Revenir en haut Aller en bas


Forum de RP basé sur l'univers de l'oeuvre de George R.R. Martin A song of ice and fire et de sa série télévisée Game of Thrones.
 

Ven 9 Mar - 15:28

Orphée Storm
"Tu as vraiment besoin que je te donne une raison pour laquelle je risquerais ma vie pour toi ?"

Personnage
Nom : Orphée Storm

Sexe : Masculin.

Âge : 25 ans.

Royaume : Stormlands.

Titre/Ordre/Association : Main droite et intendant de Myrddin Baratheon.

Personnalité :

L’enfant craintif et peu sûr de lui a laissé place, au fil des années, à l’homme fier et plein d’orgueil qu’il est aujourd’hui. D’une fidélité sans faille pour les Baratheon, il se montre sans pitié envers les ennemis de la Maison qu’il sert, faisant souvent preuve de cruauté à leur égard. Il prend aussi un malin plaisir à faire souffrir ses victimes, aussi bien physiquement que moralement, révélant ainsi son côté sadique.
Comme tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins, il n’hésite pas à manipuler les autres et à faire preuve de fourberie. De ce fait, sa grande intelligence et sa stratégie peuvent rendre ses plans redoutables.
Il a la rancune tenace et s’arrangera toujours pour faire payer celles et ceux qui ont agis contre lui ou contre les Baratheon. Même si cela doit prendre du temps.
Fol amoureux de Myrddin, il fait de son mieux pour taire ses sentiments afin de ne rien laisser paraître et éviter de causer des ennuis à son Lord suzerain. Mais Orphée est incapable de cacher sa jalousie et sa possessivité qui s’embrasent et le consument lorsque l’on s’approche un peu trop près de l’élu de son cœur. Il se montre souvent mauvais envers celles et ceux qu’il considère comme ses rivales ou rivaux.

Mais Orphée sait se montrer gentil, principalement avec ceux qu’il apprécie. Il est loyal envers ses alliés et n’accorde sa confiance qu’une seule fois. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il est vaillant et juste. Il ne se montrera jamais cruel envers des innocents.
Il est toujours très consciencieux  dans son travail et accomplis les tâches et missions qu’on lui confie avec le plus grand des sérieux. Orphée est un très bon bretteur et un excellent archet.

Orphée a des goûts de luxe. Que ce soit des vêtements, des bijoux ou autre, il n’aime que ce qui est beau et cher. Il en est de même pour ses relations charnelles. Homme ou femme, cela lui importe peu, du moment que la personne qui partage son lit pour la nuit – car son cœur n’appartient qu’à Myrddin - soit belle.


Physique :

Orphée est un jeune homme relativement grand et plutôt musclé. Il n’en impose pas autant que Myrddin, mais il reste tout de même intimidant. Le regard glaçant qu'il lance à ses ennemis, donnant l'impression qu'il leur transperce l'âme, y est pour beaucoup.
On peut aisément le qualifier de séduisant, il a hérité en grande partie de la beauté de sa mère. Et puis, dans un pays où la plupart des gens ont les cheveux et les yeux foncés, sa longue chevelure ondulée d’un sublime blond vénitien aux reflets roux et ses yeux ambrés qui se teintent d’or quand le soleil les éblouit ne laissent personne indifférent.
Il a le corps recouvert de cicatrices, vestiges, pour la majorité, de ses années de maltraitance au château de Stonehelm. D’autres lui viennent des combats qu’il a menés au nom des Baratheon ces dernières années.

Crédit Avatar: Mairon / Sauron par Phobs ( http://melkorwashere.tumblr.com/ )

Pouvoir: Aucun.

Relations :

Myrddin Baratheon : Comme ils ont été élevé par le même homme, ils sont relativement proches. Mais le fait d'avoir grandi séparément et d'être de classe sociale différente créé un fossé entre eux deux, bien qu'ils se vouent une confiance mutuelle. Orphée est tout entier dévoué à Myrddin, comme il l'était pour son père et ancien Lord suzerain des Stormlands, Altan Baratheon.

Alexander Baratheon : Orphée se reconnait un peu en Alexander, bien que l'histoire du gamin soit différente de la sienne. Mais les Baratheon leur ont offert, à eux deux, une vie meilleure et un vrai foyer et c'est en cela qu'il se reconnait en lui. Au-delà de ça, Orphée apprécie beaucoup cet adolescent discret et silencieux. Il prend plaisir à le taquiner gentiment et s'amuse de ses réactions, mais jamais il ne lui manque de respect. Alexander étant un Baratheon et le futur Lord suzerain des Stormlands, Orphée lui voue donc une loyauté sans faille et n'hésitera pas à donner sa vie pour le protéger si cela s'avère nécessaire.

Tybalt Swann (prédéf' à venir) : Son père biologique. Orphée ne le porte pas dans son cœur et lui voue même une certaine colère dû à l'attitude qu'il avait à son égard quand il était petit.

Alessa Swann (prédéf' à venir) : Sa belle-mère. Orphée lui porte une haine profonde et rêve de pouvoir lui faire subir les mêmes sévisses qu'elle lui infligeait quand il était enfant.

Duncan, Ludwig, Daphnée, Thranduil, Iris et Dorian Swann (prédéf' à venir) : Ses demi-frères et demi-sœurs. Tout comme Lady Alessa, Orphée leur voue une très grande haine en raison des mauvais traitements qu'ils lui faisaient subir du temps où il vivait au château de Stonehelm.  


Histoire :

C’est dans le château de Stonehelm que j’ai vu le jour. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ma naissance a fait beaucoup de bruit au sein de celui-ci. Si ma mère, une servante répondant au doux nom de Lily, s’était évertuée à mentir au sujet du père de son enfant, la couleur de mes yeux ne permettait aucun doute quant à son identité. Aucun homme au château ne possède des yeux d’ambre aux reflets d’or. Excepté Tybalt Swann, le Lord de Stonehelm. Et l’ironie du sort a voulu que je sois le seul de ses enfants à hériter de ses yeux.
Inutile de dire que ma venue au monde a jeté un froid entre Lord Tybalt et sa femme, Lady Alessa. On m’a raconté qu’elle s’était farouchement opposée à mon père, qui voulait me garder à ses côtés, alors qu’elle souhaitait m’abandonner, ma mère étant morte en couche. Mais la volonté de Lord Tybalt a été plus forte que celle de sa femme et j’ai été élevé au château. Mais on ne peut dire que j’ai grandi entouré d’amour.

Ma présence était une nuisance, une gêne pour tout le monde. Aux yeux de Lord Tybalt, j’étais une erreur qu’il assumait tant bien que mal. Pour Lady Alessa, j’étais la preuve vivante de l’infidélité de son époux. Et pour mes quatre frères et mes deux sœurs, j’étais la honte de la famille. Chaque jour, Lady Alessa et ses enfants me faisaient payer le fait d’exister à grands coups de pieds et de bâtons. Tous les prétextes étaient bons pour me frapper, pour m’insulter, pour m’humilier. Mais ce n’était pas ça le pire, non. Le pire, c’était l’absence totale de réaction ou de soutient de la part de mon père. Qu’importe à quel point je pouvais être blessé, à quel point je pouvais hurler ou pleurer, il n’a jamais essayé de les arrêter ou de me consoler. Et s’il pouvait m’éviter, il le faisait. Leur attitude envers moi n’a fait qu’attiser ma haine à leur égard.
Cela a duré jusqu’au jour du mariage du premier fils de Lord Tybalt. J’avais six ans à ce moment-là. Je n’ai pas assisté à la fête, on me l’avait interdit. Un bâtard n’a pas sa place au milieu des lords et des ladies, m’a-t-on gentiment dit. Alors je suis resté dans les cuisines, aidant comme je le pouvais. Et puis dans la soirée, je suis sortie pour me rendre dans le garde-manger, sur la demande du cuisinier. En revenant, je suis tombé sur mes deux sœurs. En me voyant, elles se sont misent à chuchoter et ricaner alors j’ai accéléré le pas, par peur qu’elles s’en prennent à moi. Et c’est ce qu’elles ont fait. Quand je suis revenu dans les cuisines, on m’a disputé parce que j’avais tardé à revenir. A bout de nerf, je suis parti en courant pour me réfugier là où il n’y avait personne pour me voir, dans la cour, et je me suis à pleurer. J’avais mal, tellement mal, au corps et à l’âme. Je sanglotais si fort que ni les battements sourds de la pluie sur les pavés de la cour, ni la musique et les rires provenant de l’intérieur ne couvraient mes pleures.
Les portes de la grande salle ce sont ouvertes, laissant échapper le brouhaha de la fête. Dans l’encadrement se tenait un homme si grand et si imposant, qu’à mes yeux d’enfant il ressemblait à un géant. Il avait de longs cheveux noirs et des yeux bleus remarquables qui brillaient à la lueur des torches allumées. Son regard s’est posé sur moi et j’ai pris peur. J’ai voulu me sauver mais ma cheville endolorie suite aux coups de mes pestes de sœurs m’a empêché de fuir. Alors il s’est approché de moi et s’est accroupi pour être à ma hauteur, puis il m’a regardé en souriant doucement. Il m’a demandé pourquoi je pleurais ainsi sous cette pluie glaciale. Sa voix était forte et grave mais pourtant si douce. Cela m’a un peu rassuré. Je lui ai donc raconté ce que m’avaient fait mes sœurs un peu plus tôt. Alors il m’a questionné sur mon identité et je la lui ai révélée. Il m’a fixé un instant, silencieux, puis il m’a pris dans ses bras en me disant qu’il allait me conduire au mestre pour soigner ma cheville. J’ai contesté, je me suis débattu, je ne voulais pas aller dans la grande salle. J’avais peur de me faire réprimander. Je l’ai supplié de me reposer par terre, de me laisser partir mais il a refusé en me disant que personne ne contesterait une demande du Lord suzerain des Stormlands, Altan Baratheon. Et il a eu raison, personne n’a moufté lorsque Lord Baratheon m’a ramené à la fête et demandé au mestre de soigner mes blessures. Pas même Lady Alessa.

Après le mariage, certains invités de marque sont restés quelques jours au château, dont Lord Baratheon. Après l’incident lors de la fête, je ne l’ai pas recroisé ou seulement de loin. Lady Alessa m’avait bien fait comprendre qu’elle ne voulait plus que j’aille l’importuner. Mais le jour du départ du seigneur des Stormlands, mon père est venu me voir, ce qui était rare. Il m’a alors dit qu’il avait longuement parlé avec Lord Altan à mon sujet et qu’il avait été décidé que je partirais avec lui pour Storm’s End et que je devais donc préparer mes affaires au plus vite, pour ne pas le faire attendre. Je ne me suis pas fait prier. Moins d’une heure après que mon père m’ait annoncé mon départ, j’étais prêt à partir. J’étais incapable de cacher ma joie et mon impatience tant j’étais content de quitter cet horrible château qui m’a vu naître, grandir et souffrir. Me confier à Lord Altan a été la seule et unique chose de bien que mon père est fait pour moi. Le voyage a été long, pourtant je ne me suis pas ennuyé un seul instant. Nous avons beaucoup discuté avec Lord Baratheon. En six ans d’existence, c’était la première fois que je parlais autant avec quelqu’un. C’est ainsi que j’ai appris qu’il avait un fils parti depuis deux ans à l’académie des dragonniers.
Quand je suis arrivé au château de Storm’s End, ma vie a complétement changée. J’étais bien traité et bien nourris. Lord Altan m’a offert une éducation digne d’un seigneur, tout en me rappelant que je n’en serais jamais un. Il m’a montré comment monter à cheval, il m’a appris à manier l’épée et l’arc. Il a bien tenté de m’apprendre à me servir d’une masse, mais vraiment, je n’étais pas très doué. J’ai appris à lire et à écrire et j’ai étudié l’Histoire, ainsi que la stratégie. Le mestre des Baratheon était sévère, mais cela m’a permis d’emmagasiner beaucoup de savoir. Lord Altan m’a élevé comme son fils, et je le considérais comme un père, bien plus que l’homme qui m’a engendré.

Ainsi six ans se sont écoulés. Six années durant lesquelles j’ai grandi et où je me suis endurci et amélioré, apprenant et m’entrainant inlassablement. Tout cela dans l’unique but de faire la fierté de Lord Altan. Ça marchait plutôt bien et j’en étais heureux et soulagé.
Puis vint le jour du retour tant attendu du fils de Lord Altan. Enfin… attendu pour lui, redouté pour moi. Je craignais de ne pas être accepté par ce fils que je ne connaissais qu’à travers les mots de son père, j’avais peur qu’il agisse comme mes frères et sœurs à mon égard. Puis l’heure est arrivée. Nous attendions en dehors de la ville, dans les plaines. Myrddin devait revenir avec son dragon alors pour éviter un quelconque incident, il avait été décidé que les retrouvailles se feraient hors de la ville. Jamais auparavant je n’avais été aussi nerveux que ce jour-là. A chaque minute qui s’écoulait, je sentais mon cœur battre un peu plus vite. Je n’en pouvais plus d’attendre. Je n’avais qu’une envie, c’était que le jeune dragonnier et futur Lord arrive enfin. Et puis il est arrivé. D’abord un grondement éloigné, comme un lointain coup de tonnerre, puis de puissants bruissements d’ailes et enfin une forme sombre dans le ciel, fendant rapidement l’air. A peine quelques minutes plus tard, la bête monstrueuse passait au-dessus de nous pour aller se poser quelques mètres plus loin. Il y a peu de choses qui m’effraient dans ce bas monde. Les dragons en font partis. Comment oublier la terreur qui m’a saisi les tripes et pétrifié sur place à la vue de cet immense monstre cracheur de feu ? C’était si fort que cela a occulté tout le reste. J’étais tellement concentré sur le dragon que je n’ai pas vu Myrddin descendre de son dos et venir à la rencontre de son père. C’est la main rassurante que celui-ci a posé sur mon épaule qui m’a sorti de ma torpeur. Et alors mon regard a roulé du dragon jusqu’à son propriétaire et mon cœur a loupé un battement. Devant moi se tenait Myrddin Baratheon. Déjà à cette époque, il ressemblait beaucoup à son père, à l’exception de ses magnifiques yeux noirs de jais. Timidement, je me suis incliné pour le saluer et quand je me suis redressé, il a attrapé ma main pour la serrer dans la sienne avec un large sourire sincère. Toutes mes craintes se sont envolées à ce moment-là car je savais qu’il venait de m’accepter dans son entourage.

Les semaines qui ont suivies le retour de Myrddin ont été un peu difficiles pour moi. Lord Altan passait beaucoup de temps avec son fils, ce que je comprenais parfaitement. Ils avaient été séparés durant huit années, ils avaient des choses à ce dire et du temps à rattraper, d’autant plus que Myrddin était le futur Lord suzerain des Stormlands, son père devait donc lui apprendre à se comporter comme tel. Je savais tout cela, j’en étais conscient. Pourtant, je me sentais esseulé, mis de côté. Oublié. Au fond de moi, je ne pouvais pas m’empêcher d’être un peu jaloux de Myrddin, lui le fils prodige, l’héritier des Stormlands.
Mais cela ne dura pas. Je savais pertinemment que me morfondre ne changerait rien. Alors j’ai continué à étudier assidument et à m’entrainer dur pour ne pas décevoir Lord Altan et faire mauvaise impression à Myrddin.

Au fil des mois qui passaient, mon sentiment de solitude se dissipait et ma jalousie s’atténuait. Myrddin venait parfois me voir pour discuter un peu avec moi. Nos échanges ne duraient jamais très longtemps et étaient toujours un peu maladroit, mais cela me faisait quand même plaisir qu’il s’intéresse un peu à moi, même s’il m’intimidait beaucoup. Mais ce petit malaise qu’il y avait entre nous au début à vite disparu et nous nous sommes rapidement bien entendu. J’appréciais sa compagnie, je ne m’ennuyais jamais avec lui. Cette amitié naissante entre lui et moi me soulageait bien plus qu’on ne pourrait le croire. J’étais réellement heureux qu’il m’accepte ainsi dans sa famille.
Avec les années, j’ai appris à connaitre Myrddin. Comment il fonctionnait, ce qu’il aimait, ce qui l’insupportait, etc. Quelle noble et magnifique personne il est. Mais j’ai aussi appris à l’aimer comme un fou et à taire mes sentiments pour ne pas causer d’ennuis, à lui ou à son père. Jamais je ne me le serais pardonné. Alors quand j’ai su, quatre ans après son retour de l’académie, qu’il allait se marier, j’ai dû prendre sur moi pour dissimuler ma fureur et ne pas la laisser exploser et tout ravager. Lui-même ne semblait pas ravi d’épouser une petite noble, mais il n’en a jamais dit mot.

Et puis le jour fatidique est arrivé. Ça me rendait malade toute cette mascarade. Et cette petite chose si frêle qui se tenait près de mon ami… je l’ai haïs à l’instant même où j’ai posé mes yeux sur elle. Elle n’était pas digne de Myrddin, avec son petit air perdu et ses pauvres sourires forcés pour essayer de faire bonne figure. Par respect pour les Baratheon, je suis resté à leurs côtés durant la cérémonie et le banquet. Mais quand les mariés furent conduits dans leur chambre, je me suis éclipsé. S’en était trop pour moi. Je bouillonnais de jalousie et de rage. Les imaginer ensemble, dans leur lit, me rendait malade et me broyait le cœur. Alors j’ai quitté la chaleur du château pour aller me glisser dans les draps froids de la plus belle prostituée de Storm’s End, histoire d’évacuer toute cette frustration et cette colère accumulées.

Les jours, les semaines, les mois s’écoulaient et ni ma jalousie, ni ma colère ne s’apaisaient. Et c’est sur la Lady, cette pauvre âme perdue, que je déversais ma haine, dès que j’en avais l’occasion, lui embrumant l’esprit de paroles empoisonnées qui la détruisaient toujours un peu plus.
Malgré tout ça, ma loyauté envers les Baratheon n’était pas entachée. A l’époque déjà, les Stormlands étaient comme une poudrière géante et ce n’était qu’une question de temps avant qu’elle n’explose. Il était donc de mon devoir de les soutenir. De ce fait, j’accomplissais chaque mission qui m’était confiée avec le plus grand des sérieux, faisant tout pour que ce soit une réussite à chaque fois. Bien sûr, toutes mes missions n’étaient pas toujours couronnées de succès, mais Lord Altan ne me blâmait jamais lorsque j’échouais.

Trois mois se sont écoulés après les noces avant que le mestre annonce la grossesse de la Lady. Myrddin en était soulagé et Lord Altan était heureux. Malheureusement, peu de temps après, Lord Altan est mort des suites d’une mauvaise chute de cheval. La nouvelle nous a tous bouleversé et malgré la douleur qui pesait sur mon cœur, nulle larme n’a coulé de mes yeux. Après l’enterrement de Lord Altan, Myrddin a été nommé Lord suzerain des Stormlands et je suis devenu son bras droit, faisant de mon mieux pour le soutenir et l’aider dans la tâche qui désormais lui incombait. Et comme si cela ne suffisait pas, la Lady fit une fausse couche.
Ce fut une période difficile pour Myrddin. Dès qu’il le pouvait, il prenait les airs avec son dragon, volant des heures durant malgré les orages menaçants qui se profilaient à l’horizon. Cela lui faisait du bien. Mais quand la violence des tempêtes s’étendait sur plusieurs jours, le clouant au sol, il devenait invivable. Mairon aussi, d’ailleurs. Quoi qu’il en soit, le meilleur moyen que j’avais pour le soutenir et l’aider était de faire mon travail comme il faut et de répondre présent dès qu’il avait besoin de moi.

Trois ans passèrent ainsi. La situation des Stormlands semblait s’être un peu stabilisée et Myrddin dirigeait et gérait tout ça du mieux qu’il le pouvait. Et je dois admettre qu’il s’en sortait bien. De mon côté, j’accomplissais les missions qu’il me confiait avec sérieux et rigueur et il en était content.
Et puis la Lady est retombée enceinte et cette fois, pas de fausse couche. Je pourrais difficilement oublier le jour de la naissance de l’enfant. Dehors la tempête faisait rage et dans les couloirs, près de la chambre d’accouchement, Myrddin faisait les cent pas. Il était au bord de la crise de nerf et moi il me rendait dingue à tourner en rond comme un lion en cage. Mais là, je ne pouvais pas faire grand-chose, si ce n’est être avec lui et attendre patiemment et silencieusement que les choses se fassent. Les heures s’écoulaient lentement, bien trop lentement à mon goût. Et à celui de Myrddin aussi. Surtout pour lui en fait. Et puis enfin, les cris du bébé se sont fait entendre. Adossé au mur, je me suis redressé et Myrddin s’est tendu d’un coup, stoppant net tout mouvement. Peu après, le mestre est sorti avec l’enfant emmailloté dans des langes et l’a présenté à son père en lui annonçant que c’était une fille. Difficile d’oublier la déception si clairement lisible sur le visage du jeune papa. Mais son expression a changé à l’instant même où il a posé ses yeux sur elle. Il a alors rendu la petite au mestre en déclarant que la petite Marian Baratheon venait de naître. Le mestre acquiesça à l’ordre de son Lord suzerain et ramena la petite à sa mère. Je ne revis jamais la Lady.

Myrddin passe beaucoup de temps avec sa fille. Plus qu’il ne le devrait, mais comment le lui reprocher ? C’est le sang de son sang après tout. Et puis la présence de la petite égaie nos entrevues. Et je dois bien l’admettre, la gamine est attachante. Très attachante même. Je croyais que j’allais la détester de coller ainsi Myrddin, mais il est impossible de résister à une frimousse pareille ou de lui refuser un câlin quand elle me fixe avec ses grands yeux noisette suppliants. Je n’étais franchement pas à l’aise au début, quand Myrddin me la mettait dans les bras, me disant que je ne devais pas avoir peur. Elle était si petite, si frêle, si fragile, que j’avais peur de la briser au moindre geste. Et puis, je n’ai clairement pas l’instinct paternel, les mioches ce n’est pas du tout mon truc. Mais Marian, c’est différent. Elle est la fille de Myrddin, c’est une Baratheon. Alors comme pour son grand-père et son père, je donnerais ma vie pour elle. Mon épée sera sienne tant que je vivrais.

Deux ans plus tard, alors que la situation s’était plus ou moins stabilisée, les choses ont commencées à partir de travers, les tensions étaient palpables et les Connington en ont profité pour foutre la merde. Moins d’un an plus tard, ces avortons ont mis le feu aux poudres et ont déclenché des révoltes un peu partout dans les Stormlands. Et comme si ça ne suffisait pas, les paysans s’y sont mis aussi. Un vrai merdier dont il est bien difficile de se sortir. Les tuer ne mène à rien et ne fait qu’aggraver les choses. Je fais de mon mieux pour tenter de calmer la situation, comme me le demande Myrddin, mais ces cons de culs terreux sont bien plus bornés qu’une mule.
Pour couronner le tout, la Lady s’est suicidée. Sa mort ne me fait ni chaud, ni froid. Et puis, pour être honnête, je ne suis pas tout blanc dans cette histoire. Depuis son mariage, je lui pourrissais la vie, lui crachant ma haine en pleine figure dès que j’en avais l’occasion, me montrant encore plus mauvais après sa fausse couche. C’est une source d’ennuis en moins pour Myrddin, il n’a plus à soucier d’elle et de sa santé fragile. Quant à Marian, ce n’est pas plus mal. Cette femme n’avait rien à lui apporté. La petite sera forte et courageuse, comme son père.

Code : Ok Ashton ♪

Joueur
Nom : Mikie.

Sexe : Féminin.

Âge : 26 ans.

Pays d'origine : France.

À quel point connais-tu GOT : A jour dans la série. N'a pas encore lu les bouquins.

De quelle façon as-tu connu le forum : Myrddin a voulu que je le rejoigne. <3

Un peu plus sur toi : Hm... Voilà 5 ans que je fais du jeu du rôle sur forum. J'aime beaucoup écrire, que ce soit pour rp ou pour rédiger des fanfics. Et je suis là pour m'éclater. J'ai hâte de rp avec vous tous. <3

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Main droite & Intendant de Myrddin Baratheon
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar - 13:06
Bienvenue sur le fofo ! J'ai hâte de voir cette fiche finie et Orphée interagir avec mon petit Myrddin *glousse* Ange2 Love6
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Princesse ♔ Membre du Conseil de Sunspear  ♔ Danseuse
♔ Princesse
♔ Membre du Conseil de Sunspear
♔ Danseuse
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar - 15:26
Hey ! Merci ! Smile

Moi aussi j'ai hâte de voir nos deux loulous interagir ensemble. Ca promet d'être amusant. Laughing
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Main droite & Intendant de Myrddin Baratheon


Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar - 23:56
Bienvenue!
Si jamais tu as des questions n'hésite pas! N'oublis pas de préciser dans ton titre [En cours] et [Terminé] pour facilité la tâche administrative.

Quand tu aura terminer, n'hésite pas a posté pour le dire! Au plaisir de lire ta présentation Smile
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice de DOW
♔ Dragonnier
♔ Bâtard Targaryen


Listen, smile, agree and then...
Do whatever you were gonna do anyway.
Change de ciel, tu changeras d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Avr - 10:37
Delais:
2 semaines accordé pour cette présentation soit, jusqu'au 18 Avril minuit heure Québec. Merci d'avoir avisé!
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice de DOW
♔ Dragonnier
♔ Bâtard Targaryen


Listen, smile, agree and then...
Do whatever you were gonna do anyway.
Change de ciel, tu changeras d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Avr - 5:25
Bonjour ! Je viens pour signaler que ma fiche est finie. mouton
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Main droite & Intendant de Myrddin Baratheon


Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Avr - 11:21
Yeeeeeeesssss !!!!!!!!!!!!  Calin2 Calin4

J'en profite pour dire que j'approuve le lien avec Myrddin ! ^^
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Princesse ♔ Membre du Conseil de Sunspear  ♔ Danseuse
♔ Princesse
♔ Membre du Conseil de Sunspear
♔ Danseuse
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Avr - 12:02
J'approuve également le lien avec Alexander Stp1
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Héritier des Stormlands
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Avr - 12:18
Vous êtes choux ! J'ai hâte de rp avec vous. Amis Kiss3
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Main droite & Intendant de Myrddin Baratheon


Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Avr - 23:10
J'ai bien aimé te lire, amuse-toi bien! ♥️

Présentation acceptée !
Nous te souhaitons la bienvenue sur Dragons of Westeros !
Tu peux maintenant crée ton Journal de Bord, jeter un coup d'oeil et/ou faire une recherche de Rps & Liens pour toutes demande concernant ton personnages!
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice de DOW
♔ Dragonnier
♔ Bâtard Targaryen


Listen, smile, agree and then...
Do whatever you were gonna do anyway.
Change de ciel, tu changeras d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragons of Westeros : A Game of Thrones - Forum de RP :: Avant de jouer :: La population :: Présentations approuvées-