Revenir en haut Aller en bas


Forum de RP basé sur l'univers de l'oeuvre de George R.R. Martin A song of ice and fire et de sa série télévisée Game of Thrones.
 

Bienvenue en Enf... à Harrenhal[PV Kalil]

 :: Westeros :: Riverlands Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 13 Mai - 18:19
Elyane brodait, ses longs cheveux blonds tombaient autours de son visage fin et concentré alors que ses yeux bleus suivaient le tracé de son aiguille. Son travail avançait bien, d'ici quelques heures tout au plus elle en aurait fini avec ce manteau. Elle le brodait aux armoiries de sa famille, neuf chauves souris sur fond jaune disposée en losange. Les chauves souris étaient très détaillées, la jeune Lady y avait apporté un soin tout particuliers. Jouant sur différentes couleurs et jeux d'ombres pour donner vraiment une impression de fourrure sur le ventre des animaux, elle avait aussi pris le temps de broder le détail des dents blanches tranchant sur leurs corps sombres, comme la peau rose de leurs oreilles. Elle avait aussi beaucoup travaillé sur les membranes des ailes et les os les traversant, ainsi elle avait brodé neufs sublimes chauve souris surprenamment vivante de réalisme, presque vivantes. Elle terminait de broder les entrelacs celtiques sur les bordures au fil noir. Voilà deux ans qu'elle travaillait sur ce manteau. Elyane n'en avait jamais rien dit mais, elle espérait que ce manteau soit celui qu'elle porterait pour son mariage, celui qui serait recouvert par celui aux emblèmes de la Maison de son époux, et qu'elle lorsqu'elle l'aurait fini, même avant, elle serait fiancée à voir enfin la fin de sa vie entre les murs d'Harrenhal. Mais ce ne semblait pas être le cas, elle ne pouvait s'empêcher d'en être déçue, elle allait devoir attendre encore un peu il semblerait… Mais jusqu'à quand ? Combien de temps devrait-elle vivre encore entre ces horribles murs ? Combien de temps devrait-elle subir le regard méprisant et froid de son père ? Combien de temps parviendrait-elle à le supporter encore ? Elle ne le savait pas…
Elle poussa un soupir avant de lever la tête pour observer la pièce, avec ses murs à la pierre étrangement tordue et à la couleur étrangement foncée. La salle de couture était une des pièces qui avait, par on ne savait quel coup du sort, le moins conservée de traces du feu destructeur des dragons. Mais les traces étaient bien là… Elyane appréciait la pièce pour le répit qu'elle offrait, aussi minime soit-il, dans l'univers de pierres fondue et noircies, imprégnées de souffrances et d'horreurs. La jeune femme se sentait nerveuse, et elle se doutait bien du pourquoi de cette fébrilité. Son père recevait un visiteur, rien d'inhabituel et angoissant, Xander Whent et ses fils recevaient assez régulièrement du monde, non, c'était que ce visiteur venait à dos de dragon. La petite Lady Whent avait vu le dragon arriver au dessus du château environ deux heures auparavant, elle avait vu la bête se poser dans la cour principale et avait était stupéfiée et fascinée par la créature. A la fois majestueuse et terrifiante, elle avait vu le dragonnier un géant à la peau halée poser pied à terre, flatter sa monture ailée qui était ensuite partie se percher à une des hautes tours d'Harrenhal; puis l'homme était allé saluer son père ainsi que Baruch et Othello. Elyane elle était à l'écart, elle observait la scène depuis la galerie supérieure qui donnait sur la cour. En étant la plus discrète possible, Xander ne l'avait pas demandée pour accueillir le visiteur.
Elle savait que le dragon présent aujourd'hui ne ferait rien à Harrenhal, que le château ne reprendrait pas feu. Mais la présence d'une telle créature ici, l'angoissait… Aussi irrationnel que ce soit. Elle été ainsi songeuse lorsque l'on frappa à la porte, Elyane eut le temps de poser son ouvrage et de commencer à se lever lorsque son père entra dans la pièce, suivit par le géant à la peau hâlée.

-Père.


-Elyane, ma fille. Voici le Prince suzerain de Dorne, Kalil Superbio Martell.

Ah ben rien que ça… C'est que ça sentait l'embrouille si son père prenait le risque de présenter sa fille si… décevante à un personnage si important. Mais fidèle à son éducation de Lady Elyane fit une révérence.

-Votre Altesse.

-Bien, je vous laisse faire connaissance. Fais-lui donc visiter le château et ses environs. Votre altesse, j'espère vous avoir au dîner de ce soir.

Et Xander Whent quitta la pièce après une révérence au prince, mais sans un regard supplémentaire à sa fille.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lady Whent
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Mai - 22:47
Il y a quelques mois, si l'on m'avait dit que je devrais me préoccuper de la politique et de rendre visite à d'autres maisons, j'aurais probablement ri. Ce n'était pas dans mes cordes, Naïla était bien plus apte à s'en occuper. Mais elle était partie, et j'ai dû apprendre par moi-même à converser avec d'autres Lords afin de créer des amitiés. Et autant le dire, j'en ai déchiré des parchemins! Parmi toutes mes correspondances, celle avec la Maison Whent avait été particulièrement intéressante. Bien que le Lord se montrait énigmatique afin que ses missives ne soient pas mal vues par le Roi en cas d'interception de sa part, son opinion envers la Couronne était claire. Et nous étions parfaitement d'accord sur ce point: Aegon n'avait pas la carrure pour diriger les Sept Royaumes. En plus, il n'appréciait guère les Tyrell. Je dois avouer que la présence du Lord Valery aux cotés du Roi avait décidé de mon jugement concernant cette Maison: il fallait l'éviter. Finalement, avec le Lord Whent, nous nous fixâmes une date pour une rencontre dans sa demeure, bien plus discrète que Dorne pour former des alliances. Bien entendu, j'ai mis les formes pour y aller. Une tenue respectable aux couleurs de ma Maison adaptée pour le voyage mais aussi une rencontre, pour une fois, on ne pourra pas dire que je suis un Prince dépravé ne faisant guère attention à son image, ainsi qu'une garde rapprochée. Certes, je ne m'attendais pas à ce que le Lord me poignarde, mais dans le ciel, d'autres dragons volent... Parmi mes soldats, j'avais choisi deux soeurs dont je ne pouvais pas reprocher les compétences au combat, c'était aussi pour assurer à ce bon Lord que, oui, nous sommes une Maison tolérante, et même nos femmes sont aussi dangereuses qu'un homme. Bien entendu, leurs vêtements furent modifiés et moi-même je portais un plastron de cuir sous mes vêtements, à même la peau. Là encore, une flèche soigneusement tirée depuis une monture volante pouvait être fatale, et même si cela semblait absurde... Mieux valait être prévenant. Surtout que j'agissais alors que ma soeur se trouvait toujours à Red Keep! Qui sait ce que lui ferait le roi en apprenant que je... conspirais? Complotais? Cherchais des alliés? Bref. La situation n'était pas vraiment à mon avantage.

Shaaïra se montra particulièrement calme durant le voyage, sans doute à cause des deux soldats accrochés à sa selle par leurs baudriers, c'était la première fois qu'elle transportait ainsi plusieurs personnes, et cela ne semblait pas la déranger. Le trajet dura deux semaines, essentiellement parce que je ne voulais pas fatiguer ma compagne d'âme, et parce que je refusais de passer au-dessus des villages, rendant notre chemin assez compliqué. Finalement, nous arrivâmes le jour-J à Harrenhal, un château qui avait eu la malchance d'être brulé par le célèbre Aegon Le Conquérant, monté sur Balérion. Faute d'avoir une tour assez stable sur laquelle se poser, Shaaïra atterrit dans la grande cour face à l'entrée, effrayant au passage les chevaux dans les écuries. Le Lord était là ainsi que ses fils, mais pas sa fille étrangement, je ne m'interrogeais pas sur l'instant, elle devait être à l'intérieur sans doute. Avec agilité, je descendis de ma monture qui ne perdit pas de temps pour s'envoler, non sans se pavaner un peu au passage. Un sourire amusé aux lèvres, je me dirigeais avec le Maitre des lieux tandis que Shaaïra allait se percher sur une des hautes tours. Me souvenant du protocole, je m'inclinais assez bas devant le Lord, affichant ainsi ma position d'Invité dans sa Maison, geste qu'il balaya de la main comme si cela ne signifiait rien à ses yeux.

- Au diable ces salutations cérémonieuses et encombrantes! Prince, je vous souhaites la bienvenue à Harrenhal.

- Je vous remercie pour cet accueil. Je vous en prie, appelez moi Kalil!

- Et moi, Xander. Vous n'y allez pas par quatre chemins à ce que je vois, tant mieux. Venez donc.

Visiblement, le Lord Whent préférait l'action aux longs discours, cela me plaisait grandement, je devais bien l'avouer! Marchant au même rythme que Xander, j'entendais derrière moi l'un de ses fils poser des questions à ma garde, il semblait être très impressionné, ou alors fasciné par leurs attributs... En tendant l'oreille, je découvris avec amusement que c'était sur les dragons qu'il voulait avoir des réponses. Après avoir traversé plusieurs couloirs et escaliers, nous arrivâmes dans un salon privé, le Lord se retourna alors vivement, me forçant à piler sec avec de lui donner un coup d'épaule involontaire.

- Othello, vas-tu donc cesser d'importuner ces soldats? Ah, la jeunesse! N'hésitez pas à le sermonner s'il vous embête trop.

La formulation semblait sévère mais l'étincelle dans les yeux de l'homme donnait un tout autre sens à son sermon, il était surtout amusé de voir l'intérêt du jeune homme. Finalement, il nous invita à entrer dans la pièce et à nous installer, des domestiques ne tardèrent pas à nous servir en thé et pâtisseries. Les deux soeurs ne prirent qu'un gateau avant de partir prendre place devant la porte de la salle tandis que je sirotais ma tasse tout en jetant un regard aux murs noircis et à la décoration sommaire. La discussion porta sur quelques sujets plus ou moins intéressants, la situation politique des Whent par exemple, ainsi que les rumeurs venant de la capitale. Visiblement, l'état de Leith était assez sérieux mais, comme moi, Xander n'en avait que faire. Il vint enfin au sujet que nous avions entamé légèrement dans nos missives.

- Je ne vous cache pas que notre position géographique n'est guère avantageuse. Les Tyrell sont entre nous, ce qui rend l'apport de soutien assez compliqué. Mais j'ai cru comprendre que votre Maison est liée à celle des Bolton, cependant, cela n'est pas suffisant, vous en conviendrez, Kalil.

- Je m'en doute, Xander. C'est pourquoi je suis venu à vous. Mais vous et moi savons aussi que votre position est plus qu'instable. Voyez les Connington, ennemis d'un allié de la Couronne, ils n'ont que peu de soutien et ils sont à deux doigts de l'extermination. Les Blackfyre aussi... Bien sûr, vous pourriez converser avec les Stark et-

- Si je voulais une alliance avec les Stark, je leur aurais envoyé un corbeau depuis longtemps!

Je me tus à son ton brut. A ma connaissance, les Whent n'avaient aucun souci avec les Stark, sa réponse me fit donc sourire intérieurement en plus de me soulager au vu de l'importance qu'il nous donnait. Un conflit avec le Roi était inévitable, au mieux on pouvait la décaler dans le temps en restant calme, mais un rien pouvait apporter le feu et le sang en Westeros! Et il faut croire que Xander comptait faire partie de la bataille. Le silence s'imposa entre nous, le Lord, ses fils et moi, jusqu'à ce qu'il ouvre la bouche.

- Je suppose que vous connaissez les mariages par alliance?

Sa question me prit au dépourvu et je manquai de m'étrangler avec ma boisson, déglutissant avec difficultés. Quelle idée saugrenue avait-il en tête? Un mariage par alliance? Mais! ... Oh.

- Xander, votre fille est...

- Elyane a 19 ans, est mariable et est un bon parti. Venez avec moi, Kalil.

Visiblement, il avait préparé son coups à l'avance, le vieux singe! J'étais tout bonnement coincé... Refuser et l'alliance était annulée, mais accepter... Dire que je disais à Ashana que nous ne ferions jamais de mariages arrangés, comme notre famille avait toujours fait. Ah, elle rira bien en apprenant ma mésaventure, c'est certain! Contraint, je suivis le Lord qui m'expliqua qu'il s'agissait de l'enfant de sa deuxième épouse dont elle avait hérité de sa beauté. Étrangement, l'adjectif sonnait creux dans sa bouche... Sans surprise, il me conduisit dans la salle de couture, une pièce ou un coin de pièce que l'on retrouvait partout en Westeros, même à Dorne, mais celle-ci était d'une tristesse affligeante. Les murs crasseux, les tons grisâtres, et au centre, un manteau aux couleurs vives et une jeune femme dont le physique m'était si familier que je jurais de regarder la jumelle de Léa! Pourtant, après un moment à l'observer, je réalisais qu'elle avait les yeux bleus et non verts, elle était aussi un peu plus pâle, comme si elle était restée bien trop longtemps enfermée...

-Père.

-Elyane, ma fille. Voici le Prince suzerain de Dorne, Kalil Superbio Martell.

La Lady semblait elle aussi avoir compris qu'il y avait un cheveu dans la soupe. Elle fit néanmoins une référence digne d'une princesse de conte de fée, à laquelle je répondis en inclinant moi aussi le buste.

-Votre Altesse.

-Bien, je vous laisse faire connaissance. Fais-lui donc visiter le château et ses environs. Votre altesse, j'espère vous avoir au dîner de ce soir.

Visiblement, devant les autres, le Lord préférait suivre le protocole, c'était intelligent de sa part. Ou alors, sa considération envers la petite... Jeune femme était assez bas. Son action faite, il quitta la pièce, nous laissant tout les deux, seuls, dans une salle qui me semblait soudainement très petite... D'ordinaire, je n'avais aucun mal à discuter avec les femmes, encore moins à les inviter dans mon lit -il faut bien que j'assume ma réputation de coureur de jupons un jour!-, mais plus je regardais la jouvencelle et plus j'avais l'impression d'être face à une biche apeurée, un joyau brut prêt à se briser au moindre choc... J'étais intimidé face à ce défi! En effet, je ne comptais pas forcer cette enfant à une union où aucun des partis ne seraient heureux, oui, j'acceptais ce mariage arrangé sans protester. Je ne pouvais faire que ça de toute façon! Doucement, je m'approchais d'un des fauteuils sur lequel je déposais ma cape de voyage, perdant un peu en volume, et donc, je l'espérais, en image effrayante pour la jeune fille. Je savais que ma stature pouvait terrifier, surtout les petites demoiselles non-habituées à mon ethnie et ma carrure -du moins, jusqu'à ce que je les invitais dans ma chambre, mais je ne pense pas que cela soit une excellente idée avec Elyane, surtout avant le mariage-. Je m'avançais finalement vers elle tout en la contournant pour mieux admirer son travail. Ne voulant pas salir la cape, je ne la touchais qu'avec les yeux, un sourire doux ne tarda pas à étirer mes lèvres.

- Bien de mes sœurs seraient jalouses devant un tel travail. C'est tout simplement magnifique.

Parler me faisait du bien, mais je restais toujours un peu tendu. Que faire à présent? L'inviter à visiter le château? A moins qu'elle n'en prenne l'initiative... Je savais si peu de choses sur cette enfant...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Mai - 5:10
Elyane se doutait bien que si son tendre papa lui confiait les bons soins d'un tel invité de marque, il y a avait une fichtre anguille sous la roche. Jamais Xander Whent ne mettrait sa réputation et le succès de la moindre de ses entreprises dans les mains blanches de sa dernière née, pour lui c'était synonyme de faire tout capoter à coup sûr. Donc, soit l'affaire était déjà conclue et toutes les portes de sortie barricadées, soit le Lord voulait faire capoter l'affaire. Dans tous les cas Elyane était au centre des magouilles de son père, mais quel genre de magouilles, ça il semblerait qu'elle pouvait toujours boire de l'eau fraîche pour avoir une réponse de la part de son paternel. Du moins pour le moment, mais il y avait bien une chose pour laquelle son père l'impliquerai obligatoirement tôt ou tard… Une alliance par mariage. Si c'était le cas, c'était presque trop beau pour être vrai aux yeux de la jeune Lady, et elle voulait éviter une brusque désillusion si elle se trompait. Ce serait bien trop amer à vivre, croire voir la lumière au bout du tunnel et se retrouver plongé dans les ténèbres pour elle ne savait combien de temps encore. Alors elle chassait cette possibilité de son esprit et se concentrait sur la tâche que lui avait confié son père et comment la réaliser sans trop paraître ridicule ou insipide.
La jeune femme se sentait minuscule face à l'immense homme avec qui son père l'avait laissé en tête à tête. En plus d'être d'un rang et d'un rang supérieur au sien il était aussi d'une stature bien plus imposante, on aurait presque dit un ours. Les paroles de la chanson lui revinrent en tête, The Bear and the Maiden Fair. Il n'était cependant guère délicat de comparer un prince dornien avec un ours,Elyane en avait bien conscience. Elle se sentait atrocement gourde de ne pas parvenir à sortir un seul mot, même si elle doutait d'arriver en en trouver de fins. Au fond que valait-il mieux ? Passer pour une idiote muette ou pour une idiote qui avait une bouche ? Le prince de son côté retira son manteau de voyage, perdant ainsi un peu de stature, il le déposa sur un des fauteuils, puis ses yeux gris de posèrent sur l'ouvrage d'Elyane. Il s'en approcha pour mieux la regarder, en silence. Elyane resta dans l'expectative, attendant le jugement du prince sur son travail, le sourire doux qu'il afficha sur ses lèvres la rassura un peu, il semblait bien moins intimidant lorsqu'il souriait comme ça. Et les mots qui suivirent la comblèrent. Elle y avait passé tellement de temps.

- Bien de mes sœurs seraient jalouses devant un tel travail. C'est tout simplement magnifique.


-Je vous remercie, votre Altesse.
Elle répondit avec un petit sourire timide.

Elle se sentait un peu mieux assurée désormais, pas de beaucoup mais au moins elle n'avait plus l'impression qu'elle allait se faire dévorer sur l'instant. La jeune lady pouvait désormais, essayer du moins, engager une conversation avec le prince. Au moins pour lui demander s'il préférait visiter Harrenhal ou les environs en premier.

-Désirez-vous visiter le château, votre Altesse, ou bien préférez vous faire une promenade dans ses environs.

Elle espérait secrètement qu'il choisirait la promenade, elle détestait les murs fondus des lieux, la couleur de la pierre qui semblait crasseuse, à jamais changée par la chaleur des des flammes du dragon. L'insuportable impression de tristesse et de désolation qui s'en dégageait. Les nombreux couloirs et pièces vides, abandonnées et délaissées. Harren avait eu la folie des grandeurs avec cet endroit. Et aujourd'hui il n'était plus qu'un fantôme, témoin des ambitions déchues de l'ancien souverain.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lady Whent
Revenir en haut Aller en bas
Mer 16 Mai - 22:49
-Je vous remercie, votre Altesse.

La voix était douce et charmante, aussi fragile qu'une fleur. Pendant un instant, je crus que je ne l'entendrais jamais parlé tant son regard sur ma personne en disait long. Comme Ashana, elle paraissait minuscule face à moi, mais contrairement à ma soeur, Lady Whent ne semblait n'avoir guère connu les joies du dialogue. C'est du moins ce que je constatais avec l'attitude changeante du Lord quand il nous avait présenté. De ce que m'avait appris le Mestre, il s'agissait de l'enfant d'un second mariage. Somme toute, la Lady avait déplu à Xander et à présent, c'était la fille qui en prenait pour son grade.

"Elle est un de ses nombreux objets qu'on offre à ses futurs alliés maintenant."

C'était triste de penser ainsi mais là était le statut des femmes dans la plupart des Maisons en Westeros. Elles n'étaient pas l'égal des hommes et peu, comme les Lady suzeraines, pouvaient oser parler en toute franchise. Ah, que j'étais content de vivre à Dorne!

"Mais tu contribues à cette pratique que tu juges arriérée."

Je me retiens de soupirer à cette pensée. Il est vrai que ma situation était assez bancale et clairement pas à mon avantage. Mais si je refusais le soutien des Whent pour si peu, je ferais un Prince bien difficile. Et qui sait ce qui arriverait à la petite? Couverte de honte et de déshonneur, incapable de plaire, même au Prince Kalil Martell pourtant réputé pour être un homme à femmes dont la légende n'était plus à démontrée! Si Xander avait un minimum de dignité, il ne l'enverrait pas dans un bordel du coin, mais son sort n'en serait pas moins plus plaisant.

-Désirez-vous visiter le château, votre Altesse, ou bien préférez vous faire une promenade dans ses environs.

Alors que j'arpentais la pièce du regard, je posais ce dernier sur la source de cette voix douce et discrète comme le chant d'un Troglodyte. Il est vrai que nous n'allions pas rester toute la journée ici, bien qu'elle devait aimer la couture, ce n'était pas mon cas. Et puis Ashana m'avait fait passer le gout d'essayer de nouvelles activités autres que la chasse et le combat.

Il n'y avait pas besoin de lire dans ses pensées pour comprendre qu'elle préférait la seconde option. A force de cotoyer des femmes, et des hommes, de les écouter et de les aider à oublier quelques tracas dans un moment de bonheur, on finissait par comprendre et deviner certaines choses sur les autres, surtout ceux en détresse. Je n'aimais pas cet endroit moi non plus, fondu et saccagé par des dragons... Ce château devait être laissé en paix ainsi que ses occupants morts. Du moins... S'il y en avait. Car là n'était que pure légende sur ce qui est advenu de la famille vivant jadis ici. Une rumeur que bien des gens du Nord croyaient dur comme fer, la Lady ne devait pas faire exception.

Bon, vu que cet endroit était déprimant et que nous avions pour devoir -oui, Xander ne l'avait pas formulé ainsi, mais ses dernières paroles étaient clairement des ordres- de faire connaissance, autant le faire à l'aise... Et oui, ma foi, pourquoi pas la familiariser d'avance avec Shaaïra. Bien qu'elle commençait à se montrer plus sage, je n'étais jamais certain de son ressenti envers ceux qui m'accompagnaient? De plus, avec ce qui était arrivé à cet endroit, Elyane devait être plutôt craintive face à ces créatures... Mais avant tout, je devais lui apprendre une chose: je ne suis pas comme les hommes du Nord.

- Et si vous me faisiez la visite de l'endroit que vous désirez le plus me faire découvrir? Quoique, je pense l'avoir déjà deviné.

Sur le ton de l'humour, je lui présentais mon bras, l'invitant à me guider dans ce tortueux labyrinthe de couloirs qu'est Harrendal, les yeux brillant d'amusement et de gentillesse.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Mai - 10:31
- Et si vous me faisiez la visite de l'endroit que vous désirez le plus me faire découvrir? Quoique, je pense l'avoir déjà deviné.

Elyane rosit légèrement, était-elle si transparente que ça ? Lisait-on si facilement en elle ? Ou bien était-ce le prince qui était très observateur et perspicace ? La jeune femme ne pouvait rien affirmer avec certitude, mais elle était infiniment reconnaissante au dragonnier de lui permettre de s'échapper des entrailles monstrueuses et mortes de la forteresse.
Elle prit alors le bras que le prince lui offrait, encore un peu plus rassurée par le regard brillant de gentillesse et d'humour dans les yeux gris du prince. Il ne cherchait pas à la mettre en défaut ou à l'humilier, pas plus qu'à la dévorer d'un franc coup de dents, sans en laisser un miette.

-Les berges de l'Oeildieu sont superbes et nous pouvons nous y rendre à pied.

Harrenhal avait été bâti au bord de l'immense lac, pour la fertilité de ses terres, mais la fortune avait tourné le dos à Harren. Et si les terres aux alentours de sa demeure étaient restées vertes et riches, celles de son château étaient désespérément mortes. Sauf dans le septuaire, s'il y avait un endroit entre ces murs qu'Elyane appréciait c'était bien les vingt arpents du bois sacré. A condition de ne pas poser les yeux sur le barral, l'arbre coeur n'avait rien de sympathique ou de rassurant. Mais plus un air vengeur et fou de douleur et de rage, oui il avait toujours quelque chose de tordu et de mauvais dans l'enceinte de la demeure d'Harren le Noir. Quelque chose qui imprégnait le moindre atome, qui couvrait comme de la suie. En définitive Elyane Whent n'était réellement bien que lorsqu'elle quittait ces lieux démesurés et maudits.
Elle guida calmement Kalil hors de la tour de la Veuve, c'était la tour qu'elle et feu sa mère occupait comme nombre de Ladys auparavant, Xander occupait quant à lui la tour du Bûcher-Roi. Les deux étaient reliées ensemble par un large pont de pierre que Kalil avait dû franchir avec le Lord Whent en venant le chercher dans la salle de couture. Pour un étranger, Harrenhal était un sinistre et tentaculaire labyrinthe, pour Elyane aussi, mais elle avait eu dix-neuf ans pour en apprendre les chemins et à se repérer dans ses pierres fondues et agonisantes. Ainsi la jeune Lady se dirigeait très bien dans les couloirs, même si son pas était assez vif, elle n'aimait pas s'y attarder plus que nécessaire. Bien qu'elle tentait de calmer son pas, une Lady pressée et qui le montre est un sévère manquement aux règles de savoir-vivre.
La jeune femme avait été un peu surprise en voyant les gardes du prince de Dorne, c'est qu'elle n'avait pas pensé que des femmes puissent occuper ce rôle. Mais après tout elles venaient de Dorne, et bien des choses étaient complètement différentes là-bas. Alors une femme soldat, ce ne devait pas être inédit. Elle s'abstient donc de faire la moindre remarque ou de poser la moindre question.
Ils arrivèrent bientôt à l'air libre, dans la grand cour, Elyane ne vit pas la dragonne sur laquelle les dorniens étaient arrivées, elle avait dû s'envoler quelque part, certainement pas très loin. Un dragon au sein d'Harrenhal, conférait quelque chose d'angoissant à l'atmosphère des lieux, enfin encore plus que d'habitude. Le petit groupe traversa la cour, jusqu'à la porte d'entrée du château et ses moellons disjoints et décolorés. Passer les murailles revenait à passer comme dans un tunnel tant elles étaient épaisses, comme pour marquer le passage d'un monde à l'autre. Des Limbes au monde des vivants, du monde des vivants aux Limbes. Dès qu'elle franchissait les limites du château Elyane se sentait plus légère, comme si un poid lui était ôté, l'air semblait plus pur et frais, et aujourd'hui ne faisait pas exception à la règle. La jeune femme se détendit progressivement, profitant de l'air pur et de la caresse du soleil, c'était un peu comme si elle reprenait substance alors qu'elle s'éloignait de ce qui était, théoriquement seulement, son foyer. Doucement, du pas de celle qui a déjà arpenté mille fois le sentier, bordé d'une herbe éclatante et drue, menait vers l'Est du château, à l'Ouest il y avait la petite bourgade de Ville-Harren, elle mena Kalil et son escorte vers la berge de l'immense lac.
Ses eaux bleues et noires scintillaient sous le soleil de l'après-midi. Les bords de l'eau étaient recouverts de joncs et de roseaux, l'eau y était transparente, laissant voir le fond pierreux et les perches y nageant avant de s'abymer dans des ténèbres insondables. Au centre des eaux mystérieuses et secrètes du lac on pouvait apercevoir l'Île aux Faces. Les lieux étaient calmes et boisés. La jeune femme hésitait un peu à parler, encore craintive, mais un lay qui reste silencieuse trop longtemps alors qu'elle doit assurer un peu de distraction… Sa septa lui aurait tapé sur les doigts pour un tel manquement.

-J'espère que le voyage n'a pas été trop éprouvant, votre Altesse.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lady Whent
Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Mai - 22:29
J'étais plutôt fier de moi de voir que mon approche portait ses fruits. Je dois bien avouer que mes fréquentations dans les bordels ne m'aidaient guère pour sympathiser avec cette enfant dont je n'aurais d'autre choix qu'emmener avec moi pour forger une alliance avec la Maison Whent. Il n'y a pas à dire, cela me répugnait, et je me sentais même mal de faire subir une telle chose à Elyane, bien qu'au final, je devais sans doute être le parti le plus convenable pour elle. Ses joues prenaient de belles couleurs mais ses yeux clairs pétillaient à l'idée de pouvoir choisir, et surtout de sortir. Cette jouvencelle aimait les grands espaces et semblait, telle une fleur, prête à s'éclore au moindre rayon de soleil. Si sa Maison portait comme blason une fleur, l'image aurait été plus que métaphorique! Et comme les fleurs, il fallait être délicat avec Lady Whent, contrairement aux courtisanes avec qui je pouvais bien dire le fond de ma pensée qu'elles en riraient. Si je le faisais avec Elyane, il était assuré qu'elle partirait au pas de course s'enfermer dans sa chambre. Décidément, mon amour pour la bonne chair et les femmes me perdra...

Sa petite main ne tarda pas à rejoindre mon bras dont l'épaisseur contrastait avec celui de la petite, ne faisant que raffermir la différence de taille entre nous au point que cela en devenait comique. Cela me faisait penser aux contes et aux dessins qui avaient bercé mon enfance sur les Enfants de la Forêt et leurs amis les Géants. Oui, on avait bien là une image en miroir assez étonnante. Je me retins de rire par peur de la rendre confuse. Si ça se trouve, elle avait belle et bien conscience de ma renommée, même si j'en doutais au vu de son isolement social, et pensait qu'elle serait mon dîner. Dans un bordel face à une fille de joie, cette pensée m'aurait amusé, là, elle m'horrifiait. Il était tout bonnement hors de question que je me comporte comme un de ces Lords du Nord, à prendre mon dû sans vraiment regarder la personne derrière cette terre fertile. Bien sûr, tous n"étaient pas ainsi, mais peu prônent le mariage par amour...

-Les berges de l'Oeildieu sont superbes et nous pouvons nous y rendre à pied.

La petite voix de la jeune fille me tira de mes sombres pensées qui ne faisaient que gâcher l'un des seuls moments, si ce n'est l'unique, que j'avais avec elle pour mieux la connaitre avant d'échanger nos voeux devant un Septon. Si nous sommes obligés, autant que ce soit en tant que connaissances, voir amis, qu'inconnus. L'Amour, je n'y croyais guère, on ne le choisissait pas et je doutais fort que les Sept avaient placé sur mon chemin mon âme-soeur, quant à mon coeur... Comme toutes les femmes, elle l'avait déjà pour acquis, ses lèvres, ses yeux, sa main, tout me ravissait chez elle. J'étais tout bonnement destiné à aimer passionnément toutes ces créatures magnifiques dont le seul pécher que je pouvais leur attribuer était de partager mon coeur en centaine de milliers de morceaux entre elles!

Je ne l'avais pas vraiment écouté évidement, plongé comme j'étais dans ma réflexion -espèce d'imbécile, on ne rêvasse pas ainsi devant une Lady!-, aussi acceptais-je sa proposition d'un petit sourire sans avoir une seule idée sur notre destination prochaine. D'un pas tranquille, Elyane nous emmena hors de la tour où nous étions, la Tour de la Veuve si mes souvenirs en Histoire étaient bons. Afin de ne pas la brusquer, je me mis à son rythme, réduisant de moitié mes foulées ainsi que ma vitesse habituelle. Dans ma tête, j'essayais de me rappeler du chemin que nous avions emprunté avec le Lord mais j'avais beau chercher, ma cervelle de moineau n'avait rien retenu tant cette batisse était complexe et ses passages dignes d'un labyrinthe. J'étais entièrement dépendant de la petite Lady qui semblait quant à elle connaitre les lieux sur le bout de ses doigts, ce qui était guère surprenant puisqu'elle vivait à Harrenhal. Finalement, elle accéléra quand nous traversions le pont séparant la tour secondaire de celle principale, le Bûcher-Roi, rendant ma marche bien plus agréable, je devais l'avouer. Bien entendu, nous n'étions plus seuls, dés que nous avions quitté la pièce, mes deux soldats nous avaient suivi, nous collant presque au train si on ne comptait pas les quelques dizaines de centimètres entre nous. Finalement, c'était une très bonne idée d'avoir choisi des femmes, bien que je ne m'étais pas attendu au coup de maître de ce vieux renard, avec elles sur nos talons, Elyane avait la possibilité de voir qu'elle pouvait devenir ce qu'elle voulait à Dorne, même une guerrière. Hmm à la réflexion faite, je ne pense pas qu'elle souhaiterait gouter aux combats et au sang, mais il sera nécessaire qu'elle sache se servir d'une dague au moins. On ne sait jamais, quand la nouvelle se saura, elle sera aussi bien ciblée que moi en cas de complot. L'idée ne me plaisait guère de la mettre en danger, mais cela n'allait pas empêcher Xander de nous marier, je pouvais parier sur... Non, je ne parierais pas en fait!

Après un long moment de marche, le souffle frais de l'extérieur nous accueillit avec une joie partagée. Durant le trajet, je m'étais rapidement senti mal et je pense même avoir entendu des pas dans notre dos... On disait ce chateau hanté mais je croyais que c'était une légende! A moins que ce soit tout simplement mes gardes que j'avais entendu? Un frisson me parcourut le dos tandis que nous parcourûmes le reste du chemin menant à un lac que je n'eus aucun mal à identifier. Le lac de l'Oeildieu, îlot dont les arbres avaient été gravé de visages par les Enfants de la Forêt suite au Pacte entre eux et les Premiers Hommes, endroit qui avait vu deux grands dragons mourir pour une guerre stupide et insignifiante qui qui aurait bien pu signer la fin des Targaryen si elle s'était prolongée. L'idée d'être aussi proche d'un tel endroit empli de légendes attisait ma curiosité et m'excitait comme un enfant, l'envie de poser des questions à la Lady sur ces fameux mythes ne faisait qu'enfler dans ma tête. Est-il vrai qu'il y a encore un squelette de dragon dans ces eaux sombres? Quelqu'un avait-il essayé d'aller sur l'île? Y a t-il encore des Enfants de la Forêt ici? Je me retenais cependant en me rappelant que j'étais en présence d'une jeune fille douce et sensible, pas un garçon en manque d'aventures et de combats époustouflants. Je respectais donc son silence, contemplant les eaux et l'île comme un joyau inatteignable.

-J'espère que le voyage n'a pas été trop éprouvant, votre Altesse.

Mon regard se détourna du paysage pour rencontrer celui de la Lady aussi bleu que le mien. Que pouvais-je lui dire sans paraitre grossier ou déplacé? Ce n'était pas une question à laquelle je pouvais juste répondre "Oui" ou "Non"! L'objectif du jour était de se rapprocher un minimum de la jouvencelle, pas de avec la délicatesse d'un sanglier... Ah, si ma soeur voyait ça, le grand Kalil Superbio mit en difficulté par une simple interrogation...

- Pour un autre, cela l'aurait été, mais pour un dragonnier, voler est bien plus un plaisir qu'un devoir, Milady.

Le ton était courtois et je jurais avoir vu mes deux compagnons de route hocher de la tête. Durant le trajet, je les avais surpris à rire alors que Shaaïra s'élevait dans les airs, victimes de l'euphorie. Ainsi était le vol sur le dos d'un dragon, une véritable délivrance, une impression de légèreté et de tout dominer! Un jour peut-être Elyane le découvrira t-elle aussi. Mais pour cela, elle devra se familiariser avec la dragonne et apprendre à la connaitre autant que je le faisais avec elle. D'une main, je sortais l'instrument en os que je ne cessais de porter autour de mon cou. Peut-être était-ce trop soudain à faire comme proposition mais qui ne tente rien n'à rien comme on dit, et je voulais être sincère avant tout avec elle. Et au diable les protocoles! La cordelette du siffle entortillée autour de ma main droite, je lui prenais les siennes du bout des doigts avec douceur. Elle pouvait fort bien s'enfuir à toute jambe ou reculer que je ne l'en empêcherais pas, pourquoi le ferais-je de toute façon?

- Milady, je dois vous prévenir d'une chose avant que nous ne continuons sur cette voie, bien que je pense que votre père ne nous laisse guère le choix., dis-je avec un petit sourire en coin. Vous quitterez un chateau dévasté par des dragons pour un abritant une de ces créatures avec laquelle vous serez obligée de vivre. Après ce qu'a subi Harrenhal, je me doute que vous ne portez pas cette espèce dans votre coeur, c'est pourquoi j'aimerais vous remettre ceci.

Le geste suivant la parole, je lui mis l'instrument dans la main dont je refermais les doigts dessus afin qu'il ne tombe pas.

- Shaaïra semble terrifiante en apparence, mais vous seriez surprise de voir à quel point elle peut se montrer adorable et intelligente. Tant qu'elle est dans les parages, vous pouvez l'appeler avec cet instrument. Même si cela est trop tôt, je pense qu'il est préférable que vous vous familiarisez à elle, il serait dommage que vous vous faites des cheveux blancs en sa présence à l'avenir...

Quoique, le blanc pourrait bien lui aller finalement, avec ses mèches dorées.

Mes joues me faisaient si mal à force de chauffer que je priais les Sept pour qu'un vent assez frais vienne me rafraîchir. Ce que j'étais mal à l'aise en l'invitant à appeler ma dragonne! Et si Shaaïra faisait une bêtise? Ou qu'Elyane prenait peur? Que devrais-je faire si cela arrivait? Tant de question et mon objectif premier qui s'éloignait si vite... Cela devenait insupportable, toutes ces hésitations, à force... Ne sachant où me mettre, je croisais mes mains dans le dos en essayant d'être le plus à l'aise possible, sans grands succès hélas. Au fond, j'espérais fortement qu'elle souffle dans le sifflet et que ses yeux brillent autant que les miens quand ils croisaient les écailles grenat, les membranes ambrées, les yeux verts dorés et les courbes félines de ma compagne d'âme...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 5:45
Elyane craignit un instant que sa question ait froissé le Prince, peut-être avait - elle fait un faux pas dans les convenances de Dorne, elle n'avait pas assez de connaissances sur les moeurs dorniennes pour être certaine qu'elle n'avait pas fait une bourde. Elle savait que Dorne avait des us et coutumes bien différents de ceux du reste de Westeros, mais ni son père, ni le mestre, ou sa mère et sa septa n'avaient jugés nécessaire de lui faire étudier en profondeur la principauté. Aussi le silence de Kalil lui faisait-il craindre une horrible maladresse involontaire, mais le jeune homme répondit de façon courtoise, soulageant grandement la jeune Lady.

- Pour un autre, cela l'aurait été, mais pour un dragonnier, voler est bien plus un plaisir qu'un devoir, Milady.

La Lady Whent ne savait rien des vols à dos de dragon, il n'y avait pas de dragonnier dans son entourage proche, qui n'était pas bien grand il fallait le dire. Aussi ne pouvait-elle que se contenter d'imaginer les sensations que le fait de voler dans les airspouvait provoquer, ce devait être enivrant, l'on devait avoir un tel sentiment de liberté une fois dans les airs… Elyane se demanda si cela pouvait se rapprocher de ce que l'on éprouvait durant ces rêves où l'on flottait dans les cieux, se laissant porter par la brise. La jeune femme était bien plus une habituée des cauchemars, ce genre d'agréables rêveries légères et agréable avaient alors une valeur toute singulière et précieuse pour la jeune femme.
Comme il devait être délicieux de pouvoir le vivre en plein jour, délivré de l'étreinte du sommeil, totalement éveillé, pouvoir aller où l'on veut quand on veut. Comme un oiseau, ça vit d'air pur et d'eau fraîche un oiseau, et jamais rien ne l'empêche d'aller plus haut. Oui, Elyane avait souvent rêvé éveillée de se transformer en un oiseau pour s'envoler loin, très loin d'Harrenhal, surtout depuis le décès de Rosemonde, les personnages de contes et légendes transformés en cygne ou en oiseaux rares sous le coup d'une malédiction lui semblait avoir un sort, en définitive, assez enviable.

-Ce doit être incroyable de voler ainsi dans les cieux.

Le prince de Dorne hôta quelque chose de son cou, enroulant la cordelette de l'objet dans sa main droite avant de prendre délicatement celle d'Elyane. La jeune femme ne s'attendait pas à un tel geste et sentit ses joues rosirent alors que leurs deux peaux se rencontrèrent, elle aurait pû avoir un mouvement de recul ou de fuite face à ce geste, mais elle n'en fut rien. Pourquoi l'aurait-elle fait ? Rien dans ce geste n'était en rien inquiétant ou effrayant, c'était même plutôt agréable de sentir la peau chaude et dorée du dornien sur la sienne.

- Milady, je dois vous prévenir d'une chose avant que nous ne continuons sur cette voie, bien que je pense que votre père ne nous laisse guère le choix.,

Ainsi elle avait vu juste sur la raison pour laquelle Xander l'avait mise dans les pattes du prince, un mariage. Elle allait bientôt quitter cette horrible demeure, définitivement. Elle sentait son coeur se gonfler de joie et de soulagement à cette confirmation, finalement il semblerait que son manteau allait servir bien plus tôt qu'elle ne le craignait, son voeux silencieux au début de sa confection semblait s'exaucer, de justesse, mais il se réalisait. Cela impliquait bien sûr beaucoup d'autres choses et de changements dans la vie d'Elyane, mais pour le moment la joie et le soulagement primaient.
Kalil semblait avoir eu droit à une démonstration de la volonté de Xander Whent, quand il décidait de quelque chose il changeait rarement d'avis et faisait tout pour obtenir ce qu'il voulait, Elyane et sa mère en avait longtemps fait les frais. Le jeune homme avait dû se faire surprendre par cet aspect de la personnalité du Lord, ça l'avait certainement secoué un peu, elle lui offrit un petit sourire désolé pour excuser le comportement de son père.

-Vous quitterez un chateau dévasté par des dragons pour un abritant une de ces créatures avec laquelle vous serez obligée de vivre. Après ce qu'a subi Harrenhal, je me doute que vous ne portez pas cette espèce dans votre coeur, c'est pourquoi j'aimerais vous remettre ceci.

Il avait raison, rien ne saurait être pire qu'Harrenhal aux yeux de la jeune Lady, même avec un dragon entre les murs de sa future demeure, mais ce ne serait pas facile pour autant. Elyane ne détestait pas les dragons, mais elle en avait peur. C'était un assez vif effroi qui l'habitait à la pensée de ces créatures, durant dix-neuf ans elle avait vu jour après jour ce dont le feu des dragons était capable, on ne passait pas si aisément au dessus de ce genre de peur. Pourtant elle devrait bien y faire face un jour ou l'autre, puisqu'elle allait épouser un dragonnier, Shaaïra ferai parti de son quotidien. Kalil plaça au creux de la main blanche d'Elyane le sifflet en os ainsi que sa cordelette.

- Shaaïra semble terrifiante en apparence, mais vous seriez surprise de voir à quel point elle peut se montrer adorable et intelligente. Tant qu'elle est dans les parages, vous pouvez l'appeler avec cet instrument. Même si cela est trop tôt, je pense qu'il est préférable que vous vous familiarisez à elle, il serait dommage que vous vous faites des cheveux blancs en sa présence à l'avenir...

Elyane était toujours aussi rosisante, mais il lui semblait que les joues du Prince étaient elles aussi empourprées en écho de celles de la jeune Lady. Elle voulait croire le dragonnier, malgré toute son appréhension envers la créature écailleuse et ce dont elle était capable. Peut-être valait il mieux commencer à se familiariser avec la dragonne dès maintenant, en présence de son frère d'âme.

-Je comprends et ne peux qu'approuver , votre Altesse. Je… j'aimerais vraiment apprendre à connaître Shaaïra, puis-je l'appeler maintenant ?

Elyane ferait tout ce qu'elle pourrait pour que son union avec Kalil Martell, à défaut d'être dictée par les sentiments, ne soit pas un calvaire pour eux, pour au moins instaurer une entente cordiale entre eux. Comme Rosemonde avait toujours tenté de le faire avec son époux, sans jamais y parvenir. Elyane espérait que ses efforts avec son futur mari seraient plus fructueux, mais les femmes dans sa famille ne semblait guère être chanceuses dans leurs vies conjugales, sa mère avec son père, et sa tante Elinor avec le Lord Tarly. La jeune Lady ne demandait pas de l'amour, elle n'était pas assez naïve pour espérer un mariage d'amour ou quelque chose d'éternel et de transcendant, ça elle le laissait aux demoiselles de contes et de chansons, tout ce qu'elle voulait c'était un peu d'entente et de respect mutuels. Elle répondrais à ses devoirs d'épouse et elle ne dirait rien sur les… activités extra-conjugales de son époux, se plierai de son mieux à ses exigences. Alors, ce n'était pas si fantaisiste que cela comme demande, non ?
Elle attendit que le prince lui donne son accord avant de souffler dans le sifflet d'os pour appeler la dragonne. Une fois le son poussé l'attente ne fut pas bien longue avant qu'elle ne rejoigne la Lady et son frère d'âme, Elyane l'avait déjà vue alors qu'elle se posait dans la cour du château, mais de près, c'était une toute autre histoire.
L'air se soulevait sous l'action des immenses ailes de la dragonne, ridait l'eau du lac et provoquait des vagues qui venaient s'écraser contre la berge, des bourrasques qui agitaient le feuillage des arbres dans un bruissement qui rappelait le grondement du tonnerre, qui faisaient plier les joncs et les roseaux, claquaient au visage d'Elyane soulevant sa longue chevelure blonde alors qu'elle ouvrait de grands yeux en contemplant Shaaïra alors qu'elle se posait dans les eaux du lac. Elle était intimidante, intimidante mais majestueuse, la jeune femme admirait l'éclat des écailles grenat de la dragonne, les courbes musculeuses et souples qui se dessinaient sous, les ailes massives aux membranes ambrées qui capturaient la lumière du soleil. La dragonne était magnifique, sublime… Les yeux bleus d'Elyane rencontrèrent ceux verts et or de Shaaïra qui la regardait intriguée et curieuse, l'intelligence brillait dans ses beaux yeux. Entre la peur et l'émerveillement, c'est l'émerveillement qui l'emporta chez Elyane, sans doute parce que l'ombre tortueuse d'Harrenhal était loin d'eux. Il y avait quelque chose de presque magique à se retrouver ainsi face à face avec une dragonne, la jeune femme ne parvient qu'à articuler une seule chose.

-Elle est magnifique...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lady Whent
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragons of Westeros : A Game of Thrones - Forum de RP :: Westeros :: Riverlands-