Revenir en haut Aller en bas


Forum de RP basé sur l'univers de l'oeuvre de George R.R. Martin A song of ice and fire et de sa série télévisée Game of Thrones.
 

Jeu 3 Mai - 12:26
Alexander se retourna encore une fois dans son lit. Par la fenêtre il pouvait voir la lune dont la lumière brisait l’obscurité de la pièce. Rien de très dérangeant en soit, bien au contraire ;il n’aimait guère l’obscurité complète, sans pour autant en avoir peur. Rien qui justifiât le fait que les yeux de l’adolescent soient encore grand ouverts à cette heure tardive. Ce n’était pas non plus le silence - puisque silence il n’y avait pas. ll entendait les bruits devenus presque habituels de la forteresse ; rien de suffisamment fort pour le tenir éveillé. Il s’était senti fatigué pourtant en se mettant au lit. Sa journée avait été longue, et bien remplie, il s’était dépensé, courant presque d’un bout à l’autre d’Accalmie. En toute logique il devrait s’être écroulé comme une masse sitôt que sa tête avait touché l’oreiller ! Et bien non, pour une raison qui le dépassait, il passait son temps à gigoter dans son lit, essayant de trouver la position la plus confortable pour dormir. Mais sans succès.

En d’autre termes, il n’arrivait pas à dormir, et sa fatigue augmentait au fur et à mesure que les heures s’égrenaient. Il en devenait fou presque. Son cerveau semblait ne pas trouver de repos, produisant mille et une pensées dont toutes avaient lieu à sa situation actuelle. Et s’il n’était pas digne de diriger les Stormlands ? Et si finalement il n’était qu’un pauvre idiot qui n’avait rien à faire là, et qui aurait mieux fait de rester “chez lui” ? Pensées dangereuses mais qu’il ne pouvait s’empêcher d’avoir, qui les minaient, lui rongeaient l’esprit et lui donnaient envie de ranger ses affaires, de seller Zéphyr, et de repartir illico presto..il ne savait où. Parce qu’il n’était pas le bienvenu dans le Val, il le savait - du moins pas chez lui. Mais où pourrait-il aller ? A la Citadelle ? Au Mur ? Serait-il un chevalier errant anonyme qui finirait rapidement sa vie, égorgé dans un bois ? Autant de futurs sombres qui s’annonçaient. Plus qu’auparavant, il ne sentait pas à sa place ici. C’était comme s’il vivait la vie d’un autre. Alexander de la maison Baratheon n’était pas l’adolescent du Val - à moins que cela ne fût le contraire. Il ne savait plus. Il ne savait plus, et cette pensée tournait sans arrêt dans sa tête, l’empêchant de se reposer comme il l’aurait dû. Ou alors il n’était ni l’un ni l’autre, et cet état de transition était difficile à supporter car rempli de questionnements.

Alors finalement il se leva, passa une cape, ses bottes, et attrapa sa bougie qu’il alluma. Puisqu’il ne pouvait pas dormir, il allait se promener un peu dans le château. Oh pas trop loin parce qu’il avait tendance à se perdre un peu, mais il allait marcher. Ca allait le fatiguer, lui changer les idées, et cela ne pourrait lui faire que du bien. En tout cas, cela ne pourrait pas lui faire du mal en tout cas, et c’était ce qu’il voulait. Il se sentait comme oppressé dans sa chambre pourtant grande et confortable - une chambre de jeune Lord. Une chambre qui lui donnait l’impression d’être celle de quelqu’un d’autre, mais certainement pas la sienne. Accalmie était bien silencieuse à cette heure. Tout le monde, ou presque, dormait, et c’était parfait. Il pouvait se déplacer dans les couloirs tel un fantôme, tel l’individu transparent qu’il savait si bien être. Qu’on l’avait forcé à être - pour ne déranger personne. Ne pas faire de bruit, ne pas faire de vague, ne pas attirer l’attention sur soi et surtout pas négativement, voilà les devises de sa maison personnelle. Celle de l’oubli.

Il marchait, tranquillement, jusqu’à ce qu’il finisse par décider de s’arrêter près d’une des ouvertures murales. Il se serait bien promené sur les remparts, mais à une heure pareille et par cette saison, c’était un coup à tomber malade, et sur le coup, cela serait mal attirer l’attention et inquiéterait tout le monde, ce qu’il ne voulait pas. Mais ici..non, il était bien. Il aurait pu passer des heures ainsi, à admirer la vue. Il se sentait...presque apaisé, ne fût-ce que momentanément.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Héritier des Stormlands
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 3 Mai - 12:30
La nuit était bien avancée, presque terminée en fait. Myrddin ne l'avait pas vue passer, plongé dans la paperasse, le sommeil le fuyant comme souvent depuis qu'il avait prit la tête des Stormlands, et que les Connington étaient entrés en rébellion ouverte contre la Couronne, et les Baratheon par la même occasion. Depuis, il n'était pas rare qu'il passe des nuits blanches, en compagnie de ses inquiétudes. Celles qu'il avait en tant que Lors, le devenir des Stormlands, l'état des greniers pour le prochain hivers, l'étendue des dégâts causés par les conflits, les prévisions pour les prochaines récoltes, les rapports militaires de ses hommes… Et celles qu'il avait en tant que père, pour Marian. Sa jolie Marian, sa fille chérie, il ne voulait que le meilleur pour elle. Et désormais il avait un autre enfant pour doubler ses inquiétudes. Certes Alexander n'était pas son fils par le sang, il ne l'avait pas vu grandir ni élever jusqu'ici, mais Myrddin tenait à ne pas faire de différence de traitement entre l'adolescent et le fils qu'il aurait pu avoir. Cet enfant jamais venu au monde, la première grossesse de sa femme bientôt sept ans auparavant. Que le temps passait vite…
Alexander aurait droit à tout ce qu'aurait eu ce garçon. La meilleure éducation possible, la formation nécessaire pour être un bon Lord, le soutien et l'aide de Myrddin. Quant à l'affection… Il n'y en avait pas encore… Juste le devoir et le sens de la justice, mais il faut laisser le temps au temps. Nul doute que le Lord finirait par apprécier l'enfant d'Amarei, c'était clairement un garçon intelligent, et soucieux de bien faire. Juste avec un terrible manque de confiance en lui. D'une certaine façon il lui semblait se voir lorsqu'il avait retrouvé son père, à son retour de l'Académie. Il revoyait son père pour la première fois depuis de longues années, il avait fallu du temps et de la patience avant que le lien entre eux ne se reforme. Altan avait su donner à son fils les clefs pour lui succéder. Et Myrddin comptait bien faire de même.
Myrddin se frotta les yeux de ses doigts, la lumière de la Lune entrait par la fenêtre, les bougies étaient presques toutes consumées et leurs flammes étaient mourantes. Il avait fait assez de paperasse pour cette nuit, il approchait de la saturation. Il ne parviendrait pas à dormir cette nuit, enfin durant le peu qu'il en restait, mais il ne voulait pas rester enfermé dans les murs de son bureau. Ce qu'il lui fallait c'était un peu d'air frais, une petite ballade. Voilà ce qu'il lui fallait, le dragonnier souffla les bougies après avoir remis un peu d'ordre dans ses papiers.
Les couloirs d'Accalmie étaient déserts et silencieux, il n'y avait que le bruit des pas du Lord qui résonnait doucement contre les murs de pierre. Il les connaissait presque par coeur, il y avait passé les six premières années de sa vie, et depuis son retour il avait eu le temps de les retrouver. Mais il ne serait sans doute jamais aussi familier avec eux que l'était Orphée ou que le serait Marian en grandissant. Il se souvenait avoir envié le jeune homme pour son aisance à se déplacer dans ce qu'il n'avait pas encore remis comme son foyer. Maintenant oui, il savait qu'Accalmie était sa maison, son foyer. Plus que n'importe quel lieu au monde. Mais il avait fallu du temps. Il marchait ainsi, se sentant serein et calme, jusqu'à ce qu'il voit la silhouette grande et couronnée de cheveux noirs d'Alexander. Que diable faisait le garçon debout à une heure pareille ? Normalement il devrait se trouver au lit et endormi d'un sommeil de plomb. Pas en plein milieu d'un couloir, Myrddin s'approcha calmement avant de lancer un:

-Alexander ?

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lord Suzerain des Stormlands ♔ Lord de Storm's End  ♔ Dragonnier
♔ Lord Suzerain des Stormlands
♔ Lord de Storm's End
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 3 Mai - 13:23
Le temps passait. Il voyait sa bougie s’amenuiser peu à peu, et pourtant il ne bougeait pas. L’adolescent se sentait bien mieux ainsi, dans le couloir, que dans sa chambre trop fastueuse. Il avait l’impression de pouvoir enfin respirer ; il pouvait enfin échapper, même si ce n’était que momentanément, à ces pensées parasites. Elles n’étaient pas si récentes pourtant.Dés qu’il avait quitté le foyer de son père, il avait eu peur, peur d’être un mauvais futur Lord ou une déception ; mais à présent qu’il avait tout cela pour lui, un foyer accueillant, des vêtements de la meilleure qualité aux armes des Baratheon, une chambre luxueuse, un Mestre dévoué et passionnant, des cours sur des sujets divers et variés, c’était encore pire. C’était presque trop pour l’adolescent simple qu’il était. Lui qui était tellement habitué à être mis de côté, presque oublié, était perturbé d’être au centre des préoccupations de tant de personnes lorsqu’il se trouvait avec elles. Il était perturbé parce que tant de personnes étaient simplement gentilles avec lui. Il ne savait même pas si cela il le méritait. Il savait pourtant qu’il ne devait pas penser comme ça, mais n’arrivait même pas à s’en empêcher. La preuve qu’il était faible et ne valait rien, n’est-ce-pas ? Absolument.

Il eut un soupir. Léger. Il ne fallait pas que quelqu’un l’entende. Il ne voulait pas répondre à des questions de la part d’un garde -ou il ne savait qui- sur les raisons de sa présence ici.Il ne voulait causer de souci à personne. C’était bien la raison pour laquelle il essayait d’être irréprochable. Lord Myrrdin, pour ne citer que lui, avait déjà suffisamment à faire et à penser avec les Connington, pour qu’on ne vienne pas en plus l’embêter avec des réflexions ou des remarques à son sujet. Il n’avait pas l’impression qu’on aie trop à se plaindre de lui pour le moment, mais savait-on jamais. Au moins il essayait de faire de son mieux et c’était déjà un bon début. Il ne fallait pas qu’on lui reproche en plus de faire preuve de mauvaise volonté. Il essayait, au moins. Mais le jour viendrait où juste essayer ne serait pas assez, et il le craignait d’avance. Rien que par exemple, si Lord Myrrdin venait à s’absenter, cela serait à lui d’agir comme le Lord de Storm’s End. Il ne serait pas seul bien sûr, mais à terme, la responsabilité de ce qui se passerait lui incomberait. Cela lui faisait peur d’avance, et il serra davantage les pans de sa cape autour de lui.

Comme s’il répondait à une invocation, il entendit la voix du lord de Storm’s End qui disait son nom. Il se tourna vivement en s’inclinant comme pour compenser l’incongruité de sa tenue,mais garda les yeux baissés lorsqu’il se redressa. L’avait-il déjà déçu -simplement parce qu’il était encore debout ?

“Bonsoir my Lord.” Un instant d’hésitation, et de l’incertitude dans la voix. “Vous n’arrivez pas à dormir ?”

Si quelque chose préoccupait le Lord, cela le préoccupait aussi par ricochet. Il s’inquiétait pour lui, sincèrement ; tout simplement parce que Myrrdin avait fait preuve d’une immense bonté envers lui. Alors s’il pouvait faire quoique ce soit pour l’aider, il n’hésiterait pas.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Héritier des Stormlands
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Mai - 13:18
Myrddin eut un geste d'apaisement pour l'adolescent suite à son inclinement, ils étaient dans un cadre assez intime pour se passer de ce genre de formalités. Il jeta un rapide coup d'oeil à la tenue du garçon, mais s'abstient de tout commentaire, il semblait assez dépenaillé avec sa chemise de nuit, sa cape jetée sur ses épaules, ses bottes en cuir, bougeoir à la main et cheveux en pétard. Il avait quelque chose d'un as de pique, ça on pouvait le dire. Et aussi d'attendrissant dans son manque d'assurance, un côté vulnérable qui rappelait que le garçon n'était pas encore totalement sortit du monde de l'enfance, même s'il était en bonne voie. Alexander laissa ses yeux au sol, comme lors de sa première arrivée dans la Grande Salle, soudainement prit de passion pour le bout un peu éraflé et usé du cuir de ses godillots. Un jour il faudrait qu'il demande au gamin ce qu'il pouvait trouver de si intéressant dans cette contemplation cordonnière, qui sait il aurait peut-être une révélation ou un exposé passionnant qui changerait à jamais sa vision du monde de la chaussure.
Mais la question n'était pas là, si le petit n'arrivait pas à dormir avec les journées chargées qu'il avait (en particuliers avec les entraînements d'Orphée qui pouvaient se révéler assez… intenses), c'est que quelque chose le tracassait.

-Non, mais toi non plus. Quelque chose ne va pas ?

Ce n'était pas à Alexander de s'inquiéter pour Myrddin, mais à Myrddin de s'inquiéter pour Alexander. Pas l'inverse.
Si le garçon avait été plus jeune, le Lord aurait fait ce qu'il faisait avec sa fille. Il l'aurait prit dans ses bras et l'aurait bercé jusqu'à ce qu'il s'endorme. Mais Alexander était désormais trop grand pour ce genre de remède, et peut-être n'étaient ils pas encore assez proches pour cela. Non, à son âge ce qu'il fallait c'était de l'écoute et une bonne discussion.
L'adolescent gardait encore la tête baissée et les yeux droits plantés dans le dallage de pierre et le bout de ses bottes. Myrddin tendit la main sans rien dire, un geste calme et patient sans agressivité. Doucement il redressa le menton d'Alexander, pour qu'il se tienne droit et garde la tête haute. Il n'avait aucune raison de la tenir ainsi baissée, comment avait-on pu laisser le garçon prendre de telles attitudes de soumission ? Qui était l'abruti qui avait décidé que ce serait une bonne idée de laisser grandir chez un enfant aussi intelligent et volontaire qu'Alexander un tel manque de confiance en soi ? Myrddin aurait quelques mots à dire à un pareil abruti. Et pas forcément qu'avec sa bouche…

-Alexander, a tu déjà eu l'occasion de voir le septuaire du château ? C'est un lieu très calme et reposant. Voudrais-tu m'y accompagner ?

Myrddin attendit la réponse de l'adolescent avant de se remettre en marche dans les couloirs du château, le guidant jusqu'au septuaire. En fait, jusqu'au jardin qui le côtoyait, baigné dans la lumière argentée de la lune avec ses bancs de pierres, ses septs grands arbres centenaires, ses haies soigneusement entretenues. Il s'en dégageait réellement une impression de paix. Le Lord d'Accalmie marcha jusqu'à un banc un peu à l'écart de l'entrée et s'y asseya, faisant signe à Alexander de prendre place. Une fois l'adolescent installé il le regarda calmement de ses yeux noirs.

-Dis moi tout mon garçon.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lord Suzerain des Stormlands ♔ Lord de Storm's End  ♔ Dragonnier
♔ Lord Suzerain des Stormlands
♔ Lord de Storm's End
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Mai - 17:46
Ce ne fut pas avant qu’il sente le regard du Lord sur lui qu’Alexander se rendit compte du ridicule de sa tenue. De son apparence en général, à cette heure tardive.Il ne pouvait pas faire grand-chose en ce qui concernait ses vêtements - ce n’était pas comme s’il avait prévu de rencontrer quelqu’un dans les couloirs non plus hein -, mais il savait que sa tignasse était quelque peu en bataille, aussi se les peigna-t-il sommairement avec sa main libre pour se donner un air vaguement plus présentable. Il n’était pas sûr du résultat mais il avait essayé. Fichu pour fichu, autant essayer de minimiser un peu les dégâts. Ceci dit, il n’osait pas croiser le regard du Lord Myrrdin. Par timidité. Par peur surtout - peur d’y lire de la désapprobation.

“Le sommeil semble me fuir.”, ne put-il que dire. C’était la pure et simple vérité. Très partielle il était vrai, mais il ne voulait pas mentir non plus au Lord. Il abhorrait le mensonge après tout. Encore plus s’il était destiné à l’homme qui l’avait recueilli  - cela serait trahir toute la confiance qu’il pouvait avoir en lui, et cela il ne le voulait pas. Même s’il ne s’agissait pas de quelque chose de très important comme la raison pour laquelle il était encore debout. Ou plutôt, justement, s’il voyait que l’adolescent mentait sur des petites choses, il serait pour lui légitime de se demander ce que cela donnerait pour des choses beaucoup plus importantes ; et son opinion de lui serait négative.  Mais pourtant, il ne pouvait pas dire la vérité dans sa totalité.  Il ne voulait pas que le Lord s’inquiète pour lui et ses états d’âme d’adolescent...Il devait essayer d’être fort face à lui, d’être irréprochable, digne d’être son héritier et -

Et pourtant il gardait toujours les yeux fixés sur le sol. Il n’osait pas croiser le regard du Lord. En journée il pouvait faire semblant, carrer un peu les épaules et c’était bon, mais là il ne pouvait pas. Trop de fatigue, trop d’émotion. Et simplement, comment le regarder dans les yeux après n’avoir dit qu’une petite partie de la vérité- parce qu’il ne pourrait supporter de tout dire au Lord ? Lord qui lui prit gentiment le menton pour lui relever. Sans rien dire. Calmement. Et pourtant le message était clair comme de l’eau de roche : sois fier. Ne te cache pas comme ça.  Alexander sentit sa gorge se serrer, en même temps qu’il combattait une monstrueuse envie de regarder à nouveau le sol. IL devait résister - pour l’homme qui avait été si bon à son égard.

“Je n’ai pas encore eu l’occasion d’y aller, non”, répondit-il à mi-voix. Encore un peu ému de ce qu’il venait de se passer, de ce geste silencieux et pourtant si parlant. De cet échange muet. Fort en signification. “Donc je vous y accompagnerai avec plaisir, my Lord.”

Il le suivit jusqu’au septuaire. Toujours un demi-pas derrière lui. Il ne savait pas s’il était digne de marcher à son côté, comme son égal. Egal qu’il ne serait jamais de toute façon,même s’il vivait neuf vies.Cependant il fallait admettre qu’en effet, Alexander se sentait un peu plus..détendu.. dans le jardin du septuaire, et il respira calmement et profondément. Là.Voilà.

Cependant le Lord lui fit clairement comprendre qu’il avait vu clair dans sa demi-réponse de tout à l’heure. Il aurait voulu continuer à se taire, tout garder pour lui, mais en dessous du regard des Sept il ne le pouvait pas. Il se devait de dire la vérité.

“Je n’arrivais pas à dormir parce que certaines...pensées..venaient me hanter.” Un euphémisme. “Je sais que je ne devrais pas penser cela, mais...” Une inspiration. Oserait-il ? “Tout ceci” Il désigna Accalmie. “Est presque..trop. Pour moi en tout cas.”  Ses phrases se faisaient hachées, rapides ; il voulait en finir et vite. “Les cours du mestre, les leçons avec Messire Storm, mon siège à votre droite à table, ma chambre, ma nouvelle garde-robe. C’est trop.” Et il allait oublier le plus important. “Et la considération qu’on me témoigne ici. C’est le pire. Je...” Et son regard vola un instant sur le sol, avant qu’il se contente de fixer un point devant lui. “Je n’en ai pas vraiment l’habitude.”

Et pourtant le plus dur restait à avouer.

“Parce que dans le Val, je n’étais...pas exactement bien vu.”

Il ne pouvait plus en dire. Mais il avait déjà fait l’effort d’avouer partiellement ce qui le tracassait à son père adoptif - et c’était déjà le premier pas.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Héritier des Stormlands
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Mai - 18:34
Myrddin écouta calmement la réponse d'Alexander, le laissant aller au bout de sa pensée, choisir les mots qu'il employait, sans jamais intervenir, se contentant d'écouter. Notant l'hésitation de l'adolescent, ses phrases hachées et vives mûes par la volonté d'en terminer vite. Le gamin n'était pas bien, c'était clair. Son cerveau bouillonnait et tournait à toute allure, sans doute rasséssant des mots et des attitudes qu'on lui avait inculquées dès la petite enfance, le dévalorisant, le jetant plus bas que terre, le dénigrant sans cesse. Du vrai poison lentement instillé et aujourd'hui bien ancré dans l'esprit d'Alexander, le gangrenant comme si jamais les mots et les silences blessants n'avaient cessés. Et Myrddin se disait que si le petit avait aujoudr'hui cette assurance, aussi petite soit elle, c'est qu'il la devait à Amarei. Sa tante avait dû protéger son petit de son mieux, certainement pas contre toutes mais contre un maximum.
En cet instant, s'il restait calme et impassible en apparence, le Lord suzerain bouillonnait de rage contre la belle famille d'Amarei. Contre ces enfoirés qui avaient brisés un enfant, jour après jour. Il se fit la promesse que si un jour sa route venait à croiser un de ces nobliaux, ce dernier ne pourrait plus s'alimenter qu'avec de la purée ou de la soupe et ce jusqu'à la fin de ses jours. Mais pour le moment il avait plus important à faire que se soucier du sort d'une bande d'enflures de cette sorte. Il avait des pots cassés à recoller, et ça prendrait du temps, mais ce soir n'était qu'un premier pas dans la reconstruction et Myrddin comptait bien accompagner Alexander pas à pas. Petit à petit, sans faillir.
Alexander était son fils désormais, et Myrddin le soutiendrait en temps que tel. Il l'aiderait à se construire en temps qu'adulte, à avoir les clefs pour réussir sa vie. Comme le tuteur auquel l'on attache les jeunes arbres pour les aider à pousser droit. Et cela ne passait pas seulement par des cours de maniements d'arme, d'Histoire, de Géographie et d'autres domaines, un toit sur la tête, des repas chauds, une garde robe, les conseils de succession et de gestion. Mais aussi par l'assurance du bien-être et de la paix intérieure, et c'était là dessus que Myrddin devait aider Alexander en particuliers. Sinon, quel genre de père serait-il ?

-Alexander, tu n'es pas un imposteur. Il parla d'une voix très douce et calme. Tu as parfaitement ta place ici, tu es de mon sang. Tu mérites tout ce qui t'est donné. Tu es un garçon intelligent, volontaire et avisé, et je suis loin d'être le seul à le penser.

Il posa sa main sur l'épaule du garçon dans un geste d'affection.

-Je suis navré que jusqu'ici tu ais eu à grandir au milieu de sombres crétins. Oublies tout ce qu'ils ont pu te dire, Alexander. Ce ne sont que des sornettes, de purs mensonges. Tu vaux bien plus que tu ne le crois, bien plus qu'eux ou leurs stupides mioches ne vaudront jamais. Et si tu veux mon avis, que tu tranches autant avec leur propre médiocrité crasse est la vraie raison de leur attitude. Je te promets que ta place est bien ici, Accalmie est ton foyer désormais.

Et il planta ses yeux noirs dans ceux d'Alexander, comme pour le mettre au défi de douter de la sincérité de son discours. Il pensait chaque mot qu'il avait dit.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lord Suzerain des Stormlands ♔ Lord de Storm's End  ♔ Dragonnier
♔ Lord Suzerain des Stormlands
♔ Lord de Storm's End
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Mai - 16:25
Pour la première fois depuis son arrivée ici, Alexander avait été honnête. Enfin, complètement honnête, osant dire le fond de sa pensée. Auparavant il avait tendance à le cacher. Oh, ses réponses étaient toujours vraies, mais incomplètes, parce qu’il ne voulait inquiéter personne, et surtout pas avec quelque chose qu’il avait l’habitude de dissimuler. Mais là il ne pouvait plus. Le Lord l’avait incité à parler - et il avait commencé à ouvrir son sac. Révélant son problème actuel, à savoir : il ne sentait pas à sa place ici. Tout était destiné à un jeune Lord, ce dont il était encore loin.  IL avait l’impression de jouer au jeune Lord, mais en étant conscient que tout le monde savait qu’il n’en était pas un. Comme si c’était une pièce de théâtre, et qu’il était bien mauvais acteur. Ce qu’il savait. Il savait se taire, mais il ne savait pas bien dissimuler ce qu’il pouvait ressentir ; on lui avait déjà dit qu’il était un livre ouvert.

Et en conséquence sa voix était incertaine et hachée alors qu’il avouait la vérité : il n’avait jamais été bien vu dans le Val. L’espace d’un instant il eut peur, peur que le Lord MYrddin ne le prenne pour un gamin geignard qui ne faisait que se plaindre. Mais rien de tout cela. Il le laissa parler, calmement. Le rassurant,même, et Alexander sentit ses yeux s’embuer sous les compliments qu’il recevait. Intelligent. Volontaire. Avisé - donc raisonnable. Tant de choses que son père et sa mère lui disaient, mais qu’il avait de plus en plus de mal à croire, tant le Lord de son ancienne maison, son héritier et sa progéniture lui faisaient comprendre le contraire. Mais pourtant de la part du Lord Myrddin cela semblait sincère. Il avait semblé approuver son attitude lorsque l’adolescent été arrivé, et il en avait la confirmation maintenant.  Encore plus avec la main posée sur son épaule, en un geste qui lui semblait affectueux. Il y avait toujours un peu de maladresse mais c’était normal puisqu’ils ne se connaissaient pas depuis longtemps mais il voyait l’effort que le Lord faisait. Il le traitait… comme s’il faisait partie de la famille. Du noyau familial de base. Comme s’il était son fils et pas seulement son cousin.

Il tremblait légèrement - et finalement, dans un geste très spontané, alla enlacer le lord, en lui chuchotant un simple “Merci.” Peut-être qu’il outrepassait ses droits, parce qu’il était trop âgé pour cela. Mais tant pis. Il en avait besoin, de ces mots rassurants, de cette main sur son épaule qui lui confirmaient qu’il était à sa place ici. Besoin d'une personne qui puisse le guider. Besoin d'une figure rassurante. D'un parent. D'un père.

“Ils me traitaient à peine mieux que si j’avais été un bâtard”, chuchota-t-il.“Pour le Lord, j’aurais du m’appeler Stone. Je sais que ma mère n’a pas respecté les conventions en s’enfuyant avec mon père, mais…”” Il fit de son mieux pour contrôler le hoquet qui lui semblait annonciateur d’un nouveau sanglot. “Mais leur union était légitime. Et pourtant ils me mettaient de côté. Par exemple,  j’étais assis en bout de table, loin du Lord. Ils ne pouvaient pas ouvertement me maltraiter car Mère avait déjà eu des colères terribles à mon sujet, mais ils s’y prenaient autrement. Et c’était peut-être pire.” Les colères terribles d’Amarei Baratheon. Il n’en avait pas souvent vues, et pourtant cela l’avait marqué. “Il n’y avait guère que le mestre et le maître d’armes pour être décents avec moi. Tout ce qui comptait pour eux, c’était si j’y mettais du mien ou non. Et je le faisais. Je voulais apprendre. Je voulais que mes parents soient fiers de moi.”

Le sanglot s’était calmé. Une fois de plus il avait contrôlé sa peine. Partiellement du moins. Alors il se recula, mais garda son visage tourné vers son père adoptif. Celui qui l’avait sauvé de cet enfer. Autant qu’il sache la vérité - toute la vérité.

“Mais lorsque j’ai eu treize ans, on a commencé à s’interroger à mon sujet. Le mestre a semblé proposer que je devienne écuyer d’un autre chevalier du Val avant de devenir chevalier moi-même pour la maison de mon père. C’était encore une solution honorable, qui prouvait qu’il s’inquiétait pour moi, et ça ne m’aurait pas dérangé. Seulement..Le Lord n’était pas de cet avis. Il hésitait entre m’envoyer à la Citadelle pour que je devienne Mestre, ou encore m’envoyer m’enrôler dans la Garde de Nuit.” Très loin de sa vue, en tout cas. “Le but était clairement que je ne produise pas d’enfants qui pourraient représenter une quelconque menace.”,Le pire dans tout cela ? S’il avait été une fille,ils l’auraient juste mariée, loin de leur siège ancestral si c’était possible. Cruel, mais moins que les solutions qui avaient germé dans la tête du Lord.

“Pardon de m’être autant épanché”, dit-il enfin, un peu gêné, en s’essuyant rapidement les yeux. “Je crois que..j’avais besoin de me confier.” C’était aussi une façon de lui montrer qu’il lui faisait confiance. Totalement.Il savait que ce secret serait bien gardé. Mais il eut une dernière hésitation. “Et c’est pour cela que je vous suis aussi reconnaissant de m’avoir accueilli ici à Accalmie.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Héritier des Stormlands
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Mai - 18:13
Le petit tremblait sous la main de Myrddin, pas pris de dégoût ou de colère contre le geste du Lord. Non, sinon il ne serait pas allé l'enlacer. Cela perturba un peu le dragonnier, il ne s'y attendait pas, mais alors vraiment pas. Et durant un moment il ne sut comment réagir alors que le garçon chuchotait un merci, c'est à ce moment là que Myrddin sut ce qu'il devait faire. Il rendit son étreinte à l'adolescent, un peu maladroitement et avec quelques hésitations, mais l'intention était bien là. En cet instant Alexander avait besoin de soutien, de l'assurance d'une présence amicale à ses côtés, d'affection aussi sans doute. Et Myrddin était prêt à offrir tout cela à Alexander, même s'il ne savait pas encore très bien comment s'y prendre.

-Je n'ai fait que dire la vérité…

Et le fils d'Amarei vida son sac dans un sanglot en chuchotant, Myrddin lui frottait le dos et soufflait doucement pour le calmer, comme il faisait avec Marian lorsqu'elle venait le voir en pleur après un cauchemar ou une chute qui lui avait écorché un genou. Il écouta l'adolescent sans l'interrompre, et au fur et à mesure que ses suppositions sur la vie passée d'Alexander dans la famille de son père biologique étaient confirmées, oh comme il aurait aimé s'être trompé, avoir mal évalué la situation, il sentait sa colère contre elle monter et s'intensifier. Amplifiée par un élan de protection paternelle, sans doute accentuée par le fait qu'il tenait Alexander en pleurs contre son torse.
Oui, le moins que l'on puisse dire c'est que l'union d'Amarei n'avait rien de conventionnelle, mais elle s'était faite dans la lumière des Sept. Alexander n'était pas un bâtard, et il n'était certainement pas responsable des erreurs (aussi déplorables soient elles) de ses parents. Il était même sans doute la seule conséquence positive de ce mariage. S'en prendre à un enfant n'avait en aucun cas RIEN de justifiable. Jamais. La mention d'Amarei ne le surprenait pas le moins du monde, de ce qu'il savait de sa tante cela collait très bien à l'image qu'il en avait.
Bon, au moins sur toute la maisonnée il y avait deux personnes qui n'était pas de sombres abrutis crasseux, et s'il en avait l'occasion Myrddin comptait bien les remercier largement. Et mettre le pif des autres dans leur merde, sans ménagement.
Les sanglots de l'adolescent s'étaient calmés, il n'était pas encore un homme il pouvait bien avoir quelques crises de larmes occasionnelles, surtout que les circonstances l'excusaient complètement, et Myrddin voyait qu'il faisait de son mieux pour contrôler ses sentiments. Alexander se détacha du Lord, les yeux un peu humides, mais la tête haute.
Bien, ce serait cet enfoiré de Lordinet du Val et son salaud de fils aîné qui recevrait le plus. On ne faisait pas délibérément de mal à un enfant, surtout pas les siens. Sinon il fallait se préparer à payer l'addition, avec les intérêts.
Myrddin secoua la tête dans un geste de négation, l'adolescent n'avait pas à s'excuser, pas pour ça.

-Tu n'as pas à t'excuser, Alexander. Si tu as besoin de parler, de quoi que ce soit, je suis là pour toi.


La nuit était calme, un rossignol chantait d'une des branches d'un arbre du septuaire, indiquant que la nuit était désormais mourante et que l'aube approchait, il était trois heure du matin. Une heure indue clairement, et le Lord et le jeune garçon devraient vraiment aller passer le peu de temps qu'il restait dans leurs lits respectifs. Surtout s'ils voulaient avoir un peu d'énergie pour demain, enfin aujourd'hui. En particuliers Alexander, Myrddin pouvait tenir plus facilement qu'un adolescent en pleine croissance.

-La nuit est très avancée, tu veux essayer de dormir un peu avant le matin ?

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lord Suzerain des Stormlands ♔ Lord de Storm's End  ♔ Dragonnier
♔ Lord Suzerain des Stormlands
♔ Lord de Storm's End
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Mai - 8:45
Il se sentait bien auprès du Lord - non, de son père adoptif. Quelque chose avait changé entre eux, il le sentait. La glace avait été brisée, maintenant ils pouvaient commencer à se rapprocher. Cela prendrait du temps, peut-être, mais à ce moment l’adolescent n’en avait cure. Il était de plus en plus déterminé à être irréprochable. Pour lui. Pour Myrrdin. Pour l’homme qui avait été si bon avec lui. Qui l’avait accueilli, qui lui donnait tout ce dont il pouvait rêver et souhaiter, et qui maintenant lui témoignait de l’affection et du réconfort comme si c’était lui qui l’avait engendré. Comme s’il était vraiment son fils, sans faire de différence entre lui et Marian. Et Alexander sentait grandir en lui un début d’affection envers cet homme. Peut-être qu’à terme il pourrait l’aimer autant qu’il avait aimé Père, même s’il ne pourrait jamais le remplacer. Ca serait cracher sur sa mémoire. Mais rien ne l’empêchait de le voir lui aussi comme son père. Un jour.  Pour le moment sa peine était encore trop récente, trop fraîche. Mais un jour peut-être, oui, qui arriverait plus vite qu’il ne croirait possible, si ça se trouvait, il pourrait appeler le Lord “Père”. L’important était de ne pas brusquer les choses.

Et pourtant il se sentait bien mieux maintenant qu’il avait vidé son sac - alors qu’il s’était juré de ne rien dire pour que personne ne s’inquiète.Et pourtant il avait eu besoin de parler, il le savait. Il le sentait dans chaque fibre de son corps. C’était comme si un grand poids avait été ôté de ses épaules. Pouvoir parler de ses problèmes à quelqu’un de confiance - son père adoptif-, d’être rassuré, réconforté même, cela lui avait fait beaucoup de bien. Il était tombé une fois ; maintenant il n’avait plus qu’à se relever. Plus facile à dire qu’à faire, il y aurait toujours des moments où il hésiterait, où ses démons viendraient le hanter à nouveau. Mais il n’était pas seul. Ou du moins, il ne l’était plus, et le Lord Myrrdin le lui confirma. Venir vers lui dès qu’il aurait un souci..oui, il pourrait le faire, il savait à présent qu’il aurait toujours une oreille attentive envers lui. Il ne fallait surtout plus qu’il se mette dans cet état, jusqu’au point où le simple fait d’en parler le fasse pleurer comme un enfant. Enfant qu’il n’était plus, sans pour autant être un adulte. Il était dans une période un peu bizarre où il se sentait mal à l’aise dans son corps qui changeait, ce qui ne l’aidait pas… Non pas qu’il put faire grand-chose contre la nature, ceci dit.

Mais le chant d’un rossignol vint lui rappeler qu’il était déjà tard, et il commençait à se sentir fatigué..

“Il faudrait, probablement,” acquiesça l’adolescent. “Sinon demain risque d’être un peu compliqué. Enfin, aujourdh’ui. Le reste de la journée. Mais…” Oserait-il ? Oui. “Mais merci de m’avoir écouté. Merci pour tout. Je...me sens beaucoup mieux maintenant.”

Il lui adressa un sourire un peu timide, mais ô combien reconnaissant.Il était un peu gêné d’avoir craqué devant lui, mais il savait que le lord garderait ça pour lui. Et puis, c’était lui qui l’avait incité à parler après tout...Il avait eu aussi peur d’apparaître comme faible, mais visiblement, ce n’était pas le cas. Ce qui le soulageait grandement.  Il n’en serait pas toujours ainsi, mais en attendant, il s’agrippait aux dernières miettes d’enfance auxquelles il avait droit. Tant qu’il le pouvait...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Héritier des Stormlands
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragons of Westeros : A Game of Thrones - Forum de RP :: Westeros :: Stormlands :: Storm's End-