Revenir en haut Aller en bas


The Almost Secret Meeting... [Sullivan Snow]
 :: Westeros :: North :: Winterfell

Dim 13 Aoû - 1:26
img_rp
Talyssa Stark



Talyssa adorait toujours ces moments où elle recevait un mot de Sullivan, lui mentionnant qu'il était dans la région et qu'ils pourraient se voir.

Premièrement, parce qu'elle adorait son cousin. Elle se sentait terriblement proche de lui, même s'ils ne se voyaient pas souvent. À 20 ans, le patrouilleur de la garde de nuit était beaucoup plus mature que tous les frères de la jeune lady réunis...

Et deuxièmement, parce qu'elle aimait avoir ce moment à elle, en-dehors de la forteresse de Winterfell. Elle adorait visiter le petit bourg de Winter Town, son marché et voir les gens qui y habitait qui la connaissait depuis qu'elle était toute petite. Elle aimait aussi beaucoup visiter sa tante Rose-Alice, qui était tout simplement charmante. Elle trouvait terriblement injuste que la famille l'ait reniée mais d'une certaine façon, elle enviait un peu sa tante... Elle était maintenant libre de faire ce qu'elle voulait, même si elle n'avait plus de titre, ni la richesse qui l'accompagnait.

Bien entendu, sa famille n'était pas au courant des visites occasionnelles de Talyssa à Rose-Alice, ni qu'elle avait fait la connaissance de son cousin. C'était un de ses oncles qui, lors d'une visite à Winterfell, pendant un banquet bien arrosée, avait prononcé le nom de sa cadette et n'avait pu s'empêcher de se plaindre de son absence. Le lendemain, il semblait avoir tout oublié... ou du moins, avait-il feinté de ne pas s'avoir de quoi elle parlait lorsqu'elle avait mentionné le nom de sa tante, mais le mal avait été fait... Sa curiosité piquée, Talyssa mourait d'envie de rencontrer cette femme à qui on avait attribuée le patronyme de Snow. Elle s'était donc dirigée vers Winter Town, avait questionnée un instant les villageois à qui elle faisait confiance et on lui avais indiquée avec un peu d'hésitation où vivait Rose-Alice. D'abord hésitante, la soeur cadette de son père finit par l'accueillir de mieux en mieux chaque fois que Talyssa la visitait et un jour, elle n'était pas seule mais accompagnée de Sullivan, qui passait dans la région et s'était arrêtée la visiter. Elle forma un lien immédiat avec son cousin.

Dès lors, lorsqu'il était dans la région, il en informait immédiatement Talyssa afin qu'elle descende au village les voir.

Bien entendu, la jeune fille ne pouvait pas quitter la forteresse, même pour un endroit aussi près que Winter Town, sans escorte. Elle avait donc déniché un garde particulièrement fervent des jeux d'argent... et de l'argent en général, à qui elle payait le silence... Parfois, avec des pièces, avec un bijou qu'elle perdait malencontreusement, avec un cadeau qu'elle achetait au marché pour la femme de ce dernier... Jusqu'ici, la ruse avait fonctionné et le garde n'avait jamais mentionné le moindre mot de leur escapade à Lord ou Lady Stark, qui n'approuverait certainement pas, puisque Lord Stark ne parlait pas à sa sœur.

Après l'altercation matinale avec sa famille, Talyssa descendit directement aux écuries afin de préparer elle-même sa monture, ce qu'elle adorait faire, pour la promenade qu'elle avait mentionnée à sa mère. Il n'était pas faux qu'elle rêvait d'une promenade à cheval depuis plusieurs jours mais elle n'avait pas besoin de Frigus, sa jument, pour se rendre au village. Elle pouvait facilement le faire à pied. Malgré tout, chaque fois qu'elle décidait de visiter les Snow, c'est cette excuse qui lui servait à sortir de Winterfell et puisque quand elle se décidait réellement à se promener à cheval, ce n'était pas nécessairement le même garde qui l'accompagnait, personne ne semblait se douter de rien.

Elle fît signe au garde habituel qui l'accompagnait qui s'empressa de se sceller un cheval afin de l'accompagner.

Ils firent une petite balade de 20 minutes aux alentours de la forteresse avant de revenir vers le village. Les deux compagnons laissèrent leurs montures à la taverne, sous les bons soins du palefrenier et Talyssa offrit quelques pièces à son compagnon afin qu'il puisse s'amuser un peu pendant son absence. Elle le laissa ainsi à la taverne et lui donna rendez-vous une heure plus tard afin de retourner à Winterfell.

C'est tout près de la maison de Rose-Alice que Talyssa reconnu son cousin. Il était difficile de ne pas reconnaître Sulli, de près ou de loin... Le jeune homme était grand et bien bâtit et ses cheveux presque blancs tant ils sont pâles, contrastaient avec la chevelure normalement beaucoup plus foncée des nordiens.

- Sulli ! s'exclama Talyssa, un sourire chaleureux sur le village, en agitant la main dans les airs afin de saluer son cousin. Comme je suis contente de te voir ! continua-t-elle en lui sautant dans les bras, sans attendre que Sullivan soit prêt à accueillir son étreinte. Ça fais une éternité, j'ai presque crue que tu nous avais oubliée ! le taquina-t-elle. 






Winter is coming...

Sullivan Snow

avatar
Patrouilleur / Bâtard Targaryen / Zoman
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Sep - 17:46
Il avait pu prendre congé pour passer un peu de temps avec sa famille. Le Lord Commander n’étant pas quelqu’un d’égoïste inutilement, ce dernier lui avait donné sa permission, sachant qu’il s’agissait de motifs uniquement familiaux. Après tout, la mère de Snow était seule et, hormis quelques visites très occasionnelles de son frère aîné, Rose-Alice ne recevait que peu de gens. Enfin. Elle s’était bien faite quelques copines à travers le réseau de couturières qu’elle s’était établi, mais entre la vie de famille et les obligations… les moments pour se voir étaient limités.

C’était avec une joie non dissimulée que Sullivan s’était préparé à parcourir la route qui séparait Castle Black de Winter Town. En plus, c’était l’anniversaire de sa génitrice! Profitant d’un congé antérieur dont il avait bénéficié, le corbeau s’était empressé de se rendre à Mole Town pour y dégotter un petit bijou en guise de cadeau pour sa très chère mère. Rien de bien extraordinaire : une jolie pierre polie montée sur une breloque argentée et accrochée à une chaînette du même matériel. Ce n’était pas le collier le plus luxueux qui soit, mais les ressources étaient limitées dans le Gift, alors il avait fait du mieux qu'il avait pu.

Sullivan avait informé Phoebe de son départ imminent pour Winter Town. Puisque leur relation était considérée comme secrète, il n’avait pas été question que ce dernier l’accompagne pour rencontrer Rose-Alice. Enfin, il fallait dire qu’ils s’apprivoisaient encore et ils savaient tous deux qu’ils auraient eu du mal à justifier l’absence de Hill auprès du Lord Commander. De toute façon, le lion noir était dans une phase intensive de son apprentissage, alors l’avoir à ses côtés pour un congé non loin de Winterfell… C’était rêver en couleurs.

Le guerrier avait donc pris la route, grimpé sur le dos de Sindar, son étalon à la toison grisée, et filant en direction de Winter Town. La route lui avait pris quelques jours et s’était passée sans encombre, pour son plus grand bonheur. C’est donc lors d’une belle matinée pas trop froide qu’il put fouler le territoire de cette minuscule ville qui l’avait vu grandir pendant toutes ces années. Puisqu’il s’agissait d’une basse saison, seule la poignée de citoyens trônait dans les parages, les marchands d’ordinaire présents pendant la haute saison brillant par leur absence. Tant mieux! Il attirait déjà suffisamment l’attention de par son physique particulier : moins il y avait de gens, mieux il se portait! Ainsi, c’est de mémoire qu’il prit la route vers la chaumière maternelle, saluant aux passages les têtes connues qui se tournaient sur son passage. L’accueil de sa génitrice fut des plus chaleureux, cette dernière se jetant littéralement dans ses bras alors qu’il mettait pied à terre. Il fallait dire que, depuis qu’il s’était enrôlé chez les Frères Jurés, les réunions de famille s’étaient faites de plus en plus rares.

Rose-Alice agrippa son visage entre ses mains délicates, puis embrassa son front avec une affection débordante. À la suite de ses indications, le rejeton immaculé guida son destrier jusqu’à la petite écurie où vivait l’unique jument de sa mère, puis il tourna les talons pour rejoindre sa génitrice qui l’attendait dans la chaumière avec une bonne soupe qui mijotait depuis un bon moment. La soirée se passa dans la bonne humeur, mère et fils profitant du temps qui leur était imparti pour rattraper le temps perdu autour d’une bonne bouteille de vin et d’un repas copieux et chaud. Heureusement, l’argent qu’envoyait Sullivan à Rose-Alice lui permettait d’avoir un rythme de vie plus aisé, ce qui était le but même de son engagement auprès de la Night’s Watch. Malgré tout, la femme dans la trentaine avancée fut émue de recevoir le petit cadeau que lui avait réservé son fils, même s’ils savaient tous deux qu’elle avait déjà porté des joyaux plus somptueux par le passé. Ce soir-là, ils se couchèrent tard, très tard, trop occupés à discuter de leur vie respective.

Le petit matin arriva trop vite, surtout au vu du manque de sommeil momentané! Malgré tout, c’est sans ronchonner que Rose-Alice se leva pour faire son train-train quotidien, dont, entre autres, nourrir les quelques poules qui ornaient son jardin à l’arrière. Dans tout son élan de bonté purement maternelle, l’ancienne Stark voulut laisser son fils récupérer ses forces un peu en lui octroyant une grasse matinée bien méritée (selon son humble avis), mais c’est bien malgré elle qu’elle le vit se lever, trop habitué à une routine militaire de toute façon. Sullivan aida sa mère à préparer leur repas du matin, puis, une fois repu et la vaisselle nettoyée, se contenta d’enfiler un petit manteau léger par-dessus sa tunique foncée et se dirigea vers l’arrière de la maison, là où trônait une pile de bois qui n’attendait que le moment d’être fendue.

Hache en main, Snow s’affaira à trancher les bûches qui s’étalaient devant lui, soucieux que sa génitrice ait suffisamment de petits bois pour chauffer sa maisonnette pendant un petit moment. Le temps fila et le jeune homme en perdit momentanément la notion. Ainsi, il enfonça la tête acérée de son outil dans le bois d’un tronc avant de lever son avant-bras et d’essuyer prestement la sueur qui perlait son front. Il pouvait bien prendre une petite pause, quelques instants, non? C’est alors qu’une voix claire et féminine le héla, derrière lui, le soutirant de la bulle de réflexion dans laquelle il s’était momentanément enfoncé. Instinctivement, le corbeau immaculé se retourna et afficha une expression radieuse alors qu’il vit sa cousine de Winterfell s’approcher, un large sourire ceignant son magnifique visage. La jeune femme se jeta directement sur lui et c’est de justesse que le guerrier put la réceptionner, profitant de son élan pour la faire tournoyer autour de lui. Il était ravi de voir qu’elle avait reçu la missive qu’il lui avait fait parvenir, plusieurs jours plus tôt!

- Taly! Comme c’est bon de te revoir! S’écria-t-il en la déposant au sol et en la gratifiant d’une accolade fraternelle. Je suis d’accord, ça fait beaucoup trop longtemps que je ne me suis pas octroyé de congé! Mais tu sais, quitter le Mur n’est pas aussi simple que ça. Une légère grimace amusée ceignit ses traits diaphanes et il apposa une main sur le crâne de sa cousine avant de lui ébouriffer la tignasse, à l’instar de la petite sœur qu’il n’avait jamais eue. Je suis vraiment content que tu aies pu te libérer pour nous rendre visite!

Alors qu’il relâchait sa poigne sur sa presque sœur, Snow tourna la tête pour voir sa mère sortir de sa chaumière, visiblement curieuse des éclats de voix qu’elle avait perçus depuis l’intérieur. Un sourire éclaira son beau visage alors qu’elle reconnut immédiatement sa très chère nièce, de 3 ans la cadette de son fils. Rose-Alice resserra son châle en fourrure autour de ses frêles épaules, puis marcha à leur rencontre, effectuant la bise à Talyssa par le fait même.

- Je suis heureuse de te voir, Taly! Fit-elle avec un large sourire. Tu es venue visiter mon fils? Allez, rentrez tous les deux, je vais préparer du thé. Chaton, laisse ce pauvre bois tranquille. Tu auras amplement le temps d’en couper davantage plus tard! Une petite pause est de mise!

À cette appellation affectueuse qu’il trouvait presque grotesque, Snow leva les yeux en l’air et poussa un soupir un brin irrité.

- Maman, je t’ai déjà dit de ne plus m’appeler de la sorte…

- Mais si, mais si…

Rose-Alice entoura les épaules de sa nièce de son bras, puis l’attira à sa suite en direction de sa modeste chaumière, balançant à son fils unique un regard qui ne laissait aucune place à la discussion. Sullivan glissa une main sur sa nuque, puis suivit les deux femmes, laissant son tas de bois derrière lui avec un brin de regret. Le trio vint prendre place dans la petite cuisine de la très humble maisonnée, puis Rose-Alice s’empressa de rajouter quelques bûches sur le feu avant d’y suspendre une bouilloire en fonte destinée pour le thé.

- Alors, quoi de neuf, Taly? Demanda Sullivan, croisant les bras sur sa poitrine et s’installant confortablement sur son siège. Tu vis toujours une existence palpitante au sein des murs du château de Winterfell? Un sourire en coin trônait sur ses lèvres fines. Sa réflexion se voulait être une boutade, sachant pertinemment que sa cousine était trop rebelle pour s’adonner à de simples activités de bienséances. Talyssa aimait que les choses bougent, il le savait. D’ailleurs, ses tenues modestes en disaient long sur ses préférences : pas de jolies robes de lady pour la jeune Stark! Non, mais je suppose que plusieurs fils de Lord doivent s’en donner à cœur joie pour te faire la cour, non? Qui réussira enfin à mettre le grappin sur l’illustre fille de Lord Stark? Si tu veux mon avis, tu mérites mieux que ça. Tu as tellement de potentiel que tu pourrais leur en faire voir de toute les couleurs à ces foutus prétendants!

Il aimait la fougue de sa cousine, c’était évident. Toutefois, ses propos lui méritèrent une claque derrière la tête de la part de sa mère qui, elle-même, fut jadis une noble de l’illustre famille Stark. Sullivan comprenait, en contrepartie, les besoins d’aventures que pouvait ressentir sa cousine. Ce n’était pas pour rien qu’il s’était enrôlé au Mur! Et même si les jours n’étaient pas des plus faciles, il ne regrettait en rien son choix!

Elliott Stark

avatar
Lord héritier de Bear Island
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Sep - 21:23
À deux poils près Talyssa arriva presque à se moquer d’Elliott. Encore aurait-il fallu qu’il ne soit pas franchement plus brillant qu’elle. Ne venait-elle pas de dire que, si elle ressemblait à un homme, cela faisait d’elle le fils aîné et donc l’héritier de Bear Islands? Décidément, les travaux d’aiguilles l’avaient grandement abrutie… si elle avait été un garçon, elle aurait été l’héritière de Winterfell. Une petite leçon de politique et lignage était nécessaire, mais sa grande sœur, moqueuse, quitta les lieux et laissa les deux frères en plans. Elle allait voir de quoi il se chauffait, l’héritier de rien du tout…

-Je reviens t’aider plus tard, Naelvar, j’ai un truc à régler… lança-t-il à son grand frère sans lui adresser le moindre regard, l’abandonnant sur le chemin de la bibliothèque pour suivre les traces de Talyssa.

Que pouvait donc avoir d’intéressant à faire une emmerdeuse de ce genre?

***

C’est si naïf une fille que c’en est presque mignon! Elliott n’eut aucun mal à suivre Talyssa en douce. Bon, avouons-le, ce n’était quand même pas la première fois qu’il espionnait son aînée dans le but de pouvoir sortir des trucs intéressants sur elle et la manipuler ensuite en menaçant de dévoiler son secret. Mouais, c’était plutôt courant, même. Seulement, il ne se doutait pas, ce jour-là, qu’il découvrirait un tel SCANDAL!

Ce qui, sommes toute, ressemblait à une autre balade à cheval fort ennuyante et sans intérêt (les filles ne faisaient donc jamais rien de palpitant?) , attisa bien vite la curiosité d’Elliott. Non, elle n’avait pas seulement l’air de se balader au hasard pour regarder le paysage, elle semblait déterminée à aller quelque part, suivait un itinéraire précis et… souriait beaucoup. Depuis quand elle avait des amies, elle? Enfin, c’était le seul truc logique, qu’elle soit partie rejoindre des copines (sinon maman ne le lui aurait jamais autorisé!), car que ferait-elle donc à Winter Town sinon? Elle avait déjà en sa possession tout ce qu’une jeune Lady bonne à marier avait besoin pour être heureuse, elle ne venait certainement pas faire du shopping!

Puis, ce qui devait arriver arriva… Que foutait-elle à s’arrêter à la taverne? Ce n’était DÉFINITIVEMENT pas un endroit pour les dames de son calibre! Sous le choc, Elliott vit sa sœur payer son garde, celui-ci entra dans la taverne pendant que… Talyssa quittait les lieux. MAIS QUEL ABRUTI? Qui était ce garde minable qui abandonnait sa protégée pour aller jouer dans une taverne? Enfin, que ce soit la Lady elle-même qui l’exigeait ne changeait strictement rien à la donne, il méritait un licenciement, une punition, être fouetté même! Heureusement que sa grande sœur l’avait, lui, pour veiller sur elle, car le rouquin ne cessa de suivre son aînée jusqu’à ce qu’elle arrive à proximité d’une petite maison, sommes toute ordinaire.

Pour se dépêcher d’aller enlacer un blondinet bizarre à l’allure de dragon.

Non.

NON!

Sa sœur… SA SŒUR À LUI? Elle ne pouvait pas avoir un… un… NON! UN TARGARYEN! Bouche bée, Elliott mis une éternité à réagir, sa monture toujours cachée dans un angle du chemin, derrière une autre maison non loin. Il perçu distinctement les paroles de Talyssa. Elle voyait donc… ce mec depuis longtemps? Les méninges du rouquin s’enflammèrent, alors qu’il mettait pied à terre pour attacher son cheval à un arbre et marcher en direction de son aînée, qui tournait dans les bras du blondinet.

Le mur? En plus, cet enculé (lol) avait le culot de se taper sa SŒUR alors qu’il n’était même pas supposé être LIBRE? Mais de quel genre de monstre s’agissait-il? Pour qu’un homme de sa caste (car visiblement, il avait tout d’un Targaryen) se soit retrouvé au mur, il devait avoir fait un sacré grabuge et avait eu la vie sauve grâce au noir! Et ce criminel… quittait son devoir pour toucher Lady Talyssa Stark de Winterfell…

Elliott s’arrêta sec lorsqu’une autre femme (de l’âge de sa mère environ…) sorti de la maison, détournant les regards des deux autres dans sa direction (donc opposée à lui). Apparemment, elle ne le vit pas et les invita à entrer pour boire du thé. Alors cette… cette atrocité, cet outrage à la maison suzeraine du North se passait sous le nez de cette femme, qui ne faisait RIEN pour l’en empêcher? Le teint plus rouge que sa tignasse, l’adolescent s’approcha de la maison lorsque tous les trois eurent disparus à l’intérieur et colla son oreille près de la porte, n’attrapant que les bribes de la fin. Bien sur, que Talyssa Stark méritait le meilleur parti (malgré ses moqueries incessantes comme quoi elle épousera un vieillard dégueulasse, au fond de lui le rouquin souhaitait véritablement le bonheur de sa sœur) mais certainement pas un raté comme lui!

-C’est moi qui vais t’en faire voir de toutes les couleurs, prétendant! gronda le blondinet en se donnant des airs d’adultes avant de rentrer dans la chaumière sans frapper, la porte n’ayant pas été verrouillée derrière eux. Talyssa Stark. N’as-tu pas honte? Quel déshonneur tu cause à la famille? Traîner avec… avec un… ça!? se fâcha-t-il en prenant une vilaine teinte pivoine tout en pointant l’inconnu du doigt. Quand mam… non, quand PAPA saura quel genre d’hommes tu te coltines en cachettes! Tu penses que je ne t’ai pas vu payer ton garde pour qu’il se taise? Pourquoi fais-tu cela à ta maison? Tu ne mérite même pas notre nom! As-tu… as-tu vraiment? ARGH je ne veux pas savoir ça, tu rentres avec moi à Winterfell MAINTENANT!

HJ:
 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: