Revenir en haut Aller en bas


Forum de RP basé sur l'univers de l'oeuvre de George R.R. Martin A song of ice and fire et de sa série télévisée Game of Thrones.
 

[Animation] Tournoi 3 : Combat au corps à corps

 :: Westeros :: Crownlands :: King's Landing Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 8 Nov - 9:26

Tournoi 3


Combat au corps à corpsInscriptions toujours ouvertes


Chronologie et mise en situation Le tournoi de Tir à l'Arc avait duré près de deux heures, puis ce fut le tour du combat contre un ours qui dura un peu plus d’une heure. Quelques minutes après que le gagnant de celui-ci fut déclaré, les trompettes sonnèrent à nouveau afin d'annoncer le début du prochain tournoi dans les minutes à suivre. Cela invitait donc les convives à se déplacer vers le terrain d'entraînement, qui fut vidé pour l'occasion, ne laissant qu'une vaste étendue de sable où s'affronteraient les participants.

Huit participants parmi les sept couronnes attendaient leur tour. Les combats au corps à corps se dérouleraient en équipe de deux à chaque tour, de sorte qu'au départ, quatre combats auraient lieu en même temps, pour nommer quatre gagnants. Les perdants seraient automatiquement éliminés.

Par la suite, les quatre vainqueurs combattraient à nouveau en deux paires de deux, jusqu'à ce qu'il ne reste que deux finalistes. Le gagnant de ce combat ultime deviendrait le champion du Tournoi.

Entre chaque combat, considérez environ 10 à 20 minutes de pause pour votre personnage, pendant que les juges évaluent les techniques et déterminent s'il y a eu triche. Ainsi, vous pouvez en profiter pour faire des posts «social», avec le public ou les autres participants pour faire durer le RP plus longtemps Wink !

Tours de jeu Chaque combat doit s'étirer sur au moins deux à trois posts par joueur. Entre chaque combat, l'administration interviendra en choisissant le vainqueur selon la qualité du RP. Vous pourrez être rejoints à tout moment par des nouveaux inscrits, considérez alors qu'ils étaient là depuis le début avec vous.

Nul besoin d'attendre le post d'Aegon V Targaryen, considérez le tournoi déjà commencé! Bon jeu!
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Maître du Jeu


Quand on joue au jeu des trônes... soit on RP, soit on meurs!

Prière au Dieu du RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Nov - 2:14
Contrairement à sa dernière visite en Red Keep, Helzebeth appréhendait beaucoup moins le moment, même si rien de tout cela n’avait paru devant les convives du Roi, soit la grande majorité composée de Lord et Lady de diverses Maisons. Aujourd’hui, les choses étaient fort différentes puisqu’elle accompagnait son frère. Le savoir prêt d’elle lui donnait une aisance supplémentaire qu’elle n’avait pas eue lors du Bal, même si elle ajoutait à une nervosité supplémentaire. Contrairement à elle, il était beaucoup plus prompt et direct et elle craignait qu’il ne morde à un appât empoisonné qu’on pourrait lui tendre. Ainsi donc, son but premier en ses festivités était de garder un œil sur celui-ci. Ironie?

Quoi qu’il en soit, les Blackfyre arrivèrent au bord d’une Carriole quelques temps avant l’entrée du Roi et il était évident que son frère regrettait de ne pas être en retard, mais il trouva bien là l’occasion d’éviter de devoir s’abaisser pour lui, en prétextant vouloir règles quelques détails, la laissant planté là tout bonnement. Encore heureux, sont sourire radieux et ses quelques façons ne laissa rien paraître de son inconfort momentané et de sa légère irritation. Elle fit donc la révérence comme tous le monde, puis alla offrir ses vœux d'anniversaire à la Princesse fêter, tout comme échangeant de brefs mots avec le Souverain.

Bien qu’elle fût accompagnée de deux gardes qui rôdaient derrière elle, elle craignait par-dessus tout de se retrouver de nouvelle seule avec Leith. Elle avait donc évité cette fâcheuse situation de son possible, jusqu’à ce qu’elle entende la rumeur que le Chef de l’Académie allait se mesuré à d’autres concourant lors des Combats au Corps à Corps. Ce n’étais pas le genre de pratique barbare qu’elle appréciait, mais encore heureux ceux-ci ne devaient pas se battre jusqu’à ce que mort s’en suive, non?... Si elle souhaitait de voir la main du Roi tombé, il était assuré qu’elle devait se garder de partager cette envie, mais la curiosité la força malgré tout à se déplacer avec les autres vers le site des combats, se trouvant une place de choix tandis que le Lord Blackfyre était venu la retrouver, si ce n’étais pas dire qu’il l’avait presque traîné jusqu’ici par la suite.

Il y avait certes divers Tournois et celui des manieurs de feu lui donnait forcément envie… Les convives n’y verraient-ils pas que… Du feu? La danse et le feu, n’y avait-il rien de plus beau que c’est deux choses en harmonie? Évidemment, comme s’il avait lu dans son esprit, son frère lui avait fait comprendre d’un geste négatif de la tête qu’il valait mieux ne pas y pensé. Il avait raison, de toute façon. Elle n’insisterait pas. Si l’envie de s’amuser sur ce point était présente, la logique en voulait bien autrement. Elle pourrait bien s’exercer et s’amuser de nouveau lorsqu’elle serait seule dans les Antlers, ou en secret, dans ses appartements. Après tout, si son don était de plus en plus mieux contrôler par la jeune Blackfyre, c’était assurément grâce à sa pratique, mais aussi parce-qu’elle ne se brimait jamais longuement. Autrement, elle risquait de s’embraser, ou d’enflammer des choses involontairement. Les lieux étaient parfaitement aménagé pour la chose et rien, visiblement, n'avait été laissé au hasard. Helzebeth discutaillait avec son frère, une coupe à la main en attendant le début des... Hostilités?

Lorsque le Tournois commença enfin, ses prunelles lunaires ne purent s’empêcher de se poser sur le Lord de Dragonstone bien malgré elle tandis qu’elle sentait un regard sur sa personne. Il l'avait repérer parmi la foule? Devait-elle se sentir flattée, ou inquiète? Serait-il une surprise de dire que celui-ci laissa un sourire trôner sur ses lèvres en croisant ses iris? Helzebeth se contenta de détourner ses prunelles, peu désireuse que son frère ne se doute de quelque chose. Maintenant, elle regrettait de ne pas avoir eu la chance ou le courage de lui parler de cette rencontre avec Leith. Seulement, bien qu’elle ait été fort désireuse de lui en parler et bien qu’elle lui avait été ses yeux et ses oreilles au Bal comme prévue, elle ne voulait simplement pas qu’il sache, au final, comment il avait osé la regarder et la traité comme il l’avait fait. Il aurait été regrettable qu’il laisse de côté ses desseins plus importants que celle de faire avaler les yeux et les mains du Lord Dragonnier. Elle craignait, en fait, que ce Tournois n’était là que pour observer certaines tactiques. Quoi de mieux? Elle n’avait que peu de connaissance en combat, mais pour le peu qu’elle en savait et se débrouillait, elle se surprenait elle-même à ce demandé qu’elle genre de technique soit utilisée. Étais-ce ça, le plaisir de voir des volontaires se taper sur la gueule? Encore heureux, au moins, si cela pouvait divertir suffisamment le Roi afin de lui faire oublier ce manque viscéral de sang?

Elle fut perdue quelques temps dans ses pensées, revenant à elle-même alors qu'elle fixait le combat devant elle sans réellement regarder. Il y avait de tous les rangs, mais sommes toutes, pour la jeune Lady Blackfyre, ils étaient tous là dans le même but, cette attirance pour la violence…
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lady de Black Castle
♔ Sorcière errante


«Le feu qui semble éteint dort souvent sous la cendre.»
«Be who you were created to be and you will set the world on Fire.»
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Déc - 7:49
Il y a un temps pour s'amuser, et un temps pour agir. Et au moment où je me déplaçais dans la foule sans ma troupe de soldats, j'agissais en tant que Stratège. Cela faisait une heure que je cherchais ce jeune fils de Lord, il faut dire que les têtes blondes se ressemblent toutes par ici! Tout les candidats connaissaient les règles de l'épreuve maintenant, le Roi ayant pris la peine d'envoyer des jouvenceaux nous prévenir. Des duels classiques en fait, rien de bien méchant. Mais après avoir demandé qui serait les autres candidats, j'ai eu la surprise d'apprendre qu'il y avait un mome parmi nous! C'était scandaleux et particulièrement mesquin de la part de Leith, qui était sans aucun doute l'auteur de ces joutes, qu'importe s'il le nie, il a toujours aimé les tournois. Cependant, je ne voyais pas là qu'une mauvaise blague, qui dit tournoi dit alliance... quelque soit le résultat du combat... Je ne savais rien de ce jeune homme évidement, et lui ne devait pas se douter de mes plans pour lui, ni même que j'allais probablement le sauver -ou du moins, lui éviter d'être trop amoché- de la bestialité du Lord Velaryon. Il allait se faire démolir et pour rien hormis le plaisir de Leith de m'énerver. J'ai toujours eu horreur des massacres futiles, presque autant que la lâcheté.

Leith avait des armes aiguisées et tranchantes cependant.

Logique lors de joutes, oui, mais face à un débutant, c'était comme prendre une hache pour couper son jambon! Aussi utile qu'exagéré, et juste pour se faire bien voir. Ouais, ça allait morfler sur le terrain! Ah, moi et ma grande gueule... Nous voilà servis! Je préférais les ours finalement... Alors que je remontais vers le terrain d'entrainement, je remarquais les boucles d'or de mon jouvenceau. Aura-t-il Leith en adversaire dés le premier round? Probablement, pour s'échauffer et me faire bouillir de rage jusqu'à notre combat: pour peu que j'arrivais à le rejoindre en final. D'un bon pas, je le rejoignais, remarquant au passage qu'il était en train de nettoyer son armure. Comme ce n'était pas un chevalier, et encore moins un soldat, il n'avait pas une armure en acier lourde, un bon point dans l'affaire s'il savait se mouvoir avec un plastron en cuir et une cote de mailles. Rien ne servait de s’alourdir, une épée n'était pas faite pour traverser les protections mais bien pour mordre la chair! Enfin, si elle nous atteignait...

En entendant le sable crisser sous mes pas, le jeune homme releva la tête dans ma direction. Les poils à son menton étaient encore frivoles et naissants, il devait à peine avoir 17 ans. J'étais sidéré! C'était pas un damoiseau mais un bébé! Il devait avoir remarqué ma mine dépitée car il abandonna son fardeau pour s'approcher, démontrant un corps bien bâti malgré sa jeunesse et sa taille. Il ne sera pas facile à mettre à terre mais face au Lord de Dragonstone, il restait un piètre combattant, il allait se faire briser en deux si je ne faisais rien pour lui rendre les choses faciles...

- Que puis-je pour vous, Prince?

Il n'était pas bien compliqué de reconnaitre le blason des Martell sur ma veste ni ma tenue typique du Sud, je prenais toutefois note de cette marque de politesse. Ah, que j'aime entendre les gens m'appeler ainsi...

- Bonjour, Messire. Accepteriez-vous de m'accompagner dans ma promenade et de converser au sujet du tournoi? Je crains que le sang coule aujourd'hui et que votre nom soit parmi les autres de blessés, voir pire.
- Avec des combattants comme le Lord de Dragonstone, ce n'est guère étonnant, Milord. Mais oui, parlons-en.


Au moins, il savait que ce ne serait pas de tout repos. Et à en croire son expression anxieuse, il ne connaissait que les duels amicaux. Des tas de questions devaient se bousculer dans son esprit juvénile... Voulant profiter du soleil, nous marchâmes jusqu'au port. Un endroit tranquille à cette heure en plus d'être le refuge officieux d'une grosse dragonne flottante sur l'eau. Je l'observais du coin de l'oeil, protecteur, mais mon attention était entièrement focalisée sur le jeune Lewis, appartenant à une petite Maison des Crowlands, trop petite pour avoir une réputation décente. Hormis pour leur argent, la Famille Rykker était connue pour son coté radin, mais pour le reste... Une occasion de nouer des liens avec une Maison pour peu si je parvenais à lui être utile, et lui sauver la vie. Il m'avoua sans craindre le ridicule qu'il n'était pas aussi doué que ses frères à l'art du fer, cependant, il était un fin observateur à force de suivre les enseignements d'un Maester pointilleux. Une bonne chose, pas assez en revanche, mais avec ça sous la main, il m'était possible d'organiser deux ou trois tactiques! Pour ma part, je lui disais que j'avais suivi le meilleur enseignement qui soit pour vaincre, avant de me jeter à l'eau:

- Leith ne nous fera pas de cadeau, vous savez? Je crains pour votre vie, Messire.
- Il y a peu de chances que je le croise, heureusement! Mais je vous remercie pour votre attention.
- Je vous en prie! Tenez, permettez-moi de vous donner des conseils. J'ai combattu maintes-fois sa soeur, je connais donc un peu son style de combat.
- Il est si fort qu'on le dit?
- J'aurais aimé que ce soit des rumeurs mais non, il est très doué, et expérimenté, mais ce n'est guère étonnant. En fait, je dirais qu'il est égal à Lady Annabeth!, dis-je en passant distraitement ma main sur la fine cicatrice sur mon arcade sourcilière.
- Ah je vois... Que me conseillez-vous alors?
- De ne surtout pas le provoquer. C'est ce qu'il attend de ses adversaires! Du challenge,
c'est tout ce qu'il veut, alors si vous remarquez un quelconque changement dans ses coups, demandez l'abandon. Ca ne sert à rien de mourir en joute, vraiment. Mieux vaut penser à votre famille.

- Hmm je vois... J'y réfléchirais. Comme vous avez été sympathique avec moi, je préfère vous prévenir que des rumeurs circulent dans votre dos. Vos provocations, la famille royale, Dragonstone... Oui, vraiment beaucoup de rumeurs, vous devriez faire attention avec vos fréquentations!


Je haussais un sourcil à ses propos, ne comprenant guère sa remarque avant que des souvenirs plutot lointain me firent tilter. AHAH, sérieusement? Ah mon bon Leith, féroce mais pas très futé, même un jeunot a deviné mon plus grand crime, c'est dire! En vérité, je n'étais pas fier d'être démasqué, cependant il n'avait pas de preuves... Depuis quand Leith en avait besoin? Choqué, je levais les mains en reculant.

- Moi avec une Targaryen? Il ne manquerait plus que ça! Je préfère allez voir du coté des Stark!

Ahah, oui, quelle idée n'est ce pas? Hilare, Lewis cessa de divaguer sur mes conquêtes, pour mon plus grand bonheur. Personne ne devait savoir pour moi et Annabeth, pas même le supposer... Pendant une demie-heure, nous discutâmes stratégie et nous finîmes par avoir un accord. Naïla allait être fière de moi, je venais de me rapprocher d'une Maison fort plaisante. Content de moi, je le laissai vaquer à ses activités, retournant sur le terrain de tir à l'arc. Grâce à ma taille, je pouvais voir au-dessus de tout le monde sans efforts, il me fut donc aisé d'observer Daeyna tirer ses dernières flèches. J'étais fasciné, je dois bien l'avouer, rares sont les femmes à combiner féminité et chasse et pourtant, elle le faisait avec un naturel saisissant. Il n'y a pas à dire, son titre de Perle du Dragon n'était pas un mensonge.

Mais toute bonne chose a une fin quand une autre commence! Bien vite, la foule se dirigea vers le terrain d'entrainement, je les suivis sans me presser, rejoignant mes hommes au stand d'armes qu'on m'avait gentiment prêté pour entreposer mes affaires. Avec patience, nous inspectâmes une dernière fois les lances et les lames pour être certains qu'on ne les avait pas trafiqué puis nous observâmes les autres concurrents un par un, évaluant mes chances de gagner, ce qui, peu à peu, me fit douter sur cette fameuse victoire.

Le doute, un vil ennemi que je combattais depuis l'enfance. Vais je réussir? N'est ce pas trop haut? Pourquoi lui et pas un autre? Non, j'allais réussir, car c'était mon devoir de le faire. Je suis un Prince, que diable! Leith ne sait rien des combats dorniens, ni que je sais combattre des deux mains. A moi de jouer avec la surprise comme il faut.

Après la pause, je vis Lewis pénétrer le périmètre du combat avec ... Leith. Se rendant compte de l'identité de son adversaire, il fit volte face et me jeta un regard entendu. Il allait sûrement suivre mes conseils, tant mieux. Pour ma part, je n'étais pas encore prêt. En réalité, je cherchais quelqu'un dans l'estrade. Me voyait-elle? Que pensait-elle? Mon coeur battait la chamade et le terrible stress commençait à s'emparer de mon corps avant d'être écrasé par l'excitation plus tard. Alors je la vis, là, assise près du Roi, son masque étincelant un soleil. Ce fut largement suffisant pour que je tourne les talons et regarde mes gardes.

- Bien! Qui a sifflé Shaiira pour qu'elle aille faire trempette tantôt?

Le concerné blêmit en remarquant que je parlais de lui. En deux enjambées, je le rejoignis et posai mes mains sur ses épaules, un regard amusé et un large sourire aux lèvres.

- J'ai pour tradition de me faire préparer par le héros du jour, n'ayant pas d'écuyer ou d'apprenti dragonnier sous la main. Ce soir, on fêtera ma victoire et ton acte de bravoure! Mais avant ça, choisis moi une arme, celle qui te semble la mieux adaptée à ce marin d'eau douce.

Infinement soulagé et rouge comme une tomate, le jeunot déguerpit en vitesse en direction des étals tandis que je retirais ma veste en tissu pour une en cuir sous les éclats de rire de mes hommes, habitués à mes pitreries. Les préparations ne durèrent même pas cinq minutes et j'étais à présent armé d'une lance au bout souple. Elle avait été façonnée pour claquer sur la peau et désarçonner l'adversaire, elle n'était pas faite pour tuer. Bien sûr, elle avait une lame à un bout, mais ce n'était pas prévu pour toucher des points vitaux, uniquement tuer la personne par fatigue. Une arme cruelle et humiliante, ce mome était encore plus diabolique que moi! Confiant, j'adressais une petite salutation de la tête à Lewis puis me mis en garde.

Le combat pouvait commencer.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Déc - 14:20
Enfin ils allaient s’amuser un peu! Les festivités, toujours aussi mortellement ennuyantes, n’arrivaient pas à motiver le Chef de l’Académie… sauf peut-être le motiver à se frapper la tête contre un mur de pierres. Rien ne l’emmerdait autant que de «faire le beau» auprès de son Roi pour combler les civilités d’usage et plaire au peuple dont il se fichait complètement. S’il n’avait pas eu Valryon pour aller faire quelques arabesques dans le ciel (et accessoirement divertir les gens) il serait assurément devenu fou. Enfin, plus fou qu’il ne l’était déjà… Quand même pas autant que son cher Aegon par contre, qui peut prétendre lui arriver à la cheville franchement ?

Au moins maintenant il allait pouvoir laisser libre cours à son envie de bouger, à sa sauvagerie naturelle, et cesser de bien paraître devant tous pour être bel et bien l’homme qu’il avait toujours été, sanglant, brutal… Son souhait le plus cher était de pouvoir en tuer un ou deux, et mettre cela sur le blâme du combat. Après tout, c’était le risque dans un tournoi, non? Ouais, ça défoulerait bien, une tête roulant par terre, encore plus si c’était celle de ce prince du sud qui lui donnait des hémorroïdes juste à le regarder. Pourquoi était-il encore un membre de l’Académie, celui-là ? À croire qu’il avait été élevé parmi les sauvages, vu le nombre considérable de bévues qu’il ne cessait de commettre!

Sa soif de destruction diminua tout de même d’un iota à la vue de la belle lady Blackfyre (malheureusement flanquée de son exécrable frère cette fois-ci, il ne pourrait pas la torturer psychologiquement à sa guise), dont il croisa le regard avec un délice non dissimulable. Ainsi donc elle le regardait, lui, parmi les autres? Il lui avait manqué tant que ça!? Que c’était touchant ! Helzebeth détourna bien sûr rapidement le regard, mais Leith s’obstina à la fixer pendant encore de longues secondes, s’assurant qu’elle sentirait le poids de ses iris lui bruler la peau. Le premier round était sur le point de commencer, pour l’instant la plupart des hommes étaient en train de s’échauffer, échangeaient quelques coups juste pour tester le terrain, mais pas le Chef de l’Académie. Il ne voulait jamais montrer à qui que ce soit ce qu’il pouvait faire tant qu’il n’était pas en réelle situation de combat. Il s’avança donc vers le duo d’Antlers, inclina la tête vers l’aîné avant de vriller à nouveau son regard sur la cadette.

-Milady Helzebeth, quelle surprise! Il y a si longtemps depuis notre dernière rencontre que je peinais à croire que nous nous reverrions un jour. Je suis ravi de vous revoir à King’s Landing, en particulier en si bonne compagnie… Milord, un réel plaisir. Mais le combat m’appelle, malheureusement je n’ai pas le temps pour les civilités… vous m’offrirez quand même le luxe de votre faveur, milady? lui demanda-t-il sur un ton qui ne laissait pas entendre qu’il accepterait un refus.

Une coutume plus souvent utilisée aux joutes, mais pourquoi pas l’adapter aux circonstances actuelles? Leith dégaina Destruction, sa lourde épée à deux mains, en tendant la poigne vers Helzebeth pour qu’elle puisse y attacher un ruban, comme s’il s’agissait de sa lance. Avec un sourire aussi poli que vulgaire, le Chef de l’Académie attendit qu’elle s’exécute, sous le regard pesant de son frère qui l’obligeait à obéir. On ne déçois pas la Main du Roi, quand même…

-Elle s’appelle Destruction, mais si je gagne aujourd’hui, ce qui n’est que formalité bien sûr, je vous laisserai l’honneur de lui donner un nom à votre image, puisque ce sera grâce à votre faveur, sans aucuns doutes… promis Lord Velaryon en se détournant enfin pour rejoindre les autres combattants et son premier adversaire. À tout à l’heure, j’imagine…

Petit gringalet à peine pubert… ça allait être un jeu d’enfant. En fait, pendant les premières minutes après l’annonce du début des hostilités combats, Leith fit semblant de lui rendre ses coups à son niveau, comme s’il avait la moindre chance, juste pour évaluer à quel point il était ridicule. Ce morpion allait regretter de s’être inscrit dans un tournoi de cette envergure. En fait, ça faisait presque regretter au dragonnier de s’y être pointé lui-même, on était loin du niveau qu’il espérait! Avec un peu de chance, on allait lui garder Kalil pour la fin, et le dernier combat serait à la hauteur des attentes du public… en attendant, Lord Velaryon se donnait plus en spectacle qu’autre chose, ne combattant pas réellement tant c’était trop facile…
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Main du Roi
♔ Lord de Dragonstone
♔ Chef de l'Académie des Dragonniers
Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Déc - 17:29



«Quelque chose ne va pas?»

Fit la voix de son frère qui venait visiblement de terminer la conversation qu’il avait avec un Lord, tandis qu’il lui avait semblé entrevoir des Dragon d’Ors s’échanger. Sans doute avait-il tout simplement parié. Et même si elle ne voulait pas se l’avouer, elle espérait qu’il est parié pour Leith. Non pas parce-qu’elle le portait particulièrement dans son cœur, mais parce-que c’était la chose la plus intelligente à faire, s’il était désireux de gagné. Quoi que le Prince de Dorne ne semblait pas non plus donner sa place, mais elle ne le connaissait pas outre mesure, mise à part ce qu’on racontait de lui et Helzebeth n’était pas de ceux qui se fiait entièrement aux rumeurs, surtout lorsqu’elles étaient peu flatteuse, mais il en avait très peu, si ce n’était que ses agissements et ce n’était sans doute pas elle qui allait le juger sur la chose... Les Blackfyre en étaient fort souvent victimes eux-mêmes. Sebastian riva son regard dans le sien, cherchant visiblement, comme d’habitude à lire en elle. Et comment pouvait-elle lui répondre? Ici et maintenant? Avec tant d’oreilles indiscrètes? Lui parler de Leith n’était assurément pas chose judicieuse pour l’heure. Elle se contenta donc d’afficher un petit sourire et de déposer sa coupe sur une table haute juste à côté.

-Je crois que le voyage et le vin ne me font pas pour l’heure. Je devrais seulement manger quelque chose. Ne t’en fait pas.

Ce n’était pas faux, de toute façon. Aussitôt dit, Sebastian claqua des doigts, attirant l’attention d’un domestique qui s’approcha tout sourire. Celui-ci agrippa littéralement son plateau, lui arrachant presque des mains et lui demanda de l’eau, puisque celui-ci n’en contenait pas. L’homme inclina poliment la tête et s’éloigna tandis que le Lord lui tendait le plateau de victuailles, faisant légèrement sourire la jeune femme. Son frère prenait toujours soin d’elle du mieux qu’il le pouvait et son empressement pour lui offrir ce qu’elle désirait l’amusait tout de même un peu. Si elle était comme certaines Noble, elle en abuserait assurément, mais jamais elle ne l’avait réellement fait. Elle prit donc un petit canapé, tentant de son mieux d’ignorer cette impression au creux de sa nuque. Elle aurait pu sans la moindre difficulté parié que le Lord de Dragonstone la fixait encore et c’était bien pire… Il approchait.

Lorsque sa voix ce fit entendre tout prêt, Helzebeth ne put s’empêcher de sentir son corps se raidir tandis qu’il s’adressait à elle, après avoir salué son frère. Trop de familiarité. Elle serra les dents alors qu’il faisait référence à leur rencontre lors du Bal et il ne fut pas difficile de sentir le regard interrogateur du Lord Blackfyre à son égard. Elle préféra l’ignorer, gardant ses prunelles lunaires sur le Dragonnier afin de lui offrir un sourire poli, un peu forcé et sans doute un peu mal dissimulé sous le malaise de la situation que cela engendrait pour elle. Leith poussa la chose en lui demandant alors –ou lui ordonnant subtilement- de lui offrir ses faveurs pour le combat. Un peu surprise, la jeune Blackfyre hésita un moment, fixant l’arme qu’il sortait de son fourreau tandis qu’il lui tendait le pommeau.

Évidemment, elle jeta un coup d’œil oblique vers Sebastian qui la regardait d’un air sévère, inclinant légèrement la tête afin de lui donner la permission –si ce n’étais aussi de lui ordonner- qu’elle devait bel et bien le faire. Il était vrai que le contraire n’aurait pas été la meilleure option, mais… Retenant un soupir, elle croisa de nouveau les prunelles violettes de la Main du Roi et tenta bien entendu d’ignorer son sourire où se trouvait une lueur lubrique que son frère avait sans aucun doute remarqué lui aussi. Pour se venger un tantinet de sa fâcheuse situation, malgré qu’elle comprenne les agissements du Lord Blackfyre, Helzebeth porta une main vers sa chevelure doré où se trouvait un ruban noir qui retenait gracieusement le tout, puis tira sur la boucles, forçant le flots doré à couler sur ses épaules et dans son dos, puis fit quelques pas vers le Dragonnier affichant un sourire en coin, un peu provocateur puisque le seul autre ruban apparent sur sa personne en vue de sa robe était celui qui semblait la retenir, attacher à son cou et elle avait bien entendu fait un peu exprès, dans son mouvement, pour y attarder quelques peu sa main. Ce n’était là surtout que pure provocation envers son frère qui avait semblé tiquer quelques secondes, prêt à faire voler le plateau qu’il tenait toujours pour elle et s’empresser de la recouvrir. Elle devait bien trouver moyen de s’amuser et de se venger de la seule façon qu’elle fut en mesure de le faire.

Terminant d’accrocher le ruban autour du pommeau de la lame de Velaryon, elle inclina poliment la tête tandis qu’il lui mentionnait le nom de son arme. Destruction? Pourquoi cela ne l’étonnait guère… Elle fut cependant intérieurement amusé lorsque celui-ci lui mentionna que s’il était vainqueur de ce tournoi, qu’elle pourrait renommer l’arme. Tiens tiens… Était-il sûr de ce qu’il offrait? Douceur, c’était jolie. Poètique même. «Je te trancherait la gorge avec Douceur»... Enfin. Elle songeait sincèrement à un nom qui saurait faire regretter cette idée au Lord, mais peut-être que finalement au fond d'elle cela lui faisait malgré tout un petit velours inavoué. Celui-ci s’excusa puis tourna les talons et si elle en fut satisfaite, cela fut bien entendu de courte durée, puisqu’il venait de sous-entendre qu’il comptais les –ou la- revoir après le dit combat.

«N’aurais-tu pas oublié de me mentionner quelque chose, ma sœur?»

Fit aussitôt une voix derrière elle. Poussant un bref soupir, Helzebeth se retourna vers son frère qui, tenant toujours le plateau affichait un air légèrement mécontent. La jeune femme s’avança donc de lui et lui offrit un petit sourire, prenant un autre petit canapé entre ses doigts graciles.

-Tu devrais déposer ce plateau, on pourrait te méprendre avec un domestique.

Fit-elle d’un ton moqueur, puis, repris rapidement son sérieux, tandis que Sebastian s’exécutait, réalisant la chose. Sommes toutes, personne ne pourrait le méprendre, mais l’idée fut amusante. Surtout la rapidité avec laquelle il c’était débarrassé. Elle posa bien malgré elle son regard sur le Dragonnier qui faisait visiblement duré inutilement le combat avec son premier adversaire, lui laissant cruellement l’impression qu’il avait l’ombre d’une chance.

-Il n’y avait rien de pertinent à te mentionner sur le Lord de Dragonstone, si ce n’était que ce que tout le monde sais déjà le concernant… Elle laissa sa phrase en suspend en entendant le soupir irrité de son frère. Voilà ce qu'elle craignait qui semblait vouloir se concrétiser. Cela ne servait à rien selon moi de t’en faire part, notamment parce-que tu étais bien occuper avec les affaires que papa ta laissé.

«Ce n’est pas à toi de décider ce qui est pour moi pertinent ou non.»

Fit-il d’un ton sec.

-Tu as raison. J’ai fait une erreur. Saura-tu me pardonner?

Évidemment, selon elle, cela n’en était pas une. Elle n’avait pas envie des tensions entre Velaryon et son frère, encore moins d’en être l’origine. Elle avait aussi parfois du mal à suivre les méandres des pensées de l’aîné, qu’il ne fallait pas oublier visait toujours la Couronne. Autant elle savait que son frère la protégerait coûte que coûte –ce qui pouvait devenir problématique pour le future des Blackfyre qui reposait surtout sur ses épaules à lui-, autant qu’elle craignait parfois qu’il ne pense un peu trop comme leur paternel. Il vacillait souvent entre les deux.

«Pour cette fois oui, mais ne me fait plus de cachoteries. Tu me dis tout, sans exception. Est-ce clair maintenant?»

Mentionna-t-il, agrippant son fin menton entre son pouce et son index afin de la forcer à relever le regard sur lui au lieu de se contenté de l’éviter. Son regard, bien que sévère, ne lui faisait pas peur. Elle savait qu’il n’était désireux que de la protéger… Pas vrai? Elle hocha positivement la tête. La foule s’exclama, forçant le duo à jeter un bref regard vers les protagonistes qui combattaient et donc au passage à Sebastian de la relâcher car déjà cette proximité avait attiré quelques murmures –mais il s’en fichait-. Helzebeth nota que la raison de ces exclamation n’était nul autre que Leith qui semblait s’être lasser, faisant finalement tombé son adversaire ridicule. Il jeta d’ailleurs un coup d’œil en sa direction. La jeune Blackfyre se contenta cette fois de lui offrir un sourire –bien qu’un peu forcé-. Visiblement, elle n’en avait pas trop le choix.

«Il semble bien t’apprécier, cela pourrait nous être bénéfique et tu le sais…»

Fit-il derrière elle, d’un ton de reproche tandis qu’il posait une main sur son épaule, possessif malgré tout. Visiblement, il lui mettrait ce silence sous le nez durant un moment, mais à ses paroles, la Princesse Blackfyre jeta un regard incrédule vers son frère, qui se contenta de glousser et de se pencher légèrement au-dessus de son épaule, afin de murmurer à son oreille.

«La Couronne très chère…»

Étais-ce supposé la rassurée? À quoi pensait-il? Le plus difficile, c’était que se n’était même pas la peine de le lui demandé, pas ici. Comme s’il lisait –encore- en elle, il continua.

«Fais-moi donc confiance. Pour l’heure soit plaisante et retire cet air de ton visage.»

Sur ses mots, il lui offrit un baiser sur la joue et se sépara d’elle afin de récolter la petite somme qu’il venait de gagné contre un autre Lord. Quand à elle, elle se contenta de prendre place sur une chaise qu'un Noble lui désigna galamment et fit mine de s’intéresser à ce qu'il lui racontait sous le regard protecteur de son frère.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Lady de Black Castle
♔ Sorcière errante


«Le feu qui semble éteint dort souvent sous la cendre.»
«Be who you were created to be and you will set the world on Fire.»
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Jan - 13:42

Tournoi 3


Combat au Corps à CorpsOyé Oyé! Si vous désirez une extension sur ce tournoi, vous devrez posté d'ici le Mardi 16 Janvier 21h (Quebec). Ceci ne compte uniquement que pour les participant du dit combat! Si un seul participant répond d'ici le 16 Janvier, la victoire lui reviens et ainsi de suite. Vous aurez un délais d'une semaine entre chaque post des participants. Pas une journée de plus.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Maître du Jeu


Quand on joue au jeu des trônes... soit on RP, soit on meurs!

Prière au Dieu du RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Jan - 21:55
La foule hurlait, gesticulait, lançait paris et insultes, au point que l'autorité royale était inexistante, laxiste pour une fois. Il y avait même des enfants qui participaient aux encouragements. Qui étaient avec moi? Qui parlaient dans mon dos? Qui voulaient me voir tomber? Toutes ces questions, je les balayais en même temps que le bruit aux alentours. A mes oreilles, seul un silence calme et apaisant battait son plein, laissant les battements de mon coeur rythmer mes mouvements. J'observais mon adversaire avec attention. Il était moins grand que moi mais massif, et il se battait avec une épée à deux mains. Au vu de la position de ses mains sur la garde et ses jambes musclées enveloppées de métal positionnées, il savait se battre. Ce n'était donc pas un combat de force brute mais de vitesse, les armes à deux mains ayant cette incroyable efficacité de balayer tout sur leur passage. Bien que je me sentais confiant, je préférais rester sur mes gardes. Une estafilade sur le torse ou sur la cuisse et c'en était fini de moi, la brûlure serait difficilement supportable, le sable aggraverait la sensation et les muscles refuseraient d'obéir, tétanisés par la blessure. Mais lui aussi devait faire attention! Bien qu'il portait une armure lourde, celle-ci le restreindrait dans ses mouvements avec la fatigue, et cela ne le rendait pas vulnérable pour autant, ma lame pouvait aisément s'insérer sous ses aisselles et à diverses autres endroits, bref, il risquait d'avoir mal. Et son casque... Non, c'était une mauvaise idée de sa part et il venait probablement de s'en rendre compte.

Tels des fauves, nous nous tournions autour, hésitant à faire le premier pas, et surtout le premier faux pas... Du coin de l'oeil, j'observais le combat de Lewis qui semblait bien s'en sortir pour le moment, du moins, tant que Leith ne se mettait pas à jouer le grand jeu...

Finalement, ce fut mon adversaire qui s'élança à ma rencontre, lame parallèle au sol, prêt à me balayer au premier coup. Agile, je l'esquivais sans problème en reculant, le laissant enchaîner ses attaques jusqu'à m'acculer contre la limite de l'arène, parant du plat de ma hampe celles que je pouvais. Je ne le cachais pas, j'étais loin de mettre tout mon talent et mon énergie dans le combat, mais je ne faisais pas cela pour ridiculiser mon camarade, je voulais donner du spectacle, un combat majestueux et grandiose où deux mastodontes se défient avec élégance et génie! Et c'était exactement ce que je leur donnais, un vrai combat! Coincé comme j'étais, le chevalier avait toutes ses chances pour me frapper à l'horizontale, je fis donc une roulade sur le coté pour éviter une mort peu ragoutante. A terre, je récupérais un peu de sable et de terre sèche que j'entrepris d'insérer dans le col de son armure en évitant une nouvelle attaque d'une pirouette. Avec ça, il aurait plus de mal à m'attaquer, surtout si la matière s'insinuait à travers ses vêtements...

Le premier échange venait de s'achever et aucun n'était à terre, c'était à moi maintenant d'attaquer. Je ne lui laissai pas le temps de raffermir sa prise sur son épée, mon premier coup atteignit son épaule qui, comme je le craignais, n'eut aucun dégat à cause de son armure. Il riposta avec une botte que j'évitais avec une nouvelle pirouette, me retrouvant dans son dos. Voyant là ma chance de frapper fort, je fis claquer mon baton de combat contre son heaume deux fois, laissant retentir un son grave semblable à celui d'une cloche. Cela pouvait sembler anodin et comique mais pour l'autre combattant, c'était assez violent pour le désarçonner et le faire chanceler pour finalement mettre un genou à terre. D'un mouvement vif de la main, je lui arrachais le casque et l'envoyais à quelques mètres de là avant de lui botter les fesses comme il se devait, provoquant quelques rires que je ne remarquais même pas.

- Allons mon brave, ce n'est pas une petite claque qui va vous faire abandonner j'espère!

Un large sourire étira mes lèvres, les yeux brillant d'amusement tandis que la sueur recouvrait lentement mes épaules. Je n'étais pas un homme fait pour parler mais bien pour rendre les coups, je ne le niais pas, et cette compétition m'excitait au plus haut point à la simple pensée qu'on me laissait enfin communiquer avec mes poings et non ma langue traîtresse.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Jan - 17:17
[ On va devancer par rapport à ce qui était écrit parce qu’on ne sera sûrement pas rejoints par les autres et que j’aimerais en finir avec cet évent! Je fais donc un saut de temps ]
[ Oh en passant, sorry pour le délai, y s'trouve que j'ai une vie de c'temps-ci, mais bon je suis pas la seule à pas respecter mes délais Wink ]

Oh la petite cachotière… juste à voir sa réaction, Leith pouvait deviner qu’Helzebeth avait omis de raconter à son aîné leur rencontre l’année précédente, et il s’en sentait étrangement flatté, comme s’ils partageaient maintenant un vilain petit secret! Bien sûr, le vilain, ce n’était que lui dans la situation, mais c’était parfait ainsi. Sans l’ombre d’un doute, la Main du Roi allait profiter de cette nouvelle visite de la belle en King’s Landing pour la torturer aussi doucement qu’il l’avait fait la dernière fois, psychologiquement, un jeu de pouvoir qui lui plaisait toujours autant, surtout en pareille compagnie. D’ailleurs, celle-ci mit un temps fou à réagir à sa demande (son ordre…), ce qui aurait failli l’impatienter… si elle n’avait pas été aussi délectable, et si la confusion régnant actuellement entre les trois protagonistes ne l’avait pas fait jouir intérieurement.

C’est donc ainsi qu’il se retrouva armée de sa belle Destruction, magnifiquement parée du ruban noir qui ceignait un peu plus tôt la chevelure d’Helzebeth (dommage, l’espace d’un instant il avait espéré se faire offrir celui qui retenait sa robe…). Le premier combat se déroula sans anicroche, sa victime… err son adversaire n’était vraiment pas à la hauteur, et il fut mis hors d’état de nuire en moins de temps qu’il n’en faut pour dire «Velaryon». Enfin, à la minute ou celui-ci décida que jouer avec n’était plus amusant, voire même ennuyant, et qu’il mit fin à cette comédie grotesque. Après tout, il n’allait quand même pas s’épuiser inutilement sur un si ridicule morceau de viande!

Lorsqu’il eut finalement cessé de s’amuser, la fin du premier tour fut annoncée, la moitié des concurrents ayant été éliminée, il n’en restait plus que quatre. Dont Kalil, heureusement, puisque Leith tenait à le défaire lui-même en final. Le chef des Dragons se retourna à nouveau vers la belle Blackfyre, notant qu’une certaine tension semblait être née entre elle et son frère, probablement suite à ses propos, dévoilant un secret qu’Helzebeth avait définitivement voulu cacher. Bref, rien ne pouvait lui faire plus plaisir, même ce sourire forcé qu’elle lui rendit de peine et de misère, apparemment peu encline à répondre aux politesses à son égard. Que de dureté envers un Lord qui lui avait offert si beau bijou ! Il ne rata non plus rien du baiser que Sebastian posa sur la joue de sa petite sœur, en venant réellement à se demander à quel point cette famille cousine des Targaryen pouvait leur ressembler… Une curiosité bien malsaine, alors qu’il devait reprendre ses esprits et retourner au combat, le prochain round ayant été annoncé. Heureusement, cette fois encore, on ne lui fit pas faire équipe avec le Martell, comme s’ils étaient destinés à se rejoindre en finale.

Son deuxième adversaire ne lui laissa pas d’impression particulière, il faut avouer que Leith avait l’esprit bien ailleurs, quelque part où il n’avait pas le droit d’être, avec une compagnie qui lui était interdite. Il se battait presque machinalement, réagissant par instinct, son attention trop souvent portée vers la belle blonde qui surveillait le combat en s’entretenant avec un noble de classe moyenne dont elle devait se ficher comme de sa première chaussette. Peut-être avait-il trop cru en ses capacités, car ses nombreuses inattention finirent par lui coûter : son adversaire réussit à percevoir une brèche dans sa défense, et lui entailla la cuisse bien profondément sur le côté, faisant couler le sang à flots (malus imposé par mon retard). La colère gagna immédiatement le Lord de Dragonstone, mais cette douleur raviva son attention, et l’instant d’après, il fichait sa lame dans la gorge du pauvre bougre qui avait juste voulu participer à un tournoi. Certes, si les morts n’étaient pas nécessaires lors de ce type de festivités, ils n’étaient pas non plus interdits… À vos risques et périls.

Velaryon voyait rouge, en oubliant même la présence de sa belle alors qu’il profitait des quelques minutes de pause entre ce tour et le prochain pour panser sa cuisse. L’arbitre voulu le convaincre de déclarer forfait, assurant qu’il ne pouvait pas combattre dans cette condition, mais il ne fallu qu’un regard derrière lui pour que le visage tordu de douleur de Leith se transforme en un rictus sarcastique.

-Et laisser cette énergumène remporter la victoire? Effectivement, Kalil venait de terminer son second combat, vainqueur lui aussi. Aussi bien me tuer tout de suite plutôt, le jour où je laisserai quoi que ce soit à cet idiot sera le début de ma fin… marmonna—t-il méchamment en jetant un regard sanglant à son nouvel adversaire, retournant, un peu en boitant quand même, vers le centre de l’arène. T’as vraiment besoin d’une pause, mauviette? Pas capable de m’affronter directement comme un homme? On voit que tu n’as jamais été dans un vrai combat, où un mort n’attends pas l’autre, Kalil.

Devant les grosses têtes du royaume, comme le Roi et sa sœur, entourés de nobles, Leith s’était mordu la langue pour agir en Chef et traiter son dragonnier comme un égal. Mais maintenant, dans ce ring, entourés de la foule hurlant au combat, il ne pouvait être entendu. Ses propos resteraient entre eux deux.

-On ne va quand même pas les faire attendre, non?

Qu’ils aient le droit à un temps de pause ou pas, il s’en fichait. Leith voyait rouge, sa jambe l’élançait douloureusement, mais il n’en avait cure. Cette folie du combat l’habitait toujours lorsqu’il se fâchait, et alors il n’était pas bon de se retrouver sur son chemin. Prenant une posture de défense différente de son habitude, le Chef s’assura de n’offrir que son profil droit à Kalil, pour rendre moins accessible sa jambe gauche. Hors de question de lui donner le plaisir de profiter de sa faiblesse. Il se sentait maintenant investi d’une mission… Aegon ne lui avait-il pas mandé de mater cette énergumène?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Main du Roi
♔ Lord de Dragonstone
♔ Chef de l'Académie des Dragonniers
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Jan - 17:52

Tournoi 3


Combat au Corps à Corps Oh, Oh! Les choses deviennent intéressante et la foule s'agrandit et s'enflamme à mesure que les participants son éliminé... Et c'est le cas de le dire! Quelqu'un prendrait-il ce petit tournoi trop au sérieux? Voici ici deux participant très compétitifs...

@Kalil S. Martell, tu as une semaine soit, jusqu'au 1er Février MINUIT (Heure Qc soit, 6hAM le 2 Février) Pour répondre à ce sujet  sans délai accepté, autrement, la victoire ira à ton adversaire...

+Tous le monde peu posté dans cet événement, mais personne n'a le droit d'intervenir directement avec l'un des deux joueurs sans sont accord.

+Malus de Leith Velaryon accepté par les Dieux.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Maître du Jeu


Quand on joue au jeu des trônes... soit on RP, soit on meurs!

Prière au Dieu du RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Fév - 21:17
Bien que concentré, je peinais à le rester au fur et à mesure que le combat se prolongeait. Ma ruse avait porté ses fruits et les rires chatouillaient mes oreilles avec délice, l'adversaire restait néanmoins capable de me porter un coup vicieux et pouvant changer la donne! La blessure dans mon dos était mon talon d'Achille du jour et je me devais de faire en sorte qu'il ne passe pas dans mon dos... Du moins, s'il en était capable, mes coups n'étaient pas fait pour agir dans les secondes qui viennent, plus le combat allait s'éterniser et plus il allait perdre ses repères. Je n'avais pas envie de le voir se ridiculiser davantage cependant, aussi je ne perdis guère mon temps et changeai de stratégie. Volontairement, je baissais ma garde et lui fonçais dessus, le forçant à reculer et de raffermir sa position, jambes écartées et les deux mains sur son épée, parfait. Le fer et le bois se croisèrent inévitablement, arrachant quelques cris de la part des spectateurs au passage, puis un corps rencontra le sol sans même s'en apercevoir. L'attaque était soudaine et peu glorieuse, elle manquait clairement d'élégance, mais un bon coup de pied sauté pouvait régler bien des échanges! C'était une technique purement dornienne, chez nous, le corps était une arme de même valeur qu'une bonne épée tranchante, il suffisait de savoir comment l'exploiter à son avantage. Le chevalier inconscient ne tarda pas à être rapatrié tandis que je rejoignais mes soldats, ramenant ma tignasse en arrière. J'aurais bien aimé continuer ce combat, mais j'étais aussi impatient de défier un autre individu, et je devais être en pleine forme pour lui! D'une oreille, j'écoutais le héraut commenter ce qu'il s'était passé, m'apprenant que Leith avait réussi, mais aussi que son adversaire était encore en vie, ce qui me rassurait grandement. D'autres noms furent énoncés mais je m'en préoccupais guère, passant une serviette humide sur mon visage et dans mon dos, le visage impassible quand le tissu entra en contact avec la chair à vif -bon sang, ça fait un mal de chien!-.

Le second round ne tarda pas à sonner et la recrue à qui j'avais remis mon arme me la tendit avec une admiration presque adorable dans ses prunelles. C'était la première fois qu'il devait me voir combattre ainsi probablement, mais plus que de la joie, j'étais perturbé. Même si j'appréciais grandement ce genre de sensation, il restait un soldat, il devait se montrer plus mature, plus respectueux. D'un geste de la main, je refusais sa proposition.

- Non, pas celle la, petit. Vas me chercher la claymore, il est temps de montrer qu'on est pas juste des acrobates.

Un large sourire laissa ma dentition briller au soleil tandis que le jouvenceau se précipitait sur son objectif. j'en profitais pour échanger quelques mots avec les autres. Rassuré par le fait qu'ils allaient prendre en main le petiot, je pris l'arme des mains de ce dernier en le remerciant puis rejoignis le terrain, frais comme un gardon! Il y a ce mythe amusant avec les grands épées, c'est que les gens peu connaisseurs en armes pensent qu'elles sont lentes car plus lourdes que les épées de taille standard. C'est tout l'inverse en fait, les grandes armes comme la claymore, en plus d'être plus utilisée pour trancher la chair de l'adversaire que de le broyer, sont faites pour la vitesse, tout n'est qu'une question d'équilibre. Elles fauchent l'ennemi... Là où les épées "courtes", car plus faciles à prendre en main, ont un impact plus important, même émoussées, elles peuvent toujours casser des cotes. Et celui que j'allais affronter allait comprendre sa douleur en voyant ce véritable bijou. Certes, il n'était pas aussi élégant que les armes que je porte d'ordinaire, mais outre son style "mercenaire", c'est un monstre au combat, pour peu qu'on sache s'en servir.

Une joie terrible anima mes traits quand l'autre participant, après un échange de coups violents, compris l'intérêt d'une telle taille pour une épée. Il manquait de vitesse, bloquait les coups avec difficultés. La différence de poids se faisait sentir et cela amusait la foule comme il se devait. Face à une claymore ou un espadon, il faut toujours une arme du même gabarit, l'échange devient inégal sinon et seule la maîtrise compte. Furtivement, une image de mon potentiel futur adversaire avec son arme s'imposa à mon esprit. Oui, l'épée de Leith pouvait tenir tête face à une épée à deux mains. Alors que je continuais à enchaîner botte sur botte contre le chevalier, des voix scandèrent des paroles qui me firent comprendre comment avait fini le combat de Leith. Dans la mort et le sang. Une grimace tordit mes lèvres et d'un geste fluide, j'inversais ma posture et pris ma claymore à deux mains par la lame. De toute mes forces, je frappais violemment l'abdomen protégé par une fine couche de métal qui se gondola sans problème. Quelques autres coups rageurs de ce type finit par faire cracher tripes et boyaux de mon adversaire avant qu'il ne perde connaissance. Un Mestre devra l'examiner en urgence, vu le choc, il ne serait pas surprenant qu'il fasse une hémorragie interne.

Toujours aussi galant, je saluais le public -mon public!- avant de quitter la scène. La joie n'était cependant pas là, seul un profond dégoût m'habitait, et une rage sauvage envers un individu que je comptais bien remettre à sa place... Une fois de plus, je plongeais la tête dans le seau d'eau fraîche qu'on m'avait préparé, chassant mes noires pensées et la fatigue passagère en même temps.

-Et laisser cette énergumène remporter la victoire?

Tiens, une voix fort familière, je me demande bien qui se plaint de ma personne! Bien que toujours énervé, je faisais de gros efforts pour ne pas le paraître et haussais un sourcil, ce qui n'était pas de la comédie en soit. Le ton et l'exclamation m'avait bien surpris et je me demandais bien en quoi c'était si grave de me laisser gagner. "Peut-être parce que tu as trop ramené ta gueule aujourd'hui et que le Roi veut te voir tout déglinguer par son chien chien? Ouais, c'est sûrement pour ça..."

- T’as vraiment besoin d’une pause, mauviette? Pas capable de m’affronter directement comme un homme? On voit que tu n’as jamais été dans un vrai combat, où un mort n’attends pas l’autre, Kalil.

Le ton était assez fort pour que j'entende mais pas assez pour que le reste des foules en soient témoins, trop excitées par le prochain combat. Aussi, entrainé comme lui dans ce stupide combat de coq, mes mots fusèrent sans que ma raison ne m'en empêche.

- Tu as raison, pendant que tu te battais bêtement contre des "guerriers", moi j'étais avec ta soeur! Et je ne regrette clairement pas, tu peux me croire.

"Crétin! Crétin! Triple buse! Mais qu'est ce qui t'a pris de t'emballer ainsi?!" Décidément, aujourd'hui n'était pas mon jour. A moins que... Maintenant que j'étais à tête reposée et les idées plus claires, je me rendis compte que la rage que j'avais n'était pas la mienne mais celle de Shaaira. Entourée d'autant de dragons et sans présence "dornienne" pour l'occuper, elle se raccrochait à moi, et j'avais fait l'erreur de partager mes impressions avec elle durant la journée. Le lien particulier entre nous ne lui permettait pas de communiquer avec des mots, mais son agressivité était fort compréhensible. Je n'étais pas le seul à vouloir voir cet imprudent rotir, nous étions deux! Cela n'excusait pas pour autant mes propos, cela faisait même un moment que je rêvais de lui sortir de telles mots, voir être plus direct. Mais je ne voulais pas mettre en danger mon ancienne amante, aussi me retenais-je de la regarder et vidais complètement le seau sur ma tête et mon dos, le purgeant de la poussière et du sang, avant de m'avancer, acceptant son invitation.

Un sourire naquit sur mes lèvres et je pouvais maintenant clairement sentir l'excitation de Shaaira dans mon esprit. Ce combat, je ne le ferais pas tout seul, et je n'aurais pas qu'un adversaire, la rage de ma compagne pouvant aussi bien m'aider que me mettre en danger. Et ce n'était pas le moment d'aller la voir! "Ce n'est pas la première fois que je m’entraîne sous ces conditions."

- Pas la peine de protéger ainsi ta jambe, je ne compte pas te briser en tapant là.
Je ne suis pas un lâche, contrairement à toi! Et aujourd'hui, je vais même te faire comprendre pourquoi on me surnomme le Dragon des Martell!


En plus d'être un combattant, j'étais aussi un stratège, je savais donc utiliser ma tête autrement que pour briser le nez de mon adversaire. Aussi... Ne fis-je rien. M'imposant un calme froid dans mon corps, je n'avais aucunement l'intention de commencer l'échange, je voulais le voir faire le premier pas, s'énerver encore plus jusqu'à faire l'erreur fatale qui me permettra de l'envoyer au tapis avec ma claymore. Je n'étais pas stupide, la plupart de mes bottes sont celles que m'a appris Annabeth, et donc, il doit les connaitre, je devais donc réfléchir avant d'agir, et surtout, me rendre imprévisible...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Prince  ♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège) ♔ Dragonnier
♔ Prince
♔ Membre du Conseil de Sunspear (Stratège)
♔ Dragonnier
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Fév - 20:01
[Bon vous excuserez l’effort, j’en ai un peu ma claque, on peut le clore ce RP ? Pu le temps pour ça sorry! @The Gods il nous reste combien de tours à faire?]

Chaque battement de cœur de Leith résonnait jusque dans sa blessure, laquelle ne faisait que le faire sentir encore plus vivant. Et dire que ces énergumènes qui se prenaient pour des juges avaient essayés de le disqualifier en prétendant qu’il ne pourrait gérer un combat avec une jambe ralentie, mais qu’ils avaient permis à l’imbécile de dornien de commencer le tournoi alors qu’il s’était fait massacrer le dos par le petit nounours un peu plus tôt. Qu’on s’inquiète trop de lui, en tant que Main du Roi, lui donnait envie de vomir. Il n’avait pas accepté ce poste auprès d’Aegon pour être reconnu et traité aux petits oignons, mais bien parce qu’il n’aurait pas toléré que son cousin accorde une si grande confiance à qui que ce soit d’autres. Qu’on se le tienne pour dire, Velaryon ne baissait pas les bras pour des broutilles, et son caractère n’avait guère changé depuis qu’il avait monté en grade, deux ans plus tôt, avec la montée au trône de l’héritier. Chef de l’Académie des Dragonniers était un titre qu’il avait mérité grâce à son courage, sa détermination… peut-être un peu sa folie? On ne changeait pas un tel guerrier du jour au lendemain en essayant de lui faire entendre raison aussi stupidement.

Le blondinet n’avait pas laissé un écuyer laver sa lame, encore dégoulinante de sang, après son dernier combat, cela lui conférait donc une apparence encore plus dangereuse. Qu’Helzebeth se délecte du spectacle, espérait-il sans plus essayer de tourner la tête dans sa direction, car la délicieuse petite Blackfyre semblait trop jouer sur sa concentration. Une belle façon de lui rappeler, comme à tous, que Leith Velaryon n’est pas un petit chaton délicat. Il aurait été plutôt brillant que Kalil se rentre ça dans le crâne, mais puisqu’il était visiblement trop bête pour se faire, le Chef des Dragons allait devoir s’en occuper lui-même. Seulement, cet idiot avait la tête tellement dure que le seul moyen de lui faire entrer un tant soi peu de génie était encore de lui défoncer le crâne et accéder directement au cerveau ainsi. Faire pénétrer chaque information cruciale par un coup de couteau dans l’organe jusqu’à ce que le balourd s’effondre au sol, végétal… Cette image fit sourire le dragonnier, d’un sourire qui suffit à empêcher qu’il reste déstabilisé aux propos du Martell.

-Tu veux vraiment mourir aujourd’hui hein, gros beta? Si ce n’était que ça, y avait pas besoin d’en faire autant, suffisait de me demander gentiment, se moqua Leith, bien qu’il lui brûlait d’aller tout de suite lui arracher la tête et détruire ce qu’il lui restait de neuronnes pour avoir osé prétendre s’être tapé sa sœur.

Mais bien sûr, Velaryon n’y croyait pas une seconde, Annabeth était sienne et le serait éternellement, et ce gros balourd avait peut-être été un apprenti de sa sœur, jamais sa belle n’aurait accepté d’être touchée par une telle bouse malodorante. De toute façon, s’il avait essayé de lever la main sur la sous-chef, le Chef lui aurait tranché la gorge depuis longtemps, avant de violer son cadavre et exposer son corps meurtri en exemple pour tous les habitants de l’Académie, de Dragonstone, et pourquoi pas de tout le monde connu. Mais rien que pour avoir osé prononcer des paroles aussi abjecte sur sa parfaite jumelle, il méritait les plus cruels châtiments, et parce qu’Aegon lui avait demandé de lui botter le cul un peu plus tôt, Leith n’allait certainement pas se priver pour briser ce simili-guerrier de sortes que son foutre s’en rappelle pour les décennies à venir (si seulement il vivait assez longtemps pour cela).

C’était à ce demander ce que ce rat du désert faisait encore dans l’élite de l’armée du Roi, alors qu’il ne valait pas mieux que les déchets desquels il était originaire. Depuis le temps qu’il voulait se débarrassé de se rater désobéissant, qui avait apporté à l’Académie plus de problèmes que d’avantages, Leith n’allait certainement pas retenir sa lame. Si lui se permettait de parler à Kalil comme de la vermine (parce que c’était ce qu’il était), l’ordure n’aurait jamais dû y oser mettre sa langue… après tout, il avait trop tendance à oublier qui était le Chef entre eux deux. Martell n’était supposé être qu’un sbire de Velaryon, et se considérait trop souvent comme s’il lui était supérieur en titre, c’était d’ailleurs à nouveau ce qu’il faisait, là maintenant, en lui parlant avec beaucoup trop de familiarité.

-Toujours autant de paroles hein, tu aimes bien faire de l’esprit Kalil, mais quand vient le temps d’agir, t’es jamais là où on en a besoin. Aujourd’hui t’as pu le choix, affrontes tes décisions idiotes, grogna Leith en engageant le combat, sans changer sa garde.

Sa décision idiote, ça avait été d’essayer de se mesurer à son Chef, même si celui-ci lui en était reconnaissant, maintenant qu’il avait une occasion de lui casser publiquement la gueule dans les règles de l’art. Hors de question que Velaryon soit assez stupide pour ne pas protéger sa jambe blessée, les dorniens n’étaient que des traîtres sans parole, il ne pouvait pas croire un seul mot de ce que lui dirait ce Martell. Lâche ou pas, lui allait tout faire pour malmener le dos blessé de son adversaire, après tout, ça faisait parti des règles du jeu, tous les coups étaient permis. Leith s’efforçait donc de bouger de sortes que Kalil n’ait d’autres choix que de bouger tout le haut de son corps, réveillant certainement la douleur dans sa chaire meurtrie. Quant à la souffrance que lui-même ressentait dans cette danse macabre? Il n’en avait cure. Il avait appris à supporter bien pire que cette coupure à la jambe, et même qu’il n’en éprouvait généralement que plus de jouissance lorsqu’il souffrait… Hors, il jouissait de croiser le fer avec son énergumène de sous-fifre. Seulement, autant la rage pulsait dans son corps (suite de tous les événements de la journée) autant cette rage lui était bénéfique : elle ne l’avait jamais aveuglée, elle l’aidait toujours à se concentrer, en bonne vieille amie, elle était la voix de la raison, qui aiguisait son instinct et éveillait ses sens.

Le gros balourd voulait sûrement le laisser s’épuiser sur lui, hein, en bougeant si peu? Eh bien, il ne se doutait pas encore que son Chef n’avait pas l’intention de faire durer ce combat plus longtemps que nécessaire. Chacun de ses coups visaient à faire bouger les épaules et le torse de Kalil pour qu’il se défende, s’assurant ainsi d’empirer sa blessure. La soif de sang de Valryon se mit alors à résonner dans chaque cellule du corps de Leith, en parfaite harmonie avec son âme-sœur, et le blondinet sourit d’un sourire cruel.

-Je me ferai un plaisir de donner ce qu’il restera de toi à manger à Valryon, depuis le temps qu’il en rêve…
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Main du Roi
♔ Lord de Dragonstone
♔ Chef de l'Académie des Dragonniers
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Fév - 12:08

Tournoi 3


Combat au Corps à Corps Oyé oyé! Le tournoi est terminé! Après délibération de l’administration et l'avis des membres, ce qui rendait les résultats très, très serré, le gagnant est @Leith Velaryon ! Vous pourrez déterminer entre joueurs la manière d'ont le combat a pris fin, afin de vous garder une logique INrp.

MERCI À TOUS LES PARTICIPANTS! CE SUJET EST DONC VERROUILLÉ ET SERA ARCHIVÉ DANS UNE SEMAINE.




Puisque le gagnant est Leith. Il n'aura pas de cadeau è_é *fuit*
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♔ Maître du Jeu


Quand on joue au jeu des trônes... soit on RP, soit on meurs!

Prière au Dieu du RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragons of Westeros : A Game of Thrones - Forum de RP :: Westeros :: Crownlands :: King's Landing-