Revenir en haut Aller en bas


Forum de RP basé sur l'univers de l'oeuvre de George R.R. Martin A song of ice and fire et de sa série télévisée Game of Thrones.
 

Discussion entre frères d'armes (Myrddin Barathéon)

 :: Westeros :: Stormlands :: Storm's End Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 8 Mai - 23:08
Le point commun entre un marin et un dragonnier est leur capacité à écouter le vent et d'en déduire bien des choses sans se fier uniquement à leurs yeux. La température, l'odeur, la vivacité des courants, toutes ces petites choses que les oiseaux savent mieux interpréter que nous... Autant le dire, il nous a fallu du temps pour enfin les comprendre, et quand bien même à l'Académie, on avait des leçons et des algorithmes à apprendre, comme les matelots, il nous fallait attendre des années de pratique pour que notre instinct sache faire autant que celui de notre compagnon de vol. Bien sûr, si je dis ça, c'est parce que j'en suis capable, c'est d'ailleurs ce fameux élément qui m'a sorti de mon sommeil, les cheveux plaqués contre mon visage, les yeux un peu bouffis. Le grondement qui secoua doucement ma selle chassa bien vite les derniers signes de fatigue chez moi et je pus admirer pleinement le paysage drastiquement différent de celui dornien: Stormlands. Une contrée un peu plus fraîche que dans le Sud mais bien agréable pour une fin de journée, vallonnée vers l'Ouest pour finir en terrain rocheux et côtière plein Est, au fond, je n'étais pas tant que ça dépaysé, hormis pour le vent. Alors paresseux à Dorne, ici, il se montrait plus capricieux, plus vif, et son odeur salé n'était pas aussi chargée, aussi lourde que celui auquel j'étais habitué...

Il faut dire que je ne viens pas souvent ici, autant le dire, rarement. De ce que je me rappelle, je ne suis venu que deux fois, je n'étais alors qu'un apprenti, alors que Myrddin était déjà un dragonnier accompli. Cette fois-ci, nous le sommes tout les deux, ce n'est donc pas pour discuter formation que mon ami m'a demandé de venir. Peut-être un sermon de son cru sur mon insolence envers la Couronne? Il est vrai que je n'ai toujours pas ployé le genou devant le Roi, ni aucun membre de la Principauté. Est-ce un secret? Bien sûr que non, et je me doute bien que les chienchiens de la Couronne ne doivent pas aimer cet affront, même si mes arguments sont louables et justes. Ah, la politique! Voilà pourquoi j'ai toujours laissé Naïla s'en charger... Mais maintenant qu'elle est partie...

Un soupir s'échappa de mes lèvres tandis que Shaaïra se mettait à plonger subitement avant d'attraper un courant chaud qui la fit monter de plusieurs pieds dans les airs. Un nouveau grondement remua sa cage thoracique et ma selle alors que je refaisais mes tresses pour empêcher mes mèches dissidentes de revenir devant mes yeux. Bien qu'il m'était impossible de communiquer avec des mots, oralement ou mentalement, avec elle, parfois, j'avais l'impression que ma compagne écailleuse comprenait mes problèmes, ce qui me rendait fier d'elle en plus de son intelligence. Leith avait beau dire que l'expérience prime, mais un cheval aura beau avoir des batailles à son palmarès, s'il est idiot ou lent, il ne pourra pas surpasser un jeune étalon rapide! Grattant la barbe de quelques jours qui commençait à me manger les joues, je fis un rapide calcul de notre position par rapport au soleil et à ce que je voyais en bas. Cela faisait trois jours que nous volions avec une seule halte dans une auberge qui fut bien courte à cause de la présence de ma dragonne dans les environs, heureusement, les dragons, pour les plus endurants, pouvaient voler plusieurs jours d'affilés et même dormir un peu en plein vol. Cela n'était pas aussi reposant qu'une bonne nuit de sommeil sur terre cependant, et je me doutais bien qu'une fois arrivés, Shaaïra s'assoupirait sans même grogner sur Mairon. Ou au contraire, elle se montrera plus agressive que d'ordinaire avec ce mâle faute de sommeil... Le mieux serait peut-être de se poser dans un pré, mais les fermiers risquent de ne pas aimer. Bigre, à peine arrivé que je me retrouve avec un problème de taille sur les bras! Incapable de deviner avec perspicacité le comportement futur de ma dragonne impulsive, je me couchais contre une épine dorsale se trouvant dans mon dos et observais le soleil entamer sa descente lente et chaleureuse, laissant mon esprit se perdre avec les courants d'airs et les muscles puissants de la bêtes qui jouaient sous sa peau. Je finis par me relever cependant quand Shaaïra poussa un cri qui résonna sûrement assez loin pour qu'on nous entende à des lieux à la ronde, Storm's End était juste devant nous, ses tours cylindriques fièrement dressées vers le ciel changeant.

Comme à son habitude, Shaaïra décrivit de larges cercles en quête d'une zone où se poser mais je pris les devants en lui envoyant une image de la plus haute des tours qui était plus la seule à pouvoir la supporter, et, pour mon plus grand bonheur, Mairon n'était pas dans les environs. Avec sa grâce féline habituelle, le dragonne se posa et attendit que je me laisse glisser de son dos pour se mettre en boule sans me laisser le temps de la débarrasser de sa selle. J'en défis néanmoins la boucle avant de me diriger vers la servante qui avait déboulé sur le toit peu après notre arrivée. Au vu de son souffle court et de ses joues rouges, elle a dû courir pour venir à temps pour m'accueillir. Interprétation erronée en baissant les yeux sur mon torse... parfaitement dénudé. Ah, il est vrai que j'avais déboutonné ma chemise dans la journée à cause de la chaleur, mais il m'avait semblé l'avoir refermé pour la nuit... Bon, c'est pas comme si je n'étais pas connu pour ne jamais porté de tenue réglementaire à la cour, si? D'un geste nonchalant, je fermais le vêtement sauf les deux premiers boutons puis invitais la demoiselle à descendre les escaliers en première. Un peu bredouillante, ma nouvelle compagnie parvint néanmoins à me guider vers une pièce privée menant à un petit balcon et m'apprit que Lord Barathéon ne tarderait pas à venir à ma rencontre. Je n'avais rien dit depuis le début mais je lui étais tout de même reconnaissant, ce château m'était totalement inconnu. D'un geste rapide et doux, je lui saisis la main sur laquelle je déposai un baiser chaste qui ne tarda pas à raviver la teinte écarlate de ses joues, puis je la laissai partir avant de fermer la porte. Un jour, ma galanterie m'apportera de gros ennuis, je ne sais pas quand, mais je le sens! Me dirigeant vers le balcon, je lâchai un bâillement à m'en décrocher la mâchoire tout en me grattant la barbe une fois de plus. Il n'y avait plus qu'à attendre à présent!
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Mai - 6:56
Myrddin attendait la venue de Kalil, il avait convié le dragonnier à venir le voir. Ils avaient à parler, et aussi parce qu'il appréciait bien le prince. Durant son apprentissage il lui avait plusieurs fois sauvé la mise devant Leith, mettant quelque peu ses propres fesses en danger au passage. Mais c'était de bonne grâce, loyauté ne voulait pas dire qu'on appréciait forcément tous ses alliés, Leith l'avait toujours quelque peu hérissé, cet homme avait quelque chose d'un serpent, mais il n'en avait jamais rien dit ou montré. Le Lord Velaryon était la Main du roi et un des plus fidèle allié de la Couronne, c'était tout ce qui importait. Pas son ressenti personnel envers le blond, ce qui ne l'avait cependant pas empêché de sauver la peau des fesses princières du Martell, un nombre de fois dont il avait perdu le compte à force. Parfois il pensait que l'instinct de survie du jeune dornien avait un petit dysfonctionnement, en particuliers en présence du chef de l'Académie. Il était clair qu'aucun des deux ne pouvait sentir l'autre, et si les choses continuaient ainsi cette histoire finirait mal, très mal. En particuliers maintenant… Myrddin se doutait bien que Kalil ne l'entendrait pas, mais il se devait quand même de le mettre en garde. Parce qu'il voyait très bien se dessiner l'issue de tout cela, et il savait très bien de quel côté il se placerait ce jour là.

Lorsque Shaaïra et son dornien de frère d'âme arrivèrent à Accalmie l'après-midi était bien avancée, Alexander était en pleine leçon avec le mestre, Marian était avec sa nourrice à jouer dans le jardin et Myrddin était en train de discuter avec Orphée de leur prochaine inspection aux frontières avec les Connington. Et en voyant la dragonne se poser sur la tour principale du château le Lord d'Accalmie fut heureux d'avoir envoyé Mairon voler un peu à l'écart, c'est que la dame écailleuse avait un caractère exécrable en particuliers contre les mâles, et assez étrangement Myrddin ne tenait pas particulièrement à voir le siège de sa famille se faire incendier et détruire par une querelle entre les deux bêtes. Non, il s'en passerait volontiers. S'il ne désirait pas faire attendre son invité, il lui fallait cependant impérativement finir de régler certaines choses avec Orphée. Myrddin ne se faisait cependant pas trop de soucis concernant l'accueil que recevrait le prince de la part de la domesticité, ses instructions avaient été claires. Alors il prit bien le temps de planifier et d'organiser ce qui devait l'être avec son intendant et ami et ce ne fut qu'une fois ceci achevé qu'il partit à la rencontre du prince de Dorne.

Kalil se trouvait là où Myrddin l'attendait, il avait l'air assez en forme malgré sa chevelure en pétard, sa barbe naissante comme une ombre lui mangeant le visage et son air d'as de pique. Du Kalil tout craché, princier en dépit de son air négligé et quelque peu débraillé, un petit sourire se forma sur les lèvres du Lord en le voyant. Et il s'approcha pour le gratifier d'une rapide et amicale accolade.

-Kalil, c'est un plaisir de te revoir. J'espère que le voyage n'a pas trop été éprouvant.

Oui, enfin il était clair que le dornien ne dirait pas nom à la chambre et au lit que son hôte avait fait préparer à son intention. Même s'il ferait sans doute un tour au meilleur lupanar de la ville et qu'il y passerait sans doute la nuit, enfin peut-être pas celle-ci.

-Je suis navré pour ta soeur, tous mes voeux d'un prompt rétablissement l'accompagnent.


C'était sincère, il savait que la princesse aînée de Dorne été tombée malade et avait choisi de partir en voyage dans l'espoir de trouver un remède, laissant les rênes de la principauté à Kalil. Myrddin s'était attendu à recevoir un message de Kalil lui disant que leur rencontre ne pourrait pas avoir lieu en raison de ses nouvelles responsabilités, ce qu'il aurait parfaitement compri. Mais le prince de Dorne avait apparemment sut trouver le temps d'aller voir un vieil ami.

-J'ai à parler avec toi, je pense que tu sais déjà pourquoi mais j'ai aussi un service à te demander.

Oui, ce n'était pas que pour le mettre en garde que Myrddin avait voulu parler à Kalil mais aussi pour Alexander.

-Mais ce n'est pas exactement le meilleur endroit pour ces discussions. Et tu dois être affamé, que dirais tu d'une collation autours de laquelle nous pourrons parler tranquillement ?

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lord Suzerain des Stormlands ♔ Lord de Storm's End  ♔ Dragonnier
♔ Lord Suzerain des Stormlands
♔ Lord de Storm's End
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Mai - 16:42
Enfin seul, je pus mettre un peu d'ordre dans ma tenue et constater les dégats causés par mon voyage aussi confortable que mouvementé. Ma chemise était fripée de part en part et ma ceinture tombait négligemment sur mes hanches. Vraiment, ce n'était pas une tenue digne d'un prince, et heureusement qu'il n'y avait que mon torse de dénudé face à cette pieuse jouvencelle. En l'attente de Myrddin, je resserrais ma ceinture en tissu et lissait du mieux que je pouvais mon haut. Bon, ce n'était pas encore ça mais au moins, on ne pouvait pas dire que je ne faisais aucun effort. Et puis, le Lord Barathéon était habitué à mes manques sur le protocole, en plus de connaitre les inconvénients du vol nocturne à dos de dragon. Alors que je retirais mes mitaines en cuir qui protégeait habituellement mes paumes des écailles parfois tranchantes de Shaaïra, la porte s'ouvrit dans mon dos sur un Myrddin amical et de bonne humeur, un petit sourire aux lèvres en voyant ma tenue débraillée. Au mépris des règles de courtoisie, nous nous fîmes une franche accolade en guise de salut, en frères d'armes que nous sommes. Comme toujours, le voir était un véritable plaisir et mon grand sourire enfantin ne pouvait démentir ma pensée!

-Kalil, c'est un plaisir de te revoir. J'espère que le voyage n'a pas trop été éprouvant.

-Oh, ça pouvait aller. Il n'a pas plu au moins, c'est déjà ça! Par contre, Shaaïra doit être affamée donc si tu pouvais lui faire apporter un mouton ou un cerf, cela m'arrangerait. Elle risque de partir pêcher autrement et comme je n'ai vu nulle part Mairon, je me doute qu'il doit voler un peu plus loin.

En réalité, j'étais courbaturé et Shaaïra avait manqué plusieurs fois d'attraper un daim pour son dîner. Bien que Myrddin n'aurait pas été embêté, la faune étant assez importante ici, je connaissais bien l'estomac de ma dragonne.

-Je suis navré pour ta soeur, tous mes voeux d'un prompt rétablissement l'accompagnent.

A ses propos, je grimaçais, bien que d'ordinaire, j'aurais gardé un visage impassible. Cela nous était tombé dessus aussi brutalement que mon entrée à l'Académie ou le décès de père, soudain, imprévu. En fait, Ashana et moi ne l'avions appris qu'à notre retour de la capitale de la bouche du Mestre. Cela faisait déjà plusieurs jours que Naïla avait de la fièvre mais la veille du départ, cela avait empiré et depuis, même les remèdes de nos soigneurs étaient inefficaces. Comme toujours, trop fière, trop indépendante, notre ainée avait décidé de partir chercher elle-même un antidote à son mal, et à présent, c'est à moi, le Prince suzerain, de prendre soin de notre territoire. Je dois avouer que cela est bien compliqué, et malgré l'aide précieuse du reste de notre Fratrie, j'ai accepté en douce l'aide précieuse de Léa pour m'adapter au travail déjà bien entamé de notre grande soeur. En vérité, le plus gros souci que j'avais était que j'étais un militaire, or, dans notre famille, un tel régime pour notre société n'était pas acceptable, il me fallait donc m'adapter. Et cette journée auprès de mon ami était une pause dans ce devoir d'envergure que je ne pouvais refuser!

-J'ai à parler avec toi, je pense que tu sais déjà pourquoi mais j'ai aussi un service à te demander. Mais ce n'est pas exactement le meilleur endroit pour ces discussions. Et tu dois être affamé, que dirais tu d'une collation autours de laquelle nous pourrons parler tranquillement ?

-A vrai dire, je ne sais pas du tout pourquoi tu m'as proposé de venir mais je suppose que ce n'est pas pour s'entrainer comme autrefois. Est-ce que ce serait pour ton fils? Si c'est pour devenir son mentor, ma foi, je ne dis pas non, ahah! Et j'accepte ton invitation, je meurs de faim!

Quand on est sur le dos d'un dragon, on ne peut se permettre d'apporter un festin de roi en même temps. Et manger tout en se déplaçant avait toujours été déconseillé par nos professeurs, on pouvait donc dire que j'étais à jeun depuis la veille, sauf en ce qui concernait l'eau, bien entendu.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Mai - 19:18
-Pas de soucis pour le mouton, tu comprendras que j'ai quelques réticences pour le cerf.

Myrddin était un peu amusé par cette demande, pas qu'elle ait quoi que ce soit d'extravagant, mais plus parce qu'elle pouvait très facilement être prise pour une insulte ou une provocation. Le cerf était après tout l'emblème de la Maison Baratheon, en donner ainsi un en pitance à un dragon pouvait avoir une forte portée symbolique. Mais ce n'était pas le cas ici.
Et oui, il avait envoyé Mairon un peu à l'écart d'Accalmie. C'était le plus raisonnable à faire en la présence de Shaaïra. Et un rapide échange avec le dragon cuivré suffit à lui confirmer que son frère d'arme se trouvait bien à planer au dessus de l'Océan. La pêche pour Shaaïra c'était un mauvais plan si on voulait éviter un massacre en règle entre les deux créatures ailées.

-Oui, je l'ai envoyé voler ailleurs. Je ne suis pas emballé à l'idée d'une querelle entre les deux. Je vais le garder à distance le plus possible le temps de votre séjour ici.

Le Lord se demandait si le prince dornien ne se doutait vraiment pas qu'il allait se faire un peu remonter les bretelles. Bah de toutes façons il n'y couperait pas, même s'il jouait les innocents. Surtout qu'il lui montra que sa perspicacité immédiatement après en devinant que sa demande concernait Alexander. Kalil jouait souvent les imbéciles, mais c'était un esprit vif et aiguisé. Il ne fallait pas se fier à ce que le dornien voulait bien montrer de lui, et si parfois ses attitudes pouvaient réellement porter à confusion, il n'en demeuraient pas moins quelqu'un de très intelligent.

-Bien deviné, c'est bien pour Alexander que j'ai un service à te demander. Mais si tu le permet je vais garder encore un peu ce rôle si tu veux bien.

Il était amusé de la proposition du tout frais prince suzerain, du Kalil tout craché.

-Et même si cela m'aurait bien plus à moi aussi, ce n'est effectivement pas pour une de nos bonnes vieilles séances d'entraînement. Même si l'ours du Festival m'a rappelé quelques souvenirs.

C'est que combattre et tuer cette bestiole à mains nues avaient eu quelque chose d'assez nostalgique. En plus cela lui avait permis de gagner une cape en fourrure d'ours bien épaisse pour le prochain hivers et une tête empaillée qu'il jugeait d'un goût assez douteux. Mais qu'il conservait avec un certain orgueil. C'est qu'elle était vraiment mastoque la bestiole.
Myrddin était bien placé pour savoir que l'on pouvait ressortir des vols à dos de dragons épuisé et affamé. S'hydrater était impératif, mais manger en vol était une très mauvaise idée, et pas seulement pour les possiblement vomissements que ce cela pouvait engendrer. Même si se prendre son propre vomi ou celui d'un camarade en pleine poire n'était jamais une expérience que l'on souhaitait réitérer. Et quant à savoir s'il parlait d'expérience ou non… Jetons un voile pudique sur cette histoire, cela vaut mieux.

-Bien, allons-y. Je manquerais à toutes les lois les plus basiques de l'hospitalité si je te laissait mourir de faim plus longtemps. Nous serons bien dans les jardins à cette heure
.

Et il guida son invité jusque dans les jardins du château, choisissant de s'installer sous un chêne centenaire un peu à l'écart du reste des lieux. Il avait fait part en chemin aux serviteurs de sa volonté concernant la collation et où elle devait être servie ainsi que le mouton de Shaaïra.

-Kalil, je serais court. Ton petit jeu avec Leith devient trop dangereux. Et pour le moment, ce n'est pas toi qui a le dessus.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lord Suzerain des Stormlands ♔ Lord de Storm's End  ♔ Dragonnier
♔ Lord Suzerain des Stormlands
♔ Lord de Storm's End
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Mai - 7:13
-Pas de soucis pour le mouton, tu comprendras que j'ai quelques réticences pour le cerf.

Ah, c'est ça d'avoir pour emblème un animal! Nous, les Martell, on n'a pas ce problème, heureusement. Et j'avais beau y réfléchir, je ne voyais pas où se trouvait l'offense, les Barathéon devaient bien manger des cervidés de temps en temps, non?

-Oui, je l'ai envoyé voler ailleurs. Je ne suis pas emballé à l'idée d'une querelle entre les deux. Je vais le garder à distance le plus possible le temps de votre séjour ici.

Je hochais la tête à cette remarque. Il n'était pas bien difficile de savoir où se trouvait Mairon à l'heure actuelle. Pour une étrange raison, les dragons naissant à proximité de l'océan était plus enclins à s'y retrouver une fois libérés de leurs occupations militaires. Ils étaient d'ailleurs d'incroyables nageurs! Je me demande s'il arrive à Myrddin d'accompagner son frère d'âme à la pêche, probablement au vu de son attachement à lui.

-Bien deviné, c'est bien pour Alexander que j'ai un service à te demander. Mais si tu le permet je vais garder encore un peu ce rôle si tu veux bien.

Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres. Il était normal qu'il refusait une telle offre, je n'étais pas connu pour être un tendre, avec les mendiants souhaitant rejoindre la garde comme avec les nobles. Pour autant, mes enseignements portaient toujours leurs fruits, mais souvent, on ne retrouvait plus son enfant comme avant, physiquement comme mentalement. Et pour le Lord Barathéon qui suivait la Couronne, avoir un fils rebelle n'était pas l'idée du siècle. Dommage, une autre fois peut-être?

-Et même si cela m'aurait bien plus à moi aussi, ce n'est effectivement pas pour une de nos bonnes vieilles séances d'entraînement. Même si l'ours du Festival m'a rappelé quelques souvenirs.

Ah, l'ours! Il est vrai que cela avait été une bonne rencontre, même si ce gros balourd m'avait méchamment tailladé le dos. A noter qu'on ne fait pas le pitre devant une créature plus grande que soit et atteinte d'une rage de dent... Hm, je devrais y songer pour Leith aussi.

-Bien, allons-y. Je manquerais à toutes les lois les plus basiques de l'hospitalité si je te laissait mourir de faim plus longtemps. Nous serons bien dans les jardins à cette heure.

Nouveau hochement de la tête et nous voilà partis de la pièce en direction des fameux jardins. Je me souvenais que c'était là qu'on finissait nos entrainements avec une bonne boisson fraiche. Inévitablement, nos discussions tournaient sur les différences entre la Principauté et le Royaume. Bien que cela ne m'avait jamais vraiment intéressé, Myrddin était l'héritier des Barathéon, la politique était donc une de ses nombreuses notions qu'il se devait de maitriser. Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser, nos conversations se terminaient toujours par une bonne accolade. Cette fois-ci, nous nous installâmes sous le chêne centenaire. De là où j'étais, je pouvais voir la longue queue de Shaaïra pendre sur le coté de la tour, s'agitant de temps en temps comme si elle était plongée dans un rêve particulièrement animé. Pour avoir fait l'expérience de recevoir des images sur ces fameux songes, je n'étais pas prêt à retenter l'expérience, aussi la laissais-je pour m'intéresser à mon frère d'armes.

-Kalil, je serais court. Ton petit jeu avec Leith devient trop dangereux. Et pour le moment, ce n'est pas toi qui a le dessus.

En vérité, je me doutais bien de la raison pour laquelle Myrddin m'avait proposé de venir, mais au fond, j'avais espéré qu'il oublierait. A en croire son regard, il était loin de la sénilité, et il s'inquiétait vraiment pour moi. Je ne pouvais malheureusement pas justifier mes actes avec lui, cela voudrait dire que je devais lui rapporter ce que m'avait appris Shanon, ma mentor et soeur de Velaryon. Je ne pouvais trahir cette Lady qui m'avait appris tout ce que je savais pour devenir un dragonnier accompli. Et Myrddin serait sûrement horrifié en apprenant que j'avais partagé le lit de la Lady de Dragonstone, un acte purement suicidaire, il est vrai. Si Leith l'apprenait, il sortirait de sa couche et ramperait jusqu'à Sunspear pour m'occire, c'était certain! Mais en attendant, il n'est pas là, et il souffrait le martyr.

"Bien fait pour sa gueule."

D'une main un peu trop lourde, je pris le verre d'eau que venait de nous apporter une domestique avec une carafe, quelques gouttes dévalèrent mes doigts s'en qui j'y fasse grandement attention. En deux gorgées, je finis ma collation et me resservis, assez satisfait par la situation. Officiellement, le Lord avait été attaqué par une sorcière, mais il ne fallait pas être grandement intelligent pour comprendre que la-dite sorcière avait manqué de peu de se faire violenter par Velaryon. Quand on cotoie un tel personnage durant 10 ans, on parvient à en déceler la vraie nature sans grande difficulté, surtout avec sa soeur dans nos bras. En réponse à Myrddin, je haussais les épaules.

- Pour l'heure, ce chien est dans sa couche à cracher son venin contre les domestiques. Il parait qu'il serait aussi resplendissant qu'un steak au soleil après quelques jours! On ne peut pas vraiment dire qu'il soit apte à continuer de "jouer" avec moi.

Il était assez monstrueux de se réjouir du malheur des autres, mais je considérais que mon grand sourire aux dents dévoilés était purement justifié! Personne, hormis les fanatiques de la Couronne, aimait Leith, c'était un fait. Il n'y avait qu'avec les fidèles du Roi qu'il se montrait aimable, et encore... Non, vraiment, s'il pouvait s'éteindre, on serait tous bien plus heureux.

- Et s'il crève, bon débarras...

D'une traite, je vidais mon verre, noyant ma colère dans le liquide frais et sans gout.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Mai - 13:26
Evidemment ça ne réjouissait pas Kalil que le sujet soit abordé, en même temps ce n'était agréable pour personne. Mais c'était nécessaire aux yeux de Myrddin, les avertissements dussent-ils entrer par une oreille et sortir par l'autre, au moins ils auraient été lancés.  Et à force de sauver la peau des fesses du dornien, c'était un peu comme s'il était responsable de lui. C'était un ami, et franchement ça le ferait chier, vraiment beaucoup, qu'il se fasse tuer connement pour ne pas avoir sut quand fermer sa grande bouche devant Leith.
S'il était limpide que la colère bouillait chez le prince suzerain, celui-ci se contenta d'hausser les épaules. Comme si le sujet ne l'atteignait pas plus que cela.

- Pour l'heure, ce chien est dans sa couche à cracher son venin contre les domestiques. Il parait qu'il serait aussi resplendissant qu'un steak au soleil après quelques jours! On ne peut pas vraiment dire qu'il soit apte à continuer de "jouer" avec moi.

-Méfie toi des chiens malades, Kalil, ils mordent tout autant que ceux qui sont en pleine forme. Même s'ils sont galeux et défigurés. Un chien teigneux et violent, ne se bonnifie pas avec la maladie, bien au contraire…


L'image pour désigner l'état du visage de Leith après sa rencontre un peu trop poussées après les flammes, avait pour elle d'être quand même assez imaginative et graphique. Et certainement pas très éloignée de la réalité. C'était justement pour cela aussi que Myrddin était inquiet pour Kalil. Cette expérience et le nouvel état physique ne devaient pas avoir changé Leith pour le meilleur, bien au contraire. Cela avait peut-être même fait partir en cendre le meilleur chez lui, le peu de chose que l'on pouvait qualifier de "pas trop exécrable" chez lui en tous cas. La main du roi, n'était pas un type bien, c'était indéniable et le Lord Baratheon en était parfaitement conscient. Mais Myrddin n'était pas en mesure de faire la fine bouche concernant ses alliés. Surtout pas quand ils étaient aussi fidèles à la Couronne, et on pouvait sans aucun doute dire bon nombre d'horreurs et d'infamies sur Leith et les voir se révéler quasiment toutes vraies, mais il restait l'un des plus (si ce n'est LE plus) loyaux à la Couronne.
Et le sourire étincelant et plein de dents de Kalil ne faisait rien pour retirer au poids de ses paroles. Si quelqu'un d'autre, n'importe qui les avaient prononcées devant Myrddin il aurait craché ses dents et son sang. Mais c'était Kalil, alors les yeux noirs du Lord Baratheon se firent durs. C'était un regard qui disait "Attention…".

- Et s'il crève, bon débarras...

-Kalil, merci de ne pas souhaiter la mort de mes alliés, toutes crevures qu'ils soient. Je ne suis dans une situation où je peux me permettre d'en perdre. Au cas où tu l'aurais oublié, je suis dans une mouise sans nom avec des putains de Griffons qui veulent ma mort et celle de ma famille.

C'était assez sec, mais après plus de deux ans de conflits ouverts et d'emmerdes qui allaient avec, Myrddin commençait à avoir les nerfs à vifs sur la question. Surtout maintenant qu'il avait deux enfants dont il devait assurer le futur, et aussi doublement plus de raisons d'inquiétudes paternelles. Mais cela avait le mérite d'être clair. Tout comme il était clair que les avertissements ne feraient aucun effet sur cette tête de mule de Kalil, plus dure que du granit. Il n'en ferait qu'à sa tête, comme toujours.
La colère retomba assez vite, ce n'était pas la peine de s'énerver contre Kalil pour ça. Déjà parce qu'il n'était pas responsable pour ces petits cons de Connington, et ensuite parce que cette inconséquence faisait partie du charme de Kalil.

-Parlons d'autre chose, si tu veux bien.

Il n'avait pas envie de s'engueuler avec Kalil. Il l'avait prévenu pour Leith, la suite ne dépendait que du prince dornien (et aussi de Leith).
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lord Suzerain des Stormlands ♔ Lord de Storm's End  ♔ Dragonnier
♔ Lord Suzerain des Stormlands
♔ Lord de Storm's End
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Mai - 22:46
-Méfie toi des chiens malades, Kalil, ils mordent tout autant que ceux qui sont en pleine forme. Même s'ils sont galeux et défigurés. Un chien teigneux et violent, ne se bonnifie pas avec la maladie, bien au contraire…

Sur le coup, il marquait un point. C'est pourquoi depuis l'attaque sur Leith, je m'étais bien gardé de lui envoyer une lettre savamment écrite pour lui faire péter les plombs, bien que l'envie était forte. Maintenant que j'étais le Prince suzerain, il y avait bien trop d'enjeux pour que je m'y risque. Surtout avec Ashana à King's Landing. Énerver le roi ou son Limier n'était clairement pas une bonne idée et cela pouvait fort bien coûter ma tête et le royaume à présent... Dommage, c'était amusant de l'enquiquiner, ce bon vieux chien! Mon plaisir n'avait pas semblé être communicatif avec Myrddin au vu de son regard dur sur moi. Autrefois, je me serais senti intimidé, mais nous étions d'égal à égal à présent, je gardais cependant pour moi de lui répondre une moquerie, et repris une posture plus droite et une attitude plus calme.

-Kalil, merci de ne pas souhaiter la mort de mes alliés, toutes crevures qu'ils soient. Je ne suis dans une situation où je peux me permettre d'en perdre. Au cas où tu l'aurais oublié, je suis dans une mouise sans nom avec des putains de Griffons qui veulent ma mort et celle de ma famille.

-... Tu as des gouts en alliés assez étranges, Myrddin, c'est tout ce que je constate. Et qu'importe qui ils sont, s'ils l'étaient vraiment, ils t'auraient débarrassé de cette Maison rivale depuis longtemps. Mais bon, qui suis-je pour te juger? Nous avons fait nos choix, et ce n'est pas parce que tu es plus qu'un frère pour moi que je dirais du bien de certaines crevures.

Ma voix était douce, en pur contraste avec mon attitude d'ordinaire. Avec Myrddin, on parlait peu de politique, c'était presque un tabou car nous savions tout les deux ce que cela entrainait. Il n'y avait qu'à les récits sur la Danse des Dragons, un véritable massacre pour seulement deux frères et soeurs Targaryens qui voulaient le trône de fer. La politique n'est que complot, vilenie et coups tordus adressés à ses voisins, et bientôt, cette même politique allait nous braquer, Myrddin et moi. Moi, Kalil le Traitre, celui qui a refusé de ployé le genou, de jeter à bas son honneur pour un roi indigne de son titre, celui qui a bafoué son serment envers la Couronne, et lui, Myrddin le Juste, le Sage, celui qui a essayé de raisonner le Félon. Une bataille des plus magistrales qui serait splendide à écrire, je n'en doute pas, mais en mon for intérieur, je préférais mille fois plus que cette guerre soit reculée de cent ans.

- Le jour où Aegon te montera contre moi, je ne porterais pas d'armes et je ne serais pas sur Shaaïra. pensais-je tout haut avant de vider mon verre, m'emmurant dans un silence lui aussi inhabituel.

C'était dangereux de dire cela, il suffisait d'un rien pour que le roi se jette sur cette occasion pour anéantir Dorne. En lançant Myrddin contre Sunspear, ou même en le séquestrant dans son donjon pour l'y torturer en attendant que je cède à ses exigences. Il suffisait que Myrddin lui dise qu'il était mon point faible pour que je devienne un de ses nouveaux jouets. Est-ce que je lui en voudrais? Non. Bien que cela devrait, je pense que moi aussi, je serais obligé de me servir de lui quand les tensions seront plus fortes... Ainsi était la politique, l'ennemie de l'Amitié et la Fraternité, un poison dans la noblesse, la cause des tourments du Peuple.

-Parlons d'autre chose, si tu veux bien.

Je hochais la tête, penser au futur me rendait morose. Il valait mieux nous changer les idées que de nous laisser abattre par des spéculations. Qui sait? Peut-être que le Lord Barathéon s'alliera aux Martell?

- Alors? Quel service as-tu à me proposer au sujet de ton gaillard?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Mai - 19:19
-Les choses sont plus complexes que ça et tu le sais, Kalil. Et ce n'est pas ce que je te demande, qui serait Kalil Martell sans sa grande gueule légendaire ?



Il connaissait Kalil depuis des années et contre toutes attentes une amitié forte s'était créée entre les deux hommes. Une amitié qui n'avait rien à voir avec les intrigues politiques, les affinités historiques, les liens de sang, les conditions sociales et leurs statuts. C'était une amitié qui ne s'expliquait pas, tout simplement. Il y avait entre les deux hommes une alchimie et une complicité que la logique ne semblait pouvoir percer à jour. Ce n'était pas le même lien qui unissait Myrddin à Orphée, non, c'en était un d'une autre nature.
En fait Myrddin  pouvait dire les choses ainsi pour résumer l'affaire: Parce que c'était lui et parce que c'était moi. Parfois il ne faut pas chercher à voir bien plus loin que l'évidence.
Ils ne pouvaient rester longtemps fâchés, l'énervement de Myrddin était retombé aussi vite qu'il était venu. C'était pour ça qu'il évitait les sujets politiques, ils se trouvaient dans deux situations trop différentes. Comme deux face d'une même pièce, les reflets d'un miroir. Semblables mais différents, et unis malgrés tout. Et aussi parce qu'ils avaient tous deux une conscience aiguë de ce vers quoi ils avançaient, et ça n'avait rien de lumineux et de joyeux. Malgré toute l'affection et l'amitié que le Lord Baratheon avait pour le prince Martell, et malgré tout ce que ça lui coûterait, Myrddin se plirait à son devoir. Dut-il le mener sur les sentiers de la guerre contre son frère d'armes… Par les Sept, c'était digne d'une chanson de geste… Tragique comme on aime, si ce jour arrivait, et comme Myrddin priait pour qu'il ne vienne jamais, il avait assez de cette guerre contre les Connington qu'il n'appréciait pas particulièrement, il n'y aurait plus qu'à ajouter de la musique et à trouver des sobriquets pour les protagonistes et le reste viendrait tout seul.
Le silence s'était installé entre eux, tandis qu'ils restaient tous deux pensifs, ce fut Kalil qui rompit le silence

- Le jour où Aegon te montera contre moi, je ne porterais pas d'armes et je ne serais pas sur Shaaïra. 

Myrddin ne dit rien un moment, cela sonnait terriblement comme une prophétie. Sans doute trop à son goût.

-Comme si tu avais besoin d'armes ou de Shaaïra pour te battre.



Il ne doutait pas qu'en dépit de l'absence d'armes et de sa dragonne Kalil ne se laisserait pas gentiment maîtriser. Ce n'était pas le genre du bonhomme, il vendrait chèrement sa peau. Mais Myrddin espérait bien ne jamais voir ce jour maudit arriver.

- Alors? Quel service as-tu à me proposer au sujet de ton gaillard?

Oui ne pas penser aux hypothétiques futurs qui s'annonçaient pour eux était une démarche bienvenue, et puis penser à ses enfants faisait toujours du bien au Lord.

-Alexander est un très bon garçon, il manque juste d'assurance, je pense que tu l'aimerais beaucoup. Ce qu'il en était fier de ce gosse. En fait c'est bientôt son anniversaire, et il adore les chevaux, et j'aimerais, si tu es d'accord, l'envoyer en séjours à Sunspear dans quelques temps, quand tout sera fini avec ces connards de piafs. Je pense que le voyage lui ferait du bien, Dorne serait une bonne expérience pour lui. Et dans ce cas là, il lui faudrait un cheval adapté au climat du pays, et qui élève les meilleurs chevaux de Westeros ?

Question purement rhétorique, mais à laquelle Myrddin savait que Kalil ne pourrait pas s'empêcher de répondre fièrement, tant il adorait sa demie-soeur.

-J'aimerais lui passer commande d'un jeune cheval qu'elle viendrait livrer ici, pour Alexander. De préférence une bête vive et rapide, le petit est déjà un excellent cavalier donc il n'y aura pas de problèmes je pense.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lord Suzerain des Stormlands ♔ Lord de Storm's End  ♔ Dragonnier
♔ Lord Suzerain des Stormlands
♔ Lord de Storm's End
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Mai - 21:35
-Les choses sont plus complexes que ça et tu le sais, Kalil. Et ce n'est pas ce que je te demande, qui serait Kalil Martell sans sa grande gueule légendaire ?

En effet, complexes, elles l'étaient vraiment, à un point tel que j'en discutais rarement avec Myrddin. De un parce que c'était barbant à souhait, et de deux... Parce que c'était barbant à souhait! Non, vraiment, je n'avais rien à dire, la politique était pénible au possible et maintenant que j'étais le Prince Suzerain, je comprenais la douleur de mon ami qui lui effectuait ce que je faisais de temps en temps tout les jours, avec deux enfants dans les bras. Parfois, je me demandais si nous aurions pu être amis si j'avais été juste un paysan travaillant dans une ferme et non une personne importante socialement. La vérité est que nous aurions toujours été proches, quelque soit notre vie, et on y pouvait rien à part l'accepter avec joie.

-Comme si tu avais besoin d'armes ou de Shaaïra pour te battre.

Je ne répondis pas à sa remarque, préférant lui demander la nature du service qu'il souhaitait me demander. Myrddin était un doux rêveur et je ne souhaitais pas le démoraliser alors que ses nerfs étaient déjà à vif, mais la vérité était là. Si le Roi imposait à Myrddin une invasion de Dorne et que je me retrouvais face à lui, je serais tout bonnement incapable de me battre. Du moins, si sa "Majesté" le faisait, mais bien que j'étais turbulent, je ne me montrais pas aussi insolent que le Lord Lannister, il fallait bien le reconnaitre. Non, Aegon avait bien d'autres chats à fouetter à l'heure actuelle! Heureusement, mon changement de sujet fut bien accueilli, aussi chassais-je mes pensées moroses pour me concentré sur mon ami.

-Alexander est un très bon garçon, il manque juste d'assurance, je pense que tu l'aimerais beaucoup. En fait c'est bientôt son anniversaire, et il adore les chevaux, et j'aimerais, si tu es d'accord, l'envoyer en séjours à Sunspear dans quelques temps, quand tout sera fini avec ces connards de piafs. Je pense que le voyage lui ferait du bien, Dorne serait une bonne expérience pour lui. Et dans ce cas là, il lui faudrait un cheval adapté au climat du pays, et qui élève les meilleurs chevaux de Westeros ?

- Léa évidement! m'exclamai-je avec un grand sourire.

Myrddin avait bien fait de toquer à ma porte, pour avoir moi-même monté des créatures nées des mains de ma tendre soeur, je pouvais dire sans vantardise qu'il s'agissait d'une experte. C'est à se demander parfois si elle n'avait pas des Enfants de la Forêt dans ses ancêtres! Alors que nous discutions, je me servais à nouveau, en songeant intérieurement à apporter une gourde durant mon voyage la prochaine fois. C'est fou ce que voler pouvait donner soif!

-J'aimerais lui passer commande d'un jeune cheval qu'elle viendrait livrer ici, pour Alexander. De préférence une bête vive et rapide, le petit est déjà un excellent cavalier donc il n'y aura pas de problèmes je pense.

Je hochais la tête. Bien que n'étant pas un expert en chevaux, je voyais plutôt bien où il voulait en venir. Et autant le dire, des chevaux fougueux, on en avait à revendre! Cependant, un détail me faisait tiquer et je ne pus m'empêcher de grimacer rien qu'à l'idée de laisser Léa partir, seule, vers une région qui lui était inconnue, me serrait la gorge. Je pourrais bien la faire escorter par vingt de mes meilleurs soldats, mais cela risquait de faire tourner des têtes et puis... pour un cheval... De plus, même si je leur faisais confiance, à mes hommes, rien ne pouvait m'assurer qu'il n'arriverait rien à ma soeur. Mais Léa risquerait de s'énerver, cependant, seule, elle serait une proie facile pour nombre de brigands. La boule qui se forma au creux de ma gorge me coupa la soif avant que je ne puisse boire le contenu de mon verre. C'est donc terriblement angoissé que je le reposais sur la table.

- Hmm Ton fils ne pourrait-il pas venir lui-même? Le trajet n'est pas si long et il peut fort bien prendre son temps pour arriver à Sunspear...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Mai - 7:27
Bien sûr Kalil était inquiet pour la sécurité de sa soeur, c'était parfaitement compréhensible. Accalmie n'était pas la porte à côté de Sunspear, même si Kalil tentait de minimiser un peu la distance. Et les routes dans les Stormlands n'étaient plus aussi sûres qu'elles l'avaient été, ne serait-ce que cinq ans plus tôt, et elles ne le redeviendraient qu'une fois cette sinistre affaire avec les Connigton réglée et enterrée six pieds sous terre. Pour un peu Myrddin ajouterait après qu'elle ait été salée et brûlée, par mesure de sécurité. Enfin, le Lord ne comptait pas envoyer la dornienne ou son fils sur ses route, il envisageait plus la voie maritime pour eux. Un navire serait bien plus rapide et sûr qu'un voyage à cheval, même en passant par le Reach.
Envoyer Alexander à Dorne, même s'il s'agissait d'une alternative intéressante, n'était actuellement pas envisageable. Pas que le gamin ne soit pas assez débrouillard pour s'en sortir, non il s'en était très bien sorti durant son voyage du Val jusqu'à Accalmie et il s'en sortirait très bien s'il devait faire un trajet d'Accalmie jusqu'au sud de Dorne. Mais le laisser partir actuelement, était une très mauvaise idée.
Les deux hommes étaient aussi protecteur l'un que l'autre envers leurs familles et leurs proches, même s'ils l'exprimaient d'une façon différente. Cela allait être un bras de fer pour que l'un d'eux cède concernant qui devait se déplacer.

-Je t'entend, Kalil, mais envoyer Alexander à Dorne est une très mauvaise idée à l'heure actuelle. C'est un brave garçon, mais il est un peu comme un jeune chiot qui a déjà été abandonné et battu, et qui trouve enfin un foyer aimant. Je te jure que si un jour je rencontre la famille de l'époux de ma tante ils ne vont pas s'en sortir indemnes. Il est craintif et mal-assuré, sans parler de la peur de l'abandon. Si je l'envoie à Dorne, ou n'importe où ailleurs, maintenant, cela briserait toute la confiance en lui qu'il commence à se forger. Il aurait l'impression qu'on le rejette à nouveau. Il n'est pas prêt à partir, tu comprends ? Alexander vient juste de trouver une famille, et il a encore du mal à y croire et à admettre qu'il y a sa place.

Oui, envoyer Alexander ailleurs maintenant reviendrait à le briser à nouveau, il allait falloir du temps et une longue discussion le moment venu pour que le garçon puisse partir sereinement d'Accalmie. Et il était bien trop tôt pour cela, l'adolescent devait d'abord bien intégrer que les Baratheon étaient désormais sa famille, Accalmie son foyer et que jamais les uns ou l'autre ne le laisserait tomber. Il allait falloir un peu de temps encore, bien qu'Alexander ait déjà plus d'assurance que lors de son arrivée.

-Et je ne pensais pas à la voie terrestre pour Léa, mais à la voie maritime. Ce serait bien plus rapide et sûr pour elle. Et elle n'aura rien à craindre une fois qu'elle séjournera sur mes terres, je t'en fais la promesse.

Et il ajouta avec un petit sourire.

-De plus, c'est pour son anniversaire, l'envoyer lui-même chercher son cadeau n'est pas très convenable, déjà qu'il ne sera pas emballé.

Aucun des cadeaux pour Myrddin au jeune garçon ne le serait d'ailleurs. Il comptait lui offrir un chiot et un faucon en plus du cheval. Le gamin aimait les animaux et il semblait toujours plus à l'aise quand un était présent.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lord Suzerain des Stormlands ♔ Lord de Storm's End  ♔ Dragonnier
♔ Lord Suzerain des Stormlands
♔ Lord de Storm's End
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 24 Mai - 13:10
-Je t'entend, Kalil, mais envoyer Alexander à Dorne est une très mauvaise idée à l'heure actuelle. C'est un brave garçon, mais il est un peu comme un jeune chiot qui a déjà été abandonné et battu, et qui trouve enfin un foyer aimant. Je te jure que si un jour je rencontre la famille de l'époux de ma tante ils ne vont pas s'en sortir indemnes. Il est craintif et mal-assuré, sans parler de la peur de l'abandon. Si je l'envoie à Dorne, ou n'importe où ailleurs, maintenant, cela briserait toute la confiance en lui qu'il commence à se forger. Il aurait l'impression qu'on le rejette à nouveau. Il n'est pas prêt à partir, tu comprends ? Alexander vient juste de trouver une famille, et il a encore du mal à y croire et à admettre qu'il y a sa place.

Je hochais la tête, parfaitement compréhensif. Je ne connaissais Alexander que grâce aux lettres de mon ami dont les propos aussi violents qu'indignés m'avaient bien fait comprendre l'étendue des dégats qu'avait le petit. Je lui avais même proposé de prendre part à ce recadrement en bonne et due forme de cette partie de sa famille, pas seulement parce qu'il était mon meilleur ami mais parce que j'étais aussi choqué et énervé que lui. Un enfant ne devrait jamais avoir à subir une telle chose et, par les Sept, cela n'arrivera jamais à Dorne! Mais je m'égare, les arguments de Myrddin étaient justes et impossibles à contourner... Cela ne me plaisait tout de même pas de laisser Léa partir aussi loin sans escorte décente -c'est à dire, digne d'une Princesse, selon mes critères-.

-Et je ne pensais pas à la voie terrestre pour Léa, mais à la voie maritime. Ce serait bien plus rapide et sûr pour elle. Et elle n'aura rien à craindre une fois qu'elle séjournera sur mes terres, je t'en fais la promesse.

Plus rapide, certes, mais est-ce que les chevaux ne seront pas trop nerveux? Car je me doutais bien qu'elle emmènerait sa propre jument. Et s'ils étaient pris dans une tempête? Ou pire, des récifs! Mon visage se décomposait alors que mon esprit beaucoup trop fertile par moment faisait jouer dans ma tête des scènes de bateaux brisés, des vagues monstrueuses et de jeune fille à la crinière dorée se noyant. La gorge sèche, je repris mon verre et le finis, chassant toutes ces mauvaises pensées qui rendaient la conversation difficile à suivre. Je m'inquiétais beaucoup trop décidément, les marins savaient ce qu'ils faisaient, je n'avais pas à paniquer ainsi. C'est même indigne d'un Prince suzerain!

Oh, par les Sept, Myrddin! Tu m'en demandes beaucoup trop...

-De plus, c'est pour son anniversaire, l'envoyer lui-même chercher son cadeau n'est pas très convenable, déjà qu'il ne sera pas emballé.

Son petit sourire et cette déclaration me redonna quelques couleurs. Il est vrai que ce n'était pas très sympathique de laisser le petit aller le chercher. D'ailleurs, Myrddin aurait dû me le dire plutôt, les anniversaires, c'est important, même quand il s'agit d'un membre d'une autre famille. N'étions nous pas des frères d'armes? Notre lien n'allait-il pas au-delà du Sang et des Noms? A moins qu'il craignait que nous organisions une grande fête en son honneur... Hmm bien que j'aime avoir une raison de m'amuser publiquement, je n'allais pas débourser ainsi sans limites. Mais il est normal de mon point de vue que je puisse lui offrir un présent moi aussi, même minime en comparaison de Myrddin. Je connaissais bien ce grand bougre, il n'y avait qu'à voir tout les cadeaux qu'il offrait à sa fille pour comprendre qu'il était aussi gaga de son cousin juvénile, dans le sens paternel, bien sûr.

Vaincu, je croisais les jambes et me collais dans le fond de ma chaise, soupirant de dépit. Il n'y a pas à dire, il sait trouver les mots justes pour me faire céder!

- Son anniversaire, déjà? Tu aurais dû me prévenir dans tes lettres, c'est fou ce que cela pousse vite à cet âge... C'est d'accord pour que Léa vienne, mais elle sera accompagnée, sache-le. Et puis... Je pense qu'elle ne partira pas tout de suite. Il faudra familiariser la monture à son cavalier, le surveiller quelques temps, donner des conseils à Alexander...

C'était mal de se venger, mais même si Léa se contentait de sa vie tranquille à Sunspear, je n'avais pas raté ses yeux pétillants de plaisir lors du bal organisé par le Roi. Elle aimait voyager, c'était certain, et si je pouvais lui offrir une nouvelle occasion de visiter d'autres lieux, et pourquoi pas se faire de nouvelles connaissances, je n'allais pas m'y opposer, bien au contraire! En plus, cela pourrait être aussi bénéfique au petit Alexander de rencontrer de nouvelles bonnes têtes, même si c'était une adulte.

- Je dirais une ou deux semaines? Peut-être trois si la situation le permet. Evidemment, il faudra nourrir et loger tout ce beau monde...

Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres. Finalement, on finissait cette petite lutte par un ex æquo.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragons of Westeros : A Game of Thrones - Forum de RP :: Westeros :: Stormlands :: Storm's End-