Revenir en haut Aller en bas



 

Sex, alcohol and... oh shit... [PV ASHTON]

 :: Westeros :: Crownlands :: King's Landing Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 5 Sep - 14:24
Ah merde… Pourquoi est-ce que le seul rayon de soleil pénétrant dans la pièce tamisée devait-il assurément se ficher directement sur ses paupières? Non, mais ce n’était pas la place qui manquait! Pourquoi cet endroit précis? Peut-être était-ce un joli doigt d’honneur que lui faisaient les dieux, dans le but évident de simplement se foutre un peu plus de sa gueule? Après tout, le jeune homme avait par moment cette impression irrépressible que sa vie n’était rien d’autre qu’une face perpétuelle pour qui l’observait du haut des cieux. Bon après, il s’agissait uniquement d’un foutu rayon lumineux : pas de quoi écrire une litanie de 20 pages ou de crier haut et fort une indignation dont tout le monde se foutait éperdument. Mais quand même!

Roulant sur lui-même, le guerrier laissa échapper un grognement de mécontentement alors qu’il agrippa un pan de couverture pour s’emmitoufler davantage dans son cocon de paresse et chaleur. Dans son mouvement de bien-être évident, Callahan tendit le bras et enlaça la silhouette gracile qui se trouvait à ses côtés, se blottissant dans un geste inconscient contre cette chaude masse douce qui gémit dans son sommeil. Il pouvait bien dormir quelques minutes de plus, non?



Attendez, un truc clochait. Depuis quand avait-il la possibilité d’emmener une femme dans ses quartiers? Oh… Il n’était PAS au Red Keep, pas vrai? Les souvenirs lui revenaient en bloc et bien malgré lui. Il était dans une auberge, plus précisément dans une chambre qu’il avait réservée la veille. D’ailleurs, un mal de crâne se fit un PLAISIR de faire son apparition pour l’aider à se rappeler de la cuite qu’il avait allègrement prise la veille, comme ça lui arrivait trop souvent de le faire de toute façon. Ses paupières n’étaient même pas ouvertes qu’il pouvait bien se figurer mentalement qui était la damoiselle qui avait eu la bonté d’âme de le gratifier de sa présence nocturne. La blondinette du bar. Il avait flirté avec elle toute la soirée et ils avaient bu tout leur saoul. Une belle plantureuse au regard noisette pétillant d’intelligence. Comment elle s’appelait, déjà? Ah merde, il avait oublié… Ça allait bien lui revenir!

Ouvrant finalement ses paupières, Alistair papillonna des paupières avant de se frotter les globes oculaires d’une main paresseuse. Dans un même mouvement, le jeune homme bailla, puis s’étira langoureusement avant de finalement tourner la tête en direction de sa charmante compagnie. Une tignasse noire? Attendez… C’était qui celle-là?! Soudainement intrigué, le guerrier des Crownlands se redressa en position assise et agrippa doucement la couverture, tirant lentement celle-ci pour dévoiler davantage sa charmante compagne de chambre. Dans un haussement de sourcils digne de la plus grande des surprises, le garde du corps royal réalisa qu’il n’avait AUCUNE IDÉE de l’identité de cette meuf. Visiblement plus vieille que lui, la belle devait avoir une dizaine d’années de plus que son amant, sans toutefois être tarie par les affres du temps. C’était une véritable beauté malgré tout, mais c’était franchement embêtant de réaliser qu’il n’avait pas la moindre idée de qui il s’agissait.

Premier réflexe? Enfiler son pantalon dans le but évident de foutre le camp en catimini. Pas question qu’il se retrouve dans une telle situation! Oh que non! Il se voyait très mal – au vu du mal de bloc qui le taraudait – répondre à des questions dont il n’avait assurément pas les réponses! Du regard, Alistair repéra son pantalon de cuir et l’enfila prestement avant de boutonner l’avant d’une main pressée. Bon… première étape d’accomplie! Maintenant où étaient sa tunique et son manteau? Farfouillant la pièce où régnait un foutoir pas possible, Callahan passa devant un miroir sur pied et jeta un coup d’œil à son reflet. What the…?! Lentement, il s’avança vers la glace et remarqua… des marques de dents dans la peau de son cou?! Mais qu’est-ce qu’ils avaient fait bon sang?! Il toucha l’empreinte rougie (mais qui ne semblait pas saigner), puis pivota lentement sur lui-même avant de hoqueter de stupéfaction : son dos était lacéré de cicatrices faites à même les ongles de son amante inconnue! Il avait l’air d’un foutu griffoir pour chats! Mais elle était complètement cinglée ou quoi?! Portant une main à son visage, Alistair pinça l’arête de son nez, signe de son irritation des plus palpables, puis pivota sur lui-même avec la ferme intention de foutre le camp au plus vite! Dans un mouvement rapide, il agrippa sa tunique d’ébène qu’il enfila dans un mouvement hâtif, puis repéra son manteau, perché sur un fauteuil à l’autre bout de la pièce. Sans demander son reste, le jeune homme s’approcha du meuble et passa près de trébucher sur l’une des nombreuses bouteilles d’alcool vide qui jonchaient le sol.

Ali agrippa son manteau, l’enfila prestement, puis repéra ses bottes, près du lit, là même où roupillait sa compagne impromptue. Sur la pointe des pieds, il se rapprocha de la zone dangereuse, se pencha et agrippa d’une main silencieuse ses chausses dont il avait grandement besoin. Alors qu’il effectuait son mouvement avec précision, un éclat brillant attira son attention vers la femme endormie. Alors que son bras pendait du matelas, devant elle, Callahan put remarquer que son amante portait une alliance d’une richesse surprenante. Ah merde, elle était mariée en plus? Tournant son regard verdoyant autour de lui pour aviser le reste de la pièce, le guerrier royal repéra la robe somptueuse d’un rouge vif que portait préalablement la dame. Okay… une lady de la haute société, évidemment. C’était bien sa vaine! Pourtant, malgré sa richesse évidente, le soldat ne se rappelait pas l’avoir vu traîner au château… à croire qu’elle ne faisait absolument pas partie de la cour, ce qui était une chance en soit!

Bon, pas la peine de traîner plus longtemps! Le jeune homme aux cheveux bruns enfila ses chausses rapidement, agrippa son épée qui trônait dans son étui dans un coin de la pièce, puis se rapprocha de la porte sur la pointe des pieds. Il agrippa la poignée, la tourna, puis poussa la paroi de bois qui émit un grincement de désapprobation, comme autant de remontrances que sa propre conscience lui prodiguait à la volée depuis son réveil. Une grimace au visage, le garde du corps de la princesse Daenya jeta un bref coup d’œil par-dessus son épaule pour voir où en était la femme étrange qu’il désirait quitter au plus vite. Le bruit strident ne l’avait pas réveillé et elle s’était simplement retournée dans son sommeil, laissant sa poitrine nue à la vue de son amant qui, visiblement, préférait oublier cette scène… dont il ne se rappelait guère les prémices de toute façon.

Dès qu’il fut dans le couloir, l’homme des Crownlands poussa un soupir de soulagement, puis porta une main à sa tempe droite, se rappelant brutalement que son crâne tambourinait douloureusement. Sa bouche était pâteuse et le jeune homme fit claquer lentement sa langue dans sa bouche, signe qu’il rêvait soudainement d’un bon verre d’eau pour se désaltérer. D’une main habituée, il fixa son épée à sa taille, puis s’aventura d’un pas lent dans le couloir… jusqu’à ce qu’un fin textile noir attire son attention. Tiens… une culotte en dentelle au beau milieu de la place… Qu’est-ce que ça faisait là? Dans un mouvement instinctif, il se pencha et agrippa le dessous féminin exempt de chaleur. Puisque ce dernier ne lui disait strictement rien – peut-être appartenait-il à son amante? – il se contenta de l’accrocher à la première poignée de porte qu’il vit.

Alistair reprit son chemin, descendant l’escalier dans une allure disons… modeste. Une fois au rez-de-chaussée, Callahan traversa la pièce principale, puis esquissa un bref sourire alors que la belle blondinette plantureuse marchait en sa direction. Dès qu’elle fut à sa hauteur, elle caressa son bras d’une main chargée de sous-entendus et lui décocha un clin d’œil taquin.

- Tu es debout! Je voulais simplement te dire que j’ai adoré ma soirée d’hier, Ali, fit-elle tout bas de son ton suave. Reviens me voir quand tu veux! Des soirées torrides comme celle-là, je ne dis jamais non ♥ Au fait, ton pote t’attend à la table là-bas. Vous me voyez ravie de vous avoir connu! Doooonc… il s’était tapé la blondinette en plus de la femme qui dormait toujours dans son lit?

Hein? Son pote? D’instinct, il tourna la tête dans la direction indiquée par la plantureuse blonde, puis repéra Ashton, installé devant un plat d’œufs et de viandes grillées qui, visiblement, ne lui faisait pas trop appétit. À voir la tronche qu’il tirait, il avait récolté une cuite, également, la veille. Ah!! Ça lui revenait en partie! Il avait passé la soirée avec Ash! Bon sang, comme ils avaient bu tous les deux! Ça expliquait bien la tronche qu’ils tiraient, tous deux! Ali salua la belle, puis se dirigea vers son pote avant de simplement se laisser choir sur le siège qui se trouvait face à lui.

- Bon sang, je vois que ce n’est pas la grande forme pour toi aussi ce matin, marmonna-t-il à son égard. Dépêches-toi d’avaler ça qu’on foute le camp. Y s’est passé quelque chose de trop bizarre ce matin…

La blonde réapparut à leurs côtés, tendant une tasse remplie d’eau chaude citronnée à Ashton, un air compatissant au visage.

- C’est pour t’aider avec ta digestion, mon beau, susurra-t-elle à l’intention du principal intéressé. Au fait, tu n’aurais pas vu ma culotte en dentelle, Ash? Je ne la trouve plus depuis ce matin…

Pourquoi posait-elle la question à son pote? Alistair jeta un regard interrogateur à son vis-à-vis, puis une lumière s’alluma dans son esprit embrumé par les restants d’alcool de la veille. Attendez!! Cette fille… avait passé la nuit avec lui ET Ash?! Simultanément ou en alternance?! Ça, c’était franchement bizarre! Mais la femme qui dormait toujours dans sa chambre alors…?!

- Au fait, Lady Evelyne est toujours là-haut? Leur demanda-t-elle d’un air sérieux et interrogateur. Certains de mes collègues disent que son mari la cherche activement ce matin…

La voix du tavernier fusa à travers la pièce, rappelant Catherine à l’ordre afin qu’elle reprenne du service sans plus tarder. Oh bon sang… Mais qu’est-ce qui s’était passé, la veille?! Un air découragé au visage, Ali agrippa l’une des saucisses qui trônait dans l’assiette de son pote et croqua dans cette dernière, un air à la fois découragé et anxieux au visage. Le pire dans tout ça? Il n’avait même pas faim…

- Ash… Lady Evelyne… Je crois qu’elle est encore dans ma chambre… Souffla-t-il tout bas à l’intention de son pote. Quoi? C’est quoi ce regard?

Qu’est-ce que son pote lui cachait? Visiblement soucieux de changer de sujet, ce dernier indiqua la marque que Callahan portait au cou. Dans un mouvement tirant davantage du réflexe qu’autre chose, ce dernier glissa ses doigts sur sa peau meurtrie et grimaça : c’est que ça élançait, malgré tout!

- Quoi? Ça? Ah laisse tomber, c’est rien… Enfin… c’est elle! Elle est folle, je suis sûr! Tu devrais me voir le dos… Non, mais arrête de rire, merde! Il faut qu’on foute le camp avant qu’elle ne se réveille et ne décide de vouloir nous tenir davantage compagnie! Et si elle vient à la cour, un de ces jours? Elle va me reconnaître assurément! Je n’ai pas envie de foutre la honte davantage sur la princesse Daenya! Non, mais j’ai un minimum d’orgueil quand même.

Il termina de bouffer la saucisse qu’il avait entamée et des cris fusèrent de l’extérieur. Un groupe d’hommes approchaient de l’établissement. Le mari peut-être? Et merde, il ne manquait plus que ça…
♔ Soldat Targaryen
♔ Garde du corps de la Princesse Daeyna
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Sep - 0:22


C’est un gémissement qui le réveilla. Ou une douleur. Il ne savait pas trop en fait. Douleur qui d’ailleurs semblait un peu partout dans son corps et qui prenait de l’ampleur à mesure qu’il sortait des brumes. Puis le gémissement, c’était lui. Ouvrant les yeux, ceux-ci avait eu un peu de mal à s’habitué à l’obscurité dans laquelle il se trouvait. Il comprit aussi qu’il avait une jambe coincé entre un baril et le mur, puis l’autre sur le dis-baril. Un tissu trônait sur lui et il le souleva pour l’aviser. Un tablier? Laissant échapper un grognement d’ivrogne en réveil, il tira comme il le put sur sa jambe coincé, avant de simplement choisir de retirer l’autre, pour s’aider. Arrivant finalement à s’extirper, il finit par se redresser et appuya son dos contre le mur frais de la cave dans laquelle il se trouvait tout en se massant le crâne en grimaçant.

-Bordel de merde…

Encore heureux qu’il n’avait pas un rayon de soleil en pleine figure, sa tête aurait sans doute explosé. Ressentant un léger frisson, il réalisa que tout ce qui l’habillait fusent son caleçon et ses bottes. Il tentait de récapituler les évènements qui l’avaient mené jusque-là et c’était plutôt flou dans son esprit, mais lentement, les images revinrent et il ne put s’empêcher d’afficher un air niais au visage, puis choisi de se relever non sans laisser échapper un râlement douloureux. Faisant quelques pas, son pied glissa sur quelque chose de visqueux et il dû jouer de pieds et de mains, incluant là sans doute une danse Dothraki, afin de garder son équilibre et s’agripper contre une poutre qu’il serra comme si c’était la dernière bouteille de rhum de tout Westeros. Il finit par se ressaisir et grimaça en réalisant que l’horrible arrière-goût dans sa bouche, collait parfaitement avec ce qui se retrouvait sur le sol. Cherchant à repérer ses vêtements, Ashton ne trouva rien. Strictement rien.

En fait, maintenant qu’il y pensait, il se souvint qu’il les avait balancés un peu partout tandis qu’il était monté en douce dans la chambre… D’Alistair avec I… Iranna, Ivanna… Ir… Bref. Cette belle rousse qui lui avait fait tourner la tête et avait… Complètement vider sa bourse, pour ne pas dire qu’elle était littéralement partie avec. Il ne se rappelait même pas s’ils avaient vraiment eu quelconque ébats. C’était flou. Il se rappelait par contre assurément du coup de pied au cul que son ami lui avait balancé pour le sortir de là. C’était un Accident! Il le croyait aux toilettes avec Catherine, la blonde, mais non, il était là avec cette Lady bouffeuse d’homme avec qui il c’était pris la tête, parce-que lui et la Noblesse pincée… Quoi que bah. Il n’avait pas trop aimé qu’elle lui croque l’oreille au sang et avait découvert un petit côté à Alistair qu’il ne connaissait pas. Ce mec aimait la souffrance, surtout si c’était une femme qui la lui offrait… Lui il n’était pas trop dans le masochisme. Enfin, en gros, il n’appréciait pas vraiment de se faire attaquer par une femme et se surprendre à se demander si elle avait la rage ou un truc du genre. Il avait un peu paniquer en s’imaginant ce qu’elle pourrait oser faire à sa marchandise. Ce n’était pas pour lui, ce truc.

Il choisit donc de monter tout bonnement les escaliers et d’ouvrir la porte en douce alors que son simple craquement fit tourner toutes les têtes présentes en sa direction. Encore heureux, ce n’était que trois employés. Clignant les yeux, il remarqua qu’il faisait jour à l’extérieur, la lumière entrant par les fenêtres au rez-de-chausser. Une belle blonde apparut dans son champ de vision. Un sourire à faire tomber n’importe qui… En bas des escaliers? Il referma la porte derrière lui –juste au cas où- et la gratifia d’un sourire alors qu’elle arrivait à sa hauteur en lui tendant ses vêtements.

«J’espère que tu ne m’en veux pas trop…» Elle approcha son visage de son oreille… Sans doute où trônait du sang sécher grâce à Lady Cannibale. «Je pourrais même venir te visiter dans tes appartements –à Dragonstone, c’est ça?- et me faire pardonner comme il se doit…»

Et ce gloussement coquin… Affichant un sourire bien malgré lui au visage qui fut ponctué d’un agréable frisson, cette simple petite attention lui fit oublié ce qui c’étais produit. En effet, après s’être fait voler son pognon par Iva-quelque-chose, la belle Catherine qui était sans doute réellement allé dans les toilettes avec Alistair avait choisi de jeter son dévolu sur lui, puisqu’il semblait visiblement seul –complètement saoul et abattu-. Dah! Comment pouvait-il laisser une femme non comblée de la sorte. Bref, elle l’avait traîné de l’étage jusqu’aux cuisines qui sans doute devaient être fermé à cette heures. En pleinnnnnn dans l’acte sur une lourde table en bois, la voix de son patron c’était fait retentir. Ni une, ni deux, elle le traîna à travers la salle où les chaises avaient été relevé, s’il se souvenait bien, puis l’invita un peu trop volontairement –et loin, vachement trop mollement- à descendre dans la cave pour s’y réfugier. Alors bon. Elle ne l’avait pas vraiment poussé. Et ils n’avaient pas vraiment terminé. Qu’elle belle chance…

«J’ai cru que tu étais mort! Mais à t’entendre ronfler… Tu re-fu-sait de bouger. Je ne sais pas trop ce que tu essayais de me dire, puis tu as été malade, mon pauvre.» Elle glissa ses doigts dans les siens, l’invitant à la suivre, ce qu’il fit un peu machinalement. Pauvre? Ouais, presque. «Tu parles une autre langue? C'étais vraiment sexy... Aller viens, je vais te servir un petit déjeuner. Ton ami est encore à l’étage avec Lady Evelyne, c’est moi qui t’invite, tu peux t’assoir là.»

Elle le gratifia d’un sourire et le jeune Dragonnier alla pour s’assoir, mais se sentie pris de nausée et choisi de courir jusqu’à la salle de bain. Poussant la porte sans ménagement, il arriva juste à temps pour vider le peu de contenu de son estomac. Évitant de toucher à quoi que ce soit en s’imaginant bien où Alistair avait dû se frotter. C’était bien assez pour son estomac en ce moment, il n’avait pas envie d’en ajouter. Il jeta un coup d’œil au miroir et remarqua même l’ecchymose sur sa tempe pour y porter une main et grimacer. Ouais, bah il c’était cogner visiblement dans sa chute. Ça ne devait pas trop aider sa gueule de bois, tout ça. Il enfila prestement ses vêtements et sortie de la salle de bain pour se diriger sur la table que lui avait indiquer préalablement la jolie serveuse qui devait sans doute être à l’arrière, aux cuisines. Ce callant dans son siège, il laissa sa tête reposer sur son bras qu’il appuya contre la table et enfouis son visage dans le creux de celui-ci afin d’avoir un peu d’obscurité. Il sursauta et s’empressa d’essuyer la bave au coin de sa bouche en avisant Catherine qui gloussa et poussait gentiment une assiette devant lui, laquelle il avisait le contenu d’un air peu certain tandis que la belle s’éloignait pour accueillir un client… Alistair en fait. Tournant la tête vers lui, il afficha un sourire en coin en voyant qu’il n’avait pas une meilleure mine. Bordel, il ne saurait même pas dire combien de bouteilles ils avaient vue, tout ça pour… Pour quoi déjà?

-Quoi? Lady «Cannibale» c’est transformé en ogre?

Fit-il en lui indiquant du menton la trace sur sa gorge, après que son ami prit place sur le siège devant lui. Sincèrement, il se demandait lequel des deux avaient passé la pire nuit. Il optait pour lui… Parce-que mine de rien il avait déboulé des escaliers pas très confortables. Il n’eut pas la chance d’ouvrir de nouveau la bouche sous le regard troublé du Garde du Corps personnel Princier, que l’avenante Catherine lui tendait une tasse chaude et citronnée afin de l’aider pour sa digestion. D’un regard reconnaissant, il prit une gorgée tandis qu’elle lui demandait s’il n’avait pas vue sa petite culotte. Il failli sincèrement asperger son ami d’eau bouillante, se contentant de s’étouffer entre le fouf-rire et… Bah le fou-rire. C’était qu’en fait, il allait sincèrement lui répondre qu’il ne savait même pas qu’elle en portait une… Mais cela aurait pu sans doute être déplacé. Drôle, mais déplacer. C’était qu’il apprenait le sens du mot «tact», le jeune Dothraki. Il écouta d’un air distrait la brève conversation entre la jeune serveuse et son ami, tandis qu’il tâtait les œufs avec sa fourchette, peu convaincu.

-Tu crois qu’un œuf de Dragon sa ressemble à sa, cuit?

Il ne savait pas trop si sa lui semblait écœurant ou appétissant tout de même. Il stoppa net son manège et leva un bref regard semi amusé et semi accusateur.

-Tu crois que je parle de qui, avec Lady Cannibale, toi?

Fit-il en pointant de sa fourchette la plaie plus qu’apparente qui trônait trop fièrement sur le cou de son ami. Celui-ci ce mis à déblatérez que cette femme était folle, tout en montant de quelques degrés le niveau panique typique du mec qui viens de réaliser qu’il a fait une connerie. Ashton ne put s’empêcher de rigoler, parce-qu’il était foutrement heureux de ne pas être à sa place.

-Je ne savais pas que tu aimais ce genre d’ébats, en tout cas!

Il continua de glousser et pris une saucisse lui aussi, parce-qu’avec sa théorie, les œufs lui retournait étrangement un peu plus l’estomac. Il se callait dans son siège et pôsa sa main sur son ventre, mastiquant en fixant Alistair, puis haussant les épaules.

-Bah ce n’est pas comme si ce genre de truc n’étais pas commun, puis encore heureux que tu as choisi une «Lady», ça prouve tes goûts «distingué». T’inquiet pas, ça ne s’alliera pas ta belle image de «Baby-sitter». Puis même si elle le sait, je ne vois pas ce que sa lui ferait. Ce n’est pas signé dans ton contrat de faire veux d’abstinence.

Évidemment, il n’avait pas la moindre idée que cette femme était marié et puis bon, même si elle l’était, cela n’aurait pas vraiment changer son discours, c’était tout de même un détail à prendre en compte, du moins, quand on le savait préalablement l’acte, ou tout court. Des crient fusaient à l’extérieur, ponctué de voix diverses et de beuglement, forçant Ashton à froncer les sourcils. Ah merde, pas du bruit. Il avisa la porte de l’entrée de l’Auberge s’ouvrir et un groupe d’homme entré, faisant signe à ceux-ci de monté à l’étage, tandis qu’il restait en bas avec une autre partie du groupuscule. Catherine vint les accueillir, semblant un peu mal à l’aise, déjà.

«Je cherche ma femme, Lady Evelyne. Des personnes m’ont dit l’avoir vue entré ici la nuit dernière. L’auriez-vous vue?»

Jetant un coup d’œil nerveux vers le duo assis à la table, elle se contenta de sourire et de lui mentionner qu’à la quantité de clients qu’ils avaient, il était difficile de retenir tous les noms, si déjà on le lui disait. Après tout, elle n’était qu’une serveuse, mais peut-être qu’il pourrait la lui décrire… Ce que fit aussitôt le mari aux traits sévères, jetant un coup d’œil par-dessus son épaule, au duo, semblant avoir remarqué le coup d’œil furtif que leur avait porté Catherine. Ashton se pencha vers l’avant, piquant dans son assiette et en prenant une bouchée, t’entend de s’empêcher de pouffé de rire. Il n’avait strictement aucun instinct de survie dans ce genre de situation.

-Huit, c’est un chiffre pas si mal, sa fait quatre-quatre, c’est équitable. Ce n’est pas comme si c’était un chiffre impair, là sa fait chier, mais puisque c’est un peu de ta faute, tu prendrais l’extra.

Murmura-t-il, un large sourire aux lèvres, pour le faire aussitôt disparaître en entendant des cris à l’étage, le forçant à se dressé comme un arc et se tourner vers les escaliers, tandis que les hommes de main du Lord traînaient Lady Evelyne, enroulée dans les draps, sa robe dans les bras, pestant contre les hommes alors que ses pieds battaient dans le vide tous le long de la descente. Ils s’arrêtèrent devant le Lord, qui la gifla sans le moindre préambule. S’il y avait un truc qu’il était bien incapable de supporté, c’était bien de voir une femme se faire malmenée… Cannibale ou non! Le Lord esquissa un sourire carnassier, tout en ponctuant le tout du genre de traitements qu’il allait lui faire subir à en faire tourner nerveusement les talons à la pauvre Catherine. Ashton bondit de son siège, sous le vacarme, les têtes tournèrent vers le Dragonnier qui au lieu d’afficher un sourire carnassier, se contenta de brandir sa tasse fumante et se diriger vers eux d’un pas excessivement exagérée… En chantant, s’époumonant. Et puis, avec l’haleine de chacal qu’il devait avoir, les coupables n’y verraient que du feu. Il agrippa le Lord pas l’épaule qui visiblement, ne comprenait pas trop ce qui se passait.

- ♪ Soooooooooo come take a drink and drown your sorrows! And all of our fears will be gone till tomorrow! We'll have no regrets and live for the day in Nancy's harbour café!... Le Lord le repoussa violamment, sous les gloussement des gardes de celui-ci. It's a den of debauchery violence and sin!... ♪

Puis cette fois, à son dernier mot, il lui écrasa sa tasse bouillante derrière le crâne, faisant hurler le Lord de douleur, tandis qu’il sortait son épée bien entendu secondé de ses gardes… Et pour ne pas aider la cause, la Lady Evelyne se jeta sur le Lord telle une tigresse enragée. Cette femme était une tarée! Il esquiva le premier coup porté en sa direction et dû s’étirer de justesse afin d’attraper la furie qui le cogna –LITTÉRALLEMENT- en le m’éprenant pour un garde. Ashton se tourna vers Alistair qui semblait, bien entendu, pour la centième fois, en ras-le-bol de ses bagarres qu’il entamais toujours, mais là, c’étais pour une bonne cause!

-Aller merde! Viens m’aider «on» disait quatre-quatre… Mais là tu prends la meuf!

Puis sur ses mots, il lui balança Lady Carnivore qui s’agrippa à son cou, lui roucoulant sans doute des obscénités, il ne savait trop. Il n’en fut pas bien long pour qu’une bagarre générale –qui ne comportait en fait qu’eux… Contre les huit hommes (ne sachant pas dans qu’elle catégorie placer la Lady)- éclate et que les deux amis soient forcé de se retrouver dos à dos pour frapper.

-Est-ce que ça passe pour de la légitime défense si on le tue?

Demanda-t-il tout bonnement alors qu’il frappais et bloquais les coups d’épées d’un garde, faisant bien entendu référence au Lord. Il se reçus une bonne droite d'un autre dans l'estomac, le forçant à s'incliner vers l'avant pour vider de nouveau le contenu de son estomac sur le garde dégoûter -une saucisse et un peu d'oeuf pour être exacte- et profita de sa diversion impromptue pour lui donner son coup de grâce.

Administratrice de DOW
♔ Dragonnier
♔ Patrouilleur
♔ Bâtard Targaryen
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Listen, smile, agree and then...
Do whatever you were gonna do anyway.
Change de ciel, tu changeras d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Oct - 10:00
C’était assurément sa vaine : les chances que ces types ne soient en rien liés à Lady Croque-Monsieur étaient – avouons-le – franchement minces! Pourquoi pensait-il une telle chose? Pour la simple et unique raison que, trop souvent, les dieux se jouaient de lui. Visiblement, il était une proie facile et agréablement manipulable. Était-ce réellement de sa faute s’il avait du mal à contrôler ses bas instincts, surtout en présence d’alcool délicieux, hein?! HEIN?! Bon quand même un peu, mais là n’était pas RÉELLEMENT le point.

Au bout de quelques secondes qui leur parurent effectivement trop courtes, les hommes entrèrent dans un grand fracas, se scindant ensuite en deux. La moitié grimpa à l’étage sous l’indication claire de leur chef et l’autre moitié resta en compagnie de ce dernier qui, visiblement, avait décidé d’affronter la pauvre serveuse blonde qui ne savait plus où se mettre. Lorsque le leader déclara à la volée être venu récupérer sa femme, Ali pivota sur sa chaise, de sorte à être dos à lui et, ainsi, éviter d’attirer l’attention inutilement sur sa personne. Évidemment, Lady Croque-Monsieur était mariée à un colosse pouvant rivaliser avec les plus dignes gorilles! C’était de mieux en mieux…

D’une voix légèrement chevrotante trahissant sa nervosité grandissante, Catherine déclara ne pas trop savoir qui était Evelyne pour la simple et unique raison qu’elle pouvait fréquenter une tonne de clients en une seule soirée. Comment pouvait-elle se rappeler de chacun d’entre eux? Elle n’avait pas tort sur ce point… C’était même tout à fait plausible! D’où il était, il était impossible pour Ali de voir les œillades que lui balançaient la serveuse et l’homme mécontent, mais à voir la tronche hilare que tentait de masquer Ash, il comprit qu’il serait rapidement dans l’eau chaude si la situation continuait ainsi. Le garde royal esquissa une moue boudeuse et agrippa l’un des pains chauds qui trônaient dans un petit panier, puis agrippa le couteau de son pote afin d’y tartiner un peu de confiture maison. Évidemment, Ashton, fidèle à lui-même, commença à relater un plan potentiel pour foutre une raclée à ces débiles. Ils étaient donc huit? C’était faisable, assurément. Mais après, était-ce réellement nécessaire de se battre de si bon matin? Le garde du corps de la princesse Daenya soupira d’irritation et enfourna un gros morceau de pain tartiné dans sa bouche.

- Du calme, ne sautons pas immédiatement aux conclusions. J’ai pas trop envie de taper sur des gueules quand la mienne fait encore mal à la suite d’une cuite trop sévère… Attendons voir ce qui se passe. Après, nous déciderons de la marche à suivre. Cesse de jouer au taureau et de vouloir enfoncer la tronche de tous ceux qui croisent ta route…

Haussant un sourcil, Alistair nota les traits beaucoup trop amusés de son pote qui – il s’en doutait bien – trépignait assurément d’impatience à l’idée de faire aller ses gros muscles de si bon matin. Pourquoi est-ce que cette situation ne l’amusait pas, pour sa part? Ah… Peut-être parce qu’il était impliqué jusqu’au cou? Enfin, à peine eut-il terminé d’élaborer cette triste conclusion que des cris fusèrent depuis l’étage supérieur. Que se passait-il? Les sourcils froncés, Callahan se retourna sur son siège et jeta un coup d’œil en direction de l’escalier. Les hommes de main du mari jaloux dévalèrent les marches en tenant une Evelyne furieuse dans leurs bras, cette dernière ne touchant en rien le sol tout au long de leur progression. Les bras serrés contre elle, la Lady retenait sa somptueuse tenue contre sa poitrine tout en s’assurant que son drapé l’entourait toujours. À peine fut-elle déposée devant son tendre époux que ce dernier décida de la gifler avec violence du revers de la main. Wow, wow, wow! Pour qui se prenait-il cet enfoiré? Évidemment, l’homme esquissa un sourire carnassier et proliféra des menaces à l’intention de son aimée, dévoilant à toute l’assemblée de quelles façons il comptait lui faire regretter son impertinence. Catherine, visiblement foudroyée par le malaise, se détourna et c’est au même moment qu’Ashton décida de se lever en un seul bond, attirant soudainement l’attention sur eux.

- Ash, ne fais pas le con. Assieds-toi, merde… Jura Alistair entre ses dents tout en plantant son regard verdoyant dans celui de son pote. Je n’ai pas l’intention de les laisser faire… Donne-moi quelques instants que j’élabore un plan… Parce que oui, réfléchir avant d’agir était également une stratégie potentiellement efficace! Mais Ashton comptait n’en faire qu’à sa tête et son sourire carnassier laissa rapidement place à une tronche débile pendant qu’il se mettait à beugler des chansons d’ivrognes. Non! Triple idiot, reviens ici! Siffla Ali, un air furieux au visage.

Oh. Le Con. Callahan porta une main à son visage afin d’afficher ouvertement son exaspération pendant qu’Ash, lui, enserrait les épaules du Lord. En plus, il chantait comme une casserole! Ou alors c’était calculé dans sa prestation d’ivrogne fini? Hmm… Peut-être un peu des deux, tout compte fait. Au final, la suite se déroula très vite. Le Lord furieux repoussa le dragonnier avec force, et ce dernier s’empressa de revenir à l’assaut, vidant sa tasse bouillante directement sur le crâne de l’impertinent. Les hurlements de douleur du mari envahirent rapidement la salle à manger et, sans attendre plus longtemps, Callahan bondit sur ses pieds pendant qu’Ashton dégainait son épée! Et merde!! Lui qui espérait éviter une bagarre inutile! C’était raté! Histoire de rajouter davantage de merde sur leur situation déjà bordélique, Evelyne profita de la cohue générale pour se jeter directement sur son mari! Toutefois, le dragonnier eut le bon réflexe de réceptionner la Lady par la taille, lui évitant ainsi de faire une bourde de plus. La cannibale, de son côté, remercia le guerrier en lui collant une baffe intempestive, prenant ce dernier pour un allié du Lord furieux.

Bon… bah il était temps qu’il intervienne, non?

Un air furibond au visage, Alistair s’élança vers la mêlée dans le but évident de joindre ses forces à celles de son imbécile de compagnon. Toutefois, à peine fut-il à la hauteur d’Ashton que ce dernier lui balança Lady Croque-Monsieur directement dans les bras, prétextant qu’il devait s’occuper d’elle en plus de son ratio de quatre hommes.

- En ce moment, c’est à toi à qui j’ai envie d’en coller une! Grogna-t-il à l’intention de son comparse de beuverie.

- Callahan, mon mignon, vous êtes là ♥️ Vous m’en voyez ravi, mon bel ange, roucoula Evelyne qui, déjà, lui caressait le torse à travers ses vêtements. Avouez que notre soirée d’hier était mémorable! Faites-moi plaisir : réitérons l’expérience! Prenez-moi de nouveau par derrière comme une chie…

- TUT TUT TUT! On se calme, Lady Evelyne! S’écria soudainement le garde du corps afin de la couper dans ses propos indécents. Pardonnez-moi, très chère, mais je suis un peu occupé dans l’immédiat! Soyez aimables et assoyez-vous à l’écart, je vous reviens un peu plus tard!

Sans préambule, il agrippa la main de la Lady et la fit tournoyer sur elle-même jusqu’à ce qu’elle tombe assise sur un siège, un peu en retrait. Une fois libéré de l’étreinte à la fois étrange et vulgaire de son amante de la veille, Alistair se jeta dans la mêlée. Inutile de préciser que cette bagarre soudaine déclencha une véritable rixe à travers le commerce entier! Puisqu’ils en étaient la source même, ce ne fut pas très long que les deux hommes se virent encerclés par leurs adversaires, se retrouvant dos à dos pour mieux éviter les attaques de revers.

- Je ne sais pas! Évite, pour le moment! Répondit rapidement Ali à l’interrogation de son pote qui lui demandait s’il était possible de tuer de Lord en question.

Glissant une main sur le dossier d’une chaise, le soldat royal tira avec force sur le meuble et fracassa ce dernier directement sur la tête de l’un des hommes de main du Lord qui avait tenté de s’en prendre à lui. Un bruit dégoûtant se fit rapidement entendre suivit de l’odeur acide et acre typique à de la vomissure. Instinctivement, le garde du corps de la princesse Daenya jeta un coup d’œil par-dessus son épaule et laissa échapper une expression dégoûtée devant le dégât qu’avait causé Ashton. La suite fut toutefois bien pire! Alors qu’il avait lui-même été distrait, le soldat ne vit pas venir le coup de pied fulgurant que lui réserva un nouvel assaillant. Ainsi, l’attaque le frappa en pleine poitrine, le forçant à tituber vers l’arrière. Dans la poussée, Ali heurta Ashton, glissa dans la flaque de vomi et bascula vers l’arrière, son dos heurtant solidement le sol sous ses pieds. Oh non… Oh non. Putain de merde de bordel!! Venait-il RÉELLEMENT de s’affaler dans la VOMISSURE de son meilleur ami? Tournant lentement la tête, Ali nota un morceau de saucisse prémâché qui trônait juste à côté de son oreille gauche. Mouais… Il venait de faire ça…

- Je vais te faire lécher le plancher, Ashton!! Tonna-t-il, furieux… Surtout devant l’hilarité évidente de son pote!

Ah comme ça il trouvait ça drôle, hein?! Sans aucun scrupule, Alistair tendit la main, agrippa le morceau de saucisse répugnant et gluant, puis le lança en direction de la tronche de son pote qui, malheureusement (ou heureusement?) eut le réflexe de se pencher. Le projectile nauséabond passa donc au-dessus de la tête du dragonnier… et alla heurter le Lord – qui se trouvait derrière lui – directement dans l’œil! Oops? Ce dernier beugla des ordres à tous vents, à la fois souffrant par la tasse d’eau bouillante, mais également profondément écœuré par la saucisse. Aaaah! Ash devait prendre son pied, là! Avant même qu’il ne puisse balancer quelconque insulte, le soldat royal sentit une poigne solide l’agripper par les épaules alors que l’un de ses adversaires le relevait de force pour ensuite le balancer sans ménagement contre une table. Sous l’impact, Callahan et le mobilier s’écroulèrent dans un vacarme impressionnant, surtout au vu des verres qui s’y trouvaient et qui virevoltèrent en une multitude d’éclats. Voilà qui n’aidait en rien son mal de crâne!

Cette fois, il en avait marre! Ils voulaient avoir des ennuis? Alors ils seraient servis! Son assaillant courut en sa direction dans le but évident de continuer de s’en prendre à lui, mais Ali fut plus rapide. Agrippant le tisonnier qui se trouvait près du foyer (et qui était, dans l’immédiat, à portée de main), le soldat pivota sur lui-même et frappa de toutes ses forces sur la jambe de son ennemi, lui déboîtant la rotule dans un bruit mat. Le bougre hurla de douleur et s’effondra au sol, tenant sa jambe meurtrie à deux mains. Visiblement furieux, le garde du corps, agrippa la chaudière de cendres qui se trouvait tout près et vida le contenu directement au visage de l’homme au sol, qui toussota avec difficulté pour retrouver son souffle. Alistair balança la chaudière vide directement derrière la tête d’un homme qui désirait attaquer son pote de revers, puis marcha d’un pas décidé vers le combat qui faisait toujours rage (Ashton étant coincé avec la majorité des assaillants). Levant le tisonnier qu’il avait toujours en main, il glissa le manche de bord en bord de la gorge du Lord et tira avec violence vers l’arrière, effectuant une pression sans précédent sur sa trachée.

- Dis à tes hommes de se calmer, sinon, je peux t’assurer que tu le regretteras, tonna-t-il avec force.

Pour appuyer ses propos, Callahan resserra encore davantage la pression du tisonnier de part en part de la gorge de son captif au point où ce dernier ne respirait plus du tout. Le Lord gesticula dans tous les sens, ce qui attira l’attention de ses fiers-à-bras qui cessèrent immédiatement toute hostilité.

- Bien, ajouta Alistair d’un air plus doucereux. Maintenant, vous allez foutre le camp d’ici et laisser cette pauvre femme tranquille. Elle vous rejoindra lorsqu’elle sera remise de ses émotions. Et si j’apprenais que vous aviez levé la main sur elle, alors croyez-moi, je vous retrouverai. Hochez de la tête, si vous avez bien compris.

Le Lord opina frénétiquement du chef et Ali relâcha donc sa poigne, lui permettant à nouveau de respirer. Bon après, le garde du corps savait que la femme était loin d’être blanche comme neige. Surtout en ce moment précis où elle souriait largement, se foutant royalement de la gueule de son époux. Après, peut-être était-elle réellement pénible, comme conjointe? Il n’avait pas envie d’en savoir davantage sur le sujet, pour dire vrai. Le Lord, visiblement humilié, lui jeta un regard noir, puis, d’un bref signe de main, fit signe à ses hommes de le suivre hors de l’établissement. Le soldat royal avait bien compris ce que signifiait cette œillade qu’il lui avait balancée : cette histoire n’était pas terminée. Maiiiiiiiiiis… Il n’en avait rien à foutre.

La taverne redevint tranquille, puis Lady Evelyne ne se fit pas prier pour se relever et courir jusqu’à ses sauveurs. Elle se pendit rapidement au cou de son amant de la veille, minaudant comme une chatte en chaleur, visiblement ravie de voir que son « chevalier servant était venu à son secours ». Ohhhh que non! Il avait déjà donné à ce niveau! Sans plus attendre, Ali détacha la dame de son corps et la repoussa gentiment.

- Tout d’abord, c’est cette tête brûlée d’Ashton qu’il faut remercier. Il est le premier à avoir agi. Ensuite… ne le prenez pas mal, Lady, mais j’ai un foutu mal de bloc, alors un peu d’air me ferait le plus grand bien… D’autant plus que j’empeste… Je me demande bien à qui la faute…

Callahan jeta un regard mauvais en coin en direction de son pote, puis retira son manteau long fétiche pour aviser les dégâts. Le dos était humecté du fluide corporel nauséabond et de débris d’œuf prédigérés… Berk… C’était littéralement répugnant. Toutefois, avant même que le jeune homme de 26 ans ne puisse se détourner, un toussotement puissant se fit entendre. D’instinct, les deux compagnons tournèrent la tête pour aviser le tenancier des lieux qui, visiblement, était furibond.

- Vous avez foutu une pagaille sans pareil dans mon établissement! Gronda-t-il alors que Catherine s’affairait déjà à redresser la table renversée et à nettoyer l’amoncellement de cendre qui trônait dans la pièce. Vous avez ruiné ma vaisselle et fait fuir plusieurs de mes clients!! Comment comptez-vous réparer tout ça, messieurs?! Parce que je compte bien être dédommagé, sinon j’irai me plaindre directement à la milice!

Bon… Ali avait du fric sur lui, mais pas suffisamment pour tout rembourser… Le reste se trouvait dans ses appartements, dans la caserne du Red Keep. À voir la tronche que tirait Ash, il comprit que ce dernier avait également une bourse plutôt vide, au vu de leurs festivités coûteuses de la veille. À moins que le propriétaire des lieux n’accepte un crédit? Le temps qu’ils aillent quérir le nécessaire… Hum… à voir sa tronche, il en doutait fortement…

**********************

- Merde, Ash. Y reste des résidus d’œuf dans le coin de l’écuelle! C’est dégueulasse, frotte mieux que ça! Soupira Ali qui redonnait le plat à son compagnon qui asticoquait la vaisselle sale dans le fond du bac rempli d’eau chaude.

Mouais… Ils étaient de corvées, le temps de quelques heures, histoire de repayer leur dette auprès du propriétaire. Heureusement, à voir l’amoncellement de vaisselles propre et séché qui se trouvait sur la gauche du garde du corps, il était évident qu’ils arrivaient à la fin de leur besogne semi-méritée. Toutefois, plus le temps filait, plus Ali avait l’impression qu’Ash bâclait le travail, en ayant probablement marre de frotter les plats salis par autrui. Il pouvait comprendre. C’était foutrement ingrat comme boulot et le propriétaire y était allé UN PEU FORT, selon lui. Bon après, PEUT-ÊTRE l’avaient-ils un brin mérité, vu le foutoir qu’ils avaient fait au sein de l’établissement… Meh. Heureusement, Catherine avait été assez gentille pour nettoyer le manteau d’Ali et ce dernier s’était au moins retrouvé avec des vêtements propres. Au moins, il n’avait plus l’impression d’être une souillure ambulante!

Le guerrier royal agrippa l’écuelle maintenant propre, puis l’essuya avec son torchon qui commençait à être un peu trop imbibé. À voir les plats et gobelets encore sales qui trônaient sur la droite du dragonnier, ils en avaient encore pour environ quinze minutes. Ensuite, il se prendrait un truc à bouffer sur le pouce et sortirait prendre un peu d’air. Son mal de bloc avait diminué en intensité, mais était toujours présent. À voir la tronche que tirait son compagnon, le Crownman comprit que ce dernier se sentait physiquement mieux, même s’il semblait irrité par leur situation actuelle.

- T’es encore furax parce qu’on se claque la vaisselle? Demanda Ali, un sourire en coin aux lèvres. Vois ça comme une expérience HORS DU COMMUN! Tu ne dois pas avoir lavé ton lot d’écuelles sales dans ta vie, hein? Ce n’est pas la fin du monde. On s’en tire même plutôt bien, si tu veux mon avis. Ça nous permettra de pouvoir revenir dans le futur sans se faire chier avec le propriétaire. Pour ma part, j’ai l’habitude de la vaisselle, donc ça va… C’est de laver qui te fait chier? On change si tu veux. Si ça peut te calmer… Tendant le bras, Ali agrippa un torchon sec et le tendit à son pote qui s’en saisit en ronchonnant. Il roula les manches de sa tunique d’ébène, puis enfonça ses mains dans l’eau chaude, s’affairant à nettoyer un gobelet qui puait la bière séchée. Mes parents possèdent une auberge dans l’ouest de la ville. Lorsque je faisais l’idiot – ce qui arrivait trop souvent à leur goût –, c’était la corvée à laquelle on me collait, histoire de me faire réfléchir. Sauf que, à l’époque, j’étais tout seul pour me coltiner tout le travail. C’était terriblement chiant.

Il ne savait pas trop pourquoi il avait dit ça. Peut-être pour expliquer pourquoi il était si zen devant une corvée qui, d’ordinaire, ne leur revenait absolument pas. Une expression songeuse ceignit ses traits, alors qu’il tendait le gobelet propre à son compagnon.

- J’ai l’impression que je n’ai pas fini d’entendre parler de ce Lord de pacotille. Au regard qu’il m’a balancé, je peux m’attendre à une réplique cinglante de sa part. Tu crois qu’il possède davantage d’hommes à sa solde? Enfin, pas que je m’inquiète réellement, mais je vais simplement devoir surveiller mes arrières lors de mes prochaines sorties…
♔ Soldat Targaryen
♔ Garde du corps de la Princesse Daeyna
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Oct - 2:36


La réponse à la question qu’il avait posée à son meilleur ami ne se fit pas attendre et bien entendu, à celle-ci, Ashton grimaça de désapprobation. Éviter pour le moment? Il voulait rire? C’est quand qu’il saurait quand ce serait possible? Ein?! Ce n’était pas assez, là? Il se pencha de justesse pour éviter un coup, se disant qu’Alistair était trop rabat-joie parfois. Trop sérieux. Il le préférait saoul, là. Même lorsqu’il finissait avec une Lady Cannibale, c’était tout de même plus marrant que de ne pas trop savoir s’il pouvait tuer ou pas un Lord. Bon, c’était un peu ambiguë c’était bien vrai, mais la légitime défense, il ne connaissait pas? Bon… Il avait plutôt sauté sur le Lord… Mais euh… Ouais bon. Ce n’étais pas de sa faute à lui si l’autre brute brutalisait sa femme! Qu’aurait-il pu faire? Rien? Pardon s’il n’aimait pas rester figé sur place sous prétexte qu’il réfléchissait. Pendant ce temps, elle se serait récolté une autre gifle ou pire encore qui sais. Il n’avait pas besoin de décrire à qui voulait bien l’entendre ce qu’il lui ferait subir non plus. Il y avait des limites qu’il ne fallait pas franchir avec le jeune Dragonnier. Il en entendait déjà suffisamment en Red Keep. Peut-être que c’était sa façon à lui de pété les plombs.

Il évitait un autre coup lorsqu’il vit Alistair s’effondrer du coin de l’œil. Inquiet, il se tourna en sa direction pour voir qu’il avait simplement glisser sur… Sur sa vomissure de plus tôt. Sous la tronche dégouté et outré de son meilleure pote, Ashton ne put s’empêcher d’éclater d’un rire sans la moindre retenu et explosa, littéralement à ses propos.

HAHAHAHAHAouaaaaf…

C’était à peu près le moment où il vit le morceau de saucisse prémâcher voler en sa direction comme seule riposte de la part du garde du corps Royal et qu’il se pencha de justesse pour ne pas le recevoir en pleine gueule. Toujours affichant une expression totalement hilare au visage, il suivit du regard le projectile dégoulinant qui passa, presque au ralentit –selon lui- au-dessus de sa tête pour aller rebondir sur le Lord qui se trouvait derrière lui dans le but évident de l’atteindre. Bam! Directement dans l’œil! Ashton ne se pouvant plus, se remit à hurler de rire en se tenant le ventre sous l’expression ahurit des larcins de celui-ci. Ce dernier beugla des ordres à ceux-ci, rougit à la fois par la tasse d’eau bouillante qu’il c’était préalablement reçus, mais également rouge écarlate de rage. Sincèrement, il prenait son pied… Faute d’avoir pu le prendre totalement et différemment hier soir avec la jolie serveuse. Quel magnifique prix de consolation, sérieusement!

Pour le rappeler à l’ordre, il sentie une lame siffler à quelques centimètre de son oreille, ce qui le força à se jeter à plat ventre au sol, étant déjà pencher en vue de presque douloureux fou rire. Il roula sur le dos prestement et flanqua un coup de pied directement sur le genou de son assaillant. Le craquement sonore qui se fit entendre témoignait de la force de l’impact tandis que l’homme de main s’écroula littéralement au sol en hurlant, le genou replié dans le sens opposé. Il dû s’empresser de rouler encore une fois sur le côté pour éviter un coup d’épée visiblement plus rageur que bien calculé et tituba quelque peu en se relevant –ouais parce-que la gueule de bois qu’il se traînait ne pouvait lui permettre d’être à son cent pour cent malgré l’adrénaline-.

Il réalisa bien rapidement que s’il avait du mal à éviter tous les coups, en recevant d’ailleurs un qui lui lacéra le torse, tandis qu’il eut la chance de faire un bon derrière –et directement dans les bras chaleureux d’un des hommes- c’était qu’il avait tous les foutu hommes de mains encore debout après lui! Hey! Il balança violemment sa tête vers l’arrière, fracassant ainsi le nez de l’homme qui le maintenait afin de permettre à ses copains de le mettre hors d’état de nuire. En se dégageant, il n’aurait pu éviter un coup sournois du pommeau d’une épée derrière la nuque si cela n’aurait pas été d’Alistair qui revenait dans la course en balançant une chaudière en plein derrière la tête de l’impudent. Le bruit le forçant à se retourner, frappant la gueule de l’homme qui n’avait même pas fini sa chute. Pour la peine quoi!

Ni une, ni deux, la voix de son pote ce fit entendre tandis qu’il ordonnait au Lord de rappeler ses hommes –qui ignorèrent totalement la chose, trop occuper à chercher à le taper-. Il fallait avouer que même Ashton n’avait pas trop porté attention à ses propos, mais fini bien par le faire lorsque les hommes de mains se calmèrent sous les gesticulations de leur chef. Profitant de ce petit détournement d’attention, le Dragonnier en profita pour assener un dernier coup de coude en pleine tempe à un imbécile qui venait de s’arrêter prêt de lui, épée en l’air en SA direction. Quoi qu’il en soit, il reprit rapidement le sourire et vint se positionner près de son pote, non sans essuyer son arcade sourcilière fendu du revers de la main, gardant son épée qu’il avait ramassée en chemin bien en main.

-Ouais, ont vous retrouvera.

Ajouta-t-il à la menace ouverte de son ami, faisant désormais tournoyer son épée dans sa main, changeant son sourire colgate, pour un sourire plus carnassier, cette fois. Quant à l’œillade qu’on lança à Alistair, cela ne lui échappa pas. D’un bref signe de main, le Lord fit signe à ses hommes de le suivre hors de l’établissement et quittèrent sans un mot, laissant le calme plat retombé dans la salle désordonnée.

-En tout cas, tu peux compter sur moi s’ils te rôdent autour, ont leur casse la gueule pour de bon.

Fit-il en serrant son épée dans son fourreau, tandis qu’Alistair était déjà au prise avec Lady Cannibale, jetant l’espace d’un instant un regard noir à son ami qui le gratifiait de son intervention. Il se contenta de fouetter l’air du revers de la main, non sans pousser un bref soupir. Hors de question qu’il laisse cette folle l’approcher de nouveau. Il allait surement garder une cicatrice, en plus. Il observa son compagnon observé les dégâts sur son manteau et haussa les épaules en ouvrant la bouche pour ce justifié sous son regard noir, mais un toussotement puissant se fit entendre. D’instinct, les deux amis tournèrent la tête pour aviser le tenancier des lieux qui, visiblement, n’étaient pas du tout de bonne humeur et pour cause… Ils avaient un peu massacré l’endroit, mais ce n’étais pas uniquement de leur faute! Il n’avait vraiment pas le sens de la justice, celui-là! Bien entendu que l’homme ne se fit pas prier pour leur remettre l’état des lieux sous le nez et les pointé du doigt. Ashton avait déjà entreprit d’aider Catherine à redresser une table, non sans qu’un petit regard coquin ne se partage entre les deux. Cela fut cependant de courte durée, puisque l’homme réclamait même un dû! Il jeta un coup d’œil à Alistair qui visiblement, n’avait pas assez sur lui et lui… Il n’avait littéralement plus de bourse, à cause de la belle rousse qui la lui avait sournoisement volée! Mouais, ça sonnait mal, tout ça…


Dragon Feu 2  Dragon Feu 2  Dragon Feu 2



Il frottait un peu rageusement des assiettes dans l’eau et grimaça volontiers lorsque son ami lui tendit de nouveau une écuelle qu’il avait soit disant mal lavé. Depuis quand il était devenu un espèce de patron quelconque à lui ordonner comment faire ci et ça. Ce n’étais pas qu’il en avait marre –si, si, il en avait marre…- mais c’était surtout qu’il n’était pas trop de bonne humeur, ne comprenait pas pourquoi ils devaient payer pour avoir sauvé une donzelle –temporairement?- du courroux de son mari violent. Il aurait très bien put réclamer ce dû au Lord tiens, pourquoi pas! Il avait sans doute bien plus de fric que les deux jeunes hommes réunis, mais non. C’était eux qui se coltinais cette sale besogne. Encore heureux, il ne leur en restait plus pour très longtemps. Ils pourraient ensuite sortir et prendre l’air. Son mal de crâne n’allait pas mieux et il était un peu courbaturer, probablement en vue de sa chute dans les escaliers. D’ailleurs, il étira son cou de gauche à droite, le laissant craquer et ainsi donc, ses muscles se dénoué un peu.

Alistair reprit la parole, présumant qu’il était furax parce-qu’ils faisaient la vaisselle. Bah, il n’avait pas totalement tord sur le sujet, mais il ne put s’empêcher de lui jeter un regard noir, oblique lorsqu’il présuma aussi que ce n’étais pas le genre de corvée qu’il avait pu faire dans sa vie. C’était vrai qu’on laissait souvent cela aux femmes esclaves et que les mômes comme lui, à l’époque travaillais déjà trop fort sous le soleil d’Essos. S’il resta tout de même calme fut sans doute le fait qu’il se souvenait bien n’avoir jamais parlé de sa jeunesse à son pote. En fait, ils n’avaient jamais vraiment parlé de leur enfance, cela n’était jamais tombé sur le sujet. Si Ashton présumait que son ami avait rejoint l’armé de son plein gré, sans doute dans le but de changer le monde ou un truc comme ça, lui, c’était un peu différent. Il n’était tout de même pas né à Dragonstone, ni Dragonnier. Il fallait avouer qu’en vue des cicatrices assez évidente et creuses qui striaient son dos, assez typique des fouets… Qu’il aurait cru que son ami aurait compris l’histoire que sa chair racontait pour lui. Au nombre de fois qu’ils c’étaient entraîner ensemble sous le soleil de plomb. Remarque, avec le caractère qu’il avait, il aurait bien pu se les recevoir par le Chef de l’Académie, ce qui somme toutes, était tout à fait plausible en vue des quelques autres blessures récolté en son honneur…

Agrippant le linge sec sans un mot et changeant de place avec Alistair, le jeune Dothraki jeta un coup d’œil un peu curieux à son ami alors qu’il lui racontait, visiblement, un bout de sa jeunesse. Ouais, c’était vrai qu’à le voir aller, il semblait avoir sans doute fait ça pas mal plus souvent que lui. Si c’était le genre de punition qu’il saurait récolté par le passé, ou même à l’Académie, il aurait sans doute été mort de rire. Dans tous les cas, il écouta la suite des propos de son ami d’un air un peu songeur lorsqu’il rapporta un peu son attention sur celui-ci tandis qu’il faisait mention du Lord. Il haussa les épaules.

-Bonne question, mais ce serait aisé de le savoir, maintenant qu’on sait le nom de sa femme. Remonter à lui ne sera pas bien dure tout comme obtenir l’information. Puis s’il apprend à qui il a à faire, il se tiendra tranquille s’il est intelligent… Quoi que je doute.

Quand même, un Dragonnier et un Garde Royal. À la limite, ils avaient plus d’importance en King’s Landing que ce Lord, tant qu’il n’était pas trop foutrement fortuné, parce-que sinon, ouais, il pourrait même aller se plaindre à cet idiot de Leith, ou le Roi lui-même.

Ils restèrent donc silencieux un moment, terminant leur corvée au bout d’une quinzaine de minutes, au même moment où Catherine venait s’enquérir de leur état de pauvres ivrognes en lendemain de veille, avec deux tasses de thé! Tout sourire, Ashton accueilli le liquide qu’il n’avait hélas pas eu la chance de boire au final tandis que celle-ci les complimentais sur leur beau boulot les taquinant au passage en leur mentionnant qu’ils avaient souvent besoin de plongeurs, surtout pour les grosses soirées. Le Dragonnier déclina gentiment l’offre, mais promis qu’ils seraient plus sage à l’avenir, tandis que le tenancier venait de quitté son petit bureau tout au fond et traverser la petite salle non sans leur jeter un regard sévère. Alistair eu la bonté de cœur de lui payer un truc sur le pouce et le duo quittèrent après avoir fini leur thé qu’ils burent presque d’une traite, se brûlant de l’intérieur pour sa part, mais appréciant la chose.

Marchant donc d’un pas plutôt lent à travers la ville déjà bien réveillé, le duo dégustait leur déjeuner, non sous le commentaire du Garde d’essayer de garder ce repas dans son estomac, cette fois. Ashton sourit. Il avait moins la nausée, mais c’était évident qu’il avait surtout besoin d’un bon somme dans un lit et non sur le plancher froid d’un sous-sol d’Auberge. Il repensait au commentaire que lui avait balancé Alistair, aussi. Il hésitait entre laissé couler et le laisser dans l’ignorance, ou simplement faire preuve de bonne foi et lui partager une petite partie de sa jeunesse, lui aussi.

-Puis pour les corvées, c’est vrai que je n’étais pas de ceux qui en ont tant fait, dans les cuisines. J’étais plutôt dehors à faire toutes sortes de travaux «ingrat», comme tu disais, pour le plaisir du Bon Maître qui nous possédait, ma mère et moi, mais je pense avoir aussi lavé mon lot d’écuelles sales. Si je faisais «l’idiot», c’était loin d’être le genre de châtiment qui m’attendait. Ça ne m’aurait pas trop «dompté», de toute façon, pas plus que le reste.

Il lui jeta un coup d’œil oblique et passa une main dans ses cheveux. C’était pas le genre de truc lequel on se vantait, même s’il pouvait se considéré fiere de remonté d’aussi loin, mais cela ne faisait, de toute façon pas partie de son éducation. Le terme «Bon Maître» était uniquement utiliser en Astapor. Si Alistair connaissait moindrement un peu sa géographie et les bases de chacune des Cité d’Essos, il n’aurait pas besoin de plus de détail. Puis, qui parlait de «maîtres» si ce n’était qu’en lien avec l’esclavage?

-C’est pas comme si les Dothraki Bâtards courait les rues de Westeros. Encore moins que j’ai été fils d’un Lord et «grâcier» de la chance ultime de pouvoir tenté ma chance auprès de l’Académie «prestigieuse» du Souverain des Sept Couronnes.

Il gloussa. Il lui avait déjà mentionné être originaire d’Essos, mais sans plus. Bien qu’il y avait des villageois bien normaux, pas nécessairement sous la dictature d’un Lord ou d’un Dirigeant quelconque, ce n’étais pas non plus comme si un Dothraki aurait quitté la Dothraki Sea dans l’unique but d’aller en Dragonstone devenir Dragonnier. Leur forces étaient bien de monté les Chevaux. Cela aurait presque été incohérent qu’on balance un future guerrier sur un autre continent.

-En fait, si je suis ici c’est grâce à Onyx et uniquement lui. J’étais dans de sales draps. Ont voulais me vendre pour devenir un immaculé. Il n’avait pas besoin alors de lui préciser la partie tentative d’émasculation de l’histoire. Dans ma fuite –ironique, il l’était lui aussi-, il m’est littéralement tombé dessus et ma marqué... C’était la première fois que je voyais un Dragon… Alors pour ça, on m’a amené ici. Donc voilà. Si ce n’aurait pas été d’Onyx, je ne serais surement plus de ce monde. Après ce que j’ai fait pour me défendre, on comptait m’abattre comme un chien. J’avais à peine 6 ans. J’étais encore un môme.

Alors qu’il terminait sa phrase, il c’était arrêter pour tendre son restant de repas à un homme assis dos à un bâtiment, la main lever dans l’espoir d’avoir un Dragon d’Or. Celui-ci ne semblait pas trop surpris qu’Ashton lui remette un truc à manger, comme si ce n’étais pas la première fois. Il se contenta de le gratifier, sans se faire prier pour croquer dans le tout avec sa dentition pourrie, puis se retourna vers Alistair pour continuer leur route.

J’ai peut-être en effet une révulsion pour ce genre de boulot, mais ce n’est assurément pas pour les raisons que tu croyais. Sa me rappelle simplement des mauvais souvenirs, c’est tout. Puis maintenant que je peux foutre des racler à ceux qui abusent, je ne me fait pas prier. Sinon au fait, désolée que ton manteau ait écopé, mais faut avouer que c’était quand même hilarant. Pouf, les quatre fers en l’air… Tu aurais dû te voir. C’était magnifique.

Ill laissa échapper un cris faussement efféminé en évitant une claque d’Alistair, qui n’entendait pas à rire sur cette petite partie de leur péripétie. Puis éclata de rire, non sans taper l’épaule de son ami.

-Écoute, tu t’es taper deux filles toi au moins. Moi, j’ai eu droit à un vol de bourse, une semi-baise et un baril comme compagnon de fin de soirée dans une cave d’Auberge et surement un muscle coincé dans la nuque. Tu t’en sors fichtrement mieux que moi, ein. Alors laisse-moi me marré.

Fiti-il en s’étirant de nouveau le cou. Merde, il avait dormi dans une de ses positions, qu’il ne pouvait pas savoir si c’était la chute ou sa sieste d’ivrogne qui lui valait cette courbature désagréable. Peut-être un peu des deux, aussi.

-Sinon, ton «babysitting» avec la Princesses Daeyna a se passe bien? On était censé boire pour oublier ta promotion… Ou un truc du genre il me semble, non?

Il n’arrivait pas trop à se souvenir pour dire vrai et il se demandait si son ami lui-même s’en rappelait. Dans tous les cas, ils étaient un peu dans le même bateau, lui et Ali, mais sincèrement, son pote était dans le gardiennage jusqu’au cou, sans compter que Aegon V lui avait sans doute demandé un truc spécifique. Il ne faisait jamais rien pour rien. protéger ses sœurs? Il n’y avait pas que ça, c’était évident.

-Aller avoue que ton boulot c’est pas «juste» de surveiller ses arrières. Ta le droit de la protéger contre son frère aussi? Parce-ce que franchement, c’est pas mal le plus gros des dangers que les «Perles de Dragons» courent.

Ils n’avaient jamais vraiment parlé de ça. Ashton était curieux de connaître l’avis de son ami sur le sujet. Il doutait fort qu’il approuve les actes du Souverain, ce n’étais pas son genre. Comment vivait-il, lui, de fermer les yeux sur certaines choses? Pour sa part, il en était incapable. Il n’arriverait pas à ne rien faire, s’il surprenait le Roi maltraité ou abusé l’une de ses sœurs. Sa finirait tôt ou tard par lui attirer des ennuis, ces valeurs.
Administratrice de DOW
♔ Dragonnier
♔ Patrouilleur
♔ Bâtard Targaryen
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Listen, smile, agree and then...
Do whatever you were gonna do anyway.
Change de ciel, tu changeras d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Nov - 11:32
Un air songeur au visage, Ali récurait un gobelet en terre cuite qu’il tenait entre ses mains trempées. Il était vrai qu’il ne serait en rien une tâche ardue que de retrouver le noble connard, si ce dernier esquissait la moindre tentative contre lui. Et puis, en cas de pépin, le soldat royal était sûr d’une chose : son pote Ash se ferait un plaisir de surveiller ses arrières et de l’assister en cas d’emmerdes. Malgré son air pensif, Callahan esquissa un sourire en coin lorsqu’il entendit la dernière remarque énoncée par le dragonnier de service. Ouais, l’intelligence ne semblait pas être un trait de caractère des plus développés chez l’imbécile qu’ils avaient confronté plus tôt. Bon après… il n’avait pas réellement de craintes le concernant, mais rester sur ses gardes un petit moment n’était assurément pas superflus.

Un silence plana, entrecoupé par le bruit de vaisselle heurtant les parois du baril de bois dans lequel les articles se trouvaient. La besogne perdura encore 15 bonnes minutes avant qu’enfin le duo ne soit libéré de sa tâche ingrate. Agrippant un torchon, Alistair essuya ses mains, puis pivota sur lui-même alors qu’il entendit la porte battante derrière eux grincer sur ses gonds. Catherine, la serveuse blonde, marchait en leur direction avec deux gobelets de thé dans les mains. Le sourire radieux qu’elle servit au dragonnier en disait long sur son appréciation envers lui! Ali hocha de la tête en sa direction en guise de remerciement, puis agrippa le verre rempli de liquide chaud entre ses mains. Si ce liquide légèrement amer n’aidait pas nécessairement à éclaircir les idées embrumées par les vestiges d’alcool, il réchauffait néanmoins l’âme des pauvres hommes combattants les affres du lendemain de veille!

Entre deux gorgées de thé, la belle profita du moment présent pour taquiner les deux guerriers sur leurs prouesses exceptionnels en tant que « plongeurs » chose à laquelle Ali se contenta de sourire. Évidemment, si la beauté prenait le tout avec un grain de sel, il en était réellement autrement du propriétaire des lieux qui passa non loin tout en leur jetant un regard sévère. Visiblement, celui-là aurait la mémoire longue! D’un bref mouvement de tête, le soldat royal le salua, puis jeta un regard en coin vers son pote. Mouais… ils n’allaient pas traîner ici plus longtemps. D’un bref signe entendu, les deux hommes terminèrent leur thé en une rasade, grimaçant en synchronisation alors que le liquide bouillonnant leur brûlait l’œsophage.

- Catherine? Je peux te commander deux encas pour emporter? Fit le Crownman, la voix un peu rauque après avoir toussoté. Des sandwichs feront l’affaire…

La beauté les gratifia d’un clin d’œil, puis s’éloigna pour préparer le tout pendant que le duo traversa les portes battantes qui donnaient sur la salle à manger. C’est dans un élan soudain de générosité qu’Ali paya donc le repas de son pote, puis s’aventura dans la rue en sa compagnie. Les deux hommes progressèrent côte à côte dans un rythme paresseux parmi les badauds qui s’affairaient déjà à entamer leur journée. Ali croqua à pleines dents dans son sandwich à la viande braisée, puis jeta un regard en coin à Ashton qui faisait de même, le regard légèrement absent.

- C’est par bonté que je t’ai payé ce petit déj’, fit-il avec un sourire en coin. T’avises pas de le gaspiller en dégobillant partout, cette fois! Mon manteau ne supporterait pas cette récidive…

Visiblement, son commentaire avait fait mouche puisqu’il discerna sans mal le sourire amusé qui flottait sur les lèvres du dragonnier. Allait-il relever sa remarque? Visiblement, non, puisqu’il changea drastiquement de sujet. C’est donc avec une ouverture toute nouvelle qu’Ashton s’aventura sur le terrain épineux de son passé. Callahan était silencieux et continua de bouffer son encas tout en écoutant religieusement les propos de son compagnon qui lui révéla avoir effectué toutes sortes de tâches ingrates, pour le bon plaisir de son « maître » de l’époque. Hmmm… Ali s’en doutait. Il savait que son copain venait d’Essos, là où – à certains endroits – l’esclavage était toujours d’actualité. Allez savoir pourquoi il avait deviné d’avance sans nécessairement justifier le tout auprès d’Ashton… Peut-être était-il simplement perspicace ou possédait un pseudo sixième sens? Dans tous les cas, il devina aisément le genre de corvées qui devaient attendre le jeune homme lorsqu’il décidait de n’en faire qu’à sa tête… ça n’avait assurément rien à voir avec la vaisselle sale.

Une nouvelle info lui fut d’ailleurs balancée : le fait qu’Ashton soit d’origine Dothraki. Encore une fois, Ali s’en était un peu douté, vu l’apparence physique de son copain, mais n’avait jamais osé tenter de justifier la chose auprès de lui. Allez savoir pourquoi, il n’avait pas envie de creuser le passé de son compagnon, non pas par manque d’intérêt plus que par respect pour qui il était. Après tout, farfouiller le passé des autres ne faisait pas partie de ses principes : si les autres avaient envie de causer, il était là, tout simplement. Un peu comme en ce moment quoi! Malgré que… il devait admettre que ça piquait sa curiosité tout ça. Mais bon, il allait s’abstenir de poser trop de questions. Terminant son encas, le guerrier royal continua sa progression aux côtés du Dothraki, les mains dans les poches, et continuant d’écouter les propos forts intéressants qui émanaient de sa bouche.

Alistair ne put s’empêcher de grimacer lorsque le guerrier aux cheveux noirs lui révéla avoir failli être vendu dans le but de devenir un immaculé. Il avait déjà entendu parler de ces combattants sans merci, agissant comme de bons petits soldats sans volonté. Mais c’était surtout leur réputation d’être eunuques qui le répugnait le plus! Le dragonnier lui expliqua comment sa route était venue à croiser celle de sa monture et à quel point cette rencontre extraordinaire lui avait été bénéfique alors qu’il n’était âgé que de 6 ans. Tout ça donnait matière à cogiter sur les inégalités sociales de ce monde, ces dernières sévissant tout particulièrement dans le pays d’Essos. Déjà, la marge flagrante et dégueulasse entre les riches et les pauvres répugnait royalement le garde du corps de la princesse, il n’était donc pas étonnant de voir qu’il ne restait pas insensible à la misère des pauvres esclaves. Ralentissant le pas, Callahan observa son pote tendre le reste de son repas à un mendiant, puis expliqua sa réaction de plus tôt face à la simple corvée de vaisselle. C’était plutôt normal, considérant ce qu’il venait d’apprendre…

- Ah ta gueule… Marmonna Ali alors qu’Ash tendait à vouloir le narguer sur la passe du manteau d’un peu plus tôt! D’ailleurs, le Crownman tendit la main pour lui flanquer une claque derrière la tête, cette dernière étant esquivée de justesse dans un simple cri faussement efféminé.

Malgré le sérieux de leur conversation de plus tôt, Ashton éclata de rire et frappa son compagnon de beuverie sur l’épaule, ce dernier titubant légèrement sur la droite sous l’impact amical.

- Pauuuvre petit dragonnier martyrisé! S’exclama soudainement Callahan, un sourire en coin prenant naissance sur ses lèvres fines. Une semi-baise et un baril comme compagnon! Que dois-je faire? Pleurer sur ton sort misérable? C’est pas ma faute si mon charme indéniable m’a valu les plus beaux décolletés! Ah et pour ton cou, t’as qu’à demander à Catherine! Elle se meurt visiblement de te masser le tout dès que possible! Ça crève les yeux! Enfin, pas que la nuque, on s’entend…

Ashton s’étira le cou pour ponctuer son inconfort, puis changea drastiquement de sujet afin de s’étaler davantage sur le rôle nouvellement acquis par Alistair. Le Crownman ne put s’empêcher de grimacer à la mention de babysitter puis poussa un long soupir. Que devait-il dire? Qu’il ne détestait pas entièrement son boulot? Enfin, il avait rêvé de mieux, il fallait bien être honnête! Et puis, s’il était garde du corps de la princesse, c’était surtout parce que son Monarque lui en avait donné l’ordre formel… Mais petit à petit, il commençait à découvrir chez Daenya une femme foutrement plus intelligente et articulée qu’il n’y paraissait initialement. Avouer une telle chose, toutefois, lui soutirerait davantage de moquerie de la part du grand guignol qui lui servait de pote… Il fallait donc choisir les mots judicieusement. D’ailleurs, les commentaires sur la relation entre sa protégée et son frère aîné le rendaient profondément mal à l’aise. Il savait pertinemment ce dont était capable le roi Targaryen, alors il se trouvait assurément dans une impasse jusqu’au cou : il n’avait pas particulièrement envie de porter préjudice à la jeune femme, mais pouvait-il réellement aller contre le gré du souverain en personne? Argh… il détestait sa situation…

- C’est surtout foutrement trop délicat comme situation… Marmonna-t-il en guise de réponse à son compagnon, pendant qu’il passait une main sur sa nuque en guise de malaise. Je déteste ma position actuelle, pour être honnête. D’un côté, je me retrouve avec un boulot que je ne désirais absolument pas, puis je me retrouve à jouer les taupes pour un souverain qui, c’est évident, n’a foutrement pas toute sa tête. Si tu veux mon avis, ces filles – les sœurs de notre Monarque – sont les plus malchanceuses de tout le continent de Westeros. Plus je côtoie notre princesse, plus je réalise à quel point sa prison dorée est infernale. Il avait poursuivi la suite de ses propos à voix basse, histoire d’éviter d’attirer les oreilles indiscrètes. La princesse Daenya est assurément différente de l’idée préconçue que j’avais d’elle. Sa jeune sœur Khanrell également, pour le peu que je la connaisse. Je pensais avoir affaire à des pimbêches de la haute caste, mais au final, elles sont foutrement plus réfléchies que ce que l’on essaie de faire voir d’elles. Malheureusement, la peur de leur frère les taraude et les musèle plus que ce que l’on peut croire. Pour être honnête… je déteste ma position. Enfin, pour le fait d’être garde du corps, je m’y fais tranquillement, mais je me retrouve coincé entre l’écorce et l’arbre : entre l’intégrité de ma protégée et les demandes belliqueuses de mon véritable employeur… C’est un peu la merde si tu veux mon avis. Je me sens comme le pire des hypocrites, et les Dieux seuls savent que ce n’est vraiment pas dans mes habitudes.

La grimace qu’il fit en disait long sur sa pensée. Il avait cette nette impression de trahir Daenya sur toute la ligne. C’était plus fort que lui! Si normalement ce genre de choses lui passait par-dessus la tête sans problème, il en venait – au fil du temps – à apprécier réellement la jeune femme. Et puis, lui qui détestait les injustices auxquelles il assistait, n’était-ce pas également ce genre de choses que subissait la princesse aînée face aux caprices insupportables de son fou de frangin? Bref. La mine qu’il tirait en disait long. Une claque amicale lui fut balancée en plein dos et le jeune homme secoua doucement la tête. Pas question de se laisser abattre comme ça. Il avait des principes solides, mais il n’avait pas le choix, de toute façon, de faire son boulot tel que demandé. Autrement, le Monarque poserait trop intensément son attention sur lui et, qui sait, peut-être allait-il sévir pour cause de « mutinerie » de sa part? Qui savait réellement ce dont il était réellement capable. Et puis… une séance de pendaison publique n’était pas dans ses plans d’avenir rapproché.

- Si tu te poses la question, je regrette encore davantage la promotion que je visais initialement, ne serait-ce que pour tous ces mensonges par omission que je suis obligé de faire en ce moment. Il me semble que, outre les responsabilités importantes qui m’intéressaient réellement, tout aurait été plus simple si j’avais été capitaine de bataillon. Bref, je vais arrêter de me plaindre, maintenant, autrement, je vais ressembler à une vieille mégère qui geint tout le temps. Et je t’interdis de me dire que c’est déjà le cas!

Le guerrier poussa son compagnon qui tituba légèrement sur le côté, passant près d’heurter au passage une jeune paysanne dont les bras étaient chargés d’un énorme panier rempli de pommes. Évidemment, Ash sembla souffler un bref message d’excuse à l’égard de la damoiselle (sous le sourire amusé d’Alistair), puis ils continuèrent leur balade à travers les rues de plus en plus bondées de King’s Landing.

- Je me doutais que tu avais eu une vie plutôt difficile, fit enfin le soldat royal. Enfin, pour le peu que je savais réellement de toi, du moins. Mais à te voir aller, ça me donnait l’impression que tu avais un bagage de vie plutôt lourd. Au risque de paraître sentimental, je trouve ça sympa d’en savoir un peu davantage sur toi, même si au final, il n’y a rien de bien joli dans ton récit. Au final, je ne peux pas me plaindre vraiment. J’ai eu une enfance plutôt standard ici même en King’s Landing. Grandir dans une auberge, c’est pas la mer à boire, loin de là. Il se passa une main dans les cheveux, puis remarqua un léger sourire goguenard sur les lèvres de son pote. Oh, il connaissait ce regard. Il en était hors de question! Non… Non je ne vais pas te faire visiter l’auberge de mes parents, Ash! Il en est hors de question! J’ai pas envie que tu dégueules partout sur leur plancher et que tu fasses l’idiot devant eux! N’y pense même pas!

Parce que ouais, il connaissait suffisamment Ashton pour savoir que ce dernier se ferait un plaisir de le narguer devant sa famille et les chances que la mère d’Alistair ne décide d’embarquer dans son petit manège étaient plutôt élevées. Il fallait dire que sa génitrice avait un excellent sens de l’humour et de la répartie! Après tout, l’aîné de la fratrie Callahan n’avait pas hérité de ce trait de caractère pour rien! Quant à son orgueil… il tenait clairement ça de son père. Accélérant le pas, le garde du corps prit les devants sur son idiot de camarade, puis ignora les quelques propos moqueurs que pouvait tenir ce dernier. Ne pas répliquer, c’était la clé! Autrement, Ash s’en amuserait encore davantage!

- Tu dois être pas mal occupé aujourd’hui, j’imagine qu’il va falloir accélérer le pas pour revenir au Red Keep… ou peu importe l’endroit où tu as laissé traîner ta bestiole titanesque!

Tentait-il de changer de sujet? Absolument! Les mains dans les poches, Alistair espérait que son petit manège porte fruit, même si, au final, il se doutait que son compagnon était plus tenace que ça, lorsqu’une idée lui traversait réellement l’esprit. Bifurquant vers la droite, le garde du corps emprunta soudainement une allée adjacente un peu plus tranquille, puis continua sa marche. Il allait passer près d’une porte fermée adjacente à un bâtiment marchand, quand soudain, cette dernière s’ouvrit à la volée avec rudesse, le heurtant au visage de plein fouet. Sous l’impact, Alistair jura et tituba vers l’arrière jusqu’à s’affaler au sol en position assise. À voir la force avec laquelle la paroi de bois avait été propulsée, il était peu probable qu’il s’agisse réellement d’un accident. Pendant un bref instant, Ali vit des étoiles et grogna de mécontentement. Des rires méprisants se firent entendre et avant qu’il ne puisse réagir, un pied le heurta de plein fouet en pleine poire, soutirant un craquement sourd au niveau de l’arête de son nez en plus d’un filet de sang. Sous l’assaut, le soldat royal s’écroula sur le dos avant de recevoir un autre coup dans les côtes.

Trois types se tenaient près de lui, des sourires mesquins au visage. L’un d’eux cracha au sol tout près de lui pendant qu’un autre laissa échapper un simple : « Ça t’apprendra à t’en prendre à plus important que toi, cul-terreux! ». Ils s’éloignèrent donc ensuite rapidement, riant aux éclats sans la moindre gêne pendant qu’Ali se redressait à quatre pattes en grognant d’insatisfaction. Les traîtres! S’il avait eu ne serait-ce qu’un petit moment pour les voir venir, jamais ils n’auraient eu le dessus aussi facilement! Des bruits de pas et des injures criées à la volée s’approchèrent de lui, lui faisant comprendre qu’Asthon avait probablement assisté à la scène et était décidé à intervenir.

- Ça confirme ce que je croyais : je vais devoir guetter mes arrières un moment, maugréa Callahan qui cracha un petit filet de sang avant de porter sa main gantée sur son nez d’où sortait un torrent d’hémoglobine considérable. Merde! Je pense qu’ils m’ont pété le nez, les salopards!

Bon, ce n’était assurément pas la première fois que ça lui arrivait, mais ce n’était jamais agréable! Il se redressa en position debout, non sans tituber, puis tendit la main en espérant agripper le bras de son pote au passage, mais sans succès.

- Attends, Ash, laisse-les partir! Je me fous d’eux, ils me font pas peur! Ça vaut pas la peine de perdre son temps avec ces couillons! Ash! Attends, merde!
♔ Soldat Targaryen
♔ Garde du corps de la Princesse Daeyna
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragons of Westeros : A Game of Thrones - Forum de RP :: Westeros :: Crownlands :: King's Landing-