but, c’est pour cela que je défendrai si farouchement votre cause et vous donne mon soutien absolu. Néanmoins, nous devrons être certain de la position des autres Maisons suzeraines, en particulier les Arryn et les Tyrell. C’est en partie pour cela que nous sommes ici tous les deux non ? A ceux qui resteront ! Et à ceux qui trépasseront Princesse.

Khanrell Targaryen

avatar
Princesse des Sept Royaumes / Dragonnière
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Juin - 20:42
Khanrell fit la moue en entendant sa sœur lui avouer qu’elle n’avait pas aimé son mari, même s’il était un homme bon. Quelque part au fond d’elle, elle aurait préféré entendre que c’était le cas, juste pour y croire un peu. Mais sa déception laissa rapidement place à la surprise lorsque Daeyna leur avoua à demi-mot qu’elle n’avait pas… officialisé son mariage avec Lord Celtigar, qu’il avait respecté son choix de ne pas partager sa couche et avait plutôt pris une maîtresse (un commentaire qui fit rougir l’adolescente, mais elle était trop troublée pour s’en rendre compte). Cela expliquait certainement pourquoi son aînée était veuve et sans enfants maintenant, mais elle n’arrivait pas à accepter que de tels hommes puissent exister! En tout les cas, il devait certainement être le seul, il fallait être complètement déséquilibré pour avoir payé le prix fort pour une princesse et ne pas en profiter. La jeune femme avait eut de la chance, tout simplement, ce ne pouvait pas être une norme et Khanrell n’osait se faire d’illusions à ce sujet, de peur d’être déçue.

Sheena eut juste le temps de commenter qu’elle était ravie pour sa cousine d’avoir eu un si bon mari, avant que Daeyna ne demande à reporter cette conversation à un autre jour, spécifiant qu’elle en profiterait aussi pour travailler la force de caractère de sa cadette. Khanrell soupira, songeant que ce n’était pas comme si personne n’avait essayé avant : tout le monde avait essayé de casser sa petite carapace, sans succès. Elle était juste faible, il fallait s’y faire, et elle resterait éternellement une lâche. Les murs ayants des oreilles, elle hocha toutefois la tête à ce que le conversation change de tournure, mais se tendit à l’incitation des deux autres princesses d’aller faire leur devoir d’hôtes. La princesse Naïla Martell les avait observées à plusieurs reprises, la courtoisie voudrait qu’elles aient l’accueillir. Toutefois, l’adolescente gémit à cette idée, non parce qu’elle ne voulait pas rencontrer la dignitaire de Dorne (quoi qu’elle était quand même intimidante à sa façon…) mais parce qu’elle tenait compagnie à Lord Bolton, rencontré le matin, et que la jeune princesse préférait l’éviter pour l’instant, encore confuse de leur dernière conversation.

-Mais on est bien assises, non? On ne peut pas juste attendre qu’ils viennent à notre rencontre plutôt? soupira-t-elle en se levant tout de même de mauvaise foi.

Sa main droit toujours plantée dans celle de Sheena, Khanrell lâcha celle de Daeyna pour enfoncer sa main nouvellement libre dans l’un des plis de sa jupe, où elle avait caché la petite pierre reçue plus tôt dans la journée. La princesse la portait au cou lorsqu’elle s’était rendue à ses appartements pour se préparer, et ses domestiques avaient refusé qu’elles se baladent avec un tel bijou, pas avec la robe qu’on lui avait choisi : pas assez raffiné, pas assorti, et pas l’air assez valeureux. Elle portait donc plutôt des diamants qui accentuaient l’intérêt de son décoleté, alors que la météorite (si seulement ses servantes avaient su qu’il ne s’agissait pas d’une roche ordinaire, elles n’auraient pas souligné son manque de valeur) avait été glissée à la va-vite dans son vêtement dès qu’elle fut assurée que personne ne la regardait. Même elle ne savait pas pourquoi elle avait fait ça. Comme si un simple rocher, aussi précieux (et étonnement toujours chaud) fut-il, pouvait vraiment être magique, conférer du courage. N’empêche que sa présence la réconforta, mêlée au contact de sa cousine, en cette seconde précise où Sheena suggéra que les sœurs y aillent d’abord, puisque c’était elles les plus proches du Roi. La jeune Targaryen soupira en prenant la direction de la Dornienne, et soupira encore, de soulagement cette fois, lorsqu’elle la vit quitter, bras dessus bras dessous, avec Lord Bolton. Incapable de masquer son plaisir devant la libération de cette tâche, Khanrell se tourna vers Daeyna.

-Et maintenant on fait quoi? lâcha-t-elle d’un ton où la satisfaction était plus qu’évidente, bientôt freinée par une claque sur sa main droite qui lui brûla la peau et la força à lâcher la main de sa cousine.

Assénée par le Roi, le son du coup avait résonné dans les oreilles de la jeune princesse, mais pas autant que les reproches à peine masqué de son frère lorsqu’il leur demanda d’arrêter de se toucher en public, sous-entendant qu’il n’arriverait jamais à la marier si elle passait pour attirée par les femmes. Khanrell s’empourpra, se demandant bien où il pouvait trouver de telles idées, ne comprenant pas davantage comment il croyait que les gens s’imagineraient cela! Les cousines, normalement, c’est fait pour s’aimer, non? La jeune femme resta toutefois béate, incapable de répondre au Roi, comme toujours, alors il en profita pour lui adresser son habituel sourire carnassier, en se moquant que puisqu'«elle n’était bonne qu’à être belle, elle devait aller dignement occuper son rôle d’hôte». La princesse serra les dents pour ne pas pleurer alors que sa main lui brûlait toujours de sa claque, mais surtout que la scène avait attiré quelques regards curieux. Plusieurs nobles semblaient tentés d'emmener les princesses à danser, aux grand damne de la cadette, qui ne trouva nulle autre solution qu'entraîner sa soeur sur la piste de danse. À regret, elle laissa Sheena derrière elles, de peur de se prendre d'autres réprimandes du Roi si elles restaient trop proches. Pourtant, le regard désolé de Khanrell en disait long sur la personne avec qui elle avait envie de danser.

-Je ne veux pas qu'on me touche Daeyna... chuchota-t-elle en remuant à peine les lèvres. Je déteste quand tous ces monstres me touchent, je ne supporterais pas de danser avec eux. Juste à penser à leurs mains sur... brrr

Khanrell frissonna, repensant à la pression des mains de son frère sur ses hanches lorsqu'il faisait d'elle son jouet, essayait de chasser la pensé des mains d'autrui dans la même position, mais elle ne pouvait s'en empêcher. Les visages de tous ceux qui lui avaient parlé, l'avaient regardé, avaient exagérément baisé sa main... ses visages se superposaient à ceux du Roi, dans la tête de la pauvre princesse.



Naïla I. Martell

avatar
Princesse de Sunspear / Suzeraine de Dorne
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Juil - 15:36
-Ceux qui trépasseront ne méritent pas que je bois à eux, il n’y a que les plus forts qui méritent mon intérêt… sussura-t-elle en vidant sa coupe. Et le Roi ne mérite pas que je bois en son honneur.

Ce long voyage allait avoir valu la peine. À peine quelques minutes que le bal était commencé que déjà elle s’assurait que son fidèle allié Bolton ne l’oublierait pas lorsque le moment viendrait. Il était plus que temps que les Targaryen perdent leur couronne, leur contrôle sur Westeros n’avait que trop duré, dragons ou pas. Décidément, le trône de fer avait besoin d’un peu de sang neuf… du sang Martell, idéalement! Qui de mieux pour tous les gouverner que le seul peuple n’ayant pas plié à la pression d’un envahisseur? Il ne restait maintenant qu’à rencontrer d’autres Lords de grandes et petites familles, évaluer lesquelles soutiendraient la monarchie actuelle et lesquelles désiraient la renverser… Mais surtout qui risquait d’essayer de lui faire de l’ombre lorsque le moment serait venu s’asseoir un nouveau royal postérieur au Red Keepé *Comme si quelqu’un pouvait encore me faire de l’ombre à moi…* songea-t-elle avec un sourire qui pouvait sembler comme une réaction aux propos de Rogar.

Il lui fallait absolument réussir à parler à ce Lord Lannister, ou en tout cas à son fils, car le futur des Westerlands lui semble bien plus intéressant que son présent actuel. Et puis, on disait du jeune Aaron qu’il avait une façon de gouverner de loin différente à celle de Steffon, et laquelle plaisait bien à Naïla. Toutefois, elle était légèrement embêtée par son parti prix pour les Stark… si une guerre venait à éclater et que la princesse Martell devenait Reine des Sept Couronnes, c’était Bolton qu’elle voulait voir gouverner le North, un North comme il le veut, un Royaume à part du reste comme il aurait du le rester, lui aussi, il y a plus de deux siècles. Pas les Stark de Winterfell. Cela valait tout de même la peine de vérifier, et si elle pouvait mettre la main sur un Arryn ou Tyrell, comme le suggérait Rogar, ce serait vraiment une soirée payante pour son peuple.

-Mon bon Rogar, ne te m’éprends pas sur la passion qu’évoque en moi ces propos, seulement plus nous resteront longtemps à l’écart, plus il y a des risques que des petits chuchoteurs viennent écouter notre conversation. Je suggère donc que nous remettions cela à plus tard. De toute façon, je ne voudrais surtout pas manquer une seule minute de plus de cet incroyable banquet… Après tout, il me tarde de boire les paroles de notre estimé souverain lorsqu’il daignera nous faire don d’un discours, suggéra-t-elle avec un sarcasme parfaitement palpable. Et puis, je prendrais bien encore un peu plus de mascarade dans mon verre, il me semble que je n’ai pas encore suffisamment trempé dans ces faux semblants pour en être tout à fait imprégnée.

Reprenant le bras de son allié de toujours, Martell et Bolton reprirent le chemin de la salle de bal. Avec un clin d’œil appuyé en sa direction, Naïla se détacha de lui dans le but d’arpenter plus en profondeur la cohue de nobles invités qui remplissait le grand hall du Red Keep, se faufilant de groupes en groupes à la recherche de Lords dignes de lui adresser la parole.


Shae Stark

avatar
Lady de Winterfell
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Juil - 17:23
Un bal, mais quelle idée le roi avait en tête. Lady Stark n’en voyais pas l’importance de fêter un an sur le trône de fer, mais bon. La famille Stark avait prêté allégeance au Roi et devait au moins faire acte de présence à cet évènement. Elle n’était pas une femme pour les grands banquets, bal ou célébration, vivant exclu des autres dans le nord, elle aime mieux la compagnie de ses proches.

Le bal venait tout juste de commencer quand Shae entra vêtu d’une tunique trop habillée pour l’été du Sud, mais très simple pour le nord. Le couple du nord portait des habits qui se complimentent à la perfection. La robe de Shae est de couleur foncée faite de laine avec des détails de fourrure, ces cheveux roux/rouge attacher avec le style des gens du nord. Elle devait être la plus femme la plus modeste dans ce bal. Tandis que son époux porte l’armure de Winterfell. Nous pouvons vraiment voir les racines Nordienne du couple.

Shae pouvait voir les différentes familles de Westoros s’entasser pour ce bal encore plus inutile que jamais. Toute ces grand événement n’était pas la place d’une mère de famille mais parfois il fallait savoir jouer au jeu des politiques et accepter c’est invitation inutile. Le voyage de la porte au roi était presque aussi long que celui de Winterfell a Kings Landing dans les yeux de Shae qui n’aimaient pas être le centre de l’attention. Elle laisse ce rôle au jeune bimbêche qui se dandinait partout dans la cour à moitié habiller.

Arrivé devant sa majesté, elle fit sa révérence. En se relevant, elle sourit aux deux princesses Targaryen. Toutes ces formalités ennuyaient Shae, mais elle ne laissa rien paraître devant la cour. Pendant que son Marie s’éternisa a parler avec le roi, elle s’éloigna en cherchant ces chers parents des yeux... Elle s’avait bien que les chances de les voir dans ce genre d'événement étaient presque nulles, mais un petit espoir la fit explorer la foule pour voir s’il y était. Une des domestiques l’approcha et lui offris une coupe de vin, elle la prit sans hésiter, un peu d’alcohol ferai passer la soirée plus rapidement, du coup, c’est ce qu’elle espérait.


"The snow fell and her kingdom rose."

Uthor Greyjoy

avatar
Lord des Iron Islands / Zoman
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Juil - 19:24

Il s’avance d’un pas souple dans le Red Keep, un fin sourire sardonique étirant ses lèvres pâles. Partout autour de lui, ce n’est que faste et excès, un océan de godelureaux n’ayant jamais goûté au sang et emmaillotés dans de riches étoffes, des freluquets ne pouvant prétendre au rang d’homme, des jouvencelles pimpelochées et imbibées de parfums capiteux, tout juste bonnes à dégueuler de creuses courtoisies. Il renâcle. Comme sa fille serait amusée d’observer ces femmes. Quant à lui, il tente d’ensevelir son dédain sous un masque neutre, naviguant adroitement entre ces gens qu’il abhorre tant. Vêtu d’un simple pourpoint noir frappé de l’emblème de sa maison, d’une longue cape et de chausses rapiécées, les cheveux de sel en bataille, Uthor détone grandement sur l’élégant tableau et cela le divertit au plus haut point. Qu’ils regardent, qu’ils mirent, ces chiens des contrées vertes, le dieu noyé les maudit tous, du dragon à la rose. Pour la chaîne d’or et les bagues dont il s’est orné, il a payé le prix du fer, ces nantis peuvent-ils en dire autant ?


Lorsqu’il a reçu l’invitation royale, le fer-né s’était dit que ce serait un bon moyen de briser la monotonie figeant les îles de fer et d’éluder quelques mois leur grisaille. Maintenant, il regrette amèrement. Un interminable et éreintant périple, une mer déchaînée et un équipage maussade pour finalement arriver à … ça. Il exècre ces frivolités mais s’était dit, à l’époque, que cela serait un bon moyen de prendre la température politique des Sept Couronnes et de jauger par lui-même le nouveau souverain. À présent, il n’est plus sûr que le jeu en vaille la chandelle. La capitale lui déplaît, le climat lui déplaît, les nobliaux lui déplaisent. Et il déplaît aux nobliaux, cela est partout peint sur leurs visages pleins de mépris. Il n’a pas sa place ici. Toutefois, il a fait tout ce voyage, et les rapports qu’il a reçus font état de quelques fâcheries entre certains grands seigneurs, il doit endurer cette épreuve, afin d’en avoir le cœur net.


Ses pas le mènent jusqu’à l’estrade royale et il daigne réaliser une infime révérence, son égo ne lui permettant pas de faire plus. Il s’en détourne, réservant encore son jugement ; la vigueur qui se dégage du physique ne lui a pas fait forte impression mais le fer-né se méfiait toutefois de la légendaire folie des dragons. Il s’oriente vers les princesses Targaryen, étant parfaitement incapable de discerner leur relation de sang quant au roi -  ce qui peut s’avérer ardu, lorsque l’on traite de la famille régnante. Il laisse un rictus goguenard bourgeonner sur ses lèvres. « Vos Altesses. » leur lance-t-il. « Mon équipage a vanté durant tout le périple la beauté des princesses Targaryens mais ils n’ont guère réussi à y rendre justice. » fait-il d’un ton doucereux. « Les seigneurs à qui le roi accordera vos mains sont bénis par le dieu noyé, cela ne fait nul doute. » dit-il plein d’arrogance tout en tournant les talons. Après tout, la manœuvre du souverain est évidente ; il expose ses princesses comme viande à l’étalage afin d’appâter de grands seigneurs et de raffermir son emprise précaire sur le trône. Attrapant au passage une coupe de vin, le kraken se positionne légèrement en retrait en vue d’observer posément les nouveaux arrivants et les conciliabules.

Tullia L. Martell

avatar
Princesse de Dorne / Diplomate
Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Lun 17 Juil - 15:16
Le voyage n'avait pas été de tout repos. Naviguer n'est pas vraiment ce que je préfère, mais le changement de température et les odeurs de King's Landing seront toujours une épreuve. C'est peut être exagéré pour la chaleur des lieux, qui restait importante et non comparable au nord. Mais la variété de ma garde-robe en souffrait toujours terriblement, et je ne pouvais porter ces robes légères et découvertes que j'affectionnais tant. Ayant pris un bateau avant celui de ma très chère soeur Naïla, j'arrivais sur la cité des Dragons quelques jours avant le fameux bal. Celui ci avait une certaine importance diplomatiquement, et c'était la première fois que je pouvais venir. Avant, j'étais trop jeune et cette affaire de Maison du Croissant Rouge à diriger me prenait plus de temps que ce que j'en aurais voulu. Arrivant dans la ville, habillée plus chaudement comme une diplomate de Dorne se devait d'être, je me dirigeais de suite avec quelques gardes dans mes endroits d'habituée. Car même si c'était la première fois que je venais au bal, ce n'était clairement pas la première fois que je venais à King's Landing. Les affaires, que voulez-vous...

Mes deux jours précédant le fameux bals furent bien remplis. Visites de quelques dignitaires et connaissance de Dorne, rôle diplomatique pour rencontrer tel ou tel marchand... Une visite également à l'une des petites maison de courtisans que je souhaitais racheter pour le compte du Croissant Rouge. Cette maison avait prospéré à Sunspear et à Dorne, mais il fallait à présent conquérir de nouveaux territoires. Ce ne sera pas facile, mais j'avais l'ambition qu'il fallait et l'amour des arts libertins pour ne pas me décourager. Les maisons de passe de luxe de la Cité Rouge avait sa réputation, je me devais bien de la tester et de vérifier par moi même... Les deux jours s'en furent bien rapidement, satisfaisant ma curiosité, les affaires, ainsi que mon désir charnel. Mais la soirée du bal allait être un tout autre terrain de jeu. Je savais que j'allais y rencontrer quelques un de mes contacts diplomatiques, mais l'anxiété et l'exctitation venaient pour une toute autre raison que de se retrouver seule sans qui parler.

L'anxiété était de confronter mon comportement à celui de ma chère et dévouée grande soeur. Naïla ne portait vraiment pas dans son coeur cette royauté à écailles, et je l'imaginais très bien se montrer aussi froide que possible et distante. De mon côté, la stratégie était bien différente. Diviser pour régner est une chose, mais faut il encore avoir des alliés et des relations pour sauver la face. Même si j'étais la diplomate, je n'étais pas celle qui nouait dans l'ombre les velléités pour renverser le pouvoir. Non, j'étais la conciliante, celle qui faisait ses affaires autrement, se renseignait, amadoue et lisse le regard que l'on peut avoir sur Dorne. Une trahison, pourrait-on dire. Mais n'y a t'il rien de plus beau que de tuer alors que sa proie est ensorcelée ? La tête que fera ma soeur quand elle me verra au bal. Je n'aurais pas besoin de la regarder que je pourrais sentir son regard froid sur mon dos. Bha, je sais ce que je fais, et elle le sait également. Mais cela ne reste pas agréable d'être désapprouvé d'une quelconque manière par un être proche et aimé, n'est-ce pas ?

L'autre sujet de mon excitation attendait au coeur du bal. Je m'y rendais un peu en retard, ayant eu une discussion plus longue que prévue avec un maitre courtisan. Mes apprêts étaient faits pour rendre hommage à ma beauté du sud, à mon statut de Princesse de Dorne. Je n'étais pas aussi dénudée que ce que je pouvais mettre dans la magnifique ville de mes ancêtres, mais je n'avais pas honte de mon corps souligné par l'élégance de mes mouvements. J'entrais dans la salle, marchant la tête haute et avec un petit sourire. J'étais belle, désirable, et je le savais. Provoquer le désir chez autrui était une satisfaction intense. Le satisfaire en était un autre charme bien plus délectable... Mais ici, seuls les regards pourront se croiser, quelques paroles douceureuses s'échanger. Je pouvais voir que ma soeur Naïla était déjà là, dans une robe plus sage que la mienne mais rendant grâce à son élégance et à sa prestance. Elle était aussi avec ce Bolton qui trainait souvent à Dorne. Non pas que son physique me déplait, mais sa manière de comploter et son air peu avenant ne me le rendait pas agréable. Bien que je rende hommage à son physique, je ne pouvais que détourner mon intérêt de lui pour le laisser à ma soeur. Non, ce qui m'intéressait et faisait briller mes yeux d'admiration et de curiosité, c'était les Perles de du Dragon qui étaient là, non loin du roi.
Beaucoup avait on parlé de ces beautés irréelles, de ces cheveux si clairs, ce teint si délicat et ces yeux si précieux. Elles étaient belles, désirables. Je ne pouvais que comprendre l'admiration que ces hommes avaient pour elles. Une admiration pleine d'émotion libidineuse, que moi même j'épprouvais en mon ventre alors que mes yeux se posaient sur ces Princesses Dragons. Mais elle étaient plus... Une beauté que pleine de grace et de dignité, des choses délicates sur lesquels on oserait poser la main, et pourtant capable de la force des Dragons. Elles étaient plus, et en même temps... moins.


" Vos Altesses..."

J'avais salué le roi, d'une petite révérence qui satisferait autant mon amour des convenances diplomates que le mépris de Naïla. Mais j'avais également salué les princesses, m'étant rapproché d'elles et leur souriant avec charme et compassion. Même si je les désirais charnellement, surtout que j'étais plus proche, j'avais du respect pour elles et ne saurait me montrer déplacée. Ce qui attise le désir doit être choyé et traité avec dignité. Je leur parlais avec douceur mais aussi avec animation, ne pouvant détacher mon intérêt de leurs personnes. Car ce paradoxe d'autre autant de beauté et manquer de quelque chose de... vital à mes yeux.. C'était tout à fait intriguant et digne de mon intérêt.

"Je suis enchantée de pouvoir enfin vous rencontrer en personne. J'ai comme tout le monde beaucoup entendu parlé de vous, et avais hâte de pouvoir vous présenter mes hommages."

J'inclinais légèrement la tête, en guise de salut, et me présentais enfin dans les formes.

"Je suis Tullia L. Martell, princesse de Sunspear et diplomate de Dorne."

Je les observais, de mes yeux d'ambres acérés. Au début je les avais regardé avec la chaleur ardente du désir, mais maintenant... c'était une analyse, une recherche de compréhension. Pourquoi cette beauté, et pourtant autant de froideur et de tristesse ? Car j'avais bien cette impression en els regardant de plus près. Je ne comprenait pas... Elles étaient le fruit de la puissance incarnées, des femmes belles et désirables... Pourquoi avaient elles l'air d'oiseaux prêt à se faire attaquer ? J'étais déçue, mais ne pouvais rester sur une telle impression. Il devait y avoir plus que cela, des choses plus à même de remonter l'estime que je pourrais éprouver pour elles. J'essayais de converser, d'en savoir plus pour les cerner. Jetant un rapide regard sur la salle, je parlais avec bonne humeur et détente, faisant fi des regards que l'on pouvait me porter pour une telle audace.

"Est ce que cette soirée vous divertit ? Être au centre des regards doit être une aubaine autant qu'un fardeau."

C'était une vérité, mais elle ne devrait pas autant subir ce fardeau. Elles étaient peut être exhibées comme des bouts de viande sur un plateau, mais pourquoi ne pas s'en servir à leur avantage ? Elles avaient le pouvoir, et ne semblait pas vouloir l'utiliser. Enfin... C'est ce qu'elle pouvait être à mes yeux, juste sur ces quelques moments. Les rumeurs n'aidaient pas non plus à me faire une opinion d'elle, alors autant le juger face à face en parlant. Seraient elles les esclaves des Dragons comme on le prétend, ou bien leurs Maitresses ?

Daeyna Targaryen

avatar
Princesse des Sept Royaumes
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Juil - 19:13
Daeyna fît un sourire encourageant à sa jeune sœur en voyant celle-ci prendre son courage à deux mains et se décider à se lever de son siège afin de l'aider à exécuter leurs rôles d'hôtesses. De dos à la princesse suzeraine de Dorne et à Lord Bolton, c'est Khanrell qui lui fit remarquer qu'ils s'étaient éloignés. L'adolescente ne prit même pas la peine de cacher sa joie à cette annonce. Daeyna allait la réprimander gentiment lorsqu'elle vit Aegon s'approcher de Khanrell pour frapper violemment la main qui tenait toujours celle de Sheena. La princesse aînée entendit clairement les murmures d'indignation de quelques uns des invités qui avaient assistés à la scène, tout près d'elle. Heureusement pour eux, le roi était trop concentré à humilier sa sœur cadette pour s'en rendre compte. Daeyna n'aimait pas ce qu'elle voyait... Ce n'était pas la première fois depuis son retour que la jeune femme assistait à ce genre d'humiliation. Il était facile de prendre la défense de Khanrell devant un garde mais devant le roi lui-même... et face à ses sujets ? Il aurait été dangereux, voir complètement stupide, de provoquer le roi à ce moment-même. L'adolescente l'entraîna sur la piste de danse, une bonne façon de les éloigner du roi, qui les regarda avec satisfaction alors que certains lords faisaient mine de s'approcher vers elles sûrement afin de les inviter à danser.

Khanrell lui confia sa peur d'être touchée et Daeyna réalisa que danser n'était peut-être pas une si bonne idée après tout... Sa sœur était clairement traumatisée parce que ce que leur frère lui faisait vivre au quotidien au point où elle ne supportait plus qu'un homme la touche, quel qu'il soit. L'aînée des sœurs Targaryen avait beau tenter de convaincre Khanrell que tous les hommes n'étaient pas comme leur frère, il était difficile pour cette dernière de la croire. Évidemment, si elle n'avait connue que la brutalité provenant de la gente masculine qui l'entourait... Daeyna craignait ce dont Aegon avait bien pu faire subir à leur sœur qu'elle ne savait pas. S'était-il arrêté à la torturer psychologiquement et à la brutaliser légèrement ou était-il allé plus loin ? Et si le fils était une réplique exacte du père ? Aegon avait-il osé poser ses mains de manière plus intimes sur Khanrell comme l'avait fait leur père avec elle ?

Le bal n'était pas l'endroit pour avoir cette conversation sérieuse avec Khanrell. De plus, n'étant pas encore très proche de sa sœur, cette dernière sa confierait-elle à elle ? Daeyna n'en était pas certaine...

Pour l'instant, l'important était de protéger Khanrell et de l'éloigner de toutes ces mains avides et de ces regards insistants. En regardant la foule à la recherche d'une échappatoire, la jeune femme remarqua que Lord et Lady Stark venait d'arriver, tout comme un homme qui devait être Lord Greyjoy. Daeyna prit une coupe de vin et en tendit une à Khanrell. Un peu de courage liquide ne leur ferait pas de mal... La princesse aînée sourit de façon polie aux Starks et répondit amicalement aux compliments de Lord Greyjoy qui leur tourna le dos aussitôt ses mots doucereux prononcés.

C'est finalement la princesse Tullia Martell qui leur offrit leur première échappatoire en s'approchant des princesses pour leur faire la conversation.

Daeyna regarda Aegon en lui faisant un sourire d'excuse ; les princesses ne pouvaient quand même pas être impolies avec une princesse dornienne ! Elles se devaient de refuser les invitations à danser et de tenir compagnie à leur homologue royale...

Tullia Martell était tout simplement charmante. Elle leur faisait la conversation avec animation, tout à fait à l'aise dans cet environnement, sûre d'elle. La dornienne était habillée de façon très révélatrice, un peu comme les Targaryen, mais avec beaucoup plus de goût et de prestance. Elle assumait pleinement ce qu'elle portait, tout comme sa sœur aînée, Naïla, ce qui les rendait incroyablement charmante et désirable. Les hommes et même certaines femmes ne pouvaient détacher leurs regards des deux dorniennes qui semblaient exulter sous leurs regards. Daeyna était confiante face à sa beauté, savait qu'elle était aussi désirable et qu'elle pouvait utiliser ses atouts à son avantage... mais elle n'avait pas connue beaucoup d'hommes et son manque d'expérience jouait en sa défaveur... et aussi le fait qu'elle n'était pas du tout confortable avec la robe révélatrice qu'elle portait. Portée par Tullia ou Naïla Martell, cette robe aurait été sensuelle... mais Daeyna n'était pas assez à l'aise dans ce bout de tissus pour bien porter cette robe. Sa  seule envie était de fuir en courant vers sa chambre question de se changer, de retrouver un peu de sa confiance et de sa classe. Jamais la princesse ne serait à l'aise à porter ce genre de vêtements... Elle préférait être belle et avoir de la classe plutôt que de ressembler à ça.

La princesse sentait le regard de sa comparse dornienne sur elle et sur sa sœur, elle se sentait détaillée de la tête au pied. La princesse Targaryen n'ignorait pas les mœurs des dorniens... Savait qu'ils était très à l'aise avec leur sexualité. Le sexe de la personne n'était pas un obstacle pour les dorniers... alors que chez les Targaryen, c'était le sang qui n'était pas un obstacle, réalisa Daeyna avec dégoût. la jeune femme n'avait rien contre les mœurs des dorniens mais la pratique incestueuse de ses propres ancêtres avait toujours répugnée au plus haut point la jeune femme. Elle savait qu'il y avait des chances que Aegon décide de la marier, question de garder leur sang pur... mais le roi avait aussi besoin d'alliés. Elle espérait grandement que ce besoin soit plus fort que celui de garder la lignée Targaryen pure...

- Ce bal est en effet des plus divertissants... mais également des plus révélateurs...

Daeyna laissa sa phrase en suspens un instant, détaillant les convives qui les entouraient.

- Sans aucun doute, vous savez ce que c'est, être le centre de l'attention... Les gens tentent de juger votre force de caractère, en un seul regard poser sur vous, comme si en vous regardant ils pouvaient découvrir qui vous êtes, vos désirs et vos aspirations... Comme si j'étais un livre ouvert... Alors que ce n'est pas du tout le cas... Laissez les regarder comme ils veulent. En réalité, ils n'ont aucune idée... Daeyna regarda à la dérobée son frère avant de reposer son regard sur son interlocutrice, et c'est peut-être mieux ainsi.


Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: