Revenir en haut Aller en bas


Forum de RP basé sur l'univers de l'oeuvre de George R.R. Martin A song of ice and fire et de sa série télévisée Game of Thrones.
 

À qui sème l'injustice, récolte la douleur [PV Ashton]

 :: Westeros :: Crownlands :: King's Landing Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 8 Fév - 21:40
Ce jour devait être semblable à tout autre. Aelgoro avançait, paisiblement, en tenant sa monture par la bride. C'était dans son sang sans doute; il adorait les équidés. Parfois, quand le temps lui paraissait long, il mettait pied à terre pour marcher à ses côtés. Sa jument se nommait Kady, et elle était plutôt fougueuse. Ces moments uniques qui leur permettaient de communiquer à leur façon les rapprochait. Il savait qu'elle ne le laisserait pas tomber, quoi qu'il arrive. En effet, les chevaux aussi pouvaient être des créatures fidèles. Et comme il n'avait pas d'autre compagnon de voyage... il pourrait la monter à cru, sans équipement, sans inquiétude. Mais ce n'était pas pratique pour trimbaler ses maigres avoirs, il vivait sur la route après tout.

Soudain, un cri attira son attention. Alerté, il s'arrêta net, sa jument en faisant de même. Non pas qu'il se prenne pour un justicier... mais il ne pouvait être témoin d'une injustice sans intervenir, et cela avait tout l'air d'un cri de détresse. Des bruits étouffés lui parvinrent et il mena sa jument isabelle* au bord de la route en lui enlevant la bride pour la jeter plus loin. Il savait qu'elle resterait là et qu'aucun autre saurait la mater pour la voler. S'affaissant légèrement, il approcha d'un bosquet derrière lequel semblait lui parvenir des bruits de lutte étouffés. Avançant tout de même rapidement, il parvint à une petite clairière où trois hommes s'en prenaient à une femme. En fait, il y avait sept hommes et trois femmes. Un petit campement sommaire était sur place avec quelques caisses. Cela avait tout l'air d'un pillage. Cinq hommes étaient assis sur les caisses ou debout et regardaient les trois autres hommes. Deux des femmes étaient assises sur les cuisses des hommes, solidement maintenant, et regarder l'autre avec un regard mi-horrifié, mi-désolé.

Un homme tenait les bras de la brunette derrière son dos d'une main, et de l'autre il l'empêchait de s'exprimer, alors que les autres essayaient d'esquiver les coups de jambe. Elle se débattait sauvagement. Lorsqu'il arriva, un des hommes décida d'attraper un de ses pieds, ce qui désamorça sa merveilleuse tentative d'évitement. Suite à cela, les choses dégénérèrent assez vite. N'écoutant que les battements de son coeur qui refusait de laisser une telle chose se produire, le dothraki chargea tête baissée sur le quatuor en lançant un cri de guerre à figer tous ceux sur place. Le choc propulsa tout le monde au sol et il s'écrasa sur l'un des hommes qu'il s'empressa de rudoyer d'un solide coup du droit sur la mâchoire. D'un bond, il se redressa pour saisir un des bras de la dame à proximité pour la tirer derrière lui. Il avait maintenant quatre hommes debout devant lui, avec un air menaçant, un au sol qui se profitait la mâchoire en se plaignant qu'elle était sûrement brisée, et deux autres maintenaient toujours les demoiselles.

Ravie que quelqu'un vienne à son se cours, la victime fut ravie de se cacher derrière ce dos si large et si musclée. Elle attendait en fait la première occasion pour se tailler de là. Qu'est-ce qui lui disait qu'il n'avait pas de pires intentions? N'avait-il pas l'air d'un barbare? En fait, le vagabond se moquait bien de ce qu'elle pouvait penser de lui, il était plutôt occupé à pester contre lui-même. Seul contre cinq hommes, voilà une brillante idée! Il n'avait pas l'intention de tuer des gens, mais à voir le visage qu'ils arboraient, il ne pouvait pas éviter de pertes. Levant son bras droit, il s'apprêta à empoigner son épée -absolument gigantesque précisons-le- quand l'un des hommes réagit aussitôt. Il n'était pas question de le laisser dégainer cette chose! Il para avec le bracelet métallique qu'il portait au poignet gauche et lui envoya son pied dans l'estomac pour le propulser plus loin. Au même moment, deux autres hommes fonçaient sur lui, poignard en avant. Les injures qu'ils soufflaient à son égard ne l'atteignaient pas. Il se foutait de leur vil langage. Il n'avait plus que deux objectifs: rester en vie et s'assurer de libérer les demoiselles. En fait, il avait probablement rater un détail près, que l'une d'elle était plutôt ravie d'être là. Mais il était arrivé dos à eux, donc il n'avait pas pu voir le visage que chacun arboraient.

Il profita donc de son élan de lorsqu'il avait envoyé son pied dans son adversaire pour se pencher vers l'arrière et éviter les deux lames et attrapa le manchon de son épée dans le même mouvement. Il la propulsa vers l'avant et fit reculer les hommes qui évitèrent l'immense lame. À la façon dont elle était dentelée, il valait mieux se garder une distance. Il y eut un moment de flottement alors qu'il se plaçait en position défensive, sa lame bien tendue devant lui, tenue à deux mains. Il n'avait pas l'intention de se laisser faire, et ses adversaires avaient à évaluer le niveau risque de cette arme imposante. Malheureusement, aussi dangereux pouvait-il paraître, il était seul contre plusieurs hommes... les chances n'étaient pas de son côté. Il inspirant profondément. Il n'avait pas fait tout ce chemin et obtenu la liberté pour mourir au fond d'une clairière sur une terre qui lui était encore inconnue.

Dans un cri de rage, il avança de trois pas en tournant sur lui-même, faisant de son arme un dangereux tourniquet. L'un des enfoirés avait malheureusement un fouet et lui coupa son élan en lui attrapa une jambe. Il tomba lourdement au sol et retira rapidement un couteau de sa botte droite pour couper la corde tout en roulant sur le côté pour éviter un coup d'épée. Il dut faire face à une botte qui l'assomma sous le menton avant de réussir à récupérer son arme. Ses adversaires ricanèrent. Se redressant fièrement, le dothraki les dévisagea sévèrement. De toute évidence, ils le sous-estimaient, et c'était tout à son avantage. S'ensuivit un combat assez déséquilibré où il recevait un coup sur six. Les taillades ne le ralentissaient pas pour autant et il ne se retenait pas pour leur envoyer son puissant poing là où il le pouvait.

* une jument isabelle est un cheval dont la couleur de la robe est blonde et dont les crins et les extrémités des pattes sont noirs.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Vagabond
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Fév - 2:28


Il avait terminé sa ronde depuis un moment, mais bien entendu, il ne comptait pas rentrer de sitôt à Dragonstone, surtout depuis les événements aux festivités. En fait, il comptait se trouver cette nuit un endroit tranquille pour dormir à la belle étoile ou dans une chambre à l’Auberge ou Catherine –la plantureuse selon Alistair- travaillait, mais d’ici là, il préférait tuer le temps. L’énergie qui régnait à l’Académie et autant qu’en Red Keep le dérangeait. Il fallait peut-être avouer qu’il craignait un peu qu’on profite de ce régicide raté pour lui faire porter un quelconque blâme ou le purger durant cette chasse au coupable un peu trop frénétique à son goût. Il n’avait pas envie de passé un temps indéterminé dans les Donjons et encore moins crever pour une stupidité du genre, quelque chose à laquelle il n’était même pas coupable, si seulement. Il devait se concentré à rester en vie pour ses plans futurs. Cela ne dépendait plus que de lui et c’était peut-être une bonne chose, sa le rendait un peu plus sage.

Bref, il rôdait dans le ciel, ne pouvant s’empêcher d’observer tout de même le sol attentivement par pure réflexe, lorsqu’il passa non loin d’une Clairière où il vit du mouvement. Sans avoir besoin d’émettre le moindre son, Onyx tangua légèrement sur sa gauche de manière à s’y diriger tout en restant suffisamment haut pour qu’on ne les repère pas, ni l’ombre de la créature titanesque qui volait. Il avait cru remarquer que depuis les derniers évènements, justement, le taux de criminalité avait légèrement augmenté en King’s Landing ainsi que ses environs. Après tout, le peuple savait que la Royauté et les soldats avaient une attention toute particulière ailleurs. Il ne faisait pas vraiment exception à cette règle, ayant eu lui aussi un bref briefing de la part de la sous-chef de l’Académie lui mentionnant d’ouvrir l’œil. Oui, comme si habituellement, il jouait les Patrouilleurs les yeux fermer. Bref… Il n’avait pas vraiment changé ses habitudes contrairement à certains, qui semblaient plus concentré à trouver un coupable pour se tailler une place de choix ou avoir droit à une belle promotion, plutôt que de réellement faire leur boulot.

Tout ça étant qu’Ashton fini par faire comprendre à son Dragon ébène qu’il désirait qu’ils se rapprochent d’avantage, question de voir ce qui en découlait de plus près. Un seul homme contre une quantité non négligeable d’hommes, non loin d’un petit convoi avec quelques femmes, cela semblait à une tentative de vols des ressources et qui sait, sans doute plus encore. Une fois suffisamment bas, Ashton réalisa que l’heure n’était pas aux rigolades. L’homme aux traits familiers –et par là, cela voulait dire sans doute un Dothraki, chose rare ici- n’était pas dans la meilleure des postures. Le groupe de malfrats, des hommes rarement honorables se chargeaient de tenter de faire tomber le Dothraki en s’y prenant à plusieurs. Le jeune Bâtard avait vue des hommes contres lui tenir tête contre plusieurs esclavagistes, par le passé. Il savait de toute façon de par les histoires de sa défunte mère qu’ils étaient des hommes forts –comme lui, supposément-. Alors bien qu’il faisait confiances à la force et l’expérience de l’homme potentiellement originaire d’Essos, Ashton se laissa tout simplement glisser de sur le dos d’Onyx qui frôla la troupe qui eut le réflexe de se pencher sous la surprise, tandis qu’il apparût  directement aux côtés de l’homme dans une position accroupie, se redressant aussitôt en retirant l’arme de sa taille ainsi que le bouclier dans son dos.

-Eh, si vous vouliez faire une fête, faudrait peut-être penser à pas vous foutre en plein milieu d’une Clairière en plein King’s Landing en sachant que des Dragonniers rôdent dans le ciel.

Il afficha un sourire en coin et jeta un bref coup d’œil au Dothraki, là, il n’y avait plus aucun doute. Deux d’entre eux choisirent de prendre la poudre d’escampette sans demandé leur reste, tandis que les autres choisirent de foncer sur le duo en hurlant, ce qui coupa court à leur lancé puisqu’Onyx se posa devant les fuyard et laissa échapper un rugissement puissant qui fit légèrement trembler le sol.

-Meh.

Laissa-t-il échapper en haussant les épaules, venant accueillir l’un des hommes qui sembla comprendre qu’il valait mieux les descendre avant que le Dragonnier ne leur envois faire un tour de Donjons. Il fut rapidement suivi par les autres, sauf ceux qu’Onyx gardait en jouc. De toute façon, qui serait assez idiot pour croire deux secondes qu’ils pouvaient faire le poids contre un Dragon qui visiblement, n’attendait qu’un seul mot de son âme-sœur ou bien un geste des hors la lois pour les brûler vif ou les avaler tout rond. Bloquant son adversaire grâce à son bouclier, Ashton le repoussa violemment à l’opposé pour lui flanquer un bon coup de son épée directement dans la cuisse, puis jeta un coup d’œil oblique au Dothraki, puis attarda son regard sur son épée, faisant en sorte qu’il se penche de justesse pour éviter un coup qui aurait sans le moindre doute détacher sa tête de son corps.

-Elle est pas mal ton épée dit donc, elle pèse combien?

Fit-il en flanquant un coup de pied à son adversaire qui valsa sur le dos, tandis qu’il se rua sur lui pour lui foutre un bon coup de bouclier sur la gueule, lui faisant perdre conscience sur le champs. Il posa un genou au sol et sortie de la corde qui trônait à sa ceinture pour entamer de lui lier les poings, laissant le Dothraki se charger du dernier bougre debout. Il doutait fort qu’il aurait du mal vue le spectacle qu’il lui avait offert peu avant son intervention.

-Alors? Je peux savoir ce qui pousse tout le monde à vouloir se taper sur la gueule?

Frapper et poser les questions ensuite. Tout à fait son genre.

-Ah au fait, je m’appelle Ashton, pour vous servir…

Sur ses mots, il fit un clin d’œil à la jolie brunette qui malgré son air un peu ébranlé par les événements, semblait bel et bien avoir gloussé, cachant ses douces lèvres dans la paume de sa main en regardant ses copines. Ah! il ne fallait pas lui en vouloir après tout, c'étais un jeune étalon et il n'en ratait rarement une. Ce n'était pas qu'il voulait nécessairement la baiser, mais disons qu'il aimait laisser comprendre sa disponibilité avec les demoiselle. C'étais pas le genre de truc qu'il comptait faire à un homme alors sommes toutes... Voilà. Il fini par se redresser et se diriger vers le duo qu'Onyx surveillait tandis qu'ils gardaient leurs mains bien en évidence pour leur réservé le même sort, puis chose faite, il se retourna vers le Dothraki, le détaillant de ses prunelles disparates.

-Finne hash yeri come ha? (D'où viens-tu?)

Avait-il demandé en Dothraki. Sa pouvait paraître bête comme question, mais aussi bien s'assurer pour commencer qu'il comprenait bien la langue d'ici, sait-on jamais. Il pouvait tout aussi bien être un esclave qui avait fui et puis, lui-même lorsqu'il était arrivé en Westeros avait été des plus dépaysé, dans un monde où il n'y comprenait même pas le langage.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
♔ Lord de Ghost Hill
♔ Dragonnier Rebelle
♔ Bâtard Targaryen


Listen, smile, agree and then...
Do whatever you were gonna do anyway.
Change de ciel, tu changeras d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Fév - 14:28
Alors qu'il se penchait vers l'arrière pour éviter un coup d'épée direct, quelle ne fut par sa surprise de voir... un dragon! Non seulement il n'avait jamais vu de dragon de près, mais qui plus est, il fonçait droit sur eux! Il se pencha par réflexe en pliant les genoux alors que ses adversaires faisaient de même. Pendant un instant, il craignit qu'il était avec eux, avant qu'un jeune homme ne tombe, ou plutôt saute, du dragon pour atterrir près de lui en retirant ses armes et en faisant face aux hommes qu'il combattait. Un allié tombé du ciel? Eh ben! Westeros était pleine de surprise! Suite à son commentaire, les hommes se regardèrent entre eux. De toute évidence, ils n'avaient pas prévu de se faire dévoiler. Il va sans dire que si Aelgoro n'était pas intervenu, il n'y aurait rien parut.

Deux hommes se retournèrent vivement pour fuir le nouveau venu et furent coupés dans leur élan par l'imposant dragon qui se posa devant eux. Il frissonna, espérant que sa jument ne fuit pas, il devinait d'ici son agitation! Il avait déjà entendu parler des dragonniers, mais n'en avait jamais rencontré. Pour une raison plus qu'évidente, les marchands d'esclave ne les fréquentaient pas. Quoiqu'il en soit, les cinq hommes restants laissèrent en plan les femmes et se levèrent pour charger les deux guerriers. De sa gigantesque que lame, Ael n'eut aucun mal à garder ses deux adversaires à distance d'un large coup circulaire. Celui avec le fouet tenta de nouveau de le saisir - avec ce qui restait de cuire après le morceau qu'il avait coupé précédemment - et il leva le bras pour empêcher la lanière de lui entourer la nuque. Tirant vers l'avant la corde qu'il saisit dans sa main, il amena l'homme vers lui en le déséquilibrant. Pas dupe, celui-ci lâcha prise avant de se retrouver aux pieds du dothraki.

La question de son nouveau partenaire de combat le prit au dépourvu et il lui jeta un regard interloqué. Il lui faisait la conversation! Un sourire en coin fit frémir ses lèvres et il pensa, tout en bloquant un coup avec sa lame qu'elle devait faire environ le poids d'une femme, à quelques kilos près. Il repoussa sans peine son adversaire qui évita de peu le coup de lame qui lui taillada la joue. Leurs petites lames ne pouvaient faire le poids contre la sienne. Ils le comprenaient plutôt bien et ses deux adversaires essayèrent donc de lui faire perdre sa poigne en s'attaquant à ses mains. Malheureusement pour eux, le poids d'une femme n'était pas une chose bien difficile à porter pour Ael qui bougeait avec une certaine agilité. Il aperçu du coin de l'oeil le dragonnier qui ligotait un homme et comprit que ses intentions étaient de les mettre en état d'arrestation pour les faire juger. Hochant la tête, plus pour lui-même, il saisissant son épée par le plat de la lame d'une main, la poignée de l'autre, et la balança tout bonnement, comme on envoie une bûche, aux hommes devant lui qui basculèrent sous le poids de l'épée.

Se tournant vers le dernier homme debout, il lui envoya une droite qui fit mouche et mis de petites étoiles dans la tête du brigand. Voilà qui était bien joué. Il mis le pied sur sa lame avant que les deux autres se relèvent et les écrasa ainsi au sol. Ils soufflèrent bruyamment sous le poids qui leur coupait le souffle. Il se tourna ensuite vers le jeune homme qui lui demandait, en somme, ce qui se passait. Prenant maintenant le temps de l'observer, il nota les caractéristiques de son peuple chez lui. Un compatriote? Ici? Quelles étaient les chances qu'il rencontre un autre dothraki? Il était par contre trop jeune pour être l'un de ceux qui s'était fait enlevé avec lui. Pointant du doigt les hommes devant lui, il n'eut pas le temps de répondre que l'autre enchaîna, se présentant. Observant la demoiselle derrière lui et sa copine qui s'apprêtait à la retrouver, il considéra un instant la troisième femme. Elle n'avait pas l'air d'une victime et semblait vouloir s'enfuir.

Il tourna la tête vers la demoiselle récipiendaire du clin d'oeil. C'est qu'il se la jouait! Pesant un peu plus fort sur l'épée sous son pied, pour qu'ils arrêtaient de gigoter dessous, il suivit de l'oeil celui qui l'avait aider à résoudre cette bagarre. Il s'en serait sans doute sorti seul, mais il ne rechignait pas à avoir abréger le combat. Les quelques entailles qu'il avait n'était en rien grave, mais il essayait d'éviter les blessures. Étant sur la route, elles pouvaient être sujettes à l'infection. À sa grande surprise, après avoir fini de ligoter les deux hommes près du dragon - dragon dont il sembla se rappeler l'existence et qu'il regarda avec une sorte d'admiration mêlée de crainte - Ashton s'adressa à lui en dothraki. Voilà qui confirmait sa pensée, ils étaient issus du même peuple.

Quittant finalement l'immense créature du regard, il baissa celui-ci vers le dragonnier et nota ses yeux particuliers, de couleurs différentes. Il répondit à la question dans sa langue maternelle, soit le dothraki : « Dothraki Sea, je suis Aelgoro, fils de Talgo Delmour, du khalasar de Razamyr. » Il pointa les hommes à ses pieds qui attendaient leur tour pour être ligoté - il ne traînait pas vraiment de quoi le faire sur lui : « Des canailles qui se vantaient de leur butin. » Il termina en pointant les demoiselles, pour signifier que le butin était les deux jeunes filles, puis les caisses autour. C'était simple et clair. Récupérant son épée alors que les derniers brigands reprenaient leur souffle, il laissa Ashton les ligoter en jetant un regard plissé à la dernière femme. Comprenant qu'elle était dans de mauvais draps, elle voulut jouer la carte de la séduction en se jetant sur Ashton - c'était écrit gros comme le soleil dans le ciel dans le visage d'Ael qui ne plierait pas à des suppliques - et en le complimentant pour le remercier, allant même jusqu'à se frotter contre lui.

L'aîné des deux dothrakis secoua la tête. « Une femme violée ne sautera pas sur le premier homme venu, espèce de petite sotte. » articula-t-il dédaigneusement en crachant au sol. Les deux autres demoiselles s'empressèrent de dévoiler qu'elle était l’appât des brigands. Elle se jetait sur la route en larme et faisait diversion, alors que les brigands arrivaient par derrière, prenaient le butin et les femmes. Venait-il vraiment de démanteler une belle petite organisation de malfrats? Hum, non. Sans le dragonnier, il leur aurait foutu une raclée, aurait raccompagnée les dames en un lieu sûr et aurait laissé ça comme ça. Il n'était pas un justicier ou un représentant de la loi... simplement un homme qui n'aimait pas entendre ces cris si particuliers qu'il avait entendu tant de fois jadis. Son regard était sombre et brillait d'une sorte de colère triste.

Un mouvement du dragon provoqua chez lui un réflexe de recul et il observa à nouveau la bête qui l'impressionnait. Il n'avait jamais vu un dragon d'aussi près, et cela s'avérait terriblement impressionnant! Son compagnon sembla s'amusé de sa réaction et lui présenta Onyx. Malgré lui, il s'imagea aussitôt le dragonnier rejoindre les grands plains infinies en chevauchant un dragon aux côté de ses ancêtres à cheval. Voilà une monture peu commune. La question qui lui brûlait les lèvres finit par les franchirent, dans la langue de Westeros cette fois, qui était celle à laquelle il était, après tout, plus coutumier :« Comment un dothraki peut-il atterrir sur cette terre froide et finir par chevaucher un dragon ? » Il dévisagea son comparse. Il avait tout d'un dotrhaki typique, mais quelque chose chez lui était différent. Peut-être était-ce à cause de ses yeux. Était-ce dû à un accident, ou était-ce de naissance?

Récupérant son épée, il s'apprêtait à la replacer dans son dos, lorsque l'intérêt d'Ashton pour celle-ci refit surface, il lui tendit la lame d'une main en souriant. Qu'il la lève s'il y arrivait. Il était certes costaud, mais pas autant qu'Aelgoro. Il faut dire qu'il avait l'avantage de l'âge et de l'expérience. « Je l'ai acheté à Riverrun, elle a attiré mon regard. » ajouta-t-il fièrement. Cette épée, outre sa monture, était sa première acquisition. Il y avait quelque chose de sentimental entre lui et l'arme tranchante et dentelée. « D'ailleurs, elle doit faire le poids d'une femme, à quelques kilos près. » la soulever d'un seul bras et la brandir n'était pas chose aisée pour un bras pour qui n'y était pas coutumier. Il sourit en l'observant manipuler la lame de façon malhabile. Il y avait un entraînement tout particuliers pour ce style de combat.



[Je sais pas où t'es allée pour écrire en dothraki, alors fait comme si je l'avais fait XD]
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Vagabond
Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Avr - 1:03
La réponse du guerrier dans sa langue natale lui fit étrangement du bien. Cela faisait de nombreuses années déjà qu’il n’avait pas entendu le Dothraki autre que de ses propres lèvres. Si cela n’avait pas été d’Onyx avec qui il parlait parfois –oui… Bien.- dans cette langue, sans doute l’aurait-il perdu, ou bien serait-elle cassée. Ashton la parlait pourtant comme s’il n’avait jamais quitté Essos et c’était très bien comme ça.

Ainsi donc, Aelgoro. Fils de Talgo Delmour, du khalasar de Razamyr. Évidemment que cela ne lui disait pas grand-chose du moins, les souvenirs de là-bas ne concernaient pas directement la Dothraki Sea, mais bien Astapor. Le Bâtard suivi le regard du Dothraki vers les hommes à ses pieds tandis qu’il lui faisait un résumé très bref, mais précis qui lui convenait tout à fait. Celui-ci termina en pointant les demoiselles, pour signifier que le butin était les deux jeunes filles, puis les caisses autour et tandis que déjà le Dragonnier entamais de ligoté les futurs prisonniers de King’s Landing, l’une des jeune femmes se jeta littéralement sur lui, jouant de séduction de manière un peu trop explicite en vue de la situation. Ashton arqua un sourcil perplexe et lui jeta un coup d’œil oblique.

Aelgoro jugea bon de lui préciser de quoi cela en retournait alors que déjà Ashton la repoussait lentement, entamant de sortir encore un peu de corde, la dernière qu’il lui restait pour faire ensuite signe à la jeune femme de se retourner. Il n’avait pas trop envie de la brusquer pour lui mettre les liens, mais si elle était coupable, alors elle devait elle aussi répondre de ces actes, jolie minois ou non. Les deux autres jeunes femmes s'empressèrent de dévoiler qu'en fait celle-ci était l’appât des brigands. Elle se jetait sur la route en larme pour faire diversion tandis que les brigands arrivaient par derrière pour prendre tout ce qu’ils pouvaient. Ça le dégoûtait. Ce n’était pas comme s’ils tentaient de dérober une carriole de la Royauté remplis d’artefact. Non, ils volaient ceux qui déjà travaillaient fort pour survivre et détruisait leur vie au passage.

«Oh aller mon poussin, je t’en prie. Je n’ai pas la gueule à aller en taule! Ont pourrais s’arranger toi et moi et même ton copain.»

-Ah bah fallait y pensé avant. Tu en discuteras avec le juge. Tu auras peut-être un peu plus de chance d’ici là, moi, je fais mon boulot.

Ashton contourna le titan maintenant les deux hommes, puis faisant marcher la jeune femme devant eux afin de garder un œil sur elle. Il afficha un sourire en coin en avisant la réaction du Dothraki envers son Dragon.

-Il s’appelle Onyx. Il n’aime pas trop les gens, mais il est beaucoup plus tolérant qu’avant.

Fit-il en attardant son attention sur les brigands qu’il relia tous ensemble. Ils allaient marché pour revenir, hors de question qu’il les fassent pendre dans les airs, même si cette idée lui semblait agréable, même en tant que prisonniers, l’immense Dragon ébène risquait plus de les relâcher ou de causer leur perte rien que part une forme de sadisme mal placer envers les bipèdes qu’autre chose.

Cette fois dans la langue commune de Westeros, l’étranger lui demanda une question plutôt directe qui le surprit un peu. Il observa l’homme qui ramassait son épée et attarda ses prunelles disparates sur celle-ci et voyant bien son intérêt, le Dothraki lui expliqua l’origine de la trouvaille d’une telle arme, lui permettant même de la tenir sous les soupirs impatients des prisonniers, lesquels il jeta un regard noir. Non, mais ils allaient en prison, ils pouvaient bien se faire un peu patient. Ils auraient tous leur temps ensuite pour réfléchir. Enfin, si on ne les déclarait pas bon pour la potence.

Ashton observait l’éclat avec attention, devant s’y prendre à deux mains afin de la manipuler comme il se devait. Il avait l’impression d’être redevenu un gamin qui tenait de nouveau pour la première fois l’épée d’un adulte, une vrai, entre ses mains. Il gloussa lorsque son interlocuteur compara l’arme au poids d’une femme. Il n’avait pas du tout tort, mais la répartition du poids était fort différente. Il se voyait mal aussi, tenir une femme par les jambes et la frapper contre quelqu’un d’une seule main. Ce serait chose peu aisé et ce détail lui laissait au moins le luxe de comprendre la force naturelle tout comme l’habileté de l’homme avec cette arme. Le jeune Dragonnier fini par redonner l’arme à son propriétaire et afficha un sourire en coin, faisant un mouvement de la tête en guise d’invitation.

-Je comptais marcher pour aller porter ces malfrats à la caserne. Je t’offre un verre ensuite si tu veux! C’est en effet pas tous les jours que je peux croiser un Dothraki, je suis aussi curieux de s’avoir ce que tu fou sur Westeros.

Il ne prit pas la peine de faire signe à son Dragon que déjà celui-ci s’envolait pour rejoindre les hauteurs et se contenter de laisser uniquement son ombre planer par moment au-dessus d’eux, signe qu’il faisait de grands cercles.

-J’aime pas trop raconter ma vie près de bandits du genre Ni raconter sa vie tout court en fait, mais détail. Mais en gros, je suis en Westeros depuis environs mes cinq ou six ans. Je vivais en Essos lorsqu’on à découvert mon lien avec Onyx. Alors on m’a amené ici afin que je puisse «bénéficier» d’une éducation pour faire ensuite de moi un Dragonnier digne de ce nom. Je suis Patrouilleur.

«Tes un putain de bâtard et bâtard comme sang purs, vous devez tous crever.»

Ashton bouilla à l’intérieur. Il détestait qu’on le mette dans le même panier qu’Aegon V et les autres et il ne put s’empêcher de lui foutre un coup de pied derrière l’un de ses genou, afin de le faire plier et déséquilibrer l’homme qui entraîna presque les autres dans sa chute. Ouais. C’est ça. Alors s’il avait du sang Targaryen dans les veines, ce con devrait savoir que c’était une mauvaise idée, à la base de le provoque. Au moins, il jugea bon de se la fermer, non sans cracher sur le sol, colérique. Ils arrivèrent sur un petit sentier qui menait hors de la clairière et Ashton remarqua un cheval qui se tenait non loin, approchant à la vue de ce qui était visiblement son maître. Une bien belle bête. Une jument! Bien sûr qu’Ashton avait ça dans le sang, mais monté un Dragon, c’était une autre paire de manche et il n’échangerait ça pour rien au monde.

-Alors, qu’est-ce qui t’amenait en King’s Landing tu vas me dire? Il n’y à pas grand-chose d’intéressant ici, mise à part les Tavernes et certaines Auberges!

En tout cas, il avait un peu de mal à croire qu’il venait ici pour visiter et découvrir le monde, sa lui semblait si… Hors commun. Pourquoi diable un Dothraki avait traversé la Narrow Sea si ce n’était pas pour un but plus ultime? Ou bien peut-être avait-il été victime d’esclavagistes. C’était sans doute la chose la plus logique. Les réalités d’Essos étaient dure et il ne savait pas si cela c’était ou non amélioré avec le temps. De ce qu’il en entendait, ce n’étais pas fort mieux. Puis de toute manière, rien ne lui disait que l’apparition de cet homme en Westeros datait d’hier. Alors certes, il était curieux d’en apprendre plus sur lui et il avait déjà bien hâte d’être débarrassé de ces hommes pour pouvoir discuté et boire comme il se devait avec un de ses «frères».
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
♔ Lord de Ghost Hill
♔ Dragonnier Rebelle
♔ Bâtard Targaryen


Listen, smile, agree and then...
Do whatever you were gonna do anyway.
Change de ciel, tu changeras d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Avr - 11:51
Récupérant son arme, Aelgoro la plaça dans son dos sans plus de cérémonie en écoutant la réponse de son nouveau compagnon de fortune. Il hocha la tête en guise d'acceptation en laissant tomber un « Ça me va. » Il préférait de toute façon parler de ces choses dans un endroit où ces abrutis de brigands n'allaient pas continuer de polluer leur conversation par leurs soupirs ou leurs sarcasmes. Le dragon prit son envol dans un grand battement d'aile et le regard impressionné du dothraki se leva vers le ciel pour le suivre des yeux. Il imaginait déjà bien Kady piaffer en expirant bruyamment. Elle devait l'attendre avec impatience pour se tirer d'ici. Elle allait bien devoir faire avec, car ils n'allaient pas partir en sens inverse!

À nouveau, Ael hocha la tête. Il comprenait fort bien ce que Ashton voulait dire, ce n'était pas l'endroit pour parler de choses privées, et tous deux mourraient d'envie de parler de leur patrie, le fait qu'ils lient un lien à base de leur origine prouvait qu'ils y ressentaient un attachement. Le dragonnier lui dévoila tout de même un peu de son passé, révélant ainsi qu'il était arrivé ici très jeune, tout comme lui en fait. Mais les circonstances n'étaient pas précisé et l'homme se demanda si celui-ci avait aussi été victime d'esclavage... il garda sa question pour lui. Plus tard, il lui demanderait. De plus, la relation dragon-humain et la mention d'un lien l'intriguait. Il ne connaissait rien aux dragonniers et la curiosité s'installa bien mieux après cette déclaration. Il voulait en savoir plus !

Réalisant qu'il le dévisageait, il secoua la tête et porta lui aussi son regard sur l'impertinent qui mérita bien de s'étaler au sol. Bâtard étant le terme désignant un sang impur, il se demanda à quoi il pouvait bien faire référence, puis l'évidence lui éclata au visage. Cela expliquait pourtant certains traits lui semblaient plus nordiques chez le jeune homme -pour lui Westeros est relativement nordique! La remarque avait l'air d'avoir touché un point sensible tout de même. Pourquoi? Aucune idée. Ils prirent le chemin pour rejoindre la route et, sitôt en vue, Kady s'empressa de trotter jusqu'à lui avec un hennissement inquiet en louchant sur ceux qui l'accompagnait. Il entreprit de lui caresser le chanfrein pour l'inviter à se calmer tout en écoutant Ashton. Hum, mais s'il n'y avait que les Tavernes et les Auberges, que faisait-il à traînasser ici alors ? Il avait dit être Patrouilleur, peut-être était-ce pour cela. Il avait un rôle à jouer.

Pour sa part, la liberté avait encore un goût confus. Il avait si longtemps combattu et travailler pour le bon plaisir de ses acheteurs que cette nouvelle vie lui semblait superflue. Il se cherchait, cherchait sa place. Les demoiselles débouchèrent à leur tour en murmurant entre elles et Ael réalisa qu'il les avait oublier. Elles avaient dues suivre tout bonnement, ne désirant pas rester seule. Hum, le minimum serait sans doute de leur proposer sa monture. Kady était douce et serait appropriée pour elles, même si elles étaient des cavalières inexpérimentées. Sa taille pouvait impressionner, elle était tout de même costaude, mais il n'avait pas vraiment le choix, vu son poids ! Un petit cheval aurait tôt fait de se blesser le dos. De toute façon, à pied, avec la belle traînée de malfrats derrière eux, ce serait difficile d'aller bien vite alors la jument n'allait que suivre au pas.

Ainsi, le dotrhaki invita les jeunes femmes à monter sur sa jument et les aida à prendre place, car l'étrier était peut-être accessible, mais il était beaucoup plus grand alors atteindre le dos de la jument par la suite... Elles étaient si petites à côté de lui qu'elle réussirent à se caser toutes les deux dans sa selle. « Je vous la confie. » dit-il en tendant les guides à celle qui tendit la main. Il tapota l'encolure de la bête. « Elle s'appelle Kady et est très calme, n'ayez pas d'inquiétudes. » Malgré tout, il demeurait alertes. Si elles décidaient de se faire la malle avec sa jument... il saurait réagir à temps. En fait, elles semblaient toutes deux soulagées de pouvoir se reposer sur l'animal et suivre les deux hommes vers probablement la caserne. Il se demanda si cela faisait un moment qu'elles étaient sous l'emprise de ces hommes, mais se tut. Cela ne le regardait pas, il retourna plutôt près d'Ashton sans manquer de lancer un regard méfiant sur les hommes qui ronchonnaient.

Le dragonnier eut tôt fait de les convaincre de se taire et ils prirent tous deux la tête du petit convoie, les deux jeunes femmes tenant une distance respectable derrière la lignée de connards, non sans leur jeter des regards mi-satisfaits, mi-craintifs avec une dose de colère. Levant les yeux au ciel, il avisa l'ombre qui venait à nouveau de les survoler et jeta un regard derrière. La jument était alerte, prête à détaler, mais tenait l'allure. Décidant d'engager un sujet moins personnel, il demanda : « C'est comment, chevaucher un dragon ? » non pas qu'il désirait le faire, il n'appartenait pas plus au ciel qu'à la mer! La terre ferme lui convenait très bien.

Le trajet s'effectua doucement, Ashton lui parla dans les limites qu'il se permettait devant les hommes, de son dragon et ils changèrent finalement de sujet pour parler de Kings Landing et des « boulets » qui sévissaient. Comme ces enfoirés qu'ils traînaient là derrière. Heureusement, la menace du dragon qui planait toujours non loin était suffisante pour les dissuader de tenter des folies. La prison c'était pas si mal, comparé à affronter cette gigantesque montagne de griffes et de crocs. Le paysage changea bientôt drastiquement, plus défriché, annonçant qu'ils arrivaient en ville. La cité était plutôt impressionnante et Aelgoro se mua dans un silence mi-impressionné, mi-curieux. Puis soudain... « Pouah » fit-il en pinçant le nez. Quelle odeur ! C'était ça, la ville ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Vagabond
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Avr - 21:22


Tandis qu’ils marchaient, il vis Aelgoro prendre soin des deux jeunes femmes afin de leur offrir sa jument pour le reste du trajets. C’était humble de sa part. Le concernant, il n’aurait pas fait chose pareille, pas parce-qu’il ne le désirait pas, mais il ne pensait plus à ce genre de galanterie, pas avec un Dragon comme Onyx. Bien que celui-ci pouvait lui obéir si besoin était, il savait que le titan noir n’appréciait pas du tout le contact avec les autres bipèdes, alors il ne voulait pas lui imposer cela, tout simplement. Alors il ne pensait plus à ce genre de chose.

La route se passait plus ou moins bien et ils arriveraient à la caserne d’ici environs une demi-heure. Ils avaient une bonne cadence et ils ne suivaient surtout pas celles des prisonniers. Ashton avait toujours marché en grandes enjambé, comme si le temps lui pressait tous le temps. Il avait surtout hâte de profité de la soirée qui s’annonçait en la présence du Dothraki. Il avait envie d’entendre parler de Essos, de la Dothraki Sea peut-être. Sinon ce n’était pas bien grave, il était surtout curieux de savoir comment il avait atterrit ici et craignait tout de même le pire, mais que faire? Le passé restait le passé et ils ne pouvaient rien y changer, aucun des deux.

-C’est comme un gros cheval, qui peut voler, cracher des flammes, et broyer presque tout à l’aide de ses crocs ou de ses griffes. C’est chevauché une créature complexe, avec sa propre manière de pensé, ses propres envies et idées. Les chevaux aussi son ainsi j’en conviens, mais il est plus risqué de laissé un dragon sauvage en furie, qu’un étalon.

Il ne savait trop quoi ajouter de plus. Il fallait le vivre pour le comprendre et très peu étaient en mesure de le faire. Il ne faisait qu’un avec son Dragon et il ne s’imaginait pas crée un lien aussi puissant avec une autre créature. Fallait dire qu’ils étaient considéré comme des âmes sœurs, si l’ont peu dire ainsi, qui avait-il de plus puissant que ça? Il y avait quelque chose de dingue, à sentir les muscles que ces créatures mystiques se mouvoir sous lui, entendre son souffle, le vent que ses ailles balayaient avec une facilité déconcertante. C’était une liberté d’être sans mot. Liberté tout de même brimé par l’Académie, où il n’était pas accepté d’être meilleurs que son Chef, encore moins d’avoir des idées n’allant pas dans son sens. Il repensait souvent aux paroles du Ser Lannister. Et avec les derniers évènements en King’s Landing, il fallait avouer qu’il ne savait plus quoi pensé, mais à qui pouvait-il bien en faire part? Alistair? Il aimerait bien, mais il ne l’avait pas vue depuis un moment en vue de l’état de la Princesse, puis du resserrement sur sa garde, sans compter le reste. Khanrell peut-être… Peut-être. Il avait deux dragonneau à sa charge et bientôt, les créatures attiraient l’attention. Il devait trouver quelque chose.

L’exclamation dégoutée d’Aelgoro le sortie de ses pensées entremêler et gloussé. Il lui jeta uncoup d’œil et haussa les épaules, lui pointa une partie de la ville.

-Les immenses tours que tu vois là-bas, c’est Red Keep, le Château de la couronne. La caserne est un peu plus à sa droite, c’est par là qu’on va. Et t’en fais pas pour l’odeur, tu t’y fera.

Un rugissement se fit entendre au-dessus de leurs têtes tandis que l’ombre d’Onyx les passait. Ashton se tendit aussitôt comme un arc, avisant la Dragonne d’Aegon qui venait de quitté l’une des tourelles.

-Merde.

Il se pinça l’arête du nez et ferma un moment les yeux, cherchant à entrer en contact avec son Dragon, qui depuis un moment cherchait sérieusement des noises à Shadow qui depuis la tentative sur le Souverain n’était vraiment, mais vraiment pas des plus patiente envers ses congénères –si déjà elle ne l’avait jamais été, ne tolérant que la présence du Dragon de Leith à ses côtés et de très peu-. Les deux créatures donnaient l’impression qu’elles allaient se foncer directement dessus et d’où ils étaient, Ashton pouvait voir que plusieurs tête dans la ville observait le ciel. Ah et bien c’était parfait ça!... Puis, à la dernière seconde, les Dragons changèrent de direction, se frôlant visiblement de leurs pattes, en profitant pour s’offrir chacun un bon coup de griffes, puis volèrent un moment côtes à côtes, jusqu’à ce que Valryon apparaisse à son tour et pousse un rugissement. Encore heureux, Onyx n’était pas suffisamment con pour s’en prendre aux deux têtes fortes de cette espèce de harde désarticulée et choisi cependant l’une des tourelles du Red Keep, non sans évité quelques coups de pattes en baissant la tête, mais visiblement décidé à y rester. Une fois le trio calmé et chacun sur sa tourelle, Ashton senti ses épaules se détendre et il repoussa sa mèche rebelle derrière sa tête, passant une main dans ses cheveux.

«Vous savez ce qu’on dit…»

Mais à peine l’un des brigands avaient entamé sa phrase, qu’il la stoppa aussitôt lorsque le jeune Dothraki tourna la tête en sa direction, lui jetant un regard noir.

-Les gens ont besoin de se crée des rumeurs pour rendre leur vie intéressante?


Il rapporta son regard vers l’avant, un sourire un peu mesquin en coin. C’était surtout que sa le rendait de plus en plus irritable, parce-que de plus en plus sa condition particulière lui mettait des bâtons dans les roues. Sa rencontre avec Aaron Lannister y était aussi pour quelque chose. Si ce Ser avait pris la peine de le faire venir à Casterly Rock pour lui parler ainsi d’un renversement, c’était qu’il croyait lui aussi qu’Ashton avait une partie de sang bleu. Khanrell le croyait aussi. Au final, tout le monde le croyait. Tout ça, rien qu’a cause de son foutu œil et avec les temps qui couraient, ce n’était pas le moment pour lui d’attirer l’attention et depuis Onyx semblait tout faire le contraire. Il provoquait –comme il avait provoqué- les Dragons respectifs de ceux qu’il désirait voir tombé. Et au final, il ne faisait qu’agir selon les désirs secrets du Dragonniers. Puisqu’ils partageaient en partie les mêmes seulement… C’était très mal tombé.

Dans tous les cas, ils arrivèrent enfin dans la ville et quelque chose lui disait qu’Aelgoro ne serait pas des plus à l’aise. Cela lui avait pris du temps à s’y faire et il fallait avouer qu’il n’appréciait pas plus cela qu’il ne le fallait. C’était tellement bondé de monde, qu’il força les prisonniers à marcher cette fois devant lui, non sans quelques regards curieux en leur direction. En plus des brigands, c’était un peu le Dothraki qui attirait l’attention. Il dépassait la majorité de sa taille et sa carrure était plus impressionnante que la sienne –à côté, il avait presque l’air d’un gamin et pourtant il était parmi les plus costaud!-. Cela ne mis pas de temps à ce qu’ils croisent deux soldats, qui vinrent les aider pour l’escorte en vue des passages étroits dû à la densité de la foule, ce qui pouvait rendre difficile la surveillance de ceux-ci et il était bien entendu hors de questions qu’ils ne prennent la poudre d’escampette. Ashton leur résuma brièvement l’histoire, mais préféra éviter de s’attarder sur l’identité du Dothraki, ne sachant pas si celui-ci avait oui ou non quelques démêler déjà avec la justice. Prudent, il préféra simplement le désigné du menton, balançant que c’était un ami de longue date. Ne posant pas plus de questions, les soldats ne comptaient de toute manière pas insister devant un Patrouilleur Dragonnier, peu importe ce que les malfrats pouvaient bien murmurer. Quant aux demoiselles, ce n’était très certainement pas elles qui allaient trahir leur sauveur.

-Je ferais la paperasse plus tard.

Se contenta de conclure Ashton, tandis que les soldats roulaient les yeux en l’air de manière simultané. Il détestait la paperasse et ça, tout le monde le savait. Il était d’ailleurs du genre à toujours tout remettre plus tard que prévu, sauf lorsqu’il y avait procès, ce qui risquait d’arriver avec ceux-là. Bref, le Dragonnier ficha une claque amicale dans le dos du Dothraki, signe qu’ils allaient partir, puis l’invita à le suivre de cette manière. Il finit par enfouir les mains dans ses poches, marchant à travers la rue bondé de gens et de kiosques de toutes sortes la tête basse –habitude de masqué son œil violet-, mais le regard fixe droit devant, sa prunelle obscure ne ratant rien.

-J’imagine qu’une Auberge pourrait faire l’affaire? À moins que tu préfères dormir à la belle étoile, loin de tout ce brouhaha de la ville. Je comprendrais. N’empêche, je dois vraiment te montrer un endroit, l’alcool et la bouffe son excellent!
Il lui jeta un coup d’œil oblique, teinté d’un sourire. Alors, tu fais quoi en Westeros? Tu avais prévu d’arrêter en King’s Landing?

Oui, ça l’intriguait et il n’avait pas plus répondu à sa question plus tôt quoi que la présence des renégats ne laissait pas non plus place à la discussion, mais là, ils étaient seul enfin, personne ne les suivaient, ni les écoutait vraiment. Ils pourraient enfin parler en paix, quoi que le Dothraki aurait très bien pu faire l’affaire, mais ici, une langue étrangère attirerait plus l’attention que les deux costaud.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
♔ Lord de Ghost Hill
♔ Dragonnier Rebelle
♔ Bâtard Targaryen


Listen, smile, agree and then...
Do whatever you were gonna do anyway.
Change de ciel, tu changeras d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Avr - 13:03
Aelgoro fronça les sourcils alors qu'Ashton riait sous cape. Quel étrange mélange d'odeurs nauséabondes ! Il suivit du regard l'endroit que le jeune homme lui pointait. Quelle immense bâtiment de pierres! Il en avait vu beaucoup dans ses voyages, bon gré, mal gré, mais celui-là avait quelque chose de bien impressionnant. De toute évidence, c'était une forteresse qui avait pour but de protéger ses occupants. Il se contenta de répondre par un grognement quant au fait qu'il s'habituerait à l'odeur. Il en doutait sincèrement. Un rugissement fusa du ciel et ils levèrent la tête d'un même mouvement, ainsi que plusieurs gens qui circulaient autour. Le dragonnier marqua un arrêt et le dothraki observa son congénère qui semblait se concentrer sur quelque chose. Mais sur quoi? Levant les yeux vers le ciel, il avisa qu'il y avait un deuxième dragon et, fasciné, ne les quitta pas du regard alors qu'ils semblaient se provoquer. Un troisième dragon apparut sur une des tours et après un court moment, chacun se posa sur une tour. Il n'y connaissait rien en dragon, mais il était évident qu'il y avait de l'électricité dans l'air.

La voix d'un des prisonniers attira son attention et le silence imposé lui fit tourné le regard vers Ashton qui semblait contrarié. De quelle rumeur parlait-il ? La route reprit son cours et l'aîné jeta un regard perplexe vers le plus jeune qui semblait plongé dans ses pensées. Plus ils approchaient de la destination, plus la foule se faisait dense et il surprenait beaucoup de regards posés sur lui. Certains étaient inquiets, d'autres curieux... et certains plus lubriques. Il n'était pas particulièrement beau, même pas du tout, mais il dégageait assurément de la virilité et était visiblement très fort. La seule vue de l'épée qui siégeait dans son dos et faisait presque sa taille était assez impressionnante en soi. Il avait l'avantage d'être plus grand que plus ou moins tout le monde, et pouvait donc jeter un regard d'ensemble sur ces citadins qui avaient des us et coutumes si loin des siennes.

Ashton fit passer les prisonniers devant et il redoubla lui aussi d'attention, surveillant leurs gestes afin de s'assurer que personne ne tente de s'échapper. Ce serait facile de les perdre dans cette foule. Kady suivait doucement derrière, mais il voyait dans le regard de la jument que cette effervescence lui causait une certaine anxiété. Il ralentit donc le pas, bien qu'elles suivaient de proche, pour poser tendrement une main sur le chanfrein de l'animal et lui murmurer quelques mots à l'oreille. Sa proximité rassura l'équidé qui jetait tout de même quelques regards autour. Ils en avaient déjà visiter des villes, mais l'odeur de celle-ci avait de quoi perturber un animal aussi sensible. Rapidement, des soldats vinrent les rejoindre et s'entretenir avec le dragonnier qui s'occupa de faire le topo de la situation. Par contre, Ael se demanda pourquoi mentir à son sujet. Un ami de longue date? Sa présence n'intriguait pas plus les soldats qui ne posèrent pas davantage de question. Il se nota intérieurement de demander pourquoi il avait agit ainsi. Avait-il quelque chose à lui reprocher? Le soupçonnait-il de ne pas être plus propre que les brigands ? Assurément pas, il ne l'aurait pas suivi, à moins qu'ils veuillent le faire interroger?

Comprenant qu'ils allaient se séparer des prisonniers, le guerrier invita et aida les demoiselles à descendre de son imposante monture afin qu'elles suivent les soldats. Lorsqu'il eut fini de discuter avec les soldats, le jeune homme vint lui ficher une claque amicale dans le dos et lui fit signe. Sans un mot, Aelgoro s'exécuta. La posture de son comparse l'intriguait. Il se faisait discret, mais pourquoi? Les mains dans les poches, la tête basse... puis il prit la parole. Ael avait l'intention de visiter, malgré l'inconfort qu'il ressentait, alors il secoua la tête. L'auberge allait faire l'affaire. « Allons à cet endroit. » répondit-il simplement pour marquer son accord pour se diriger à l'auberge. Il y aurait assurément un endroit où laisser sa jument se reposer. Suite à quoi il haussa les épaules. « Je n'ai pas eu le choix... d'être en Westoros. » lâcha-t-il platement. Il leva les yeux vers le ciel, puis vers là où il savait la mer. « Je ne sais pas encore ce que je dois faire... ce que je peux faire. » se reprit-il, car il n'était plus tenu à suivre les ordres de qui que ce soit. « Alors j'explore ce continent qui m'est inconnu, malgré toutes ces années. » Il passa une main sur sa nuque. « J'avais huit lorsqu'on m'a enlevé à ma tribu. » laissa-t-il tomber sur un ton monocorde. Sa voix ne présentait pas de la douleur, mais plutôt de la nostalgie. Cette lointaine époque où il était naïf et aventurier.

Si son discours se faisait bref et concis, ses silences étaient équivoques. Il avait longtemps été esclave et ne savait trop quoi faire de sa vie. « Je ne saurais dire depuis combien de temps je voyage... librement. Quelques années... quatre ou cinq tout au plus. » Il haussa les épaules. Tout cela était déjà du passé. À vrai dire sa réalité actuelle le perturbait plus que l'esclavage. Il s'était habitué à la longue à obéir et à recevoir des coups. C'était sa réalité et il l'avait accepté. Maintenant qu'il était libre de ses choix, tout semblait revêtir un lourd menton de conséquences, et chacun de ses choix le menait sur un chemin de plus en plus imprévisible. Cela ne lui déplaisait pas tel quel, mais ne lui donnait pas l'impression de savoir ce qu'il faisait, contrairement à quand il se battait. Que ce soit pour obéir, ou pour une cause, pour défendre... se battre lui permettait de reconnecter avec ses origines et lui rappelait qui il était.

Ils arrivèrent devant le bâtiment où Ashton semblait vouloir l'amener et il se tourna aussitôt vers sa jument. Il lui fallait trouver une écurie. Il regarda le jeune homme. « J'ai de quoi payer pour une écurie. » Il plongea la main dans une de ses sacoches de selle et en sortir une bourse bien remplie, inconscient qu'il pouvait attirer les regards avec les pièces sonnantes et de la facilité des vols en ville.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Vagabond
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Avr - 23:54


Ouais et bien la réponse que lui offrit le Dothraki était absolument ce qu’il croyait. Ce n’était pas comme si les Dothraki couraient les rues ici et encore moins en tant qu’hommes libres. C’était malheureux, mais c’était ainsi. Il avait eu la chance d’échapper à la grippe de ses geôliers et c’était sans doute d’une façon ou d’une autre la même chose pour Aelgoro. Les silences entres ses mots, étaient tout aussi éloquent pour lui que s’il avait tout expliqué en détail. Il n’avait absolument pas besoin de le faire parce-que lui-même avait parfois du mal à sortir en mots son passé violent d’esclave.

Le jeune Dragonnier garda le silence, observant la foule d’un regard un peu vide le temps qu’ils arrivent finalement à la hauteur de l’Auberge tant attendue! Aussitôt, il afficha un sourire et jeta un coup d’œil perplexe au Dothraki qui fouillait les sacoches de sa jument sous tous ces regards, sortant une bourse bien pleine. Ashton laissa échapper un bref rire, jetant quelques coups d’œil menaçant autour et posa une main sur l’épaule de son nouvel ami, lui pointant l’endroit où il pourrait laisser sa jument en toute sécurité pour approcher un peu la tête de la sienne.

-Je sais que tu as une bonne carrure, mon vieux, mais essais d’éviter d’exposer tes bourses comme ça et si tu as quelconque truc de valeurs dans tes sacoches, je te suggère de ne pas les laissé là, elles se feront assurément fouillé aussi consciencieux que le palefrenier peut être, il n’a hélas pas les yeux partout. Ici comme ailleurs, les «pick pockets» font rage crois-moi, j’ai été victime d’une séduisante demoiselle, il y a quelques mois. Elle m’a tout pris et tout ce qu’il me restait, c’était sa petite culotte et une tonne de vaisselle à faire pour payer mes trucs.

Il éclata de rire et choisi d’avancer vers l’Auberge, montant les quelques escaliers en repensant à cette soirée de débile qu’il avait eu avec son pote Alistair. Cet endroit était vraiment génial. Il ouvrit la porte et déjà l’odeur d’alcool, de pipe et de bouffe planait en ces lieux et à peine venait-il de faire un pas, qu’on bras gracile s’enroula autour de son coup et qu’il agrippa les cuisses de la jeune femme sitôt celle-ci sauta sur lui, confiante. Après lui avoir presque lècher les amygdales, elle jeta un coup d’œil à l’armoire à glace derrière lui.

«Dis-donc, un nouveau copain à toi?»

Se raclant un peu la gorge, toujours un peu surpris par cet accueil de Catherine AKA la plantureuses selon Alistair qui était vraiment toujours trop enthousiaste en le voyant –sympa, mais de là a franchement lui faire peur parfois-, il laissa la jeune femme observé Aelgoro de la tête au pied un sourire en coin.

-Ouais, ont peu dire ça. Catherine, Aelgoro, Aelgoro, Catherine. Dit, tu peux être vraiment gentille et nous trouver une banquette?

«La même que d’habitude?»

-Si tu peu, on va attendre au bar en attendant.

Sur ses mots, la jeune femme offrit son plus charmant sourire aux deux hommes et pinça une fesse à Ashton en s’éclipsant, le faisant sursauter. Il passa une main dans sa nuque sans pouvoir s’empêcher de laissé couler son regard de sa silhouette en général, à son postérieur galbé qu’elle ondulait assurément par exprès! Revenant un peu à lui, il rapporta finalement son regard vers son compagnon de fortune, un sourire un peu en coin.

-C’est une gentille fille…

Comme s’il devait se justifié. Il fallait avouer que la première fois qu’il l’avait vue, il croyait que c’était une catin, mais il n’avait jamais eu à payer le moindre Dragon d’Or depuis… Qu’ils se connaissaient.

-Sinon, je sais bien de quoi tu parles. Je suis arrivé à Westeros peu après mes cinq ans. Je suis né à Astapor, ma mère était une Dothraki, enlever lors d’un raid et vendu à un des grand Maître…

Catherine passa en coup de vent, leur déposant un pichet ainsi que deux gobelets en leur faisant un clin d’œil, puis continua sa route, prenant une guenille afin de nettoyer visiblement leur future table.

-Si ce n’avait pas été d’Onyx qui serait entré dans ma vie… Les choses auraient été pas mal différentes pour moi, mais on m’a amené à Dragonstone pour avoir une formation de Dragonnier «digne de ce nom» et me voilà après plusieurs années Patrouilleur.

Il ramassa le pichet et en versa une partie du contenu dans les deux gobelets, cognant ensuite celui du Dothraki avant de le vider presque entièrement.

-Si tout à l’heure j’ai préféré éviter de parler de comment ont c’est rencontrer, c’est que les gens en grande majorité, que ce soit ici en Westeros ou Essos ont toujours une vue particulière sur les anciens esclaves –sans doute en sais-tu quelque chose...- Pour eux, le terme «ancien» n’existe pas. On en est toujours un et le respect viens avec. Je voulais simplement t’éviter des ennuis inutiles.

C’était peut-être une fausse impression et sincèrement il espérait ne pas se tromper, mais il sentait qu’il avait à faire à un bon bougre et peut-être en vue de leur point commun concernant plus que leur simple sang, visiblement, il y ressentait envers lui une certaine fraternité. Chose rare en ce bas monde.

-Puis concernant ce que tu dois ou peu faire, tu devrais peut-être plutôt te demandé ce que tu «veux» faire. Tes pas obligé d’avoir la réponse tout de suite, je cherche encore la mienne…

Avec tous les derniers évènements qui c’étaient enchaîné à une vitesse ahurissante, il devait avouer qu’il ne savait pas trop ce qu’il voulait faire de sa propre peau. Les paroles de ce fichu Ser Lannister n’avaient de cesse de lui tourner dans la tête et il se demandait si, en vue des dernières circonstances, ce n’étais pas une bonne idée… Sauf que peut-être risquait-il trop de ce brûlé, à force de jouer avec le feu. Malgré ses airs parfois trop nonchalant, il n’avait de cesse de songer aux vies que ses décisions pouvaient affecter et cela le tenaillais que trop souvent. Il avait deux dragonneau à sa charge, son secret avec Khanrell. Secret qui ne perdurerait pas éternellement, sitôt ses petits assez grand pour se faire remarquer dans le ciel. Il devrait bien trouver un moyen de les contrôler ne serait-ce qu’un peu. Les voir se faire abattre n’était pas non plus une option et connaissant le Souverain et le Lord, ils n’hésiteraient pas une seule seconde et cela n’avait rien à voir avec leur potentielle dangerosité. Ce serait assurément pour faire d’avantage souffrir la jeune Princesse du Nord, tout comme pour lui donner une bonne leçon…
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
♔ Lord de Ghost Hill
♔ Dragonnier Rebelle
♔ Bâtard Targaryen


Listen, smile, agree and then...
Do whatever you were gonna do anyway.
Change de ciel, tu changeras d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 1 Mai - 21:46
Le rire d'Ashton lui fit lever la tête et il posa un regard interrogateur sur lui. Lui pointant une écurie, le dragonnier prit la parole et Aelgoro se sentit tout à coup inconscient et se renfrogna. Il faisait vraiment touriste à ne pas savoir agir en ville et son nouvel ami s'en amusait visiblement. Tout ceci était tellement nouveau et la vie d'homme libre n'était vraiment pas ce à quoi il s'attendait. Parfois il se demandait s'il n'y avait pas plus de risque à être libre qu'à être esclave. Au fond, avant, il n'avait que sa vie à perdre. Maintenant, il avait tout à perdre. Ses petits travaux lui apportaient un revenu qu'il pouvait ensuite dépenser. Il sourit tout de même en comprenant que le jeune homme s'était fait avoir par une jolie fille.

Dès qu'ils franchirent les portes de l'auberge, l'odeur qui y flottait le pris à la gorge et il toussa. Ce n'était pas la première fois qu'il entrait dans un tel endroit, mais les établissements de la cité devaient accueillir beaucoup plus de gens que les petites auberges de passage qu'il avait fréquenté. Une femme sauta sur le jeune dothraki et Ael les observa, surpris par cette attitude. C'est qu'elle lui en roulait toute une ! Imperturbable, il se contenta de détourner pudiquement les yeux et de sonder l'endroit du regard. Il y avait tout de même beaucoup de gens. Son regard se voila par l'amusement alors qu'il le ramenait sur un Ashton qui semblait plutôt mal à l'aise. Soutenant le regard de la jeune femme, il ne broncha pas.

Après les présentations, le « géant » inclina la tête en guise de salutations. Elle lui lança un regard curieux avant de s'attaquer au derrière de son compagnon et de se glisser plus loin. Un sourire amusé étira les lèvres du dothraki alors qu'un signe de malaise se lisait dans les gestes du plus jeune. Une gentille fille, assurément. Elle n'avait pas l'air méchante. Pas avec lui, du moins. Changeant brusquement de sujet, Ashton lui révéla quelques instants de son passé. Ils partageaient tous les deux non seulement leur ascendance, mais une partie de leur vécut. C'était un peu comme un petit frère.

Posant un pichet deux gobelets devant eux, Catherine passa rapidement en roulant des hanches avant de partir plus loin. Ashton semblait être un habitué des lieux. Venait-il pour l'endroit, ou pour la serveuse? Poursuivant son histoire, le dragonnier lui parla brièvement de son passage vers la formation de dragonnier. Était-ce si simple? On rencontre un dragon et on se retrouve à en chevaucher un ? C'était plutôt utopique de simplifié cela à ce point. Il retint les questions qui lui brûlait les lèvres, ne voulant pas l'interrompre. Soupirant, il acquiesça à la suite de ses paroles. En effet, si ce n'était des bonnes gens qu'il avait rencontré, s'il avait le malheur d'exhibé sa marque d'esclave, on le traitait différemment. En fait, son apparence en général créait une sorte de réaction chez les autres. Il était rare de voir un dothraki libre se balader tout bonnement sur Westeros.

Aelgoro hocha la tête en guise remerciement pour sa discrétion. Il comprenait. Puis il grimaça. Ce qu'il voulait faire? Il ne le savait pas lui même. Penchant la tête sur le côté, il considéra le jeune homme. « Dragonnier, ce n'est pas ce que tu souhaites ? » articula-t-il lentement. « D'ailleurs, comment cela se fait, une rencontre comme tu as eu avec Onyx ? » pas qu'il désirait vivre la même chose, la terre ferme lui convenait très bien. Mais il était curieux. Très curieux. Ok. En fait, il avait envie de tout savoir, ses yeux brillaient de curiosité malgré son visage toujours aussi peu expressif. Mais comme il était un homme de peu de mots, ce serait mal le connaître que d'espérer qu'il déballe tout ce qui lui trottait dans la tête. En fait, vu l'éloquence de son compagnon, Ashton ne semblait pas non plus être celui qui partirait dans de grands discours. Ils étaient donc partants pour une conversation pleine de silence et de compréhension entre mâle dothraki ayant été asservis.

À l'exception près qu'Ael s'en était tiré très tard, et avait donc de nombreuses cicatrices autant physique que mentale. Dans son caractère, principalement. Non pas que cela valait plus de douleurs qu'un autre, il n'était pas du genre à penser ainsi. Sa principale séquelle était justement cette incapacité à comprendre la vie d'homme libre et à avoir du mal à s'y orienter. Il explorait, beaucoup. C'était en fait à se demander s'il allait finir par se poser.

Force lui était de constater qu'il semblait avoir quelque chose d'unique entre un dragonnier et son dragon, selon la façon dont lui parlait Ashton d'Onyx et de sa relation avec la bête. Bientôt, la jolie Catherine vint les interrompre avec ses regards gourmands pour le jeune homme afin de les guider vers une banquette. À vrai dire, Aelgoro était habitué de susciter plus de curiosité et d'intérêt que d'attirance. Il était marqué par la vie et relativement âgé pour une jeune pouliche comme la serveuse. Il n'était pas particulièrement beau ou attirant. Après qu'elle les eut quitté pour aller auprès de certaines personnes qui l'interpellaient, tout en promettant de revenir bientôt, le dothraki sourit en secouant la tête. « Elle t'apprécie beaucoup. » fit-il simplement, alors que ses mots voulaient dire que le dragonnier avait carrément la cote auprès d'elle.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Vagabond
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 3 Mai - 23:28


«À qui sème l’injustice, récolte la douleur!»


Et bien… Il ne s’attendait pas trop à cette question, il devait l’avouer sinon il aurait sans doute tenu sa langue. Ce n’était pas que la question d’Aelgoro le dérangeait enfin… Ce n’était pas l’interlocuteur en tant que tel. C’était tout le reste. Il se contenta tout de même de gloussé, puis poussa un bref soupir, jetant quelques coup d’œil autour tandis que celui-ci lui demandait quelques précisions concernant sa rencontre avec Onyx.

-Mouais… Elle a surtout un faible pour l’armée de King’s Landing. C’est sûr que je gagne des points, avec la gueule que j’ai.

Il gloussa. Évidemment qu’il plaisantait. Enfin, concernant sa gueule, parce-qu’Alistair aussi lui avait passé sur le corps, surement comme une tonne d’autres mec même si son meilleur pote lui disait qu’elle était différente avec lui. Catherine était vraiment une gentille fille et une fille charmante et amusante, mais… Mais voilà. Ils s’amusaient ensemble et puis c’était tout. Si des mecs seraient prêt à l’épousé si elle voulait bien dire oui, ce n’était pas le cas du jeune Dragonnier, qui ne savait même pas ce qu’il désirait, ce qu’il recherchait. Il était bien trop enfoncer dans ses propres ennuis pour penser à un quelconque futur tranquilos avec une femme qui le rendrait heureux. Bref, il repris un peu son sérieux, haussant les épaules, prenant son verre dans sa main afin d’y prendre quelques gorgées.

-J’aurais dû être un Immaculé. Il jeta un coup d’œil oblique au Dothraki. Après tout, s’il avait vécue en Essos, tout le monde savait ce qu’était un Immaculé, surtout les esclaves, parce-que les costauds parfois étaient acheté pour ça. Le Bon Maître que j’avais, ou plus précisément celui de ma mère avait choisi de me vendre pour se débarrassé de moi lorsque je serais en âge d’être une nouvelle recrue.

Il avait du mal à croire qu’il balançait ça à quelqu’un, si déjà Alistair connaissait ce détail de sa vie depuis peu alors qu’ils ce côtoyaient depuis des années. Peut-être que sa lui avait permis d’extériorisé tout ça. Il trouvait ça bête. Il était évident qu’une esclave n’avait pas de droit sur sa propre personne, alors elle avait bien entendu encore moins son mot à dire sur l’avenir de son enfant qui sans le moindre doute encore devait être issu d’un viol.

-Bref… Elle à donner sa vie pour que je puisse fuir et au moment où je croyais que je n’avais plus aucune issue… Il y à cette grosse bête à écaille qui est descendu du ciel, barrant la route de mes geôliers, me protégeant de son corps… Et il m’a marqué. Il observa un moment la réaction du Dothraki, prenant une gorgée de son alcool. Putain… Si déjà j’étais terroriser au fait d’être émasculé et vendu pour servir de chair à canon, j’ai été terrifié de voir pour la première fois de ma vie un Dragon d’aussi prêt. J’ai cru qu’il voulait me manger. Il secoua un bref moment la tête, un sourire aux lèvres. Onyx était lui-même en fuite. Des Dragonnier l’avaient capturé, mais il avait réussis à briser ses chaînes, ce connard parce-que tu vois… Onyx à un sale caractère, comme moi quoi… Et au lieu de simplement s’en aller au loin, il a choisi de voler directement vers moi. Je crois qu’on avait beaucoup en commun à l’époque –et sans doute encore aujourd’hui-. Je n’ai jamais accepté mes chaînes, pas plus que lui. Alors il a choisi de nous libéré tous les deux.

Bon évidemment. Il avait changé ses chaînes de fer pour des chaînes presque doré, mais sommes toutes, c’était bien, bien mieux que de finir comme on l’avait prédit, en tout cas. Alors en revenait à ce qu’il souhaitait vraiment, lui. Il se demandait s’il ne devenait pas comme ces Targaryens, à tous simplement vouloir plus, à croire qu’il méritait plus. Où était la ligne d’arrêt? À quel moment pouvait-il savoir s’il exagérait?

-Alors tu vois, servir le Souverain et son bras droit, tandis qu’ils s’amusaient à terrifié ses sœurs… Ce n’est pas vraiment ce que j’avais en tête. J’aime être Dragonnier. J’aime vivre et apprendre auprès des Dragons, partager mon savoir avec ceux qui veulent vraiment venir en aide à ces créatures, mais quand je les vois ne servir que d’outils et de preuve de puissance pour un tyran…

Certes, il ne pouvait pas nier le fait qu’Aegon, autant que Leith appréciaient bien eux-mêmes leurs Dragons, c’était obligé. Ils étaient des Dragonniers eux aussi, avaient réellement un lien serrer, tout comme Ashton en avait un avec Onyx, mais leurs intentions étaient si malsaines, qu’elles affectaient l’Académie toute entière, les Crownlands, Westeros tout entier si ce n’était peut-être même encore jusqu’à Essos. Oui... Si les Dragons pouvaient servir à contrer une invasion, eux, ils s’en servaient pour crée un climat de peur, conquérir par le feu et le sang. Faire le mal.

-Ont me torturerait sur la Place Publique pour de tels propos.

Fit-il avec un sourire en coin. Terminant d’une traite son verre, qu’il déposa vivement sur la comptoir de bois. Entre temps, il croisa le regard de Catherine au loin qui lui faisait signe de venir prendre place sur la place qu’elle leur avait préparé. Ashton flanqua une tape amicale sur l’épaule d’Aelgoro qui était dos à elle, se contentant de la pointé du menton, tout en prenant son verre et le pichet, s’assurant que le Dothraki n’oublie pas le siens et se dirigea à travers la foule un peu plus dense dans laquelle le duo masculin n’avait aucun mal à faire sa place, n’ayant pas vraiment besoin de jouer de coudes pour se rendre, sans doute en vue de leur carrure plutôt imposante –puis de la gueule sérieuse d’Aelgoro juste derrière lui qui le dépassait de quoi, une demi tête? Une tête?-.

-C’est vraiment gentil de ta part Catherine, c’est la première visite de mon pote ici dit, il est pas trop tard pour la spécialité du midi?

«Ashton! Tu le fait exprès, avoue? Je vais demander au cuisinier, ont peu bien faire une exception et ce n’est pas pour toi cette fois! C’est pour ton bel ami. Il faut bien lui faire goûter la meilleure côte levé de tout King’s Landing!»

Fit la jeune serveuse, posant sa main gracile sur l’épaule solide du Dothraki, plongeant ses prunelles azurée dans celles de l’homme musclé.

«Un homme comme vous, doit avoir de quoi bien le nourrir. Ce serait un sacrilège de vous laisser mourir de faim…»

Entre temps, le jeune Dragonnier se contentait de sourire en hochant négativement la tête, amusé tandis qu’il remplissait les deux verres à l’aide du pichet d’alcool presque terminé. Puis, sursauta lorsqu’il la vis tourner les talons.

-Heyyyyyyy!! Et moi alors?!

Évidemment, il faisait référence à la bouffe. Parce-qu'il adorait manger. En guise de réponse, la serveuse lui balança son torchon qu’il attrapa à quelques centimètres de son visage, tandis qu’elle se retournait non sans un regard malicieux à son égard.

-Ahhh aucune considération pour les «sauveurs» de King’s Landing…

Et évidemment qu’il était sarcastique et si Aelgoro n’avait pas de talent pour noter ce genre de ton, il pouvait au moins deviner à la gueule du Dragonnier, qu’il n’était pas sérieux tandis qu’il se contentait de rire en se frottant le ventre.

-Ça va être bon, tu vas voir! Ils ont un grill sur bois, comme si c’était directement sur les braises d’un feu de camps! Et leur sauce… Putain cette sauce!

Puis, il prit un morceau de pain du panier en plein milieu de leur table et croqua dans l’un d’eux, en arrachant un bon morceau. Il avança son torse et laissa son coude s’appuyer sur la table, tandis qu’il mâchait sa trop grosse bouchée.

-Alors, après King’s Landing, tu comptes faire quoi? Aller où? J’aimerais bien un de ces jours retourné à Essos, visiter pour de vrai la Dothraki Sea. J’avais déjà des plan, pour là-bas, quoi que maintenant, ça à un peu changer. Je ne sais plus trop et puis pour être franc… Je préfère voler au-dessus de la terre ferme. Alors je ne sais pas trop si ça me dérange ou non.

Il se demandait si Aelgoro avait envie parfois de retourner là-bas, ou s’il avait rayé littéralement cette idée de ces projets. Il avait parlé de visiter Westeros c’était bien vrai, mais… Mais après? Il avait sans doute bien plus de raison que lui de vouloir retourner là-bas, puisqu’il avait vraiment eu le luxe de vivre là où Ashton aurait dû grandir. Alors, peut-être était-il curieux de savoir son avis sur la chose. Ses impressions? Il était son aîné. Et il avait l’impression qu’il pouvait faire confiance en son jugement sur plusieurs choses, même s’il n’avait pas l’habitude de la liberté, visiblement, qu’il avait des lacunes ailleurs, cela ne lui importait pas et cela lui ferait même plaisir de lui donner un coup de pouce, s’il en avait besoin.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
♔ Lord de Ghost Hill
♔ Dragonnier Rebelle
♔ Bâtard Targaryen


Listen, smile, agree and then...
Do whatever you were gonna do anyway.
Change de ciel, tu changeras d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juin - 16:40
Aelgoro sourit. En effet, Ashton pouvait être parmi ceux qu’on considérait « belle gueule », contrairement à lui qui était un grand costaud couverts de marques et dont la chevelure longue et tressée rappelait les sauvages dont il était issu. Il n’avait pas honte de son physique. Il avait perdu tout orgueil il y avait de cela très longtemps. Sa fierté se résumait au combat et à sa monture. Du reste… c’était le dernier de ses soucis. Toujours est-il qu’il n’avait pas l’impression que la jolie Catherine n’en avait qu’après son physique, mais il se retint de le mentionner. De toute évidence, elle avait de l’actif à en revendre alors il préférait ne pas s’engager sur un terrain qui ne le concernait, somme toute, absolument pas.

Un Immaculé, voilà un destin plus que funeste. Un esclave demeurait un esclave, mais Ael avait toujours eu une certaine liberté dans ses « contrats ». Il était un peu l’homme à tout faire, le costaud de service. Les Immaculés se voyaient anéantir toute volonté, toute particularité. Ils devenaient de pâles copies les uns des autres. À peine humains. Le dothraki hocha la tête d’un air entendu. Il comprenait ce que voulait dire Ashton. Il en avait vu de toutes les sortes dans sa longue vie d’esclave. Des enfants nés dans ces conditions n’avaient que très peu de manœuvres ou même aucune. Les parents n’ont pas toujours le loisir de dire un mot. Les maîtres n’étaient pas tous de sales sadiques, mais beaucoup l’étaient; ne fallait-il pas l’être pour désirer un esclave?

L’histoire d’Ashton était tout de même un tant soit peu romantique, dans le sens où sa mère s’était sacrifiée pour lui et qu’un miracle envoyé par le Grand Étalon était tombé du ciel. Il n’y avait qu’un dothraki pour recevoir une monture qui le sortirait de l’enfer. Ashton était peut-être quelqu’un de spécial pour bénéficier de ce traitement de faveur. Mais pour autant, Ael n’en tirait aucune jalousie. Il n’était pas amer de son passé, à quelque part, il avait vu cela comme une punition d’avoir été un jeune insolent qui avait entraîné de nombreux innocents dans son sillage. Il ignorait où étaient les autres, mais les chances qu’ils eussent tous survécus étaient nulles.

Un mince sourire étira les lèvres du géant. Il pouvait comprendre la réaction qu’avait eue le jeune face au dragon. Lui-même s’en serait presque uriner dessus si ça n’avait été de la situation. L’écouter parler de son dragon comme il lui parlerait d’un ami était agréable. Le lien d’affection entre les deux êtres n’était pas négligeable, cela se voyait, se sentait. C’était une belle histoire, en quelque sorte. Deux êtres complètement différents qui se rejoignaient sur un destin nébuleux… pour changer leur vie et embellir leur avenir. Toujours est-il qu’il poursuivait, lui racontant que le destin qu’il avait choisi n’étant pas ce qu’il aurait aimé. Ael grimaça. S’il y avait quelque chose avec quoi il avait du mal, c’était l’injustice, le sadisme. Le plaisir de blesser. Ces choses lui retournaient l’estomac et soulevait en loin le vent de la justice. Il comprenait Ashton de ne pas avoir accepté cela.

Ainsi, la situation du dragonnier semblait tendue. Son silence en disait beaucoup. Ael haussa les épaules. Ils savaient tous deux que jamais il n’irait divulguer ce qu’il lui avait révélé. D’un certain côté, il se doutait que la torture n’était pas quelque chose qui devait l’effrayer. Quand on a vécu comme un esclave, la torture, c’était de la petite bière. Il vida lui aussi son verre d’un trait et le posa plus doucement que son comparse sur la table. Suite à quoi, il avisa le signe qu’il lui faisait et tourna la tête pour voir la jolie demoiselle les inviter plus loin. Prenant son verre à son tour, il suivit le jeune homme, portant son air neutre habituel. Mais au fond, il avait beaucoup de sympathie pour lui. Ils partageaient des racines communes, et un passé, du moins lointain, commun.

Habitué aux regards qui le suivaient, le géant ne broncha pas. Il se démarquait aisément de la foule, et son épée n’était pas sans attirée l’attention des plus aguerris. Cela était une sorte de trophée qui affichait la grande puissance du dothraki. La spécialité du midi? Il observa tour à tour le duo devant lui. Il ne comprenait pas trop de quoi il était question, mais la mention du met lui réveilla un souvenir de ces récents voyages. Il avait une petite idée du met en question, mais sans plus. Le fait de se faire qualifier de bel ami était plutôt amusant, car il se doutait de n’être attrayant par sa carrure et sa virilité. Du moins, il ne releva pas. Cela n’était pas pertinent, après tout.

Il était en fait d’autant plus amusant de constater qu’elle devait lever la main bien haut pour atteindre son épaule. Elle semblait si frêle et fragile à ses côtés ! Il lui semblait qu’il aurait aisance à la briser d’une seule main, loin de lui cette idée, mais souvent il prenait ainsi conscience du don qu’il possédait. Cette immense force, qui pouvait tant lui servir pour faire le bien autour de lui, tout autant que le mal. Et puis, il avait effectivement bon appétit de façon général. Il sourit, amusé, et hocha la tête. Sans plus de réponse. La petite comédie qui se joua ensuite ne fit qu’étirer son sourire. Ils avaient une belle relation, somme toute. C’était amusant de pouvoir plaisanter de la sorte avec quelqu’un et quand même se comprendre. Pour sa part, son humour était limité au peu de mot qu’il utilisait et il avait tendance à prendre les choses au pied de la lettre alors bon… cela faisait partie de son charme, non?

Au moins il avait à son avantage son bon sens de l’observation, ce qui lui fit bien comprendre que les propos des deux jeunes gens n’étaient pas à prendre au sérieux. Il prit place à la table et écouta les propos du dragonnier. Il sentait la faim commencer à se faire sentir et la salive afflué à sa bouche. Tout cela avait l’air bien appétissant. Les questions qui suivirent le rendirent pensif. Que comptait-il faire? Sans doute poursuivre sa route vers le sud et continuer d’explorer Westeros, jusqu’à ce qu’il se pose à quelque part et qu’il trouve sa voie. Retourner à Essos serait un véritable plaisir, mais l’idée de chevaucher à nouveau la mer salée avec les navires… un frisson le parcourut. De toute façon, outre la nostalgie, rien ne pouvait réellement lui être favorable là-bas.

Se callant contre le dossier de sa chaise, il croisa les mains sur sa poitrine et observa son interlocuteur un moment avant de prendre la parole. « J’étais très jeune quand j’ai quitté Essos… cela fait… 25 ans ? Peut-être plus, peut-être moins, mais pas bien loin. Je n’en ai plus que l’ascendance. Il n’y a plus rien là-bas pour moi, jamais je n’y serai accueilli comme l’un des leur. Et puis, traverser la mer à nouveau… » Le frisson revint lui redresser les poils de la nuque. Son silence était équivoque, en plus du petit mouvement de la tête qu’il fit, révélant l’émotion qui l’avait parcouru. Il secoua doucement la tête. « Je préfère me concentrer sur ce que j’ai aujourd’hui et qui m’est accessible. Westeros est immense et plein de possibilité. Depuis que j’ai quitté le joug de mon ma… de mon persécuteur, j’ai découvert que beaucoup de gens sont très réceptifs à l’idée de recevoir de l’aide, sans distinction de mes origines. » Il haussa les épaules. « Un jour mon cœur me dira que l’endroit est le bon, et dès lors je mettrai fin à mon voyage. D’ici là… » Il sourit en parcourant la salle. D’ici là il allait continuer de parcourir le monde, partout où les sabots de sa jument pourrait l’amener.

« D’ici là je poursuivrai ma route. » acheva-t-il simplement. Il eut un rire rauque. « Tu sais Ashton, des projets, des objectifs, c’est bien beau, mais quand on ne sait pas ce que veut son cœur, il vaut mieux s’arrêter et l’écouter. » Il plongea son regard sombre dans les yeux vairons de son nouvel ami. « Quand le mien me dira que je suis au bon endroit, je l’écouterai. » Puis il lui fit un clin d’œil et ajouta : « Les dothrakis ne sont pas connus pour leur sédentarité. » Après tout, il venait d’un peuple nomade, et sa vie d’esclave l’avait mené à parcourir le monde, sous couverture, toujours masqué, au cas où on découvrirait ce qui se trafiquait, mais toujours est-il qu’il n’était jamais resté à un seul endroit bien longtemps.

La vue de Catherine qui s'avançait avec des plats bien odorants lui enlever ce qui aurait pu lui rester de mot à la bouche pour les remplacer par de la salive. Voilà qu'il avait l'impression de mourir de faim ! Il allait manger comme un roi ! La vue et l'odeur du met qui se posa devant lui était absolument irréel. Son ébahissement devait être très apparent, car cela cause l'hilarité autour de lui. Il ne s'en formalisa pas. Il n'était pas allé dans beaucoup de capitales en tant qu'homme libre, mais aucune n'était comme ici. Tout était fait en grand ! Et l'assiette qu'il avait devant lui était vraiment digne des Lords ! Et pourtant autant, il ne se fit pas prier pour y goûter, attrapant sans manière la pièce de viande d'une main et mordant dedans à pleine dent. Au fond, ce n'était pas si mal d'avoir vécu l'enfer, si c'était pour aboutir à cela... Jamais il n'avait été autant stimulé au niveau des papilles - il n'avait pas encore essayer le citron, mais c'était une sorte de stimulation !
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Vagabond
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragons of Westeros : A Game of Thrones - Forum de RP :: Westeros :: Crownlands :: King's Landing-